Le Lab « Regards augmentés » au Musée des Arts décoratifs

Dans le cadre de l’action “Services Culturels Innovants”, initiée par le ministère de la Culture et de la Communication, L’ENSCI – Les Ateliers, le Musée des Arts Décoratifs, le CREDE Paris 1 Panthéon Sorbonne, Paris Ouest et l’Institut Télécom ont entrepris un programme, Regards Augmentés, qui consiste à présenter des oeuvres en usant des possibilités apportées par le jeu croisé d’un accueil singulier des publics et d’un dispositif de documentation enrichie.
L’ENSCI – Les Ateliers (équipe Paris Design Lab) prend en charge un “Lab”, décrit ci-dessous.

Sites à visiter :
Forbidden Touch and New Media in Museums, Codesign Lab, Institut Télécom, conduisant vers le site pédagogique de l’Institut Télécom . Cours CULT (Création Multimédia, consacré cette année au “toucher interdit”) d’Annie Gentès, et donc le contenu et les réalisations accompagnent la réflexion “Regards Augmentés”.
le blog Lezard
– Les collections, en particulier la collection de verre qui est le premier objet abordé

Prototype d’exposition augmentée
Comment tirer profit des médiations numériques pour offrir au visiteur des Arts Décoratifs un regard inédit, un regard augmenté, sur les œuvres ? Comment exploiter les richesses documentaires disponibles pour créer un contexte d’apprentissage sans didactisme ? Comment ouvrir un espace d’expérimentation, qui ne répète pas des usages déjà normés et décevants (du Web, des technologies de l’information et de la communication)?

Pour penser au mieux les possibilités ouvertes par les technologies de l’information et de la communication au musée, l’Ensci – Les Ateliers propose d’installer dans le musée des Arts Décoratifs un lab de recherche et de conception au sein duquel, avec la participation des visiteurs, une équipe de designers et de chercheurs va élaborer le prototype d’une architecture documentaire innovante mise en scène à travers un dispositif spatial.

Le Lab est une réalisation qui s’inscrit dans le projet « Regards augmentés » porté par le Musée des Arts Décoratifs et l’Ensci, et auquel participent Paris 1 Panthéon Sorbonne, Paris Ouest et l’Institut Télécom. Le projet « Regards Augmentés » s’est construit sur le postulat que la galerie virtuelle n’est pas un simple affichage supplémentaire de la collection, un substitut ou un complément, mais que cette galerie aide le musée à jouer pleinement son rôle en s’orientant vers une transformation des publics contemporains et en leur donnant des moyens étendus de regarder les œuvres.

Le Lab, un entre -deux, l’exposition en train de se faire, au vu des publics, des acteurs du musée, des chercheurs

Le Lab, pensé comme lieu de recherche, de conception et de médiation, va s’installer dans une salle du musée à proximité des espaces d’exposition. Espace tangible et modulaire au sein des Arts Décoratifs, il sera une vitrine sur le projet « Regards augmentés » en train de se faire. Son équipe va s’attacher à produire un dispositif informationnel qui recontextualise les œuvres de façon à provoquer chez le visiteur tant le désir de savoir que la capacité à formuler son émotion esthétique. Ce dernier sera invité à faire un détour hors du parcours de visite pour participer au lab.

Le cabinet des Fables de l'Hôtel Dangé
La boiserie fut réalisée pour l’ancien hôtel de Villemaré, 9 place Vendôme, lors des réaménagements commandés par le fermier général François-Balthazar Dangé, qui en avait fait l’acquisition en 1750

Le Lab se déroulera de mai à décembre 2010. Le projet comprend une phase de recherche et d’édition, une phase de conception plastique du dispositif et une phase de test auprès du public. Elles se superposent en partie dans le temps et se nourrissent les unes les autres.

Le Vase Hippocampes
L’équipe du Lab va dans un premier temps se concentrer sur le Vase Hippocampes d’Emile Gallé. Le dispositif conçu autour de cette œuvre sera transposable à d’autres œuvres sélectionnées par les conservateur, dont le Cabinet aux Fables et le Surtout Napoléon III. Cette période de prototypage correspond à ce qu’on peut appeler le Lab 1. Elle se déroulera de mai à fin juillet 2010. Les temps forts du Lab 1 sont le 20 mai 2010 (compte-rendu de l’état du Lab 1 aux autres partenaires du projet ; invitation à contribuer), le 26 mai 2010 (début de la mise en forme plastique), le 17 juin 2010 (présentation de l’état du Lab 1 aux autres partenaires du projet et éventuelle réorientation) et le 8 juillet 2010 (organisation de la phase « été »).

Vase Hippocampes dédié à Joseph Reinach

A partir des ressources documentaires existantes vont être extraits des segments d’information manipulables et définies des pistes de recherche non explorées encore. Le lab est à l’affut d’informations qui donnent à voir le Vase Hippocampes sous un jour nouveau, dans toute sa beauté et sa singularité. Pourront être inclus dans le dispositif informationnel, outre des informations sur l’œuvre, des éléments qui ouvrent des dimensions poétique, sensorielle, technique, scientifique ou anecdotique : occurrences du motif de l’hippocampe dans des œuvres plastiques, littéraires et cinématographiques, matériologie, exploration sonore et tactile, fictions, points de vue de scientifiques sur l’hippocampe, chorégraphies, cartographies, scénographies …

en 1871, lors de la Commune, le surtout  brûla dans l’incendie du palais des Tuileries. Henri Bouilhet, vice-président de la manufacture Christofle, le sauva des cendres et le donna au musée des Arts décoratifs.
Pièce centrale du surtout de cent couverts, la France distribuant des couronnes de gloire

Dans un deuxième temps, l’ensemble du matériel de recherche rassemblé sera organisé en un réseau arborescent autour du vase aux hippocampes. Devront être définis des cercles d’informations qui sont autant de « mondes » et d’ « horizons » qui traversent le Vase hippocampes. Cet ensemble d’informations sera traduit dans un dispositif physique dont la forme reste à définir. Parcours dans l’espace, cubes manipulables, vitrines, tiroirs…l’essentiel est de mettre le visiteur en posture active et que lui-même produise et manipule l’information et organise son ressenti. Le Lab n’hésitera pas à proposer d’intégrer le Vase Hippocampes dans des scénarios inattendus afin de provoquer le visiteur. On peut imaginer que celui-ci soit virtuellement en mesure de le casser, de le reconstituer, de l’acheter ou de le dupliquer.

Le rôle créateur des visiteurs

Si le Lab investit l’espace du musée, c’est pour être en mesure d’impliquer le visiteur dans sa démarche. C’est un aspect essentiel de son fonctionnement. Le visiteur devra composer son propre agencement en agrégeant des données et en créant un récit qui justifie sa collection de données. Le Lab donnera ainsi accès aux attentes du public tout en incluant ses productions, avec celles des chercheurs, dans les ressources pédagogiques du musée.

Unité modulaire low tech, travaillant initialement avec des matériaux modestes comme la ficelle, le carton et le bois, le lab va peu à peu intégrer des ressources technologiques dans sa structure. Il s’appuiera sur le réseau social en ligne du musée et infiltrera son site internet…avant de réfléchir à l’usage de technologies innovantes de type capteurs et reconstitution 3D.

Le dispositif du Lab figure un espace nouveau qui n’est ni le musée ni son pendant web. Il provoque l’échange et réunit « en plateau » des acteurs dont la réflexion est souvent dissociée. Conservateurs, designers, éducateurs, visiteurs contribuent ensemble et en même temps à la constitution du savoir sur l’œuvre. C’est cette conjonction en un même espace-temps de la recherche et de la conception, de l’expert et de l’amateur, du savoir et du ressenti, qui font la spécificité du Lab Regards augmentés.

Dates jalons du projet Regards Augmentés

20 mai 2010 : Présentation de l’état d’avancement du Lab au reste de l’équipe Regards Augmentés
26 mai 2010 : Début de la réalisation de la maquette du dispositif
9 juin 2010 : Premier test avec le public
17 juin 2010 : Présentation de l’état d’avancement du Lab au reste de l’équipe Regards Augmentés
8 juillet 2010 : Fin de la réalisation du premier prototype conçu autour du vase Hippocampes

L’équipe ENSCI Paris Design Lab , du Lab « Regards augmentés » est pour le moment constituée de :
– Tassiana Costa, designer
– Arthur Schmitt, designer
– Camille Pène, doctorante en histoire de l’art contemporain (Paris IV-Sorbonne)

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Design et sciences, un mariage de santé et une promenade de raison

Nos existences, notre futur, tout est à inventer. La relation entre design et sciences prend du corps, vu les défis, dans le champ de la santé, de l’environnement, de l’eau, des mégapoles… .

Recherche et enseignement
Cela invite à aménager des formations et des rapprochements inventifs, et à insérer la recherche au plus intime de la formation du designer, l’atelier, le projet.
L’ENSCI – Les Ateliers, par le biais de son équipe Les Ateliers – Paris Design Lab, est engagée actuellement dans 5 recherches sur contrats publics et trois recherches sur contrats privés.
En adossant enseignement et recherche l’un à l’autre, elle crée chez les élèves une disposition à la veille scientifique, avec trois niveaux de relations entre design et recherche :
– quelques designers chercheurs feront un doctorat
– des designers seront capables de travailler dans des équipes de recherche et avec des chercheurs
– tous les designers seront sensibilisés à l’existence des résultats de la recherche, seront capables de les trouver et de s’en servir.

La résidence MINATEC – ENSCI-Les Ateliers
La résidence ENSCI -CEA accueille chaque semestre (depuis septembre 2009) un groupe d’une dizaine d’élèves designers qui travaillent avec les chercheurs du LETI sur différents projets (à ce jour, nouvelles modalités de l’éclairage urbain, maison modulable). C’est pour l’ENSCI – Les Ateliers un développement capital qui traduit la vision d’un design utile, fidèle à la tradition du design – expérimenter et exploiter les matières qui lui sont contemporaines, le bois et le métal pour le Bauhaus, le digital, la cellule, la bactérie, pour le design du 21e siècle – et qui prépare les designers à la réalité de leurs futurs environnements de travail : multidisciplinarité, recherche, incertitude, responsabilité.
Lors du Conseil d’Administration du 24 mars 2010, nous avons pu discuter de nos orientations avec les administrateurs, qui tous soulignent l’urgence de développer un design du 21e siècle, pour lequel la relation avec les sciences est cruciale.
conseil d’administration 24 mars

Le designer dans le laboratoire
Antoine Blanchard et Elifsu Sabuncu, du Deuxième Labo apportent des exemples très intéressants de relation entre design et science en évoquant un cas de “design de bactéries”, E. Chromi, raconté par Alexandra Daisy Ginsberg

Nous sommes en 2049. Il est désormais possible d’ingérer E. Chromi sous forme de boisson probiotique. Après l’avoir bue, les bactéries forment des colonies dans votre tube digestif aux côtés de votre flore intestinale, et commence à surveiller ce qui se passe. Dès qu’un changement intervient (pathogènes, nouvelles substances chimiques sécrétées par des cellules cancéreuses, etc.), elles comment à réagir et sécrètent un pigment que l’on va retrouver ensuite dans vos excréments.”

Antoine Blanchard et Elifusu Sabuncu soulignent que le design possède une méthode qui lui est propre.
“En s’attaquant à des objets et des idées de laboratoire, il continue finalement à leur poser des questions mais à sa façon, et en rappelant que l’être humain est avant tout un être de consommation. C’est toute l’idée de l’exposition « What if? » du Wellcome Trust à Londres ou du programme « Synthetic Aesthetics ».

L’initiative Synthetic Aesthetics, entreprend de former “six paires de chercheurs et de designers” sur une durée de 18 mois, entre laboratoire et école de design :
“Traditional engineering disciplines have tackled design by working alongside designers and developing longstanding collaborations. Synthetic Aesthetics is a research project jointly run by the University of Edinburgh and Stanford University that aims to bring together synthetic biologists, social scientists, designers, artists, and other creative practitioners, to explore collaborations between synthetic biology and the creative professions. Interaction between these two broad fields has the potential to lead to new forms of engineering, new schools of art and design, a greater social scientific understanding of science and engineering, and new approaches to societal engagement with synthetic biology.”

Merci aux acteurs réseaux du Deuxième Labo, vrais Latouriens, d’oeuvrer par leurs analyses et positions, au “Dasein ist Design !”

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Atelier d’écriture d’articles

Le 1er avril 2010, j’ai proposé un premier atelier d’écriture d’article aux diplômés des sessions 2009 et 2010. Les diplômes sont à l’ENSCI l’occasion d’une recherche personnelle souvent très approfondie, qui mêle lectures, entretiens, création. Dans certains cas, le mémoire et le projet se révèlent une ressource pour une publication scientifique. Les motivations sont multiples : approfondir un sujet, légitimer sa contribution face à des commanditaires, envisager un cursus doctoral, apposer une marque d’auteur sur une idée et un projet.
La première séance a réuni trois designeuses, cela permet de démarrer un travail relativement individualisé. Nous ferons une séance tous les 15 jours jusque la mi-juillet. Prochaine séance le 15 avril.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Design urbain et innovation sociale

Programme Emergences – Ville de Paris
Les Ateliers- Paris Design Lab® a répondu à l’appel Emergences (clôture le 9 avril 2010). Ce programme est susceptible de soutenir une équipe créée depuis moins de deux ans sur un projet scientifique innovant. Nous proposons de développer une recherche théorique sur les champs actuels du design, en particulier dans le champ de la ville numérique, et de l’articulation entre le réseau des informations, les réseaux humains hyperlocaux, les réseaux urbains. Le programme comprend une proposition de réalisation matérielle, caractéristique du design, une plate-forme de services urbains. Elle pourrait devenir un living lab qui aiderait les innovateurs à expérimenter des dispositifs, à mettre en discussion des propositions d’objets communicants, de partage de données, à donner forme à des intuitions d’usage. La ville numérique, ce n’est pas uen ville informatisée, c’est une ville qui cherche sa symbolique, son architecture. Nous accueillons dans Paris Design Lab une recherche sur les nouveaux matériaux (Ultrabéton, béton dépolluant, béton irisé, lumineux, et autres matériaux intelligents)
Nous espérons bien sûr pouvoir être retenus, et lier ainsi différents sujets sur lesquels travaillent les 6 équipes de Paris Design Lab, autour d’une thématique qui se dessine par différents partenariats, Urban Thinking.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Déambulation urbaine et services mobiles

Voici le début d’un D-Lab, Design Lab, de l’ENSCI Les Ateliers. Il n’est bien sûr pas question de communiquer en détail sur les attentes de notre partenaire industriel de recherche, notre commanditaire. En revanche l’enjeu pour la recherche des « Ateliers » est de suivre un groupe dans sa conception créative et de faire « grandir le design », comme le propose Jean-Louis Frechin en documentant une élaboration collective d’un point de vue ethnographique.
Le thème global est la convergence entre réseaux sociaux, mobilité et internet des objets.
Notre groupe ENSCI est coordonné par Jean-Louis Frechin. 4 designers constituent l’équipe, Pierre Charrier, Marine Rouit, Flavie Papin, Louis-Eric Maucout. Nous sommes en présence de représentants de plusieurs équipes des Bell Labs. Il y a plusieurs doctorants qui travaillent sur des sujets variés. Deux personnes ont des missions d’observation et de veille sur la créativité technologique.
Jean-Louis Frechin reprend une synthèse d’une étude faite par le premier D-Lab de l’ENSCI il y a quelques mois. Nous sommes installés dans le Creative lab des Bell Labs, un lieu nouveau équipé pour le confort, le débat. Il montre l’importance que les Bell Labs attachent à une réorganisation matérielle pour réunir des conditions favorables à la créativité des ingénieurs.
Les vidéos de représentation d’usages reposent sur une idée de « réseau social » centré sur la personne et son device. La perspective est le croisement d’informations issues du Web (un programme de loisir possible) avec des informations d’espace temps et de personne.
Il s’agit de composer avec ce genre d’agrégat un objet cohérent que l’on peut adresser, proposer, pour organiser une action commune, une information partagée.
Un des participants du premier groupe, Louis-Eric Maucout, reprend place dans ce nouveau thème. Il présente sa proposition de l’année dernière. La mobilité a été pensée comme une élasticité accrue du temps et de l’espace. La référence Twitter a marqué le projet. Cette fois les messages ont été pensés comme des messages publics. Communication géolocalisée dont les traces sont un enrichissement du lieu. Un marquage de « bruit numérique », une ambiance du lieu, reflète la densité des messages. Un signal sensible fait écho à l’expression discursive et crée un stream public, une radio aérienne bruissante qui colorerait la déambulation du promeneur connecté.
Ce n’est pas une conception fondée sur des expressions de besoin ou des scénarios d’usage. Le parti pris est différent. Le groupe a cherché des règles simples de corrélation sensible entre l’activité discursive d’un réseau social et la déambulation urbaine. La réception de certaines catégories de message, un morceau de musique, pourrait être corrélé au passage dans certaines catégories de lieux : un arrêt de bus, une place de mairie. Une certaine plasticité d’échelle est introduite dans le réseau discursif, ouvrant une réflexion sur une gamme d’une sémiotique espace/temps/message, venant ordonner des lieux communs urbains.
Jean-Louis Frechin souligne le lien intrinsèque entre le web des données et le Web des objets. Se dessine une manière de documenter la réalité qui part de l’individu.
On retrouve des remarques de Jean-Louis Frechin : rythmer la ville numérique de balises signifiantes, rôle que jouent dans la ville haussmannienne la fontaine Wallace ou l’accès de métro de Guimard, Avec la sémiotique du son, une grammaire de l’espace, interpénétrant public et privé, se dessine.

Marine esquisse l’idée d’un grand jeu de piste urbain, fondé sur ce genre de méta application, invitant à un nouvel investissement de l’espace commun. On s’éloigne ainsi du réseau fondé sur l’identité. C’est l’espace commun qui vient créer de la relation, et non l’inverse. A un moment où les « commons » reviennent sur le devant du Web, ces réflexions semblent aux participants pleines de perspectives.

« Ce type de design fin sculpte les usages » , une remarque conclusive de Jean-Louis Frechin

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

DESIS : design for social innovation and sustainability.

Sur le blog vide-poches, une interview d’Ezio Manzini :

“More precisely, DESIS supports social innovation using design skills to:

  • give promising cases more visibility;
  • make them more effective;
  • facilitate their replicability;
  • help companies and institutions to understand the promising cases potentialities in terms of enabling services, products and business ideas.

At the same time, DESIS reinforces the design community’s role in the social innovation processes both within our community (developing dedicated design knowledge) and outside it (redefining the perceived design role and capabilities).”

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Recherches de terrain : design et innovation sociale, territoires

La 27e Région annonce la sortie d’un ouvrage collectif retraçant une trentaine d’expériences d’innovation collective. Les “résidences” de la 27 Région suscitent une réflexion collective, animée par des designers, entourée par des sociologues, anthropologues, architectes, urbanismes, ingénieurs. A l’issue de (presque) deux ans d’immersion dans des territoires très variés (lycées, maison de retraite…) une méthode créative s’exprime, apparentée au “social design” . Elle porte en elle une critique implicite ou explicite du nouveau management public.

Sortie prévue en avril 2010 à la Documentation française   http://la27eregion.fr/Design-des-politiques-publiques-a

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Extended Brain : assistant cognitif et exploitation créative de données Web

Retenu dans la cadre de l’appel à projet “Web Innovant” (secrétariat d’Etat à l’économie numérique), Extended Brain réunit Plasmasoft, l’ENSCI Les Ateliers et Proxem sur un projet de deux ans, qui vise à mettre à la disposition du grand public une plate-forme d’apprentissage créatif.

Extended Brain est une application de traitement participatif de la documentation numérique. La profusion documentaire apportée par le Web est aujourd’hui plutôt un problème qu’une solution, en particulier pour le jeunes utilisateur en situation explicite ou implicite d’apprentissage : télécharger, bookmarker, s’abonner sont des actions qui offrent de nouvelles ressources. Mais celles-ci ne prouvent pas pour le moment que le Web a changé les façons d’apprendre. Il y a aujourd’hui plus de perte et de rupture dans la chaîne d’acquisition de l’information que de nouveaux pouvoirs d’apprendre. Or selon une expression de François Taddei, notre époque attend des knowledge builders, capables de jouer avec « un lego dont les pièces changeraient sans cesse de forme et de fonction ».Ce lego de toute évidence le Web en est le medium et le support mais des aménagements de l’objet sont attendus pour rendre le jeu de construction possible.

Extended Brain appartient à une nouvelle génération d’éditeurs de contenus, tournés vers l’appropriation, l’agencement, la création, la coopération. L’interface transforme la façon de prélever des ressources, de les qualifier  extrêmement rapidement, grâce à un moteur sémantique; il les organise, quels que soient leur source et leur format,  en une page de travail, ouverte à la participation d’une communauté impliquée.

La conception d’Extended Brain repose sur un design d’usage : comment les étudiants, les salariés d’entreprise, les retraités se servent-ils du web pour apprendre ? Comment s’ajustent la prise de notes, l’écoute, la lecture avec la ressource Web ? Quelles actions cognitives, créatives est-on actuellement capable de faire et que désire-t-on pouvoir faire ?

Quatre opérations sont assistées  par Extended Brain :

  • la collecte individuelle et aléatoire d’informations
  • l’organisation documentaire  (prélever, qualifier et classer en 5 secondes).
  • l’agrégation progressive en une seule page (sur une sorte de tableau blanc thématique) de données multi-sources (extraits d’emails, de presse en ligne, de blogs ou tweets, de sites scientifiques, de glossaires, de bases de diaporamas…) et multiformats (textes, audio et vidéo) avec une fonctionnalité d’écriture directe sur la page : annoter, critiquer, synthétiser, interpréter, discuter  (seul, à plusieurs, synchrone, asynchrone)
  • exploitation coopérative par un réseau hyperlocal (quartier, association, école, entreprise) : compréhension, formation,  construction collective des idées et des volontés, action collective.

Il est centré sur l’individu et ses mondes personnels et sur les réseaux sociaux, qu’il équipe d’outils d’analyse coopérative des documents.

Extended Brain peut être utilisée en mobilité (netbook, téléphone), en classe, chez soi et au bureau (ordinateur portable et fixe).

Cette application répond à un besoin : après 10 ans de course à la création de contenu, la polarité s’inverse. L’enjeu d’aujourd’hui : agir sur les contenus,  apprendre, constamment, créativement, efficacement grâce aux documents numériques et aux réseaux sociaux.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

TOPOPHONIE : modèles, interfaces et rendus audiographiques granulaires navigables

Le projet Topophonie est soutenu par l’ANR . Il réunit,sous la direction scientifique de Roland Cahen,  5 partenaires : l’Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle, LIMSI, Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique, Navidis,  Orbe.

La recherche porte sur la navigation sonore dans les flux et les masses d’événements audiographiques spatialisés. Son but est de concevoir et développer des modèles, des interfaces et des rendus audiographiques navigables d’ensembles d’objets corpusculaires, animés et spatialisées. La recherche, programmée sur 36 mois, s’articule en un temps d’étude et d’expérimentation au cours duquel nous entendons dégager des modèles génériques et des maquettes démonstratives, un deuxième temps où nous créerons les composants nécessaires à la mise en œuvre des applications d’usage que nous développerons dans un troisième temps. L’aspect non ponctuel des objets composés, leur comportement audiographique et la navigation au cours de laquelle ils s’expriment sont les trois critères indissociablement liés qui donnent sa spécificité au projet. Les applications envisagées concernent principalement la navigation interactive cartographique et/ou géolocalisée, les univers virtuels interactifs, les jeux et jouets, les effets spéciaux pour l’audiovisuel, …etc. L’équipe du projet est composée de chercheurs dans les domaines du sonores et de la visualisation, de designers, d’artistes et d’entreprises spécialisés dans les domaines d’application concernés.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Design et sciences – designers et chercheurs – Postures et projets

Le 19 janvier 2010 l’ENSCI Les Ateliers (Paris Design Lab) a réuni différentes personnalités, designers et/ou chercheurs, pour discuter des questions  susceptibles d’orienter sa politique de recherche.
Des sciences de l’information et de la communication, de la sociologie, de l’anthropologie aux sciences des matériaux en passant par les sciences cognitives, les mathématiques, la biologie ou la chimie, le design dialogue avec les discours de la complexité.

Quel besoin de design ont les sciences ? Quel besoin des sciences a le design ?, telle était la trame proposée.
A la suite des différents échanges – et dans l’attente d’un compte rendu – un débat s’est engagé sur ce billet, que vous êtes chaleureusement invités à nourrie.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search