“Comment donner forme au futur” Thème 3 (EHESS-IIAC-Anthropologie de l’écriture, ENSCI, GERPHAU)

L’ENSCI, le laboratoire de l’EHESS ( Anthropologie de l’écriture, IIAC), et le GERPHAU coordonnent dans le cadre du Labex CAP le thème “Donner forme au futur”.
Ce thème sera présenté lors des journées des 10 et 11 février. Le texte suivant a vocation à informer d’autres chercheurs .
Contacts
Béatrice Fraenkel fraenkel(at)ehess.fr
Sophie Pène pene(at)ensci.com
Antonella Tufano antonellatufano(at)hotmail.fr

COMMENT DONNER FORME AU FUTUR : CREER, PROJETER, PROSPECTER

Notre projet se rattache à la question sur laquelle se clôt le document scientifique du labex: en quoi les pratiques créatives éclairent-elles la question du futur, telle qu’elle se pose à notre époque, et telle qu’elle se pose aux sciences sociales, invitées de plus en plus expressément à répondre soit à une demande d’innovation, soit à une demande prospective ?

La question de la création a en effet pénétré l’ensemble des sciences sociales, selon des formes diverses qui vont du discours sur la nécessité d’être innovant, à des questions plus inattendues, sur l’invention du futur, et même sur la capacité prospective des sciences sociales. Paradoxalement, c’est parce qu’elles sont des pratiques de la description qu’elles se trouvent investies de capacités prospectives, ce qui n’est pas sans poser d’importantes questions épistémologiques. Il se trouve que les liens créés par le Labex entre des disciplines différentes élargissent considérablement les moyens théoriques et empiriques d’aborder la création comme une question artistique, industrielle et sociale.

L’anthropologie fait partie des disciplines sollicitées aujourd’hui par la réflexion générale sur la transformation et la réinvention de nos sociétés. On voit s’ouvrir le champ de l’anthropologie du futur qui introduit la prospective comme une capacité des sciences sociales (Appadurai, 2007). Dans ce cadre, l’intérêt de l’anthropologie pour la création se manifeste par des recherches sur les archives de la création, sur l’observation de pratiques créatives et des formes de collaboration entre arts en industries, sur l’interprétation de ces données avec une perspective projective :
– les archives de la création (dossiers d’œuvres, carnets de croquis) apportent des éléments formels (dessins, maquettes, prototypes) sur les étapes qui mènent d’objets connus à des objets nouveaux, et donnent accès aux différents régimes qui mêlent présent et futur, certain et potentiel, réel et projeté.
– Des évènements culturels (fondations d’institutions, fondations artistiques, festivals) documentent un discours contemporain sur la prospective (discours d’anticipation, projection sur le monde à venir).
– L’anthropologie elle-même, en tant que discipline saisie par la question de la création, trouve des points de référence dans cette confrontation avec les disciplines créatives.
– Selon le postulat que la possibilité de l’innovation est associée à l’expérience de la matière, nous faisons l’hypothèse que le traitement par les artistes contemporains de certaines matières nouvelles (la matière digitale, les matières issues du biomimétisme, les smarts textiles, ou nanomatériaux) est une ressource pour observer des processus anticipateurs de nouvelles industries, nées dans les Fablabs et Hackerspaces investis par les artistes.

Ces thèmes mettent dans une étonnante actualité la relation entre patrimoines et création, histoire et futur. Ils justifient l’ambition de repenser les relations entre création et conception du futur. C’est-à-dire de penser comment s’articulent aujourd’hui économie, politique et création.
Nous proposons de déployer une série d’opérations de recherche afin de structurer un domaine de recherche encore dans les limbes.

4 Niveaux de Propositions

1 État de l’art (Théories, concepts, acteurs), étude de l’hypothèse selon laquelle un discours de prospective né dans les années 1960-1980 permet de décrire le lien singulier qu’entretiennent arts et prospective
-Séminaire EHESS sur l’Histoire de la prospective en France et aux Etats-Unis (1957-2012) et les rapports entre Création et Prospective (à partir de 2012-2013).

-Contribution au programme d’étude des archives de Sigma à Bordeaux (Avec l’école des beaux-arts de Bordeaux)
-Prospective et Création : Opération « Les nouveaux commanditaires » de la Fondation de France
-Etude des discours de fondation de l’ENSCI-Les Ateliers (textes de Monzat de Saint-Julien, Patrick Bouchain, Claude Mollard) autour du thème de la « formation à la création, par l’expérience de la matière ».
-Arts et Politique , autour de « la reconquête de la ville par la culture » de la Mairie de Paris Étude de « Nuits Blanches » comme d’un démonstrateur des capacités prospectives des arts.

2 – Ateliers enquête (Méthodologie)
Rendez-vous réguliers, université d’été, ateliers étudiants (M1, M2, Doctorants et élèves écoles d’art)
Etudes de corpus, observations d’événements

Création d’un Atelier international « Comment donner forme au futur ? » associant Universités et écoles d’art déjà engagées dans cette réflexion.
Analyse collaborative de dossiers d’archives (dessins, variantes, annotations, maquettes) : apports de la génétique textuelle, des conservateurs et responsables de fonds spécialisés, des praticiens
Travaux autour de projets en cours dans la ville (mobiliers urbains innovants, mobiliers informationnels, mobiliers dits « intelligents », recherche action et projets artistiques)
Travaux sur les écritures urbaines (histoire et ethnographie de projet d’arts politiques; enquêtes sur les écritures du futur et leurs acteurs )
Recherche action sur le « design d’anticipation » (l’insertion du design dans les laboratoires scientifiques)
Séminaire EHESS « discours et pratiques du futur, designers, architectes, graphistes ».
Etudes des nouveaux moyens de projection (prototypage rapide, maquettes numériques, croquis numériques, logiciels 3D) et impact sur le « projet » (représentation du projet, questions d’échelles, dessins, « nuages » d’idées)
Atelier sur le lexique comparé des vocabulaires du projet en design, en architecture, en architecture numérique, en ingénierie de conception, en gamedesign, serious games, transmedia, (prototypage, maquettes, démonstrateurs, scénarios, mapping, graphes, topic maps) :

3 Fonds et Terrains , Opérations de recherche
-enquêtes dans plusieurs fonds d’archives spécialisés : architecture, design, graphisme en particulier . Archives Brongniart, Musée Vitra, MACBA, Fondation Beyeler
Etudes des archives de design du musée des Arts Décoratifs, archives photographiques de l’ENSCI, Fonds Faucheux (IMEC)
-Archives augmentées de la création : les festivals, les expositions, les présentations de projets. (Festivals panafricains, archives Sigma, Nuits Blanches, Expositions universelles)
Nouvelles archives, archives de performances, archives d’évènements.
-Ethnographies d’exposition (par ex. Pompidou mobile, la Triennale) d’évènements (Nuits Blanches), de performances urbaines (City wall)
-Suivi de projets « typiques » arts et industries.

4. Projet interne au labex
Cartographie des recherches au sein du labex liant création et prospective (histoire des arts et des techniques, études d’archives de la création,
Analyse du statut du créateur/concepteur, analyse du croisement des différentes démarches d’exploration du futur et conditions d’un dialogue entre disciplines.
A la lumière des mutations de la société et des attentes futures, comment la co-conception et les pratiques collaboratives modifient-elles le statut du créateur/concepteur en particulier dans le cadre de mutations rapides et de la multiplication de micro-productions, avec la préoccupation des usages justes et soutenables.

Ces différentes propositions font d’ores et déjà l’objet de recherches engagées par des membres du labex (chercheurs, doctorants, conservateurs) et de chercheurs indépendants et parties prenantes (partenaires entreprises, ingénieurs R&D) qui ont décidé d’accompagner le labex avec leurs propres questionnements prospectifs.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

“Arts, innovation, industrie”, thème 1 (INHA, EHESS, Musée des Arts Décoratifs,ENSCI)

Patricia Falguières ( EHESS, CESPRA , Philippe Sénéchal (INHA) , Daniela Gallo (UPMF, EHESS, Odile Nouvel le musée des Arts Décoratifs, et Sophie Pène (ENSCI) proposent dans le cadre du Labex CAP (Création, arts et patrimoine) le thème de recherche “Arts, innovation, industries”.
Contact : Patricia Falguières, falguier(at)ehess.fr

ARTS, INNOVATION, INDUSTRIE.
Une réticence française pèse, de longue date, sur les enquêtes qui se donnent pour objet matériaux et procès de production. La technè aristotélicienne a, au fil des siècles, abrité ces thématiques parce qu’elle constituait une voie médiane entre théorie et pratique : la voie du produire. C’était la voie des arts. Plus qu’ailleurs, elle a été, en France, mise au rancart par la science moderne. Cette disqualification pèse lourdement sur notre appréhension des relations de l’art et des arts, de l’art et du design, de l’art et de l’industrie, comme elle obscurcit la dynamique de l’invention.
Repenser la technè à l’heure où l’innovation industrielle impose de nouvelles approches du matériau et des usages, peut être une source de renouvellement pour l’histoire et la théorie de l’art ( le précédent de l’histoire viennoise de l’art au début du XXe siècle en témoigne) autant que pour ceux, ingénieurs, designers, architectes, informaticiens, qui sont engagés dans la dynamique de l’invention.
L’atonie de la recherche dans cette zone indécise située entre histoire des arts, industrie et histoire des sciences, entre philosophie et sciences de l’ingénieur, contraste avec le dynamisme qui se manifeste aujourd’hui à l’échelle internationale : on y voit fleurir des programmes de recherche ambitieux autant qu’interdisciplinaires qui revisitent un ordre de questions suscitées, au milieu du XIXe siècle par l’Exposition Universelle de Crystal Palace (la distinction art /industrie, artisanat / industrie, art / artisanat, etc.) et placent le matériau au centre de leur approche : « An Iconology of the Textile and Architecture » à l’université de Zurich, « Craft », le programme de Graduate Studies du Victoria and Albert Museum (Londres), « The Clever Object » ou « The Material Life of Things », au Courtauld Institute (Londres), « The Maker’s Knowledge Tradition » (Institut Max Planck pour l’histoire des sciences, Berlin) … Dans ce réseau international en cours de constitution il est urgent d’inscrire les problématiques travaillées par un réseau de chercheurs français pour l’heure embryonnaire.

ETAT DE L’ART

Depuis janvier 2011 un séminaire associant chercheurs de l’INHA, de l’EHESS, de l’ENSCI, ingénieurs du CNAM, conservateurs du Musée des Arts Décoratifs et de la Manufacture de Sèvres, designers, juristes et universitaires, se tient le premier jeudi de chaque mois au Musée des Arts Décoratifs. Il a pour enjeu de défricher un territoire de recherche peu fréquenté en France en organisant la convergence de métiers, de démarches et de traditions de recherche jusqu’ici parallèles, de dresser un bilan des recherches menées à l’échelle internationale, d’insérer ses chantiers dans les circuits internationaux.

PROJET

Le séminaire « Arts, invention, industrie » a vocation
• à déployer un programme audacieux d’invitations de chercheurs étrangers, qui jette les bases d’un futur Center for Advanced Studies,
• à mettre au point un programme de publications / traductions, utilisant les ressources du numérique, qui (re)constitue, en France, l’humus d’une culture de la technè,
• à susciter et accueillir doctorants et post –doctorants selon une modalité nouvelle associant, selon les thèmes de recherche, musées, écoles de design, écoles d’ingénieurs et institutions universitaires. Ateliers et universités d’été constitueront la phase préparatoire de ces partenariats inédits.
• A élaborer des thèmes de recherche interdisciplinaires et des programmes d’enquête exploitant les ressources (fonds d’archives, collections, bibliothèques) des institutions partenaires.

ENQUETES

• Les Kunstgewerbemuseen autant que les musées anthropologiques offrent l’exemple de ces musées indexés à l’histoire et à l’anthropologie des techniques, à la logique du matériau, qui ont été éclipsés par le modèle du musée des beaux –arts. L’exploration des archives de ces musées de la « culture matérielle » et la restitution de leurs programmes théoriques (Gottfried Semper, Franz Boas, Alois Riegl, etc.) est l’enjeu d’un programme de recherche.

• Historiens et technologues. La France de la seconde moitié du XIXe siècle a connu la floraison de plusieurs générations d’historiens de la technologie aujourd’hui oubliés (d’Albert de Rochas à Jacques Lafitte) qui constituent la postérité savante, indexée à l’essor de l’industrie française, du saint- simonisme.

• Craft & Maker’s knowledge Tradition. La question du faire comme mode de connaissance coïncide avec un réinvestissement récent de la question du « craft » ou « maker’s knowledge », dans des champs très différents : anthropologie (Ingold, Sennett), sociologie et philosophie des sciences (Shapin & Shaeffer, Latour, Rheinberger, Galison) et des techniques (Akrich, Latour), théorie et histoire du design (Adamson), tandis que le réinvestissement de cette question dans le champ de la théorie de l’art demeure, pour le moment, et malgré des antécédents prestigieux (l’école viennoise d’histoire de l’art au début du XXe siècle, Focillon en France) marginal.

• L’esthétique des juristes. Les juristes ont, depuis le XIXe siècle, au fil des décisions de justice concernant l’art et les arts appliqués / industriels, le droit d’auteur, les brevets et patentes et la propriété intellectuelle, livré un arsenal théorique d’autant plus riche et efficient qu’il est demeuré implicite.

• Matière d’invention / Nouvelles matérialités. Penser les nouvelles matérialités, matérialité numérique comprise, est à l’ordre du jour pour l’architecte autant que pour l’ingénieur. Le corpus théorique classique et les dichotomies qui le soutiennent (matière / forme, art /design …) n’aident guère à penser cette condition de l’innovation. Il s’agit de formuler les ressources théoriques que cette invention matérielle requiert aujourd’hui.

À ces divers projets de recherche, la richesse des fonds d’archives, des collections et des bibliothèques du CNAM, des Arts Décoratifs, de la Manufacture de Sèvres, de l’INPI ou de la BNF, autant que l’observation des Fablabs, des incubateurs d’entreprises, des ateliers et des laboratoires de recherche industrielle offrent un terrain de travail à long terme.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

” Anthropologie de la collection”, thème 2 (Musée des Arts Décoratifs, ENSCI, Anthropologie de l’écriture, CEDRIC)

le musée des Arts Décoratifs, L’EHESS ( Anthropologie de l’écriture, IIAC), le CEDRIC (CNAM), l’ENSCI-Les Ateliers (Les Ateliers-Paris Design Lab) ont proposé trois thèmes de recherche dans le cadre du Labex CAP (Création, arts et patrimoine) : “Arts, innovation, industries”, “Anthropologie de la collection”, “Donner forme au futur”.
Ces thèmes seront présentés lors des journées des 10 et 11 février.

Thème 2. Anthropologie de la collection.

Contact : Odile Nouvel, conservatrice au musée des Arts Décoratifs et coordinatrice de ce thème. odile.nouvel(at)lesartsdecoratifs.fr

Les musées sont le résultat de multiples choix opérés au cours de processus de décisions successives. La mission de tout musée est de transmettre un savoir à travers des œuvres qui témoignent d’un passé révolu, ou d’une séquence du présent destiné à devenir passé à transmettre à son tour.

Pour parvenir à ce statut de lieu de transmission d’un savoir idéalisé, qui serait le Tout d’une des facettes d’une culture, (beaux-arts, ou arts décoratifs, ou inventions techniques, ou armée, etc…), les conservateurs procèdent à des choix et de ce fait ne transmettent qu’une partie très fragmentaire du savoir dont ils sont dépositaires.

A partir de quoi le discours sur une œuvre est-il élaboré dans sa forme « publique » ?
Le dossier d’œuvre conserve la totalité des traces écrites et photographiées de la vie d’une œuvre – et sa mort éventuelle. Il comporte des originaux tels que courrier, factures, publicités, catalogues de ventes, ainsi que de la documentation sur l’œuvre (bibliographie, comparaisons, argumentaires, choix de restaurations etc.). La fiche d’inventaire, véritable « carte d’identité » de l’œuvre est le résultat écrit, du savoir scientifique qui entoure cette œuvre (dénomination, description analytique, circonstances de création, utilisation de l’œuvre, matières et techniques, mesures, localisation, statut administratif, bibliographie etc.). Mais ce savoir total fait forcément l’objet d’une sélection à l’intention du public : le conservateur décide de ce qui sera publié ou non sur les cartels et fiches de salles. Enfin lors de l’exposition de l’œuvre, une série de choix scénographiques sont autant de décisions qui influent de manière décisive sur sa perception.

Les technologies contemporaines au service du regard critique
Ces tris successifs qui s’opèrent nécessairement dans l’élaboration de la pensée transmise à tous autour d’une œuvre en constituent finalement l’identité « publique ». Au final, le visiteur n’a donc à sa disposition qu’une connaissance fragmentaire, mais jugée essentielle, de cette œuvre. Toutes ces opérations méritent aujourd’hui un regard critique à la faveur des technologies contemporaines qui « augmentent » nos facultés de perception et de découverte de savoirs jugés jusque là trop spécialisés. Le visiteur pourrait construire « son » parcours, s’approprier les informations « rejetées », faire des liens spontanés, créer des lectures nouvelles. Dans quelles conditions ?

Le “tri”, une opération clé pour comprendre les coopérations musées / numérique
Les industries des télécommunications considèrent les collections comme des contenus à transmettre et à agencer. Les applications courantes proposent de faciliter la circulation des publics dans les collections, en concevant des parcours profilés. Nos recherches entreprennent d’inverser le point de vue : nous souhaitons partir des pratiques de métier et présenter, à partir de l’idée un peu provocatrice de « tri », un regard autre sur les contenus. La contribution de recherches de terrain apporterait ainsi une vue actuelle sur les métiers et les pratiques, susceptibles d’enrichir les dialogues de conception et les relations avec les partenaires de R&D

Un groupe d’une dizaine de chercheurs issus de différents laboratoires (IIAC, CEDRIC, DICEN, ENSCI ) et musées (Arts Décoratifs, Arts et Métiers, Quai Branly) s’est constitué, réunissant des compétences de conservation, d’anthropologie de l’écriture, de conception de services numériques. Nous souhaitons présenter lors des rencontres de février les différentes situations de recherche autour desquelles des équipes se constituent :
– analyse du dossier d’un objet
– enquête de terrain sur des pratiques de tri situées (préparation d’une exposition)
– retour sur des choix curatoriaux d’expositions récentes par une enquête auprès des protagonistes (Museogames, choix d’œuvres, approche transmedia, rôle des documents, Galerie d’étude du musée des Arts Décoratifs)
– interrogation des pratiques de « curating numérique » (analyse de la conception et des usages de différentes réalisations numériques Décorative, CnapN, applis iPhone et iPad du Musée du Quai Branly )
– analyse des acceptions contemporaines de « curation » dans le champ sémantique du musée et dans celui du numérique
– éventuellement observation participante des pratiques des usagers de Pompidou virtuel (graphes de parcours), groupes « bêta testeurs », étudiants et chercheurs.

Une discussion méthodologique, rapprochant chercheurs et conservateurs a commencé. Lors des ateliers de février, nous souhaitons l’ouvrir à nos collègues d’autres laboratoires et être ainsi en position de privilégier les recherches qui convergeront avec les problématiques centrales des membres du labex.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search