le monde sinon rien

Tel est le titre de l’exposition en préparation pour la Biennale du design 2021, prévue du 27 avril à la fin août 2021, à la Cité du design de Saint-Etienne. Les deux commissaires en sont Benjamin Graindorge et Sophie Pène.

Voici le texte qui la décrit :

Le monde, sinon rien . Rêver, apprendre, renouer

Artificialisés par l’industrie et la religion de l’efficacité, la terre et le vivant portent les marques de l’exploitation humaine.

Aujourd’hui, la circonstance extraordinaire d’une crise sanitaire provoquée par une zoonose questionne notre position d’êtres vivants au milieu d’autres êtres vivants. Nous voici invités à une conversation, voire une négociation, dont nous ne maîtrisons pas les termes. A coup sûr, elle nous écarte des objectifs habituels de l’action humaine. Il ne faut plus résoudre ni réparer mais reformuler  notre rapport au monde. Heureusement il y a des lieux qui depuis toujours offrent la retraite nécessaire à ce travail, ce sont les écoles, les tiers-lieux, les laboratoires de recherche. De ces foyers partent les explorations. Une ère d’enquêtes et de récits pour un réapprentissage du monde commence. Rêver, libérer des utopies, et trouver à les rendre réelles, telle est la demande pressante que tous les étudiants adressent aux écoles. Les écoles n’ont pas peur, elles ouvrent le débat sur l’inconnu. Elles se fient à la jeunesse qui a le pouvoir de transformer le réel, grâce à sa lucidité et son courage, à l’insouciance parfois, mais aussi à la protection qu’offrent ces lieux de convergence des chemins personnels.

Le Monde sinon rien est un révélateur de ces diplomaties. L’exposition repose sur un dialogue entre l’ESADSE, une école qui favorise l’audace et s’enrichit des tensions entre art et design, et le CRI, un lieu où des scientifiques bifurquent des carrières tracées pour aborder les défis du partage des savoirs et des transformations écologiques.  Artistes, designers et scientifiques partagent une même conviction : l’apprentissage est un renouveau, une expérience de vie, de connaissance et de démocratie. Il touche l’entier de l’existence humaine, et vit de l’imagination, du désir, de la sensibilité.Les chercheurs agissent en créateurs et les créateurs connaissent les incertitudes de la recherche. Leur cheminement et leurs histoires de vie se lisent dans leurs expérimentations. L’exposition joue des dualités entre les projets, parfois en  écho, parfois en s’opposant, toujours avec l’exigence de provoquer un ailleurs.

Le Monde sinon rien s’ouvre sur des images du temps présent. Au travers des vifs souvenirs de 2020, ses surprises et ses épreuves, le sentiment d’un tournant perdure. Venus d’un temps où les machines l’emportaient sur le vivant, les humains se savent rendus à l’imagination. L’exposition donne une place aux écrits contemporains qui, autour de  Donna Haraway, Bruno Latour et Anna Tsing, avivent une pensée alternative. Elle théorise nos interdépendances avec la terre et toutes les formes de vie. Elle raconte des histoires de cohabitations heureuses des espèces, qui prospèrent jusque dans les ruines de mondes industriels déchus. Elle libère de grands espoirs. Sur ce terrain contemporain, riche de strates et de complexité, s’inscrit le travail des jeunes créateurs, artistes, designers et scientifiques : un paysage où des vestiges et la violence de catastrophes n’empêchent pas, et même favorisent, l’éclosion de théories inspirantes, de nouveaux récits et d’écosystèmes créatifs.L es projets choisis ne prétendent pas représenter la meilleure façon de repenser le monde. Ils accumulent des terreaux pour des mondes futurs. Apprendre par la main, par la matière, par l’outil, par la science, par l’engagement dans les causes et les luttes, par le souci des autres et par le dialogue pour fertiliser un monde en crise accueillant la créativité et l’énergie de la jeunesse, telles sont les facettes qui montrent l’apprentissage sous le jour du design de nos existences.

Un grand jardin symbolise le territoire dont on prend soin et où grandissent des possibles. Métaphore des écoles et des mondes en transformation, ce jardin restera le reflet de notre fertile inquiétude :

De quels nouveaux apprentissages avons-nous besoin pour prendre soin du monde ?

Dans le même temps, l’exposition se constituera en observatoire des bifurcations des écoles, grâce à son double numérique. Celui-ci s’enrichira au fil de la Biennale 2021, et perdurera, de sorte que la biennale 2023 pourra y reconnaître les chemins parcourus et tracer les étapes à venir.

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.