Transformations dans les marchés de l’énergie : premier ouvrage de la collection Document, réseaux et design social

Cathy Dubois, transformations dans les marchés de l'énergie
Cathy Dubois, transformations dans les marchés de l'énergie

Présentation de l’ouvrage et de la collection (extrait de la préface, Sophie Pène)

Cathy Dubois donne à voir un groupe qui tente de traiter son environnement comme des interfaces, qui s’attaque à découvrir les algorithmes susceptibles d’aider à prévoir. « Si vous excluez les gens des dispositifs qu’ils achètent, vous les condamnez à n’utiliser que les usages définis par vous-même et ils ne peuvent plus s’approprier l’objet. Si par contre vous créez des fonctions fabricatrices, comme le relève Gilbert Simondon, vous obtenez des systèmes plus intéressants, plus adaptés aux diverses utilisations possibles », continue Jean-Louis Frechin. Ici, nous voyons, non pas des consommateurs face à un produit, mais des salariés qui auraient pu suivre une procédure connue, mais qui, pour diverses raisons, « hackent » leur mission. Ils veulent savoir « comment c’est fait ».  Ils ouvrent la machine. Ils essaient de voir les composants. Ils veulent comprendre comment les remonter, pas forcément selon le mode d’emploi qu’avait prévu le « bureau d’études »…. « Quand les deux chevaux ne démarraient pas, il y a ceux qui démontaient les bougies, soufflaient dessus, les brossaient et ceux qui appelaient le garagiste » : Jean-Louis Frechin parle d’objet « post-produit », au sens de l’esthétique relationnelle définie par Nicolas Bourriaud[1], des objets ouverts, hackables, modifiables.

Bernard Lassus décrit son équipe comme des « huileurs » de l’entreprise, ceux qui vont permettre le passage en douceur. Si le récit de cette « fabrique d’entreprise » est le premier de la série « Document, réseaux et design social », c’est qu’il illustre à merveille la situation des entreprises. Toutes positionnées en fonction de discours d’innovation, leur sort réel dépend néanmoins de la capacité transformatrice de leurs membres. Cette série vouée à l’étude des réseaux socio-documentaires se place dans le champ du design de transformation. L’idée de transformation signe, selon Jean-Louis Frechin (qui commente un article de Bruce Nussbaum), la fin d’une certaine idée de l’innovation : « La mort de l’innovation est liée à notre obsession de la mesure et à une demande sans cesse croissante de prévisions dans un monde imprévisible, estime Bruce Nussbaum. Or l’innovation ne sait pas nous guider dans un avenir incertain et tourmenté. L’innovation s’est révélée faible à la fois comme tactique et comme stratégie face à la tourmente économique et sociale de ces derniers mois[2]».

Le design social concerne les transformations profondes et durables de posture culturelle et cognitive, d’usages des techniques, de comportements personnels, affectifs ou moraux, que notre société attend. Notre économie se développe dans des écosystèmes informationnels non finis. Le cas rapporté par Cathy Dubois montre une énergie créative qui s’emploie à maîtriser cette profusion, à en supporter les contradictions.  Il décrit l’inventivité et la solidarité que cette situation confuse et sans référence suscite. Les médias sociaux, ou les réseaux socio-documentaires, sont à la fois des symptômes d’une certaine panique – les groupes s’auto-organisent pour décrypter leurs expériences sociales et politiques à l’extérieur des entreprises ou des institutions-, et la voie vers des modèles de cognition et d’action à explorer : ils vont peut-être se fonder sur l’open innovation[3], les fab labs[4], l’économie du don.

Avec le double fil du réseau documentaire et du réseau social, c’est cela que la série ouverte par Cathy Dubois et Bernard Lassus va s’efforcer de suivre, en analysant des dispositifs de circulation documentaire. Nous souhaitons une belle trajectoire à ce premier ouvrage Transformation. Œuvre en cours, que nous présentons à ses lecteurs avec fierté.


[1] Nicolas Bourriaud, Post-production, Dijon, Presses du réel, 2002.

[2] « L’innovation est morte, vive la transformation ! ». Blog de Jean-Louis Frechin, nodesign.net/blog ,  8 janvier 2009.

[3] L’open innovation est une innovation fondée sur la maîtrise des réseaux de savoir publics ou rendus accessibles par des alliances, par des stratégies de diffusion : on livre « le code source » des objets pour accélérer leur évolution. On ne s’appuie pas que sur la recherche « interne ».

[4] Un fab lab, autrement dit fabrication laboratory, est un atelier disposant de machines-outils génériques, adaptées à la fabrication d’objets peu coûteux et spécifiques. Il désigne par extension l’attitude transformatrice, impliquée et créative, de communautés qui font le design de leurs modes de vie, en fonction de leurs ressources, et du style qu’elles veulent trouver.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search