Séminaire Arts, Innovation, industrie

Textiles intelligents
KOUGLOFABLAB et Black Boxe


Clotilde Fromentin-Félix
Maurin Donneaud
Lorraine Bergeret


Séminaire Arts, Innovation, industrie , Labex CAP Création Arts et Patrimoine

Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, 1 er décembre 2011, 18h-20h

La seconde séance 2011-2012 du séminaire Arts, Innovation, industrie s’appuie sur le domaine dit des « textiles intelligents », c’est-à-dire des étoffes expérimentales que viennent habiter des fibres informatiques, des capteurs, des matériaux. Ces ajouts amplifient les propriétés des tissus. Ils en font des prothèses qui empruntent des qualités au corps, à la matière digitale et à différentes matières artificielles, organiques, biologiques.
Objet d’expériences et d’expérimentation, le tissu est un des « lieux » actuels de la technè et de l’ingenium. Designers, informaticiens, biologistes, chimistes, ingénieurs textiles, artistes (danseurs, musiciens) cherchent ensemble comment faire et que faire de ce que les doigts assemblent. Pour ces objets indécis s’inventent des machines (à imprimer, à coudre, à insérer, à brancher, à commander…).
C’est de ces dialogues de création et de « breaching experiment », et des lieux où ils se pratiquent, laboratoire, atelier, musée, hackerspace, que parleront Clotilde Fromentin-Félix et Maurin Donneaud.
Lorraine Bergeret présentera différents travaux de designers et les laboratoires dont ils sont issus.

Clothilde Fromentin-Félix, Ubi, http://www.ubiloci.fr/index.php?/about-this-site/ est designer, chimiste, biochimiste et chercheur.
Elle présentera une réflexion sur le tissu à partir de son doctorat en cours, « Entre habits et habitacles, le design de l’habiter » (CEAC, Lille 3) au travers de la métaphore du Kugelhof, une enveloppe plissée.

KOUGLOFABLAB

« Le “kouglof” est une petite forme appétissante, une enveloppe surgie au cours de mes expérimentations à partir de la matière textile, qui me sert d’objet d’étude pour une réflexion sur le process industriel à l’âge du numérique et sa capacité à prendre en compte les plis que cette forme présente, matériels et conceptuels, et qui en constituent même sa spécificité en tant que produit textile.
La façon dont l’outil industriel peut être plissé voire chiffonné au travers de cet exemple ouvre, au-delà du numérique, vers des logiques biologiques et les technologies transformationnelles, … voire vers des dimensions humaines et des “techniques ordinaires”.
Sur la base de cette réflexion, Kouglofablab est la projection à partir de cet objet d’un scénario de Fablab particulier. »

Maurin Donneaud, http://maurin.donneaud.free.fr/, est designer . Il expliquera sa façon de travailler à partir de « l’intelligence de la main », quelle que soit la matière en jeu. Il montrera divers projets.

« Spécialisé dans le design d’interaction et la programmation d’objets physiques, je suis impliqué dans plusieurs projets de développements de textiles-électroniques. Installé à la Black-Boxe*, je développe des projets entre l’art, l’artisanat et l’industrie. L’une de mes recherches consiste à réhabiliter le geste dans la manipulation des médias numériques ainsi qu’à valoriser des savoir-faire artisanaux à travers l’utilisation de solutions technologiques astucieuses. C’est notamment pour cela que je collabore avec des techniciens, chercheurs, industriels et artistes, dans le but de mettre au point des textiles-électroniques sensibles au toucher.
Intervenant dans des écoles de design textile (ENSCI Paris, ENSAAMA Paris, CSM London) je partage mes connaissances pour contribuer au développement de projets e-textiles et faire ressortir la richesse et le potentiel créatif de cette pratique ».

Le vendredi 25 novembre, une journée e-textile a réuni des artistes et designers, usagers de la Black Boxe, autour de capteurs textiles DIY. Des usages embarqués comme un vêtement musical, ou des applications fixes comme un tapis de capteurs ont pu être accommodés à différents projets.
Il expliquera aussi l’espace qui accueille ces expérimentations techniques et créatives et les étend à une expérience sociale d’apprentissage volontaire. A cette occasion, il présentera la Black Boxe.

*La Black Boxe est un atelier ouvert, sur le modèle des hackerspaces. Hébergé au Théâtre de Verre, ce lieu met l’accent sur les connexions entre l’art et la technologie en général. La blackboxe dispose d’un atelier d’électronique, d’espaces de travail et toujours quelqu’un est prêt à donner un coup de main. Ces ressources sont mises à disposition des personnes qui souhaitent développer des projets personnels ou participer à des projets collectifs. Des rencontres et présentation de travaux (/dev/art) y sont régulièrement organisées.

Smartphones pliables : sonnent-ils bientôt la fin du verre ?

Lorraine Bergeret, http://lorrainebergeret.com/_/proje%28c%29ts.html
Designer, elle est docteur de l’ENSAM et a exploré les usages créatifs du béton. Elle a soutenu une thèse sur le design des matériaux en juillet 2011 et est actuellement chargée de projet à l’ENSCI Les Ateliers. Elle fait des recherches sur les matériaux urbains innovants et leur usage social.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Design urbain et innovation sociale

Programme Emergences – Ville de Paris
Les Ateliers- Paris Design Lab® a répondu à l’appel Emergences (clôture le 9 avril 2010). Ce programme est susceptible de soutenir une équipe créée depuis moins de deux ans sur un projet scientifique innovant. Nous proposons de développer une recherche théorique sur les champs actuels du design, en particulier dans le champ de la ville numérique, et de l’articulation entre le réseau des informations, les réseaux humains hyperlocaux, les réseaux urbains. Le programme comprend une proposition de réalisation matérielle, caractéristique du design, une plate-forme de services urbains. Elle pourrait devenir un living lab qui aiderait les innovateurs à expérimenter des dispositifs, à mettre en discussion des propositions d’objets communicants, de partage de données, à donner forme à des intuitions d’usage. La ville numérique, ce n’est pas uen ville informatisée, c’est une ville qui cherche sa symbolique, son architecture. Nous accueillons dans Paris Design Lab une recherche sur les nouveaux matériaux (Ultrabéton, béton dépolluant, béton irisé, lumineux, et autres matériaux intelligents)
Nous espérons bien sûr pouvoir être retenus, et lier ainsi différents sujets sur lesquels travaillent les 6 équipes de Paris Design Lab, autour d’une thématique qui se dessine par différents partenariats, Urban Thinking.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter