« Arts, innovation, industrie », thème 1 (INHA, EHESS, Musée des Arts Décoratifs,ENSCI)

Patricia Falguières ( EHESS, CESPRA , Philippe Sénéchal (INHA) , Daniela Gallo (UPMF, EHESS, Odile Nouvel le musée des Arts Décoratifs, et Sophie Pène (ENSCI) proposent dans le cadre du Labex CAP (Création, arts et patrimoine) le thème de recherche « Arts, innovation, industries ».
Contact : Patricia Falguières, falguier(at)ehess.fr

ARTS, INNOVATION, INDUSTRIE.
Une réticence française pèse, de longue date, sur les enquêtes qui se donnent pour objet matériaux et procès de production. La technè aristotélicienne a, au fil des siècles, abrité ces thématiques parce qu’elle constituait une voie médiane entre théorie et pratique : la voie du produire. C’était la voie des arts. Plus qu’ailleurs, elle a été, en France, mise au rancart par la science moderne. Cette disqualification pèse lourdement sur notre appréhension des relations de l’art et des arts, de l’art et du design, de l’art et de l’industrie, comme elle obscurcit la dynamique de l’invention.
Repenser la technè à l’heure où l’innovation industrielle impose de nouvelles approches du matériau et des usages, peut être une source de renouvellement pour l’histoire et la théorie de l’art ( le précédent de l’histoire viennoise de l’art au début du XXe siècle en témoigne) autant que pour ceux, ingénieurs, designers, architectes, informaticiens, qui sont engagés dans la dynamique de l’invention.
L’atonie de la recherche dans cette zone indécise située entre histoire des arts, industrie et histoire des sciences, entre philosophie et sciences de l’ingénieur, contraste avec le dynamisme qui se manifeste aujourd’hui à l’échelle internationale : on y voit fleurir des programmes de recherche ambitieux autant qu’interdisciplinaires qui revisitent un ordre de questions suscitées, au milieu du XIXe siècle par l’Exposition Universelle de Crystal Palace (la distinction art /industrie, artisanat / industrie, art / artisanat, etc.) et placent le matériau au centre de leur approche : « An Iconology of the Textile and Architecture » à l’université de Zurich, « Craft », le programme de Graduate Studies du Victoria and Albert Museum (Londres), « The Clever Object » ou « The Material Life of Things », au Courtauld Institute (Londres), « The Maker’s Knowledge Tradition » (Institut Max Planck pour l’histoire des sciences, Berlin) … Dans ce réseau international en cours de constitution il est urgent d’inscrire les problématiques travaillées par un réseau de chercheurs français pour l’heure embryonnaire.

ETAT DE L’ART

Depuis janvier 2011 un séminaire associant chercheurs de l’INHA, de l’EHESS, de l’ENSCI, ingénieurs du CNAM, conservateurs du Musée des Arts Décoratifs et de la Manufacture de Sèvres, designers, juristes et universitaires, se tient le premier jeudi de chaque mois au Musée des Arts Décoratifs. Il a pour enjeu de défricher un territoire de recherche peu fréquenté en France en organisant la convergence de métiers, de démarches et de traditions de recherche jusqu’ici parallèles, de dresser un bilan des recherches menées à l’échelle internationale, d’insérer ses chantiers dans les circuits internationaux.

PROJET

Le séminaire « Arts, invention, industrie » a vocation
• à déployer un programme audacieux d’invitations de chercheurs étrangers, qui jette les bases d’un futur Center for Advanced Studies,
• à mettre au point un programme de publications / traductions, utilisant les ressources du numérique, qui (re)constitue, en France, l’humus d’une culture de la technè,
• à susciter et accueillir doctorants et post –doctorants selon une modalité nouvelle associant, selon les thèmes de recherche, musées, écoles de design, écoles d’ingénieurs et institutions universitaires. Ateliers et universités d’été constitueront la phase préparatoire de ces partenariats inédits.
• A élaborer des thèmes de recherche interdisciplinaires et des programmes d’enquête exploitant les ressources (fonds d’archives, collections, bibliothèques) des institutions partenaires.

ENQUETES

• Les Kunstgewerbemuseen autant que les musées anthropologiques offrent l’exemple de ces musées indexés à l’histoire et à l’anthropologie des techniques, à la logique du matériau, qui ont été éclipsés par le modèle du musée des beaux –arts. L’exploration des archives de ces musées de la « culture matérielle » et la restitution de leurs programmes théoriques (Gottfried Semper, Franz Boas, Alois Riegl, etc.) est l’enjeu d’un programme de recherche.

• Historiens et technologues. La France de la seconde moitié du XIXe siècle a connu la floraison de plusieurs générations d’historiens de la technologie aujourd’hui oubliés (d’Albert de Rochas à Jacques Lafitte) qui constituent la postérité savante, indexée à l’essor de l’industrie française, du saint- simonisme.

• Craft & Maker’s knowledge Tradition. La question du faire comme mode de connaissance coïncide avec un réinvestissement récent de la question du « craft » ou « maker’s knowledge », dans des champs très différents : anthropologie (Ingold, Sennett), sociologie et philosophie des sciences (Shapin & Shaeffer, Latour, Rheinberger, Galison) et des techniques (Akrich, Latour), théorie et histoire du design (Adamson), tandis que le réinvestissement de cette question dans le champ de la théorie de l’art demeure, pour le moment, et malgré des antécédents prestigieux (l’école viennoise d’histoire de l’art au début du XXe siècle, Focillon en France) marginal.

• L’esthétique des juristes. Les juristes ont, depuis le XIXe siècle, au fil des décisions de justice concernant l’art et les arts appliqués / industriels, le droit d’auteur, les brevets et patentes et la propriété intellectuelle, livré un arsenal théorique d’autant plus riche et efficient qu’il est demeuré implicite.

• Matière d’invention / Nouvelles matérialités. Penser les nouvelles matérialités, matérialité numérique comprise, est à l’ordre du jour pour l’architecte autant que pour l’ingénieur. Le corpus théorique classique et les dichotomies qui le soutiennent (matière / forme, art /design …) n’aident guère à penser cette condition de l’innovation. Il s’agit de formuler les ressources théoriques que cette invention matérielle requiert aujourd’hui.

À ces divers projets de recherche, la richesse des fonds d’archives, des collections et des bibliothèques du CNAM, des Arts Décoratifs, de la Manufacture de Sèvres, de l’INPI ou de la BNF, autant que l’observation des Fablabs, des incubateurs d’entreprises, des ateliers et des laboratoires de recherche industrielle offrent un terrain de travail à long terme.


SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Publié par

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.