» Anthropologie de la collection », thème 2 (Musée des Arts Décoratifs, ENSCI, Anthropologie de l’écriture, CEDRIC)

le musée des Arts Décoratifs, L’EHESS ( Anthropologie de l’écriture, IIAC), le CEDRIC (CNAM), l’ENSCI-Les Ateliers (Les Ateliers-Paris Design Lab) ont proposé trois thèmes de recherche dans le cadre du Labex CAP (Création, arts et patrimoine) : « Arts, innovation, industries », « Anthropologie de la collection », « Donner forme au futur ».
Ces thèmes seront présentés lors des journées des 10 et 11 février.

Thème 2. Anthropologie de la collection.

Contact : Odile Nouvel, conservatrice au musée des Arts Décoratifs et coordinatrice de ce thème. odile.nouvel(at)lesartsdecoratifs.fr

Les musées sont le résultat de multiples choix opérés au cours de processus de décisions successives. La mission de tout musée est de transmettre un savoir à travers des œuvres qui témoignent d’un passé révolu, ou d’une séquence du présent destiné à devenir passé à transmettre à son tour.

Pour parvenir à ce statut de lieu de transmission d’un savoir idéalisé, qui serait le Tout d’une des facettes d’une culture, (beaux-arts, ou arts décoratifs, ou inventions techniques, ou armée, etc…), les conservateurs procèdent à des choix et de ce fait ne transmettent qu’une partie très fragmentaire du savoir dont ils sont dépositaires.

A partir de quoi le discours sur une œuvre est-il élaboré dans sa forme « publique » ?
Le dossier d’œuvre conserve la totalité des traces écrites et photographiées de la vie d’une œuvre – et sa mort éventuelle. Il comporte des originaux tels que courrier, factures, publicités, catalogues de ventes, ainsi que de la documentation sur l’œuvre (bibliographie, comparaisons, argumentaires, choix de restaurations etc.). La fiche d’inventaire, véritable « carte d’identité » de l’œuvre est le résultat écrit, du savoir scientifique qui entoure cette œuvre (dénomination, description analytique, circonstances de création, utilisation de l’œuvre, matières et techniques, mesures, localisation, statut administratif, bibliographie etc.). Mais ce savoir total fait forcément l’objet d’une sélection à l’intention du public : le conservateur décide de ce qui sera publié ou non sur les cartels et fiches de salles. Enfin lors de l’exposition de l’œuvre, une série de choix scénographiques sont autant de décisions qui influent de manière décisive sur sa perception.

Les technologies contemporaines au service du regard critique
Ces tris successifs qui s’opèrent nécessairement dans l’élaboration de la pensée transmise à tous autour d’une œuvre en constituent finalement l’identité « publique ». Au final, le visiteur n’a donc à sa disposition qu’une connaissance fragmentaire, mais jugée essentielle, de cette œuvre. Toutes ces opérations méritent aujourd’hui un regard critique à la faveur des technologies contemporaines qui « augmentent » nos facultés de perception et de découverte de savoirs jugés jusque là trop spécialisés. Le visiteur pourrait construire « son » parcours, s’approprier les informations « rejetées », faire des liens spontanés, créer des lectures nouvelles. Dans quelles conditions ?

Le « tri », une opération clé pour comprendre les coopérations musées / numérique
Les industries des télécommunications considèrent les collections comme des contenus à transmettre et à agencer. Les applications courantes proposent de faciliter la circulation des publics dans les collections, en concevant des parcours profilés. Nos recherches entreprennent d’inverser le point de vue : nous souhaitons partir des pratiques de métier et présenter, à partir de l’idée un peu provocatrice de « tri », un regard autre sur les contenus. La contribution de recherches de terrain apporterait ainsi une vue actuelle sur les métiers et les pratiques, susceptibles d’enrichir les dialogues de conception et les relations avec les partenaires de R&D

Un groupe d’une dizaine de chercheurs issus de différents laboratoires (IIAC, CEDRIC, DICEN, ENSCI ) et musées (Arts Décoratifs, Arts et Métiers, Quai Branly) s’est constitué, réunissant des compétences de conservation, d’anthropologie de l’écriture, de conception de services numériques. Nous souhaitons présenter lors des rencontres de février les différentes situations de recherche autour desquelles des équipes se constituent :
– analyse du dossier d’un objet
– enquête de terrain sur des pratiques de tri situées (préparation d’une exposition)
– retour sur des choix curatoriaux d’expositions récentes par une enquête auprès des protagonistes (Museogames, choix d’œuvres, approche transmedia, rôle des documents, Galerie d’étude du musée des Arts Décoratifs)
– interrogation des pratiques de « curating numérique » (analyse de la conception et des usages de différentes réalisations numériques Décorative, CnapN, applis iPhone et iPad du Musée du Quai Branly )
– analyse des acceptions contemporaines de « curation » dans le champ sémantique du musée et dans celui du numérique
– éventuellement observation participante des pratiques des usagers de Pompidou virtuel (graphes de parcours), groupes « bêta testeurs », étudiants et chercheurs.

Une discussion méthodologique, rapprochant chercheurs et conservateurs a commencé. Lors des ateliers de février, nous souhaitons l’ouvrir à nos collègues d’autres laboratoires et être ainsi en position de privilégier les recherches qui convergeront avec les problématiques centrales des membres du labex.


SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Publié par

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *