le monde sinon rien

Tel est le titre de l’exposition en préparation pour la Biennale du design 2021, prévue du 27 avril à la fin août 2021, à la Cité du design de Saint-Etienne. Les deux commissaires en sont Benjamin Graindorge et Sophie Pène.

Voici le texte qui la décrit :

Le monde, sinon rien . Rêver, apprendre, renouer

Artificialisés par l’industrie et la religion de l’efficacité, la terre et le vivant portent les marques de l’exploitation humaine.

Aujourd’hui, la circonstance extraordinaire d’une crise sanitaire provoquée par une zoonose questionne notre position d’êtres vivants au milieu d’autres êtres vivants. Nous voici invités à une conversation, voire une négociation, dont nous ne maîtrisons pas les termes. A coup sûr, elle nous écarte des objectifs habituels de l’action humaine. Il ne faut plus résoudre ni réparer mais reformuler  notre rapport au monde. Heureusement il y a des lieux qui depuis toujours offrent la retraite nécessaire à ce travail, ce sont les écoles, les tiers-lieux, les laboratoires de recherche. De ces foyers partent les explorations. Une ère d’enquêtes et de récits pour un réapprentissage du monde commence. Rêver, libérer des utopies, et trouver à les rendre réelles, telle est la demande pressante que tous les étudiants adressent aux écoles. Les écoles n’ont pas peur, elles ouvrent le débat sur l’inconnu. Elles se fient à la jeunesse qui a le pouvoir de transformer le réel, grâce à sa lucidité et son courage, à l’insouciance parfois, mais aussi à la protection qu’offrent ces lieux de convergence des chemins personnels.

Le Monde sinon rien est un révélateur de ces diplomaties. L’exposition repose sur un dialogue entre l’ESADSE, une école qui favorise l’audace et s’enrichit des tensions entre art et design, et le CRI, un lieu où des scientifiques bifurquent des carrières tracées pour aborder les défis du partage des savoirs et des transformations écologiques.  Artistes, designers et scientifiques partagent une même conviction : l’apprentissage est un renouveau, une expérience de vie, de connaissance et de démocratie. Il touche l’entier de l’existence humaine, et vit de l’imagination, du désir, de la sensibilité.Les chercheurs agissent en créateurs et les créateurs connaissent les incertitudes de la recherche. Leur cheminement et leurs histoires de vie se lisent dans leurs expérimentations. L’exposition joue des dualités entre les projets, parfois en  écho, parfois en s’opposant, toujours avec l’exigence de provoquer un ailleurs.

Le Monde sinon rien s’ouvre sur des images du temps présent. Au travers des vifs souvenirs de 2020, ses surprises et ses épreuves, le sentiment d’un tournant perdure. Venus d’un temps où les machines l’emportaient sur le vivant, les humains se savent rendus à l’imagination. L’exposition donne une place aux écrits contemporains qui, autour de  Donna Haraway, Bruno Latour et Anna Tsing, avivent une pensée alternative. Elle théorise nos interdépendances avec la terre et toutes les formes de vie. Elle raconte des histoires de cohabitations heureuses des espèces, qui prospèrent jusque dans les ruines de mondes industriels déchus. Elle libère de grands espoirs. Sur ce terrain contemporain, riche de strates et de complexité, s’inscrit le travail des jeunes créateurs, artistes, designers et scientifiques : un paysage où des vestiges et la violence de catastrophes n’empêchent pas, et même favorisent, l’éclosion de théories inspirantes, de nouveaux récits et d’écosystèmes créatifs.L es projets choisis ne prétendent pas représenter la meilleure façon de repenser le monde. Ils accumulent des terreaux pour des mondes futurs. Apprendre par la main, par la matière, par l’outil, par la science, par l’engagement dans les causes et les luttes, par le souci des autres et par le dialogue pour fertiliser un monde en crise accueillant la créativité et l’énergie de la jeunesse, telles sont les facettes qui montrent l’apprentissage sous le jour du design de nos existences.

Un grand jardin symbolise le territoire dont on prend soin et où grandissent des possibles. Métaphore des écoles et des mondes en transformation, ce jardin restera le reflet de notre fertile inquiétude :

De quels nouveaux apprentissages avons-nous besoin pour prendre soin du monde ?

Dans le même temps, l’exposition se constituera en observatoire des bifurcations des écoles, grâce à son double numérique. Celui-ci s’enrichira au fil de la Biennale 2021, et perdurera, de sorte que la biennale 2023 pourra y reconnaître les chemins parcourus et tracer les étapes à venir.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Workshop 2 :Du 21 octobre au 24 octobre 2020

Pour l’édition 2021 de la biennale internationale de design de Saint-Étienne, qui se déroule du 27 avril 2021 au 25 août 2021, le CRI est invité à participer à la conception de l’exposition intitulée Machine à rêves.

Du 21 octobre au 24 octobre 2020, quelques étudiants internationaux du CRI vont rejoindre le projet et auront l’occasion de découvrir l’environnement d’innovation de la Cité du design de Saint-Etienne.

Dans cette exposition, le visiteur sera invité à explorer les transformations de l’apprentissage dans un monde en mutation. Le riche programme d’expositions et de conférences, sera un grand moment de discussion et de concertation sur l’avenir de l’apprentissage.

Des étudiants de l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Saint-Etienne (ESADSE) et des étudiants du CRI sont les producteurs de l’exposition. Le CRI partage ses connaissances et ses expériences dans le domaine de l’apprentissage

La ville était un centre sidérurgique, autour d’un fleuron : la Manufacture des armes et cycles de Saint-Etienne



Dessin représentant la Manufacture au XIXe siècle.
© Association ARCO, juin 2005.
in La Manufacture d’Armes de Saint-Étienne :
un patrimoine militaire saisi par l’économie créative
Thomas Zanetti
https://doi.org/10.4000/insitu.206

Après la fin de cette activité essentielle, le paysage social a changé. Heureusement, depuis 20 ans, la région a tenté de s’orienter vers l’économie de la connaissance et l’économie créative. Elle est aujourd’hui une “Cité du design” de l’Unesco.

in La Manufacture d’Armes de Saint-Étienne :
un patrimoine militaire saisi par l’économie créative
Thomas Zanetti
https://doi.org/10.4000/insitu.206

Pour des étudiants venus de Chine ou d’Amérique du Sud, outre la joie d’apporter à l’exposition savoirs et idées, c’est une belle opportunité de découvrir une ville du centre de la France , à travers la vie étudiante des étudiants en design !


Le départ de la scénographie de l’exposition est donné. Résultats de cette nouvelle étape du travail le 24 octobre !

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Dream Machine – première rencontre

Je reprends ce carnet délaissé depuis plus de cinq ans parce que je reviens vers les designers en m’impliquant dans la préparation d’une exposition de la Biennale du design 2021, Dream Machine. Je vais écrire le carnet du travail en commun, entre le CRI, la Cité du design, et l’école d’art et de design de Saint-Etienne, et les parties prenantes qui interviendront au fil des avancées. L’objet commun que nous cherchons, c’est représenter l’apprentissage, aujourd’hui et la façon dont nous intériorisons l’apprentissage, comme activité, projet, idéal, morale, futur ! dans ce monde qui est ce monde, au deux tiers d’une année de pandémie, de conflits, de menaces, d’orages et d’été excessif.

Bifurcations : le titre de la Biennale du design 2012  ! Un programme 360 qui peut tout annoncer  : tourner en rond, exploser, retomber sur ses pieds, ailleurs. Tout dépend de l’énergie et de son pouvoir percolateur !

les débuts de la préparation d’une des expositions, Dream Machine, ont montré que nous allions devoir être capable de bifurquer plus d’une fois. Nous : les deux co-commissaires, Olivier Lellouche et Sophie Pène. Et nous, eux, les étudiants qui s’impliquent dans l’invention de l’exposition. Car traditionnellement la Cité du design et l’Esadse (Ecole supérieure d’art et de design de Saint-Etienne) confient aux étudiants une des expositions.

Après quelques semaines ou mois de discussion, commencée en avril par des visio-conférences, un workshop à Paris  (16-19 septembre) a ouvert le sujet.   Le but de cette semaine était d’apporter aux étudiants de quoi démarrer. Le dialogue s’était noué entre  François Taddei, président du CRI,  et Thierry Mandon, Président de la Cité du design, avec l’idée que designers et chercheurs allaient se rencontrer sur le sujet de l’apprentissage, et que les étudiants internationaux et multidisciplinaires du CRI donneraient de l’étoffe. Un groupe s’est constitué au CRI pour accompagner les étudiants qui voudraient participer à l’exposition, dont François Taddei, Olivier Bréchard, Marguerite Benony, Joël Chevrier, et Sophie Pène. 

 

 

Dream Machine – Un aperçu des deux premiers jours du workshop 1

Ariel Lindner, Co-fondateur du CRI, a accueilli les participants le mercredi. Essentiellement designers, ont-ils été touchés par cette invitation à rejoindre les biologistes dans des projets interdisciplinaires ? La fierté du CRI est de créer des interfaces entre disciplines par les rencontres humaines. C’est en se parlant de jour en jour, en se rencontrant lors d’événements scientifiques, en acceptant les invitations les uns des autres que les groupes projets se forment. Ariel a sobrement présenté son travail de biologiste : comment les espèces se différencient ? Comment les humains se différencient dans les pratiques de collaboration ? 

Le CRI est un carrefour où les rencontres font évoluer la notion de discipline, selon les sujets scientifiques, les aires géographiques, les langues aussi, qui sont des barrières et des ponts. Ariel évoque la genèse du CRI, des étudiants qui voulaient travailler ensemble, et qui ne trouvaient pas d’endroit pour se rencontrer.  Très vite est venue l’idée que rassembler des gens de différents domaines et créer les bonnes conditions pour travailler ensemble était une voie d’évolution simple et accessible pour l’université.



C’était l’arrivée, et si pour nous l’arrière-plan d’apprentissage était d’ores et déjà présent dans les sujets, les façons de parler, le learning center dans lequel nous travaillons, je ne suis pas sûre aujourd’hui que les choses étaient si bien parties

Le learning center du CRI où s’installent les étudiants pour lire, écrire, rêver et converser, apprendre en somme

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Impression /imprimerie, papeterie … et béton – Séminaire arts innovation industrie – 18h-20h INHA 23 mai

Ce soir au séminaire Arts Innovation Industrie, une séance d’études de cas et de synthèse.

 

Giulia Boosten (Paris I)  parlera d’impression tridimensionnelle     :                                 

L’impression 3D bouleverse-t-elle la notion traditionnelle d’impression ? En quoi cette technologie peut-elle s’inscrire dans l’aventure de l’imprimerie ? Il s’agira d’interroger la récente notion d’impression tridimensionnelle en cherchant à savoir si cette technique relèverait de fait de l’imprimerie, au-delà de l’affiliation sémantique de son appellation. On se penchera pour cela sur 3 éléments caractéristiques : premièrement, la notion de matrice numérique ; on reviendra dans un second temps sur la distinction conceptuelle entre reproduction/production, pour enfin voir comment l’impression 3D en tant que technologie d’engendrement d’objets uniques (et non en série), ouvre le domaine de la production mécanisée à de nouveaux enjeux, appartenant peut-être au domaine de la création tout court.

 

Sarah Martinetti (EHESS) exposera les pistes  que le mot “impression” lui inspire  pour sa monographie sur Seth Siegelaub

Siegelaub, né en 1941 à New York, connu pour avoir été un des pionniers de l’art conceptuel, a mis en place une économie globale de l’écrit et de l’imprimé: accumuler, collectionner, conserver, stocker, inventorier, archiver, compiler, classer, diffuser, éditer, publier. “impression” (la “papeterie”, au sens figuré de Siegelaub) et “tissage” (à partir des textiles que Siegelaub collectionne) seront à cette occasion comparés.

 

Alexandre Simoni (EHESS) parlera lui aussi de l’impression. Mais loin de ces matières tendres il abordera la question de l’impression sur béton, en architecture, imprimé en motifs, couleurs, reliefs. Un matériau qui avait échappé à l’attention du séminaire et ouvre vers d’autres échelles  (le bâti) et d’autres conditions (le grand air, le paysage).

 

Un mobilier urbain d’interfaces locales A l’ère de la Sharing Economy[1]

 

A la suite des études prospectives à propos du mobilier urbain dit intelligent  (Atelier de projet de Jean-François Dingjian, 2011,  suivi de l’expérimentation Mobiliers intelligents, Ville de Paris, 2012, par Francesca Cozzolino, voici une réflexion prospective (du proche) pour les administrateurs du mobilier urbain , à la lumière de la sharing economy.

Les procédures de conception et de déploiement massif de gammes de mobilier urbain montrent autant leur efficacité que leur essoufflement. La récente expérimentation de mobiliers connectés offre des perspectives quant à l’appropriation de services innovants et à l’apparition d’objets ouverts qui se continuent dans l’usage (prennent du contenu, fertilisent des communautés). Support de prescription d’usages et d’informations essentiellement top down, le mobilier urbain se révèle un vecteur politique de réponse à de nouveaux besoins d’interfaces entre le monde des données et le monde social :

 

  • les mobiliers d’une nouvelle économie du partage et de l’inventivité, impliquant des supports d’information bottom up, pris dans le temps réel de l’activité des réseaux sociaux ;
  • la traduction dans la ville de nouvelles valeurs : le développement durable et la protection des ressources naturelles, l’accountability et la transparence de l’action publique, administrative, politique et citoyenne ;
  • l’affichage d’une marque Paris, portant internationalement des valeurs complexes de ville créative, innovante, accueillante, solidaire, scénographiant son futur tant par une esthétique et une sémiologie que par l’ouverture de l’espace public à la participation citoyenne et à l’expression directe des administrateurs de la Ville.

 

 

 

Un  mobilier générique pour accueillir la singularité

 

Les évolutions du mobilier parisien semblent répondre aux transformations des usages de l’espace public, et tenter d’en épouser le caractère polymorphe. Ces transformations émanent en effet de populations fort diverses, des habitants, des touristes nationaux et internationaux, des banlieusards ou provinciaux qui travaillent à Paris, des migrants. Bref, une population si variée par les âges et les motifs d’être là que chaque initiative peut paraître agressive aux usagers qui tous se pensent propriétaires symboliques du territoire urbain que chacun traverse.

Il est donc important de s’appuyer sur des constats transversaux pour mettre au jour des points qui aideront élus et administrateurs à arbitrer et à anticiper. Comment traiter des besoins d’équipement qui concernent aussi bien les enfants des bacs à sable que les personnes âgées ou les habitants des rues mêmes ? Comment analyser des fonctionnalités qui servent la mobilité (Vélib, parkings), l’hygiène (poubelles), la résidence temporaire dans les rues (bancs publics, abribus) ou plus durable et contestée  (tentes sur des parterres discrets, sur les pentes du périphérique, couchages de fortune sur des balcons, des bouches de chaleur, des vitrines), la sécurité comme la fête (l’éclairage) ? Ces fonctions et ces services mobilisent des métiers multiples. Elles expriment pour le récepteur final des valeurs morales, des projets politiques, une gestion des flux et des actions des populations, des disciplines et des dispersions. Tout cela composant une image des rues de Paris visible mondialement, via Google Earth, via les films de tourisme, de reportage, de fiction. En somme une histoire actuelle embarquant les vocabulaire patrimoniaux hyper-présents, dessinant une ville projetée vers le futur, et esquissant pour cela une nouvelle grammaire esthétique et relationnelle.

 

 

Design d’objets, design de situation

 

La notion de mobilier se révèle assez confuse : le design des objets pré-designe des situations sociales, des interactions, des partages, souvent difficiles, d’espaces et d’objets. Des objets non identifiés en tant que mobilier urbain, échafaudages, barrières, seront annexés pour l’assise ou l’accrochage de vêtements (tournevis transformés fichés entre les pierres par les boulistes des Arènes de Lutèce[2]). Des pratiques de partage (de journaux, de nourriture, de livres, de musique, de savoirs, d’informations) se trouvent privées des mobiliers qui les inscriraient dans la ville. Pourquoi pas des cabines téléphoniques[3] reconverties en consignes pour des Amap, des booksprinters, des annonces de services ultra locaux ? L’équipement de la générosité et de l’ingéniosité citoyenne s’appuie sur le détournement des lieux (Restos du cœur sur les places publiques et les squares). Il demeure précaire, sans signalétique, et comme clandestin. Le re-design des équipements de la ville par ses usagers reste marginal. La mise à disposition du mobilier demeure un pouvoir absolument top down quand de nombreux signes montrent que les politiques urbaines cherchent à capter la créativité bottom up.

 

Poids des normes et puissance sémiotique

 

Le choix des mobiliers est-il un privilège régalien ? Pas si sûr. Si les systèmes traditionnels de catalogues de mobilier semblent avoir fait leur temps, il est difficile aujourd’hui de renouveler la procédure car elle implique une vue systémique qui saisirait ensemble la conception, la réalisation, la mise en service, le suivi d’usage, jusqu’à l’obsolescence et au remplacement, tout cela à partir d’une analyse de besoins tant ciblés qu’universels …. Le poids des normes de sécurité et de robustesse fait que peu d’aménageurs ont les épaules assez larges pour aborder de tels marchés, créant d’évidents effets monopolistiques et annexant à la publicité les espaces disputés de l’affichage urbain.

Paris affirme une volonté d’innovation par la recherche, la culture, le dynamisme économique. Ces valeurs de ville du savoir et de ville créative s’expriment, ou pourraient s’exprimer, dans les mobiliers, au même titre que les valeurs d’accueil, de lien, de solidarité.

Par rapport à la lourdeur et aux enjeux de la mécanique décisionnelle, il semble hasardeux de lier fortement le mobilier urbain à l’image politique, sociale et économique d’une mégapole. Si cela peut se faire, c’est-à-coup sûr en dépassant la simple question des objets pour l’étendre en amont à des modalités de conception qui concerneraient les citoyens et en aval à des objets qui s’enrichissent dans l’usage, tout simplement parce qu’ils sont des interfaces de données top down (transparence  de l’action publique) et bottom up ( données travaillées par les citoyens) ou des datavisualisations de nouveaux indicateurs qui traitent des commons, l’eau, l’air, les énergies ( présence dans la ville d’une symbolique du ménagement des énergies).

 

 

Du catalogue à l’expérimentation

 

Passant de l’âge du catalogue à celui des expérimentations, la Ville de Paris a exposé  divers mobiliers urbains aux pratiques et commentaires des Parisiens, offrant ainsi aux observateurs l’occasion d’une synthèse. Beaucoup de ces mobiliers sont informationnels : le mobilier devient une interface entre un système de gestion et des usages. Cela est vrai du porte-sac Rossignol : y jeter une canette suggère la fonction de ramassage et de tri. La main, la logistique et le système d’information, la norme et le bien commun, sont symboliquement liés. Les data sont présentes dans les objets ordinaires, même sans numérique apparent.

Ces mobiliers ordinaires sont des interfaces qui montrent leur orientation vers la préservation des biens communs. Si les smart grids se révèlent à moyen terme une façon de prendre soin collectivement de l’énergie, et ce à partir de systèmes qui reposent sur l’analyse de big data de consommation multimodale,  de nouveaux objets ( écrans de datavisualisation, dans la rue, dans les commerces ou les écoles) vont prendre place dans nos villes et afficher les bons effets d’usages optimisés, incitant ainsi à des comportements soigneux.

Les traditionnels panneaux d’information affichent des bribes de l’agenda urbain. Or l’information à distance l’emportant désormais sur le guichet, il faut trouver des moyens de mieux valoriser l’action administrative, en lui donnant sa dimension politique et humanisée, en l’inscrivant positivement dans la sémiologie urbaine.

 

 

Open Data et Sharing Economy

 

Ce numérique urbain peut rendre beaucoup plus tangible et positive l’action administrative. Il deviendra nécessaire avec les demandes d’accountability et d’open gov qui présentent un intérêt égal pour les citoyens et les politiques. Les panneaux tactiles vus dans nombre de mobiliers expérimentaux annoncent une information démultipliée et dispersive. Entre la brève et la page web, un régime de communication numérique plus chaleureux et plus engagé reste à inventer.

Par ailleurs ces panneaux ne se sont pas encore ouverts à leur évidente destinée : matérialiser et stabiliser, en grande dimension, le travail de l’information effectué  sur les  smartphones, en mobilité, et destiné au partage. Ce sera peut-être le devenir des colonnes Morris et des kiosques à journaux. La Sharing Economy qui prend forme repose sur le crowdfunding, les inventions de services ultralocaux ou mondialisés, l’exploitation par les citoyens de l’open data ( géographie, infrastructures de services). Créer un service de signalement collectif de l’état de propreté des sanisettes, organiser un tri citoyen ou une redistribution de compost, réunir une Amap ou une expérience d’agriculture urbaine, voilà des initiatives microscopiques, mais elles expriment un empowerment citoyen dont l’effet est la responsabilisation et le développement de capacités. Le Vélib est un vélo, mais son système de prêt et de restitution en font bien autre chose qu’une bicyclette : un bien numérique  partagé et co-géré entre la ville et ses habitants grâce à de la gestion de données, un système d’engagement des usagers.

Matthieu Lehanneur installe de la végétation sur son Escale numérique, il affiche l’usage du bambou comme matériau de mobilier urbain : il propose une nouvelle sémiologie de la nature en ville, instituant des symboles de l’équitable et du durable. Il en va de même des fontaines qui représentent l’eau disponible à profusion. En les laquant de rouge on fait passer le message de leur importance phare. Mais à quand des fontaines signifiant la rareté de l’eau, et nous préparant à des règles de partage ?
Répondre aux besoins présents et généraux tout en instillant l’énergie d’un futur commun, c’est tout le défi des administrateurs urbains. Les expérimentations récentes ont concrétisé pour les citoyens cette tension, essentiellement autour la controverse de l’utilité des dispositifs numériques urbains. Elles ont aussi vulgarisé l’idée que ces expérimentations rompaient avec la simple consultation et que de nouvelles voies se dessinaient pour formuler des besoins ultra locaux, concernant un quartier, un square, et pouvaient donner lieu au design d’un objet unique situé, aussi bien qu’à des gammes standard. Les exemples choisis ici se limitent aux  knowledge technologies urbaines, dans le contexte de menaces et d’impasses lié aux transitions économiques, écologiques et démographiques. C’est une vue contrastée, dont le but est d’apporter des éléments de réflexion prospectifs et respectueux de l’hyper-présent, un présent avancé qui fait la jonction avec l’avenir.

 Sophie Pène

 


[1] Sharing economy, ou économie de partage : sur le modèle de Airbnb une économie de particulier à particulier se développe, bénéficiant de coût de transaction diminués par les réseaux numériques, et de la multitude de données disponibles sur les « gens et les choses ». Elle permet de traiter des choses très concrètes comme des objets numériques évaluables à distance. Dans de nombreuses villes américaines elle se développe de façon fulgurante, se substituant à des services publics à faible budget. Comme le commerce en ligne il y a quinze ans,  l’économie de partage se dessine comme un phénomène majeur d’activité économique , de transformation des modes de rencontre et d’échange.  Voir “The Rise of The Sharing Economy“, The Economist, 9 mars 2013

[2] Voir le projet Hacktion http://www.fabrique-hacktion.com/manifest.php « Fabrique / Hacktion engage une ré-appropriation des espaces publics et collectifs en installant des greffes, compléments d’objets, qui favorisent un usage, augmentent ou questionnent le mobilier urbain et les dispositifs existants ».

Fabrique / Hacktion engage une ré-appropriation des espaces publics et collectifs en installant des greffes, compléments d’objets, qui favorisent un usage, augmentent ou questionnent le mobilier urbain et les dispositifs existants.

 

[3] « Une nouvelle vie pour les cabines téléphoniques » , un projet du designer Pierre Charrié http://blog.la27eregion.fr/Une-nouvelle-vie-pour-les-cabines

Milano Design PHD Festival du 19 au 21 Mars 2013

cropped-Home

Program

Tuesday 19 March

DESIGN & USER

Panel

Prof. T. Markussen
Prof. M. Chiapponi
Prof. R. Nacamulli

PhD Thesis
10:00
Giuseppe Salvia
[M. Levi]
Design for satisfactory SPC. Il Design per la pratica contemporanea del Do-it-Yourself.

11:00
Onur Mustak Cobanli
[A. Deserti]
Design Competitions. A means to foster system innovation.

12:00 – 13:00

Poster session

14:30
Prof. Medardo Chiapponi
(IUAV Venezia, ITA)
“Designers, Users, Innovations”

15:30
Prof. Nacamulli Raoul
(Università degli Studi, Bicocca, Milano, ITA)

16:30
Prof. Dr. Thomas Markussen
Design Activism as Social Innovation

 

Wed 20 March

DESIGN & INTERFACES

Panel
Prof. G. Ceserani
Prof, O. Juhlin
Prof. D. Piscitelli

PhD Thesis
10:00
Elisa Chiodo
[D. Calabi]
Communication Design for urban environment. The Design Observatory.

11:00
Giorgio Caviglia
[P. Ciuccarelli]
The Heuristic Practice. Rethinking communication design in the digital humanities.

12:00 – 13:00

Poster session

15:30

Prof. Daniela Piscitelli
(Seconda Università degli Studi di Napoli, ITA)
“People’s landscape. Permanenti anomie”

16:30
Prof. Oskar Juhlin
(Department of Computer and Systems sciences at Stockholm University, SWE)
“Design of fashionable interfaces for mobile devices”

 

Thu 21 March

DESIGN & SOCIAL INTERACTION

Panel
Prof, A. Findeli
Prof. M. Martino
Prof. R. Trocchianesi

PhD Thesis
10:00
Angela Ponzini
[A. Biamonti]
This House Is Not A Hotel – Interior Design as a tool for analyzing and developing solutions for (con)temporary living.

11:00
PhD Talkin’ About
Round table 

12:30 – 13:30

Poster session 

15:30

Prof. Mauro Martino
(Harvard University, Cambridge, USA)
“Network, Visualization and Society”

16:30
Prof. Alain Findeli
(Universitè de Nimes, FRA)
“The eclipse of the object: what’s next?”

Invitation au séminaire “Penser les techniques en société” – 7 mars David Edgerton



« Penser les techniques en société »

Séminaire des laboratoires et chercheurs en sciences et techniques

du PRES HESAM et du Musée des arts et métiers du CNAM  

David Edgerton présentera son livre :

 

Quoi de neuf ? Une histoire des techniques depuis 1900

Editions du Seuil (coll. Science Ouverte)

 (version française de The Shock of the Old. Technology and global history since 1900)

Introduction par

Bernadette Bensaude-Vincent, professeure à l’université Paris 1, Panthéon Sorbonne

 

Salle de conférences du Musée

292 rue Saint-Martin – 75003 Paris

JEUDI 7 MARS -18h- 20h 

 

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter

La visite de l’industrie

Le carnet Ensci du chantier thématique “Regarder, montrer, réinventer l’industrie”, projet mené en partenariat avec La Fabrique de l’Industrie, sera en ligne en milieu de semaine. 
N’hésitez pas à vous rendre très prochainement à nouveau sur le site ENSCI Les Ateliers – Paris Design Lab pour le consulter.

 

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Tribune DESIGN et INDUSTRIE – 1er février 2013 18h30-19h30

Le Ministère du redressement créatif s’installe le 1er février à l’ENSCI-Les Ateliers, avec une “Tribune Design et Industrie”.

Nous annoncerons la composition du cabinet , un programme, des chargés de mission.

Pauline Lavagne
Eric Careel
Gilles Rougon
Aline Tarrago
Catherine Ramus
seront des porte-parole du redressement créatif.

Diffusé par Radio ENSCI

et cela se passe bien sûr lors des PORTES OUVERTES des 30 ANS de l’ENSCI 

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Special Interest Group on Design Theory – 4 et 5 février, Ecole Des Mines, Paris

Depuis le constat de la variété des discours qui sont portés sur la conception ainsi que le renouvellement des approches et des enjeux autour du Design, la création du SIG (Special Interest Group on Design Theory) s’est donné pour objectif l’organisation de journées d’études sur les évolutions de la recherche en Design et aussi l’accroissement des échanges internationaux sur ces questions.

Les 4 et 5 février 2013 se tiendra la 6ème rencontre du SIG à l’école des Mines, Paris.

le programme de la journée.

Ces rencontres sont interdisciplinaires, dans le but de croiser les regards et de faire bénéficier la recherche en Design des avancées en mathématiques, logique, sémantique, modélisation des connaissances et autres domaines qui étudient les structures de base du raisonnement et de la cognition. Ces rencontres visent aussi à approfondir notre connaissance de la pratique du design. Le nombre croissant d’expériences originales dans la conception fournit une grande quantité d’observations surprenantes qui exigent de nouveaux efforts théoriques pour parvenir à un corps de connaissances satisfaisant et cohérent. Enfin ces rencontres interrogent l’interpellation qui est faite au design d’accroitre l’innovation et la créativité par les méthodes de conception.

Contact: Pascal Le Masson

Professor, Ecole des Mines de Paris

60 bvd Saint Michel,75 272 Paris cedex 06,

France Phone: +33 1 40 51 92 21 Fax: +33 1 40 51 90

Email: lemasson(at)mines-paristech.fr

Design, écriture numérique, politique numérique

Retour sur l’intervention d’Yves Rinato et Victor Petit aux Entretiens du nouveau monde industriel, 2012

Le 18 décembre 2012, au centre Pompidou, Yves Rinato, fondateur d’intactile DESIGN, et Victor Petit, post-doctorant à l’ENSCI, ont donné une conférence croisée à l’occasion des Entretiens du Nouveau Monde Industriel 2012 sur le thème des Digital Studies. Leur intervention (vidéo) a porté sur la nécessité d’une part de se défaire de la vision instrumentale de la technique, et d’autre part de placer les utilisateurs au centre de la conception des dispositifs numériques.

Victor Petit a présenté le fond théorique général dans lequel le design de l’écriture numérique se déploie. Ci-joint, le diaporama de la conférence :  Victor Petit. ENMI, 2012.

Yves Rinato a présenté Aster, projet de recherche pour le contrôle aérien qui a fait l’objet de démonstrations tout au long de l’évènement.

Le design comme politique numérique :

En data design, l’écran ne se construit pas à partir des seules données informationnelles. Les designers ont des pratiques de storyboard qui placent les collections d’objets dans leur dynamique cognitive et interactionnelle, implicite et tacite. 
Ce design, différencié du user centered, rend visible, très en amont, une combinatoire complexe, mêlant données, objets, humains. Il prend en compte un “mode d’existence des datas”, et une activité humaine désormais augmentée des big datas. Le design, chambre d’écho du présent et d’émergence du futur illustre ainsi une “politique numérique des objets”.