Dream Machine – première rencontre

Je reprends ce carnet délaissé depuis plus de cinq ans parce que je reviens vers les designers en m’impliquant dans la préparation d’une exposition de la Biennale du design 2021, Dream Machine. Je vais écrire le carnet du travail en commun, entre le CRI, la Cité du design, et l’école d’art et de design de Saint-Etienne, et les parties prenantes qui interviendront au fil des avancées. L’objet commun que nous cherchons, c’est représenter l’apprentissage, aujourd’hui et la façon dont nous intériorisons l’apprentissage, comme activité, projet, idéal, morale, futur ! dans ce monde qui est ce monde, au deux tiers d’une année de pandémie, de conflits, de menaces, d’orages et d’été excessif.

Bifurcations : le titre de la Biennale du design 2012  ! Un programme 360 qui peut tout annoncer  : tourner en rond, exploser, retomber sur ses pieds, ailleurs. Tout dépend de l’énergie et de son pouvoir percolateur !

les débuts de la préparation d’une des expositions, Dream Machine, ont montré que nous allions devoir être capable de bifurquer plus d’une fois. Nous : les deux co-commissaires, Olivier Lellouche et Sophie Pène. Et nous, eux, les étudiants qui s’impliquent dans l’invention de l’exposition. Car traditionnellement la Cité du design et l’Esadse (Ecole supérieure d’art et de design de Saint-Etienne) confient aux étudiants une des expositions.

Après quelques semaines ou mois de discussion, commencée en avril par des visio-conférences, un workshop à Paris  (16-19 septembre) a ouvert le sujet.   Le but de cette semaine était d’apporter aux étudiants de quoi démarrer. Le dialogue s’était noué entre  François Taddei, président du CRI,  et Thierry Mandon, Président de la Cité du design, avec l’idée que designers et chercheurs allaient se rencontrer sur le sujet de l’apprentissage, et que les étudiants internationaux et multidisciplinaires du CRI donneraient de l’étoffe. Un groupe s’est constitué au CRI pour accompagner les étudiants qui voudraient participer à l’exposition, dont François Taddei, Olivier Bréchard, Marguerite Benony, Joël Chevrier, et Sophie Pène. 

 

 

Dream Machine – Un aperçu des deux premiers jours du workshop 1

Ariel Lindner, Co-fondateur du CRI, a accueilli les participants le mercredi. Essentiellement designers, ont-ils été touchés par cette invitation à rejoindre les biologistes dans des projets interdisciplinaires ? La fierté du CRI est de créer des interfaces entre disciplines par les rencontres humaines. C’est en se parlant de jour en jour, en se rencontrant lors d’événements scientifiques, en acceptant les invitations les uns des autres que les groupes projets se forment. Ariel a sobrement présenté son travail de biologiste : comment les espèces se différencient ? Comment les humains se différencient dans les pratiques de collaboration ? 

Le CRI est un carrefour où les rencontres font évoluer la notion de discipline, selon les sujets scientifiques, les aires géographiques, les langues aussi, qui sont des barrières et des ponts. Ariel évoque la genèse du CRI, des étudiants qui voulaient travailler ensemble, et qui ne trouvaient pas d’endroit pour se rencontrer.  Très vite est venue l’idée que rassembler des gens de différents domaines et créer les bonnes conditions pour travailler ensemble était une voie d’évolution simple et accessible pour l’université.



C’était l’arrivée, et si pour nous l’arrière-plan d’apprentissage était d’ores et déjà présent dans les sujets, les façons de parler, le learning center dans lequel nous travaillons, je ne suis pas sûre aujourd’hui que les choses étaient si bien parties

Le learning center du CRI où s’installent les étudiants pour lire, écrire, rêver et converser, apprendre en somme

SophiePène

Sophie Pène Professeur en SIC (sciences de l'information et de la communication) Université de Paris - CRI-Paris.

More Posts

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.