« Les écritures urbaines à venir : Projets, Perspectives et Prospective critiques »

Séminaire EHESS-ENSCI
Béatrice Fraenkel et Sophie Pène

Un séminaire bi-mensuel « Prospective des écritures urbaines » se tient cette année à l’EHESS. Lieu de collaboration entre l’équipe « anthropologie de l’écriture » (IIAC-UMR CNRS-EHESS) et l’ENSCI, ce séminaire est co-animé par B. Fraenkel (EHESS) et S. Pène (ENSCI).
Il s’agit de provoquer un échange entre le design et l’anthropologie en donnant une fonction majeure aux créations et aux analyses des designers. De nombreux intervenants, responsables associatifs et politiques, prospectivistes, professionnels de l’architecture et de l’urbanisme, seront invités à contribuer à une réflexion exploratoire sur le statut, le sens et le rôle possibles d’écritures urbaines à venir.
Ces travaux seront l’occasion d’un questionnement parallèle et réflexif sur le tour prospectiviste des sciences sociales.
Ce séminaire s’inscrit dans un programme international portant sur le façonnage des milieux urbains par l’écriture soutenu par la Mairie de Paris (Projet « les écritures urbaines de Paris 2030 » en collaboration avec l‘École Estienne).

1. Paris 2030 – Prospective des écriture urbaines

Nous sommes face à un paradoxe : l’espace urbain n’a jamais été aussi disputé qu’aujourd’hui, mais les débats ont pris un tour sensoriel, écologique et politique où s’affrontent des conceptions opposées de l’espace public. Les uns luttant contre l’appropriation abusive du paysage urbain, les autres revendiquant leur droit de citoyen à s’exprimer dans ce même espace. À une ville nettoyée, exerçant un strict contrôle graphique sur sa voierie, s’oppose une ville chamarrée, exhibant les oeuvres éphémères de tout un chacun. Deux utopies s’affrontent mais aussi deux droits, le droit de l’environnement et le droit de la personne.
On peut comprendre ces nouvelles tensions comme le réveil d’une conscience citadine cherchant à redéfinir un être ensemble dans l’espace urbain qui devrait articuler de nouvelles formes de lisibilité à de nouvelles formes de présence dans la ville.
En effet, si l’on se projette dans le Paris de 2030, le développement d’Internet, souvent qualifié de nouvel espace public, et plus largement d’équipements numériques légers destinés aux personnes, devraient aboutir au déplacement de nombreuses fonctions, actuellement assumées par affichage dans la ville, vers le cyberespace (en matière de signalétique, d’informations, de propagande, de publicité notamment mais aussi de commémoration et de protestation). On peut donc faire le pari que l’espace urbain de 2030 sera un espace libéré d’un certain nombre de contraintes mais aussi soumis à la pression d’un grand nombre d’usagers prenant leurs distances avec le numérique comme avec les charmes nostalgiques d’un Paris à l’ancienne alors disparu.
Ce sont les écritures de ce Paris de 2030 que nous souhaitons imaginer en déployant plusieurs stratégies de recherche.

Trois ensembles de questions organisent la recherche
1. Quels espaces pour les écritures de Paris 2030 ?
Comment se présenteront les supports d’écriture, quels nouveaux dispositifs d’exposition des écritures pouvons-nous imaginer (quelles seront les colonnes Morris d’alors), quelles nouvelles ressources d’inscription nous proposeront les façades de 2030 ?
2. Quelles temporalités pour les écritures de Paris 2030 ?
Quel sera le statut des inscriptions patrimoniales, gravées dans la pierre, et les nouvelles formes d’écritures monumentales ? Comment gèrerons-nous les écritures éphémères ou intermittentes (défilantes , lumineuses) ? Peut-on imaginer des événements d’écriture (type fête des écritures urbaines) ?
3. Quels acteurs, enfin, pour ce Paris futur ?
Quels lecteurs, regardeurs et scripteurs peupleront nos villes ? Peut-on anticiper les conséquences d’une culture graphique partagée par le grand nombre (conséquence prévisible de l’usage des logiciels de traitement de textes) : assisterons-nous à des concours d’écritures urbaines (de types concours d’enseignes), à des inventaires systématiques du patrimoine scriptural ? Quelles seront les relations entre les diverses cultures graphiques de la ville de Paris marquée par le plurilinguisme et le plurigraphisme ?

Ces thèmes abordés dans les séances du séminaire sont évidemment propices à des recherches en design, et à une réflexion sur les relations entre le design et l’anthropologie, la prospective et la description du présent.

2. Les acquis des études 2005-2010

Depuis 2005 l’équipe « Anthropologie de l’écriture » a mené plusieurs opérations de recherche portant sur les écrits dans l’environnement urbain. Deux enquêtes ont été menées dans le cadre d’une ANR (2005-2009) :
– Une enquête collective internationale (Paris, Lyon, Pékin, Lisbonne, Orgosolo, Gölö) incluant des chercheurs, des typographes, graphistes, militants politiques, graffeurs sur le thème des « ambiances graphiques »
– Une approche comparée (Montréal, Mopti, Santiago de Chili, Pékin, Sao Paulo) sur la gouvernance de l’écriture urbaine, au plan local (gestion des écrits urbains par les municipalités de capitales et de petites villes de divers continents, frontière entre écrits licites et illicites, propre à chaque société et histoire juridique et politique, émergence d’une gouvernance urbaine mondiale). La publication des ces travaux est en cours.

Par ailleurs, un séminaire doctoral animé par B. Fraenkel à l‘EHESS a engagé une recherche portant le statut des écritures urbaines dans les théories de l’architecture et de l’urbanisme ( (Choay, 1996) du Re aedificandi d’Alberti (1485) à la Théorie générale de l’urbanisation de Cerda (1867) et les textes instaurateurs du XIXe-XXe.

3. Public attendu : les masters et doctorants de EHESS-ENSCI, les élèves de phase diplôme, les designers, typographes, graphistes et les chercheurs en sciences sociales et en design.

Le séminaire : à chaque séance un invité présente des recherches et des réalisations issues de domaines divers (design, urbanisme, performance, architecture), dans une perspective liant écriture urbaine et transformation des espaces publics.

Les séances ont lieu à l’EHESS, 105 Boulevard Raspail 75006 Paris en salle 1. Tous les 1er, 3e et 5e mardi du mois.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Design urbain et innovation sociale

Programme Emergences – Ville de Paris
Les Ateliers- Paris Design Lab® a répondu à l’appel Emergences (clôture le 9 avril 2010). Ce programme est susceptible de soutenir une équipe créée depuis moins de deux ans sur un projet scientifique innovant. Nous proposons de développer une recherche théorique sur les champs actuels du design, en particulier dans le champ de la ville numérique, et de l’articulation entre le réseau des informations, les réseaux humains hyperlocaux, les réseaux urbains. Le programme comprend une proposition de réalisation matérielle, caractéristique du design, une plate-forme de services urbains. Elle pourrait devenir un living lab qui aiderait les innovateurs à expérimenter des dispositifs, à mettre en discussion des propositions d’objets communicants, de partage de données, à donner forme à des intuitions d’usage. La ville numérique, ce n’est pas uen ville informatisée, c’est une ville qui cherche sa symbolique, son architecture. Nous accueillons dans Paris Design Lab une recherche sur les nouveaux matériaux (Ultrabéton, béton dépolluant, béton irisé, lumineux, et autres matériaux intelligents)
Nous espérons bien sûr pouvoir être retenus, et lier ainsi différents sujets sur lesquels travaillent les 6 équipes de Paris Design Lab, autour d’une thématique qui se dessine par différents partenariats, Urban Thinking.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter