Anthropologie du numérique – Association française des anthropologues

Atelier consacré à l’anthropologie du numérique
Jeudi 18 novembre 2010
Programme
9h30 : Accueil des participants.

9 h45 -10h00 : Ouverture
Nils Aziosmanoff, président du Cube

10h00-10h30 : Introduction à la journée
Sophie Accolas, AFA, AME
Nadine Wanono-Gauthier, CEMAF-CNRS-ParisI, AFA

10h30 -11h15 : L’éclatement de l’article. A nouveaux formats d’écriture, nouveaux usages des résultats de recherche.
Des propositions de “Data Visualization” représentant des informations complexes et dynamiques se développent rapidement. Les applications Web concernent des domaines divers, du marketing aux études de controverse en passant par les observatoires d’activité et l’interprétation des open data. Elles concernent tout le champ de l’organisation de données, de la cognition, des réseaux, des grands graphes. Pourtant, malgré un caractère interdisciplinaire, si l’on regarde les différents acteurs qui s’intéressent à ces représentations, on constate que la recherche n’a guère été affectée encore par ces représentations de l’information.
La transformation par ces outils graphiques des pratiques ordinaires de recherche, l’enquête, la rédaction, la discussion de résultats sera exposée. Ce qui amène à considérer dans l’histoire de l’écriture scientifique maintes tentatives de représenter des dynamiques de recherche et non seulement des résultats. On peut enfin se demander de quels outils d’organisation de données les chercheurs sont preneurs pour leur veille et leur gestion de données.
Sophie Pène, Directrice de la Recherche à l’ENSCI, Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle. Chargée de développer les recherches design et sciences humaines.

11h15-12h00 : « Numérisation des données et publication en ligne »
“Les usages croissants des technologies numériques dans les sciences humaines et sociales, dans le sillage des digital humanities, font naître des questions nouvelles. Si certaines recherches portent sur les profonds renouvellements épistémologiques que cette évolution entraîne (instrumentation sur les corpus numérisés, recherches sur les corpus nativement numériques, nouvelles écritures scientifiques), la question reste globalement posée de l’inscription de ces nouvelles possibilités au sein d’une tradition de recherche et de publication établie antérieurement au numérique. Entre l’invention de formes de recherche complètement nouvelles mais peu identifiables au sein de la tradition académique et la reproduction pure et simple de pratiques héritées de l’imprimé, existe-t-il un espace pour une innovation des pratiques de recherche et de publication ordinaires, c’est-à-dire appropriables par l’ensemble de la communauté académique ? La question est posée concrètement sur deux points précis : la numérisation des sources ou données de la recherche, et la publication des résultats de la recherche. Elle se pose avec encore plus d’acuité sur l’articulation entre ces deux points, et surtout sur la manière dont les sources numériques de la recherche sont appelées, ou non, directement ou indirectement, selon des modalités variables et finalement peu discutées, au sein des publications, elles aussi numériques. C’est donc le problème de l’administration de la preuve scientifique dans ce nouveau contexte qui est posé, dont la résolution repose sur de nombreux paramètres : pérennité, citabilité, accès, ouverture des données en premier lieu.”
Pierre Mounier, directeur adjoint du Cléo, anime avec Marin Dacos un séminaire à l’EHESS sur les Digital Humanities.

Déjeuner

14h00-14h45 : Chaos ,Cybercultures ,Cybersubjectivités : Quels sont ces passages plus ou moins chaotiques qui ont marqué et travaillé les communications et les socialisations humaines de ces 50 dernières années ? Passages de réalités locales globales analogiques et plutôt linéaires à des réalités/antiréalités globales locales numérisées, délinéarisées, interactivables, navigables ? Comment ces mouvements de vies et de pensées sont-ils encadrés théoriquement ?
Christian Bourdin, veilleur multimédia à la prospective du CSA, et intervenant sur la cybersubjectivité à l’Université européenne de la recherche.

14h45-15h30 : Se jouer des situations : ethnographie, virtualité et mondes procurés
Quelles peuvent être les modalités d’une ethnographie des univers numériques ? Ressortent-elles d’une forme de voyage immobile effaçant la présence de l’observateur-usager au profit de flux de connectivités dématérialisés et intangibles ? Comme l’indiquait Christine Hine, il y a plus d’une dizaine d’années dans son ouvrage « Virtual Ethnography », envisager l’exploration d’un monde virtuel nécessite une reprise critique de la dialectique mettant en jeu « virtualité » d’une part et « réalité » de l’autre. Comprise dans ces termes, une ethnographie virtuelle, du virtuel s’effectue par, dans et au travers du dispositif technique. Le virtuel pourrait donc être appréhendé comme une forme de présence de mondes entremêlés, médiés par la machine et expériencés par l’utilisateur. Nous appuyant sur une recherche en cours interrogeant l’usage des Nouvelles Technologies et plus particulièrement des jeux-vidéo en ligne par des personnes en situation de handicap physique, nous reviendrons sur les enjeux et conséquences de ce questionnement.
Axel Guïoux, Maître de Conférences en Anthropologie, Université Lyon 2, CREA
Evelyne Lasserre, Maître de Conférences en Anthropologie, Université Lyon 1, S2SH

15h30-16h30 : Discussion générale

16h30 : Conclusion
Bernard Stiegler, directeur de l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Georges Pompidou, professeur associé à l’Université de Londres (Goldsmiths College) et à l’Université de Technologie de Compiègne. Fondateur de l’association Ars Industrialis

Pot de clôture

18h00 : Assemblée générale de l’Association française des anthropologues

Lieu : Le Cube, centre de création numérique
20 cours Saint-Vincent
92130 Issy Les Moulineaux

Accueil

Le TRAM T2 vous dépose au pied du Cube !
Depuis le métro 12 “Porte de Versailles” ou 1 “La Défense”, prenez le T2 et descendez à la station “Les Moulineaux”. Le Cube se trouve dans la rue en face de la sortie 2.
– RER C : Station “Issy” – sortie “Allée des Carrières”, puis à gauche dans l’avenue de Verdun jusqu’au Cours Saint-Vincent

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.