Design urbain et innovation sociale

Programme Emergences – Ville de Paris
Les Ateliers- Paris Design Lab® a répondu à l’appel Emergences (clôture le 9 avril 2010). Ce programme est susceptible de soutenir une équipe créée depuis moins de deux ans sur un projet scientifique innovant. Nous proposons de développer une recherche théorique sur les champs actuels du design, en particulier dans le champ de la ville numérique, et de l’articulation entre le réseau des informations, les réseaux humains hyperlocaux, les réseaux urbains. Le programme comprend une proposition de réalisation matérielle, caractéristique du design, une plate-forme de services urbains. Elle pourrait devenir un living lab qui aiderait les innovateurs à expérimenter des dispositifs, à mettre en discussion des propositions d’objets communicants, de partage de données, à donner forme à des intuitions d’usage. La ville numérique, ce n’est pas uen ville informatisée, c’est une ville qui cherche sa symbolique, son architecture. Nous accueillons dans Paris Design Lab une recherche sur les nouveaux matériaux (Ultrabéton, béton dépolluant, béton irisé, lumineux, et autres matériaux intelligents)
Nous espérons bien sûr pouvoir être retenus, et lier ainsi différents sujets sur lesquels travaillent les 6 équipes de Paris Design Lab, autour d’une thématique qui se dessine par différents partenariats, Urban Thinking.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Transformations dans les marchés de l’énergie : premier ouvrage de la collection Document, réseaux et design social

Cathy Dubois, transformations dans les marchés de l'énergie
Cathy Dubois, transformations dans les marchés de l'énergie

Présentation de l’ouvrage et de la collection (extrait de la préface, Sophie Pène)

Cathy Dubois donne à voir un groupe qui tente de traiter son environnement comme des interfaces, qui s’attaque à découvrir les algorithmes susceptibles d’aider à prévoir. « Si vous excluez les gens des dispositifs qu’ils achètent, vous les condamnez à n’utiliser que les usages définis par vous-même et ils ne peuvent plus s’approprier l’objet. Si par contre vous créez des fonctions fabricatrices, comme le relève Gilbert Simondon, vous obtenez des systèmes plus intéressants, plus adaptés aux diverses utilisations possibles », continue Jean-Louis Frechin. Ici, nous voyons, non pas des consommateurs face à un produit, mais des salariés qui auraient pu suivre une procédure connue, mais qui, pour diverses raisons, « hackent » leur mission. Ils veulent savoir « comment c’est fait ».  Ils ouvrent la machine. Ils essaient de voir les composants. Ils veulent comprendre comment les remonter, pas forcément selon le mode d’emploi qu’avait prévu le « bureau d’études »…. « Quand les deux chevaux ne démarraient pas, il y a ceux qui démontaient les bougies, soufflaient dessus, les brossaient et ceux qui appelaient le garagiste » : Jean-Louis Frechin parle d’objet « post-produit », au sens de l’esthétique relationnelle définie par Nicolas Bourriaud[1], des objets ouverts, hackables, modifiables.

Bernard Lassus décrit son équipe comme des « huileurs » de l’entreprise, ceux qui vont permettre le passage en douceur. Si le récit de cette « fabrique d’entreprise » est le premier de la série « Document, réseaux et design social », c’est qu’il illustre à merveille la situation des entreprises. Toutes positionnées en fonction de discours d’innovation, leur sort réel dépend néanmoins de la capacité transformatrice de leurs membres. Cette série vouée à l’étude des réseaux socio-documentaires se place dans le champ du design de transformation. L’idée de transformation signe, selon Jean-Louis Frechin (qui commente un article de Bruce Nussbaum), la fin d’une certaine idée de l’innovation : « La mort de l’innovation est liée à notre obsession de la mesure et à une demande sans cesse croissante de prévisions dans un monde imprévisible, estime Bruce Nussbaum. Or l’innovation ne sait pas nous guider dans un avenir incertain et tourmenté. L’innovation s’est révélée faible à la fois comme tactique et comme stratégie face à la tourmente économique et sociale de ces derniers mois[2]».

Le design social concerne les transformations profondes et durables de posture culturelle et cognitive, d’usages des techniques, de comportements personnels, affectifs ou moraux, que notre société attend. Notre économie se développe dans des écosystèmes informationnels non finis. Le cas rapporté par Cathy Dubois montre une énergie créative qui s’emploie à maîtriser cette profusion, à en supporter les contradictions.  Il décrit l’inventivité et la solidarité que cette situation confuse et sans référence suscite. Les médias sociaux, ou les réseaux socio-documentaires, sont à la fois des symptômes d’une certaine panique – les groupes s’auto-organisent pour décrypter leurs expériences sociales et politiques à l’extérieur des entreprises ou des institutions-, et la voie vers des modèles de cognition et d’action à explorer : ils vont peut-être se fonder sur l’open innovation[3], les fab labs[4], l’économie du don.

Avec le double fil du réseau documentaire et du réseau social, c’est cela que la série ouverte par Cathy Dubois et Bernard Lassus va s’efforcer de suivre, en analysant des dispositifs de circulation documentaire. Nous souhaitons une belle trajectoire à ce premier ouvrage Transformation. Œuvre en cours, que nous présentons à ses lecteurs avec fierté.


[1] Nicolas Bourriaud, Post-production, Dijon, Presses du réel, 2002.

[2] « L’innovation est morte, vive la transformation ! ». Blog de Jean-Louis Frechin, nodesign.net/blog ,  8 janvier 2009.

[3] L’open innovation est une innovation fondée sur la maîtrise des réseaux de savoir publics ou rendus accessibles par des alliances, par des stratégies de diffusion : on livre « le code source » des objets pour accélérer leur évolution. On ne s’appuie pas que sur la recherche « interne ».

[4] Un fab lab, autrement dit fabrication laboratory, est un atelier disposant de machines-outils génériques, adaptées à la fabrication d’objets peu coûteux et spécifiques. Il désigne par extension l’attitude transformatrice, impliquée et créative, de communautés qui font le design de leurs modes de vie, en fonction de leurs ressources, et du style qu’elles veulent trouver.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Extended Brain : assistant cognitif et exploitation créative de données Web

Retenu dans la cadre de l’appel à projet “Web Innovant” (secrétariat d’Etat à l’économie numérique), Extended Brain réunit Plasmasoft, l’ENSCI Les Ateliers et Proxem sur un projet de deux ans, qui vise à mettre à la disposition du grand public une plate-forme d’apprentissage créatif.

Extended Brain est une application de traitement participatif de la documentation numérique. La profusion documentaire apportée par le Web est aujourd’hui plutôt un problème qu’une solution, en particulier pour le jeunes utilisateur en situation explicite ou implicite d’apprentissage : télécharger, bookmarker, s’abonner sont des actions qui offrent de nouvelles ressources. Mais celles-ci ne prouvent pas pour le moment que le Web a changé les façons d’apprendre. Il y a aujourd’hui plus de perte et de rupture dans la chaîne d’acquisition de l’information que de nouveaux pouvoirs d’apprendre. Or selon une expression de François Taddei, notre époque attend des knowledge builders, capables de jouer avec « un lego dont les pièces changeraient sans cesse de forme et de fonction ».Ce lego de toute évidence le Web en est le medium et le support mais des aménagements de l’objet sont attendus pour rendre le jeu de construction possible.

Extended Brain appartient à une nouvelle génération d’éditeurs de contenus, tournés vers l’appropriation, l’agencement, la création, la coopération. L’interface transforme la façon de prélever des ressources, de les qualifier  extrêmement rapidement, grâce à un moteur sémantique; il les organise, quels que soient leur source et leur format,  en une page de travail, ouverte à la participation d’une communauté impliquée.

La conception d’Extended Brain repose sur un design d’usage : comment les étudiants, les salariés d’entreprise, les retraités se servent-ils du web pour apprendre ? Comment s’ajustent la prise de notes, l’écoute, la lecture avec la ressource Web ? Quelles actions cognitives, créatives est-on actuellement capable de faire et que désire-t-on pouvoir faire ?

Quatre opérations sont assistées  par Extended Brain :

  • la collecte individuelle et aléatoire d’informations
  • l’organisation documentaire  (prélever, qualifier et classer en 5 secondes).
  • l’agrégation progressive en une seule page (sur une sorte de tableau blanc thématique) de données multi-sources (extraits d’emails, de presse en ligne, de blogs ou tweets, de sites scientifiques, de glossaires, de bases de diaporamas…) et multiformats (textes, audio et vidéo) avec une fonctionnalité d’écriture directe sur la page : annoter, critiquer, synthétiser, interpréter, discuter  (seul, à plusieurs, synchrone, asynchrone)
  • exploitation coopérative par un réseau hyperlocal (quartier, association, école, entreprise) : compréhension, formation,  construction collective des idées et des volontés, action collective.

Il est centré sur l’individu et ses mondes personnels et sur les réseaux sociaux, qu’il équipe d’outils d’analyse coopérative des documents.

Extended Brain peut être utilisée en mobilité (netbook, téléphone), en classe, chez soi et au bureau (ordinateur portable et fixe).

Cette application répond à un besoin : après 10 ans de course à la création de contenu, la polarité s’inverse. L’enjeu d’aujourd’hui : agir sur les contenus,  apprendre, constamment, créativement, efficacement grâce aux documents numériques et aux réseaux sociaux.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter