RaDart, Art et technologie, un format pour explorer l’esthétique

Silicon Sentier continue à expérimenter des façons créatives de coopérer. Transposant à différents domaines un coworking né dans les start up , elle s’exerce à rapprocher des intuitions, des techniques, des expériences utilisateurs. RaDart est une variation inspirée du Carrefour des Possibles – présenter en quelques minutes un projet mêlant TIC et usages sociaux- qui approfondit le travail réaliste sur le projet même.
Que le porteur du projet soit un artiste ou un technicien , ou les 2 – car les TIC renouent le lien perdu dans l’industrialisation de la fin du XIXe entre artistes et ingénieurs, un bref exposé met en relief l’idée et la recherche en cours. Sur le vif, les propositions sont formulées. C’est une exploration in vivo, qui montre à l’oeuvre une dynamique créative collective, fondée sur l’entraide et le désir d’aller jusqu’au bout. Elan que l’autre retrouve aussi sur les plateformes de recherche compétitives comme InnoCentive ou Hypios.

Mais RaDart a l’originalité de proposer des combinaisons audacieuses entre technologie et art qui ont aussi une visée esthétique : interroger la perception, l’émotion, le jugement, au travers des forme techno-sensibles que les artistes ingénieurs proposent.
Une sorte de prototypage à partir desquels les designers peuvent explorer des démarches et des intuitions d’usages plus industriels. Cet articulation est aussi un angle de la recherche en design, sur son versant épistémologique.

Quelques projets, dans la livraison du 23 septembre, qui devraient intéresser les designers :
Fenêtres augmentées, Thierry Fournier
A la fois dispositif interactif d’exploration du paysage et support d’exposition, le projet « Fenêtres augmentées » propose, à travers une fenêtre physique, plusieurs niveaux d’interprétation d’un même point de vue. Questionnant l’objectivité présumée de la réalité augmentée, le projet interroge la vision qu’une communauté élabore sur un espace qu’elle regarde et donne à voir. Dans la perspective de la présentation d’un prototype à Futur en Seine 2011, Thierry Fournier présentera le projet, son équipe et ses recherches en matière d’expertises et de technologies.

T, Pascal Bauer

« T » est un tapis constitué de leds formant un écran vidéo. Recouvert d’un élastomère et occasionnellement d’une pilosité conduisant la lumière, il place le corps en contact avec l’image, en contact avec le pixel. Muni de capteurs, il reconnaît la présence de ces corps. Ainsi on peut piloter les images diffusées sur le tapis, de façon interactive à cette présence.
On obtient alors une nouvelle forme d’interface qui au lieu d’être à l’échelle de la main, est à celle du corps, voir de l’architecture.


Tableaux interactifs, Nicolas Clauss

Chaque tableau de Nicolas Clauss constitue pour le spectateur une expérience sensorielle fondée sur un processus d’interactivité. Préalablement structurés par un code, images, sons, formes et couleurs sont directement animés au gré des déplacements du curseur du spectateur, dont l’intervention dans le processus de création se révèle quelque peu ambiguë. Car s’il n’est pas le créateur de l’œuvre proprement dit, il en devient du moins, par l’intermédiaire de la machine, l’opérateur, donc quelque part, le co-créateur. Le rapport du « spectateur » à l’œuvre d’art « traditionnelle » est ici bouleversé. L’œuvre ne se donne pas à voir sous une apparence finie et immuable mais sous une infinité de manifestations visuelles possibles dont chaque actualisation est unique.


SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Publié par

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.