Un mobilier urbain d’interfaces locales A l’ère de la Sharing Economy[1]

 

A la suite des études prospectives à propos du mobilier urbain dit intelligent  (Atelier de projet de Jean-François Dingjian, 2011,  suivi de l’expérimentation Mobiliers intelligents, Ville de Paris, 2012, par Francesca Cozzolino, voici une réflexion prospective (du proche) pour les administrateurs du mobilier urbain , à la lumière de la sharing economy.

Les procédures de conception et de déploiement massif de gammes de mobilier urbain montrent autant leur efficacité que leur essoufflement. La récente expérimentation de mobiliers connectés offre des perspectives quant à l’appropriation de services innovants et à l’apparition d’objets ouverts qui se continuent dans l’usage (prennent du contenu, fertilisent des communautés). Support de prescription d’usages et d’informations essentiellement top down, le mobilier urbain se révèle un vecteur politique de réponse à de nouveaux besoins d’interfaces entre le monde des données et le monde social :

 

  • les mobiliers d’une nouvelle économie du partage et de l’inventivité, impliquant des supports d’information bottom up, pris dans le temps réel de l’activité des réseaux sociaux ;
  • la traduction dans la ville de nouvelles valeurs : le développement durable et la protection des ressources naturelles, l’accountability et la transparence de l’action publique, administrative, politique et citoyenne ;
  • l’affichage d’une marque Paris, portant internationalement des valeurs complexes de ville créative, innovante, accueillante, solidaire, scénographiant son futur tant par une esthétique et une sémiologie que par l’ouverture de l’espace public à la participation citoyenne et à l’expression directe des administrateurs de la Ville.

 

 

 

Un  mobilier générique pour accueillir la singularité

 

Les évolutions du mobilier parisien semblent répondre aux transformations des usages de l’espace public, et tenter d’en épouser le caractère polymorphe. Ces transformations émanent en effet de populations fort diverses, des habitants, des touristes nationaux et internationaux, des banlieusards ou provinciaux qui travaillent à Paris, des migrants. Bref, une population si variée par les âges et les motifs d’être là que chaque initiative peut paraître agressive aux usagers qui tous se pensent propriétaires symboliques du territoire urbain que chacun traverse.

Il est donc important de s’appuyer sur des constats transversaux pour mettre au jour des points qui aideront élus et administrateurs à arbitrer et à anticiper. Comment traiter des besoins d’équipement qui concernent aussi bien les enfants des bacs à sable que les personnes âgées ou les habitants des rues mêmes ? Comment analyser des fonctionnalités qui servent la mobilité (Vélib, parkings), l’hygiène (poubelles), la résidence temporaire dans les rues (bancs publics, abribus) ou plus durable et contestée  (tentes sur des parterres discrets, sur les pentes du périphérique, couchages de fortune sur des balcons, des bouches de chaleur, des vitrines), la sécurité comme la fête (l’éclairage) ? Ces fonctions et ces services mobilisent des métiers multiples. Elles expriment pour le récepteur final des valeurs morales, des projets politiques, une gestion des flux et des actions des populations, des disciplines et des dispersions. Tout cela composant une image des rues de Paris visible mondialement, via Google Earth, via les films de tourisme, de reportage, de fiction. En somme une histoire actuelle embarquant les vocabulaire patrimoniaux hyper-présents, dessinant une ville projetée vers le futur, et esquissant pour cela une nouvelle grammaire esthétique et relationnelle.

 

 

Design d’objets, design de situation

 

La notion de mobilier se révèle assez confuse : le design des objets pré-designe des situations sociales, des interactions, des partages, souvent difficiles, d’espaces et d’objets. Des objets non identifiés en tant que mobilier urbain, échafaudages, barrières, seront annexés pour l’assise ou l’accrochage de vêtements (tournevis transformés fichés entre les pierres par les boulistes des Arènes de Lutèce[2]). Des pratiques de partage (de journaux, de nourriture, de livres, de musique, de savoirs, d’informations) se trouvent privées des mobiliers qui les inscriraient dans la ville. Pourquoi pas des cabines téléphoniques[3] reconverties en consignes pour des Amap, des booksprinters, des annonces de services ultra locaux ? L’équipement de la générosité et de l’ingéniosité citoyenne s’appuie sur le détournement des lieux (Restos du cœur sur les places publiques et les squares). Il demeure précaire, sans signalétique, et comme clandestin. Le re-design des équipements de la ville par ses usagers reste marginal. La mise à disposition du mobilier demeure un pouvoir absolument top down quand de nombreux signes montrent que les politiques urbaines cherchent à capter la créativité bottom up.

 

Poids des normes et puissance sémiotique

 

Le choix des mobiliers est-il un privilège régalien ? Pas si sûr. Si les systèmes traditionnels de catalogues de mobilier semblent avoir fait leur temps, il est difficile aujourd’hui de renouveler la procédure car elle implique une vue systémique qui saisirait ensemble la conception, la réalisation, la mise en service, le suivi d’usage, jusqu’à l’obsolescence et au remplacement, tout cela à partir d’une analyse de besoins tant ciblés qu’universels …. Le poids des normes de sécurité et de robustesse fait que peu d’aménageurs ont les épaules assez larges pour aborder de tels marchés, créant d’évidents effets monopolistiques et annexant à la publicité les espaces disputés de l’affichage urbain.

Paris affirme une volonté d’innovation par la recherche, la culture, le dynamisme économique. Ces valeurs de ville du savoir et de ville créative s’expriment, ou pourraient s’exprimer, dans les mobiliers, au même titre que les valeurs d’accueil, de lien, de solidarité.

Par rapport à la lourdeur et aux enjeux de la mécanique décisionnelle, il semble hasardeux de lier fortement le mobilier urbain à l’image politique, sociale et économique d’une mégapole. Si cela peut se faire, c’est-à-coup sûr en dépassant la simple question des objets pour l’étendre en amont à des modalités de conception qui concerneraient les citoyens et en aval à des objets qui s’enrichissent dans l’usage, tout simplement parce qu’ils sont des interfaces de données top down (transparence  de l’action publique) et bottom up ( données travaillées par les citoyens) ou des datavisualisations de nouveaux indicateurs qui traitent des commons, l’eau, l’air, les énergies ( présence dans la ville d’une symbolique du ménagement des énergies).

 

 

Du catalogue à l’expérimentation

 

Passant de l’âge du catalogue à celui des expérimentations, la Ville de Paris a exposé  divers mobiliers urbains aux pratiques et commentaires des Parisiens, offrant ainsi aux observateurs l’occasion d’une synthèse. Beaucoup de ces mobiliers sont informationnels : le mobilier devient une interface entre un système de gestion et des usages. Cela est vrai du porte-sac Rossignol : y jeter une canette suggère la fonction de ramassage et de tri. La main, la logistique et le système d’information, la norme et le bien commun, sont symboliquement liés. Les data sont présentes dans les objets ordinaires, même sans numérique apparent.

Ces mobiliers ordinaires sont des interfaces qui montrent leur orientation vers la préservation des biens communs. Si les smart grids se révèlent à moyen terme une façon de prendre soin collectivement de l’énergie, et ce à partir de systèmes qui reposent sur l’analyse de big data de consommation multimodale,  de nouveaux objets ( écrans de datavisualisation, dans la rue, dans les commerces ou les écoles) vont prendre place dans nos villes et afficher les bons effets d’usages optimisés, incitant ainsi à des comportements soigneux.

Les traditionnels panneaux d’information affichent des bribes de l’agenda urbain. Or l’information à distance l’emportant désormais sur le guichet, il faut trouver des moyens de mieux valoriser l’action administrative, en lui donnant sa dimension politique et humanisée, en l’inscrivant positivement dans la sémiologie urbaine.

 

 

Open Data et Sharing Economy

 

Ce numérique urbain peut rendre beaucoup plus tangible et positive l’action administrative. Il deviendra nécessaire avec les demandes d’accountability et d’open gov qui présentent un intérêt égal pour les citoyens et les politiques. Les panneaux tactiles vus dans nombre de mobiliers expérimentaux annoncent une information démultipliée et dispersive. Entre la brève et la page web, un régime de communication numérique plus chaleureux et plus engagé reste à inventer.

Par ailleurs ces panneaux ne se sont pas encore ouverts à leur évidente destinée : matérialiser et stabiliser, en grande dimension, le travail de l’information effectué  sur les  smartphones, en mobilité, et destiné au partage. Ce sera peut-être le devenir des colonnes Morris et des kiosques à journaux. La Sharing Economy qui prend forme repose sur le crowdfunding, les inventions de services ultralocaux ou mondialisés, l’exploitation par les citoyens de l’open data ( géographie, infrastructures de services). Créer un service de signalement collectif de l’état de propreté des sanisettes, organiser un tri citoyen ou une redistribution de compost, réunir une Amap ou une expérience d’agriculture urbaine, voilà des initiatives microscopiques, mais elles expriment un empowerment citoyen dont l’effet est la responsabilisation et le développement de capacités. Le Vélib est un vélo, mais son système de prêt et de restitution en font bien autre chose qu’une bicyclette : un bien numérique  partagé et co-géré entre la ville et ses habitants grâce à de la gestion de données, un système d’engagement des usagers.

Matthieu Lehanneur installe de la végétation sur son Escale numérique, il affiche l’usage du bambou comme matériau de mobilier urbain : il propose une nouvelle sémiologie de la nature en ville, instituant des symboles de l’équitable et du durable. Il en va de même des fontaines qui représentent l’eau disponible à profusion. En les laquant de rouge on fait passer le message de leur importance phare. Mais à quand des fontaines signifiant la rareté de l’eau, et nous préparant à des règles de partage ?
Répondre aux besoins présents et généraux tout en instillant l’énergie d’un futur commun, c’est tout le défi des administrateurs urbains. Les expérimentations récentes ont concrétisé pour les citoyens cette tension, essentiellement autour la controverse de l’utilité des dispositifs numériques urbains. Elles ont aussi vulgarisé l’idée que ces expérimentations rompaient avec la simple consultation et que de nouvelles voies se dessinaient pour formuler des besoins ultra locaux, concernant un quartier, un square, et pouvaient donner lieu au design d’un objet unique situé, aussi bien qu’à des gammes standard. Les exemples choisis ici se limitent aux  knowledge technologies urbaines, dans le contexte de menaces et d’impasses lié aux transitions économiques, écologiques et démographiques. C’est une vue contrastée, dont le but est d’apporter des éléments de réflexion prospectifs et respectueux de l’hyper-présent, un présent avancé qui fait la jonction avec l’avenir.

 Sophie Pène

 


[1] Sharing economy, ou économie de partage : sur le modèle de Airbnb une économie de particulier à particulier se développe, bénéficiant de coût de transaction diminués par les réseaux numériques, et de la multitude de données disponibles sur les « gens et les choses ». Elle permet de traiter des choses très concrètes comme des objets numériques évaluables à distance. Dans de nombreuses villes américaines elle se développe de façon fulgurante, se substituant à des services publics à faible budget. Comme le commerce en ligne il y a quinze ans,  l’économie de partage se dessine comme un phénomène majeur d’activité économique , de transformation des modes de rencontre et d’échange.  Voir « The Rise of The Sharing Economy« , The Economist, 9 mars 2013

[2] Voir le projet Hacktion http://www.fabrique-hacktion.com/manifest.php « Fabrique / Hacktion engage une ré-appropriation des espaces publics et collectifs en installant des greffes, compléments d’objets, qui favorisent un usage, augmentent ou questionnent le mobilier urbain et les dispositifs existants ».

Fabrique / Hacktion engage une ré-appropriation des espaces publics et collectifs en installant des greffes, compléments d’objets, qui favorisent un usage, augmentent ou questionnent le mobilier urbain et les dispositifs existants.

 

[3] « Une nouvelle vie pour les cabines téléphoniques » , un projet du designer Pierre Charrié http://blog.la27eregion.fr/Une-nouvelle-vie-pour-les-cabines

Micro-Farm – Ferme urbaine – les Urbaniculteurs sont parmi nous

A l’ENSCI- les Ateliers, depuis quelques semaines, cette serre, qui rapproche végétation et pisciculture.
Il y a cet objet à la fois explicite mais quand même énigmatique. Que vient-il faire dans cette salle ? Où est-il destiné à s’implanter ? Qui s’en occuperait ? Qui en vivrait ? A qui servirait-il ?
Mais aussi qui l’a fait, pourquoi, ça coûte combien, ça intéresse qui ? Qui paye pour ça, qu’est-ce que cela pourrait devenir ? Quel genre d’entreprise et d’emploi ?

Un objet qui vient donner forme à un thème, la culture dans la ville. Les jardins partagés, les plantes comestibles dans nos rues. Afin de nourrir, dans le futur, 8 milliards d’humains à 80% urbains. Là où nous avions des géraniums, nous pourrions mettre des choux. Notez qu’il est interdit dans les règlements de copropriété de planter des carottes dans les « jardins privatifs »
Se nourrir, peut-être et pas seulement. Une certaine façon, au moment de la troisième révolution industrielle, de refaire lien avec la nature, de se réunir pour faire pousser et regarder pousser, de symboliser aussi, comme la fontaine Wallace a pu symboliser la ville haussmannienne, un regard respectueux sur le vivant, un vivant non humain, ce que les Grecs nommaient la Phusis, le principe dynamique d’expansion.

Chacun de nos invités va présenter le lien qu’il entretient avec la ferme urbaine.
D’abord Damien Chivialle, l’auteur de MicroFarm, un designer qui aime travailler le container, un objet industriel devenu un cheval de Troie posté dans la ville, qui la regarde, qui y introduit des expériences.
Pierre Sartoux et Augustin Rosenstiehl, deux architectes de l’agence SOA qui partis d’une architecture critique et d’objets manifestes, s’avancent vers des objets concrets , simples. Ils ont fait une tour végétale, ils font des jardins urbains.
Ils ont fondé le Laboratoire d’Urbanisme Agricole.
A leur présentation, Corinne Valls, Maire de Romainville, réagira, quand et comme elle le voudra, puisque le jardin sur les toits de la Cité Marcel Cachin est à la fois une innovation sociale et une innovation architecturale, qui préfigure des écoquartiers auxquels l’on s’attache, que l’on soigne, par des liens qui dépassent le strict « service urbain »
Fabienne Van Steenkiste Maire Adjoint de Montreuil parlera de la relation nouvelle avec l’espace public qu’introduisent les semailles dans la ville.
Nathalie Blanc, géographe, directrice de recherche au CNRS, parlera de la nature en ville et de l’esthétique environnementale.
Enfin, Armand Behar, plasticien et responsable du mastère Création et technologie contemporaine, questionnera le sens de ces formes nouvelles dans la ville. Il dira en quoi uen école de design et de création industrielle se sent concernée par ces expérimentations.

Petite maison dans la prairie… place de la République

Si vous n’avez pas encore vu l’exposition Micro-farms à l’ENSCI, si vous ne savez pas encore comment installer et exploiter une ferme urbaine, rejoignez-nous jeudi soir !

À l’occasion de l’exposition Micro-Farms initié dans le cadre du cycle [Fokus],
l’ENSCI organise une table ronde animée par Sophie PÈNE, directrice de la
recherche à l’ENSCI.
Participeront : Nathalie BLANC, chercheuse au CNRS en géographie urbaine ;
Fabienne Van Steenkiste , Maire-Adjointe de Montreuil ; Corinne Valls , maire de Romainville, Augustin ROSENSTIEHL et Pierre SARTOUX,
architectes, Agence SOA, co-fondateurs du Laboratoire d’Urbanisme Agricole (LUA); Damien CHIVIALLE, designer, MICRO-FARMS ; Armand BEHAR, artiste et
responsable des enseignements du Mastère Spécialisé Création et Technologie Contemporaine de l’ENSCI.
Jeudi 26 avril 2012, à 18h30,
espace Viénot 2.

A signaler aussi, le cycle de la Gaîté Lyrique « Technologies au quotidien » , en partenariat avec le Musée des Arts et métiers.

Si après ça les agriculteurs se sentent délaissés, qu’est-ce qu’on peut faire …

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Architecture de l’information pour les SHS

Jean-Michel Salaün invite André Gunthert et Sophie Pène à son séminaire IXXI (Institut Rhône-alpin des Systèmes Complexes), ENS Lyon
Architecture de l’information

<a href="http://tinyurl.com/c5rfr2z« >

Séance 6. CONCLUSION – ARCHITECTES ET ARCHITHEQUES

Le prochain séminaire en architecture de l’information se tiendra le vendredi 6 avril de 13h30 à 17h à l’IXXI à Lyon (plan) avec la présentation de deux intervenants disposant d’une expérience forte dans le montage de services sur le Web pour la recherche en SHS.

Culture Visuelle, paradoxes d’une expérimentation en digital humanities

André Gunthert, maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), il dirige le Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (Lhivic)

La plate-forme de blogs Culture Visuelle a été créée en 2010, pour mettre à disposition des chercheurs un outil spécialisé dans la gestion de contenus multimédia. Deux ans plus tard, les principaux résultats de cette expérience montrent que les ressources du dispositif, largement sous-employées, ne sont d’aucune utilité en dehors d’un contexte de recherche et d’une communauté fortement soudée. Se heurtant à d’importantes résistances académiques, l’usage scientifique élaboré des outils numériques conserve un caractère d’exception.

Labos digitaux – exposer les données de la recherche

Sophie Pène, directrice de la recherche à l’Ecole nationale supérieure de création industrielle

Deux expériences de création et d’animation rédactionnelle ( 2006, à l’université Paris Descartes, la plateforme René Des Blogs, devenue les Carnets.2, avec10 000 comptes – 2009, sur Hypothèses.org, un blog de recherche, Paris Design Lab) sont le matériau proposé pour une réflexion sur les blogs SHS. Cette fraîche littérature grise est à coup sûr une remarquable activité discursive, qui transforme nos façons de faire de la recherche. Se pose la question de l’architecture de ces “big data”, la cité savante devenant une cité informationnelle, et se devant d’aménager sa visibilité pour un large public. Comment nos communautés SHS pourront-elles aborder le difficile chantier de la visusalisation de données, et passer ainsi d’une communication sur le quotidien de la recherche à une véritable exposition de recherche, comprenant les médias sociaux généraux et dédiés, le curating scientifique et politique ? Un travail en cours avec l’artiste Pierre Giner, pour le Labex Création Arts et Patrimoine, servira d’étude de cas, quant aux liens entre événements de recherche (colloque, conversations), rédaction de carnet et , véritablement, exposition, dans des lieux numériques qui sont aujourd’hui nos véritables laboratoires.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Atelier CAP Création Arts et Patrimoines, 10 et 11 février ENSCI

atelier du labex cap
vendredi 10 et samedi 11 février 2012 à l’ENSCI – les ateliers

VENDREDI 10 février 2012
Atelier 1. Créer, inventer, innover
9h00 Accueil, café
9h30 Présentation des posters de l’axe Création
10h00
Présentation générale des quatre programmes en cours de lancement
Tables rondes animées par Jean-Marie Schaeffer
10h15 « Disposifs et processus »
10h40
« Modes opératoires, usages et valeurs »
11h05 « Histoire culturelle et mutations actuelles de la création artistique »
11h30 Wikicreation (ressource numérique commune)
11h45 Discussion
12h30 Pause déjeuner

APRÈS-MIDI
Atelier 2 : Arts, industries, prospective
14h00 Présentations des posters de l’axe Prospective
Tables rondes animées par Sophie Pene
14h30 « Arts, innovation, industries »
15h00 « Anthropologie de la collection »
15h30 « Comment donner forme au futur ? »
16h30 Pause café
17h00 Discussion
18h30 Cocktail
Adresse : ENSCI, 48 rue Saint-Sabin, 75011 Paris Contact : labex.creations.patrimoines@gmail.com

SAMEDI 11 février 2012

MATIN
Atelier 3 : Patrimoine et patrimonialisation

9h00 Accueil, café
9h30 Présentation générale et présentation des posters de l’axe Patrimoine
Tables rondes animées par Jean-Philippe Garric
10h00 « Institutions – narrations »
10h30 « Reproduction – outils »
11h00 « Acculturation – traitement matériel »
12h00 Discussion
13h00 Pause déjeuner

APRÈS-MIDI
Atelier 4 : Création et patrimoines en interaction

14h00 Synthèse des travaux, analyse des journées
Discussion animée par Philippe Dagen et Jean Da Silva
Selon la méthode qui a présidé à l’organisation et à la mise en oeuvre de l’atelier du labex, la séance finale sera consacrée
à l’énoncé et l’examen des convergences qui auront pu être établies au cours des présentations et discussions des trois premières demi-journées. Il serait donc contradictoire de prétendre anticiper sur ce que pourraient être les acquis de ce « work in progress ». L’ordre du jour, flexible, en sera donc
déterminé en fonction des séances précédentes et de ce qui en sera issu.
Cela signifie que chaque participant est appelé à réfléchir en ce sens : les coordinateurs des trois premières demi-
journées, mais aussi toutes celles et tous ceux d’entre nous qui voudront bien se faire les témoins et les observateurs des débats, afin d’en tirer des conclusions à verser dans notre « agenda commun ». Un autre sujet de réflexion sera également à l’ordre du jour, celui de la diffusion de nos recherches.
L’hypothèse de la création d’une revue scientifique a été affirmée. D’autres modes d’enregistrement et d’édition seront testés au cours des séances elles-mêmes. Ce sont là autant de possibilités non exclusives les unes des autres qu’il est essentiel de discuter désormais ensemble.
17h00 Clôture

Adresse : ENSCI, 48 rue Saint-Sabin, 75011 Paris Contact : labex.creations.patrimoines@gmail.com

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

« Comment donner forme au futur » Thème 3 (EHESS-IIAC-Anthropologie de l’écriture, ENSCI, GERPHAU)

L’ENSCI, le laboratoire de l’EHESS ( Anthropologie de l’écriture, IIAC), et le GERPHAU coordonnent dans le cadre du Labex CAP le thème « Donner forme au futur ».
Ce thème sera présenté lors des journées des 10 et 11 février. Le texte suivant a vocation à informer d’autres chercheurs .
Contacts
Béatrice Fraenkel fraenkel(at)ehess.fr
Sophie Pène pene(at)ensci.com
Antonella Tufano antonellatufano(at)hotmail.fr

COMMENT DONNER FORME AU FUTUR : CREER, PROJETER, PROSPECTER

Notre projet se rattache à la question sur laquelle se clôt le document scientifique du labex: en quoi les pratiques créatives éclairent-elles la question du futur, telle qu’elle se pose à notre époque, et telle qu’elle se pose aux sciences sociales, invitées de plus en plus expressément à répondre soit à une demande d’innovation, soit à une demande prospective ?

La question de la création a en effet pénétré l’ensemble des sciences sociales, selon des formes diverses qui vont du discours sur la nécessité d’être innovant, à des questions plus inattendues, sur l’invention du futur, et même sur la capacité prospective des sciences sociales. Paradoxalement, c’est parce qu’elles sont des pratiques de la description qu’elles se trouvent investies de capacités prospectives, ce qui n’est pas sans poser d’importantes questions épistémologiques. Il se trouve que les liens créés par le Labex entre des disciplines différentes élargissent considérablement les moyens théoriques et empiriques d’aborder la création comme une question artistique, industrielle et sociale.

L’anthropologie fait partie des disciplines sollicitées aujourd’hui par la réflexion générale sur la transformation et la réinvention de nos sociétés. On voit s’ouvrir le champ de l’anthropologie du futur qui introduit la prospective comme une capacité des sciences sociales (Appadurai, 2007). Dans ce cadre, l’intérêt de l’anthropologie pour la création se manifeste par des recherches sur les archives de la création, sur l’observation de pratiques créatives et des formes de collaboration entre arts en industries, sur l’interprétation de ces données avec une perspective projective :
– les archives de la création (dossiers d’œuvres, carnets de croquis) apportent des éléments formels (dessins, maquettes, prototypes) sur les étapes qui mènent d’objets connus à des objets nouveaux, et donnent accès aux différents régimes qui mêlent présent et futur, certain et potentiel, réel et projeté.
– Des évènements culturels (fondations d’institutions, fondations artistiques, festivals) documentent un discours contemporain sur la prospective (discours d’anticipation, projection sur le monde à venir).
– L’anthropologie elle-même, en tant que discipline saisie par la question de la création, trouve des points de référence dans cette confrontation avec les disciplines créatives.
– Selon le postulat que la possibilité de l’innovation est associée à l’expérience de la matière, nous faisons l’hypothèse que le traitement par les artistes contemporains de certaines matières nouvelles (la matière digitale, les matières issues du biomimétisme, les smarts textiles, ou nanomatériaux) est une ressource pour observer des processus anticipateurs de nouvelles industries, nées dans les Fablabs et Hackerspaces investis par les artistes.

Ces thèmes mettent dans une étonnante actualité la relation entre patrimoines et création, histoire et futur. Ils justifient l’ambition de repenser les relations entre création et conception du futur. C’est-à-dire de penser comment s’articulent aujourd’hui économie, politique et création.
Nous proposons de déployer une série d’opérations de recherche afin de structurer un domaine de recherche encore dans les limbes.

4 Niveaux de Propositions

1 État de l’art (Théories, concepts, acteurs), étude de l’hypothèse selon laquelle un discours de prospective né dans les années 1960-1980 permet de décrire le lien singulier qu’entretiennent arts et prospective
-Séminaire EHESS sur l’Histoire de la prospective en France et aux Etats-Unis (1957-2012) et les rapports entre Création et Prospective (à partir de 2012-2013).

-Contribution au programme d’étude des archives de Sigma à Bordeaux (Avec l’école des beaux-arts de Bordeaux)
-Prospective et Création : Opération « Les nouveaux commanditaires » de la Fondation de France
-Etude des discours de fondation de l’ENSCI-Les Ateliers (textes de Monzat de Saint-Julien, Patrick Bouchain, Claude Mollard) autour du thème de la « formation à la création, par l’expérience de la matière ».
-Arts et Politique , autour de « la reconquête de la ville par la culture » de la Mairie de Paris Étude de « Nuits Blanches » comme d’un démonstrateur des capacités prospectives des arts.

2 – Ateliers enquête (Méthodologie)
Rendez-vous réguliers, université d’été, ateliers étudiants (M1, M2, Doctorants et élèves écoles d’art)
Etudes de corpus, observations d’événements

Création d’un Atelier international « Comment donner forme au futur ? » associant Universités et écoles d’art déjà engagées dans cette réflexion.
Analyse collaborative de dossiers d’archives (dessins, variantes, annotations, maquettes) : apports de la génétique textuelle, des conservateurs et responsables de fonds spécialisés, des praticiens
Travaux autour de projets en cours dans la ville (mobiliers urbains innovants, mobiliers informationnels, mobiliers dits « intelligents », recherche action et projets artistiques)
Travaux sur les écritures urbaines (histoire et ethnographie de projet d’arts politiques; enquêtes sur les écritures du futur et leurs acteurs )
Recherche action sur le « design d’anticipation » (l’insertion du design dans les laboratoires scientifiques)
Séminaire EHESS « discours et pratiques du futur, designers, architectes, graphistes ».
Etudes des nouveaux moyens de projection (prototypage rapide, maquettes numériques, croquis numériques, logiciels 3D) et impact sur le « projet » (représentation du projet, questions d’échelles, dessins, « nuages » d’idées)
Atelier sur le lexique comparé des vocabulaires du projet en design, en architecture, en architecture numérique, en ingénierie de conception, en gamedesign, serious games, transmedia, (prototypage, maquettes, démonstrateurs, scénarios, mapping, graphes, topic maps) :

3 Fonds et Terrains , Opérations de recherche
-enquêtes dans plusieurs fonds d’archives spécialisés : architecture, design, graphisme en particulier . Archives Brongniart, Musée Vitra, MACBA, Fondation Beyeler
Etudes des archives de design du musée des Arts Décoratifs, archives photographiques de l’ENSCI, Fonds Faucheux (IMEC)
-Archives augmentées de la création : les festivals, les expositions, les présentations de projets. (Festivals panafricains, archives Sigma, Nuits Blanches, Expositions universelles)
Nouvelles archives, archives de performances, archives d’évènements.
-Ethnographies d’exposition (par ex. Pompidou mobile, la Triennale) d’évènements (Nuits Blanches), de performances urbaines (City wall)
-Suivi de projets « typiques » arts et industries.

4. Projet interne au labex
Cartographie des recherches au sein du labex liant création et prospective (histoire des arts et des techniques, études d’archives de la création,
Analyse du statut du créateur/concepteur, analyse du croisement des différentes démarches d’exploration du futur et conditions d’un dialogue entre disciplines.
A la lumière des mutations de la société et des attentes futures, comment la co-conception et les pratiques collaboratives modifient-elles le statut du créateur/concepteur en particulier dans le cadre de mutations rapides et de la multiplication de micro-productions, avec la préoccupation des usages justes et soutenables.

Ces différentes propositions font d’ores et déjà l’objet de recherches engagées par des membres du labex (chercheurs, doctorants, conservateurs) et de chercheurs indépendants et parties prenantes (partenaires entreprises, ingénieurs R&D) qui ont décidé d’accompagner le labex avec leurs propres questionnements prospectifs.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

 » Anthropologie de la collection », thème 2 (Musée des Arts Décoratifs, ENSCI, Anthropologie de l’écriture, CEDRIC)

le musée des Arts Décoratifs, L’EHESS ( Anthropologie de l’écriture, IIAC), le CEDRIC (CNAM), l’ENSCI-Les Ateliers (Les Ateliers-Paris Design Lab) ont proposé trois thèmes de recherche dans le cadre du Labex CAP (Création, arts et patrimoine) : « Arts, innovation, industries », « Anthropologie de la collection », « Donner forme au futur ».
Ces thèmes seront présentés lors des journées des 10 et 11 février.

Thème 2. Anthropologie de la collection.

Contact : Odile Nouvel, conservatrice au musée des Arts Décoratifs et coordinatrice de ce thème. odile.nouvel(at)lesartsdecoratifs.fr

Les musées sont le résultat de multiples choix opérés au cours de processus de décisions successives. La mission de tout musée est de transmettre un savoir à travers des œuvres qui témoignent d’un passé révolu, ou d’une séquence du présent destiné à devenir passé à transmettre à son tour.

Pour parvenir à ce statut de lieu de transmission d’un savoir idéalisé, qui serait le Tout d’une des facettes d’une culture, (beaux-arts, ou arts décoratifs, ou inventions techniques, ou armée, etc…), les conservateurs procèdent à des choix et de ce fait ne transmettent qu’une partie très fragmentaire du savoir dont ils sont dépositaires.

A partir de quoi le discours sur une œuvre est-il élaboré dans sa forme « publique » ?
Le dossier d’œuvre conserve la totalité des traces écrites et photographiées de la vie d’une œuvre – et sa mort éventuelle. Il comporte des originaux tels que courrier, factures, publicités, catalogues de ventes, ainsi que de la documentation sur l’œuvre (bibliographie, comparaisons, argumentaires, choix de restaurations etc.). La fiche d’inventaire, véritable « carte d’identité » de l’œuvre est le résultat écrit, du savoir scientifique qui entoure cette œuvre (dénomination, description analytique, circonstances de création, utilisation de l’œuvre, matières et techniques, mesures, localisation, statut administratif, bibliographie etc.). Mais ce savoir total fait forcément l’objet d’une sélection à l’intention du public : le conservateur décide de ce qui sera publié ou non sur les cartels et fiches de salles. Enfin lors de l’exposition de l’œuvre, une série de choix scénographiques sont autant de décisions qui influent de manière décisive sur sa perception.

Les technologies contemporaines au service du regard critique
Ces tris successifs qui s’opèrent nécessairement dans l’élaboration de la pensée transmise à tous autour d’une œuvre en constituent finalement l’identité « publique ». Au final, le visiteur n’a donc à sa disposition qu’une connaissance fragmentaire, mais jugée essentielle, de cette œuvre. Toutes ces opérations méritent aujourd’hui un regard critique à la faveur des technologies contemporaines qui « augmentent » nos facultés de perception et de découverte de savoirs jugés jusque là trop spécialisés. Le visiteur pourrait construire « son » parcours, s’approprier les informations « rejetées », faire des liens spontanés, créer des lectures nouvelles. Dans quelles conditions ?

Le « tri », une opération clé pour comprendre les coopérations musées / numérique
Les industries des télécommunications considèrent les collections comme des contenus à transmettre et à agencer. Les applications courantes proposent de faciliter la circulation des publics dans les collections, en concevant des parcours profilés. Nos recherches entreprennent d’inverser le point de vue : nous souhaitons partir des pratiques de métier et présenter, à partir de l’idée un peu provocatrice de « tri », un regard autre sur les contenus. La contribution de recherches de terrain apporterait ainsi une vue actuelle sur les métiers et les pratiques, susceptibles d’enrichir les dialogues de conception et les relations avec les partenaires de R&D

Un groupe d’une dizaine de chercheurs issus de différents laboratoires (IIAC, CEDRIC, DICEN, ENSCI ) et musées (Arts Décoratifs, Arts et Métiers, Quai Branly) s’est constitué, réunissant des compétences de conservation, d’anthropologie de l’écriture, de conception de services numériques. Nous souhaitons présenter lors des rencontres de février les différentes situations de recherche autour desquelles des équipes se constituent :
– analyse du dossier d’un objet
– enquête de terrain sur des pratiques de tri situées (préparation d’une exposition)
– retour sur des choix curatoriaux d’expositions récentes par une enquête auprès des protagonistes (Museogames, choix d’œuvres, approche transmedia, rôle des documents, Galerie d’étude du musée des Arts Décoratifs)
– interrogation des pratiques de « curating numérique » (analyse de la conception et des usages de différentes réalisations numériques Décorative, CnapN, applis iPhone et iPad du Musée du Quai Branly )
– analyse des acceptions contemporaines de « curation » dans le champ sémantique du musée et dans celui du numérique
– éventuellement observation participante des pratiques des usagers de Pompidou virtuel (graphes de parcours), groupes « bêta testeurs », étudiants et chercheurs.

Une discussion méthodologique, rapprochant chercheurs et conservateurs a commencé. Lors des ateliers de février, nous souhaitons l’ouvrir à nos collègues d’autres laboratoires et être ainsi en position de privilégier les recherches qui convergeront avec les problématiques centrales des membres du labex.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Séminaire Arts, Innovation, industrie

Textiles intelligents
KOUGLOFABLAB et Black Boxe


Clotilde Fromentin-Félix
Maurin Donneaud
Lorraine Bergeret


Séminaire Arts, Innovation, industrie , Labex CAP Création Arts et Patrimoine

Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, 1 er décembre 2011, 18h-20h

La seconde séance 2011-2012 du séminaire Arts, Innovation, industrie s’appuie sur le domaine dit des « textiles intelligents », c’est-à-dire des étoffes expérimentales que viennent habiter des fibres informatiques, des capteurs, des matériaux. Ces ajouts amplifient les propriétés des tissus. Ils en font des prothèses qui empruntent des qualités au corps, à la matière digitale et à différentes matières artificielles, organiques, biologiques.
Objet d’expériences et d’expérimentation, le tissu est un des « lieux » actuels de la technè et de l’ingenium. Designers, informaticiens, biologistes, chimistes, ingénieurs textiles, artistes (danseurs, musiciens) cherchent ensemble comment faire et que faire de ce que les doigts assemblent. Pour ces objets indécis s’inventent des machines (à imprimer, à coudre, à insérer, à brancher, à commander…).
C’est de ces dialogues de création et de « breaching experiment », et des lieux où ils se pratiquent, laboratoire, atelier, musée, hackerspace, que parleront Clotilde Fromentin-Félix et Maurin Donneaud.
Lorraine Bergeret présentera différents travaux de designers et les laboratoires dont ils sont issus.

Clothilde Fromentin-Félix, Ubi, http://www.ubiloci.fr/index.php?/about-this-site/ est designer, chimiste, biochimiste et chercheur.
Elle présentera une réflexion sur le tissu à partir de son doctorat en cours, « Entre habits et habitacles, le design de l’habiter » (CEAC, Lille 3) au travers de la métaphore du Kugelhof, une enveloppe plissée.

KOUGLOFABLAB

« Le “kouglof” est une petite forme appétissante, une enveloppe surgie au cours de mes expérimentations à partir de la matière textile, qui me sert d’objet d’étude pour une réflexion sur le process industriel à l’âge du numérique et sa capacité à prendre en compte les plis que cette forme présente, matériels et conceptuels, et qui en constituent même sa spécificité en tant que produit textile.
La façon dont l’outil industriel peut être plissé voire chiffonné au travers de cet exemple ouvre, au-delà du numérique, vers des logiques biologiques et les technologies transformationnelles, … voire vers des dimensions humaines et des “techniques ordinaires”.
Sur la base de cette réflexion, Kouglofablab est la projection à partir de cet objet d’un scénario de Fablab particulier. »

Maurin Donneaud, http://maurin.donneaud.free.fr/, est designer . Il expliquera sa façon de travailler à partir de « l’intelligence de la main », quelle que soit la matière en jeu. Il montrera divers projets.

« Spécialisé dans le design d’interaction et la programmation d’objets physiques, je suis impliqué dans plusieurs projets de développements de textiles-électroniques. Installé à la Black-Boxe*, je développe des projets entre l’art, l’artisanat et l’industrie. L’une de mes recherches consiste à réhabiliter le geste dans la manipulation des médias numériques ainsi qu’à valoriser des savoir-faire artisanaux à travers l’utilisation de solutions technologiques astucieuses. C’est notamment pour cela que je collabore avec des techniciens, chercheurs, industriels et artistes, dans le but de mettre au point des textiles-électroniques sensibles au toucher.
Intervenant dans des écoles de design textile (ENSCI Paris, ENSAAMA Paris, CSM London) je partage mes connaissances pour contribuer au développement de projets e-textiles et faire ressortir la richesse et le potentiel créatif de cette pratique ».

Le vendredi 25 novembre, une journée e-textile a réuni des artistes et designers, usagers de la Black Boxe, autour de capteurs textiles DIY. Des usages embarqués comme un vêtement musical, ou des applications fixes comme un tapis de capteurs ont pu être accommodés à différents projets.
Il expliquera aussi l’espace qui accueille ces expérimentations techniques et créatives et les étend à une expérience sociale d’apprentissage volontaire. A cette occasion, il présentera la Black Boxe.

*La Black Boxe est un atelier ouvert, sur le modèle des hackerspaces. Hébergé au Théâtre de Verre, ce lieu met l’accent sur les connexions entre l’art et la technologie en général. La blackboxe dispose d’un atelier d’électronique, d’espaces de travail et toujours quelqu’un est prêt à donner un coup de main. Ces ressources sont mises à disposition des personnes qui souhaitent développer des projets personnels ou participer à des projets collectifs. Des rencontres et présentation de travaux (/dev/art) y sont régulièrement organisées.
http://www.theatredeverre.fr/

Lorraine Bergeret, http://lorrainebergeret.com/_/proje%28c%29ts.html
Designer, elle est docteur de l’ENSAM et a exploré les usages créatifs du béton. Elle a soutenu une thèse sur le design des matériaux en juillet 2011 et est actuellement chargée de projet à l’ENSCI Les Ateliers. Elle fait des recherches sur les matériaux urbains innovants et leur usage social.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

« Manifestations » – Journée d’étude – Anthropologie de l’écriture

Le 6 mai 2011 une journée d’étude EHESS (Anthropologie de l’écriture) est consacrée aux écrits de la contestation.
La matinée sera consacrée aux photos des pancartes de la place Tahrir. L’après-midi rendra compte des premiers résultats d’une enquête sur les manifestations féministes.

Journée d’étude EHESS
« Manifester avec l’écrit »
Présentation et discussion de deux enquêtes en cours

Vendredi 6 mai 2011 de 9 h 30 à 17 h
Maison Suger (FMSH), 16-18 rue Suger, 75006 Paris, Salle de conférence

9h30-12h : Comment lire les écrits de la Place Tahrir ?
Présentation des documents
Premières analyses: Béatrice FRAENKEL, Ehess, « Evénements d’écritures » ; Luc BARBULESCO, Paris 3 : « Ecritures verticales » ; Sophie PENE, ENSCI : « Encres et craies, Twitter et Facebook » Questions nouvelles : atelier collectif réunissant chercheurs et étudiants

13h30-17h : les écrits des manifestations féministes, une enquête collective réalisée à Paris en 2011

Isabelle BRETTHAUER, Université Paris 7 et Valentina TOMASINI, Ehess : « Structurer et déstructurer la manifestation par le biais des écrits »
Nora LABO, Ehess : « La temporalité dans les écrits des manifestations féministes »

Arnaud DUBOIS, Ehess : « Les couleurs de la manifestation féministe »
Diana MESA, Ehess : « Identités graphiques de la marche du 8 mars 2011 »

Maud VALEGEAS, Ehess : « Conception d’un tract féministe et unitaire pour la manifestation du droit des femmes »
Fanny DELBREILH, Ehess : « Tracts et tracter dans deux manifestations féministes »

Cette journée d’études est commune au séminaire «Actes d’écriture dans la ville : les écritures urbaines à venir » animé par B. Fraenkel et S. Pène et à l’atelier méthodologique « Les écrits de la manifestation féministe » animé par C. Bustarret et B. Fraenkel.

Design et anthropologie – Design de la formation (1)

Une recherche action interdisciplinaire

L’ENSCI –Les Ateliers (Ecole Nationale de Création Industrielle) entreprend une recherche action impliquant des designers, anthropologues, architectes. Cette recherche de terrain concerne une association de formation professionnelle. Elle se déroulera de mi-septembre 2010 à mi-janvier 2011. Une vingtaine de journées en résidence sur deux campus de formation sont prévues. Par ailleurs, des entretiens au siège de l’association, un travail créatif, d’analyse et de prospective et trois livrables sont prévus.
1. Restituer, en images, le sens du campus : les cheminements et les événements du quotidien, les invitations et sollicitations diverses, qui s’appuient sur le dispositif espace/temps du campus et soutiennent le concept actuel de formation. Ils sont le fonds commun de l’association au présent, le socle de l’innovation.
2. Traduire l’état d’une pensée sur la formation, et d’une vision du futur (carte d’arguments et d’acteurs, histoire du lieu et traces au présent d’épisodes fondateurs, fondements des accords, éléments de discordance, préoccupations et représentations du devenir).
3. Préfigurer un campus 2030

La méthode
Observer : les résidences – une expérience d’immersion et d’observation participante. Entretiens, présence, dialogue. Recueil de matériaux (photos, dessins, carnet)
Traduire : cartographie de controverses, démonstrateurs
Projeter : scénarios prospectifs, imagination des relations et des systèmes de production (services, objets et usages), synthèse créative, préfiguration, invitation à l’innovation.

L’équipe Paris Design Lab®- Les Ateliers
Une équipe de recherche – 4 designers et chercheurs en sciences humaines et sociales seront sur le terrain et passeront une vingtaine de journées en observation participante avec les formateurs et stagiaires de deux campus. Une dizaine d’autres intervenants ponctuels sont sollicités (designers, assistants techniques, consultants).
– 2 pilotes :
Bernard Moïse, designer engagé dans la conception d’objets et de services (La Poste, Renault, Bouygues, le CEA), responsable d’atelier à l’ENSCI, alliant les deux aspects de la création industriel, le design d’objet et d’espace, le design prospectif se portant sur des aspects de transformation sociale.
Sophie Pène, Professeure des universités, directrice de la recherche à l’ENSCI-Les Ateliers, Sociolinguiste et chercheure en science de l’information et de la communication. Etude de la coopération en situation de travail, des écrits contemporains, en particulier professionnels et des pratiques de communication sur les réseaux sociaux.

un comité scientifique, composée de chercheurs, de professionnels de la formation et de designers.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Design urbain et innovation sociale

Programme Emergences – Ville de Paris
Les Ateliers- Paris Design Lab® a répondu à l’appel Emergences (clôture le 9 avril 2010). Ce programme est susceptible de soutenir une équipe créée depuis moins de deux ans sur un projet scientifique innovant. Nous proposons de développer une recherche théorique sur les champs actuels du design, en particulier dans le champ de la ville numérique, et de l’articulation entre le réseau des informations, les réseaux humains hyperlocaux, les réseaux urbains. Le programme comprend une proposition de réalisation matérielle, caractéristique du design, une plate-forme de services urbains. Elle pourrait devenir un living lab qui aiderait les innovateurs à expérimenter des dispositifs, à mettre en discussion des propositions d’objets communicants, de partage de données, à donner forme à des intuitions d’usage. La ville numérique, ce n’est pas uen ville informatisée, c’est une ville qui cherche sa symbolique, son architecture. Nous accueillons dans Paris Design Lab une recherche sur les nouveaux matériaux (Ultrabéton, béton dépolluant, béton irisé, lumineux, et autres matériaux intelligents)
Nous espérons bien sûr pouvoir être retenus, et lier ainsi différents sujets sur lesquels travaillent les 6 équipes de Paris Design Lab, autour d’une thématique qui se dessine par différents partenariats, Urban Thinking.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Transformations dans les marchés de l’énergie : premier ouvrage de la collection Document, réseaux et design social

Cathy Dubois, transformations dans les marchés de l'énergie
Cathy Dubois, transformations dans les marchés de l'énergie

Présentation de l’ouvrage et de la collection (extrait de la préface, Sophie Pène)

Cathy Dubois donne à voir un groupe qui tente de traiter son environnement comme des interfaces, qui s’attaque à découvrir les algorithmes susceptibles d’aider à prévoir. « Si vous excluez les gens des dispositifs qu’ils achètent, vous les condamnez à n’utiliser que les usages définis par vous-même et ils ne peuvent plus s’approprier l’objet. Si par contre vous créez des fonctions fabricatrices, comme le relève Gilbert Simondon, vous obtenez des systèmes plus intéressants, plus adaptés aux diverses utilisations possibles », continue Jean-Louis Frechin. Ici, nous voyons, non pas des consommateurs face à un produit, mais des salariés qui auraient pu suivre une procédure connue, mais qui, pour diverses raisons, « hackent » leur mission. Ils veulent savoir « comment c’est fait ».  Ils ouvrent la machine. Ils essaient de voir les composants. Ils veulent comprendre comment les remonter, pas forcément selon le mode d’emploi qu’avait prévu le « bureau d’études »…. « Quand les deux chevaux ne démarraient pas, il y a ceux qui démontaient les bougies, soufflaient dessus, les brossaient et ceux qui appelaient le garagiste » : Jean-Louis Frechin parle d’objet « post-produit », au sens de l’esthétique relationnelle définie par Nicolas Bourriaud[1], des objets ouverts, hackables, modifiables.

Bernard Lassus décrit son équipe comme des « huileurs » de l’entreprise, ceux qui vont permettre le passage en douceur. Si le récit de cette « fabrique d’entreprise » est le premier de la série « Document, réseaux et design social », c’est qu’il illustre à merveille la situation des entreprises. Toutes positionnées en fonction de discours d’innovation, leur sort réel dépend néanmoins de la capacité transformatrice de leurs membres. Cette série vouée à l’étude des réseaux socio-documentaires se place dans le champ du design de transformation. L’idée de transformation signe, selon Jean-Louis Frechin (qui commente un article de Bruce Nussbaum), la fin d’une certaine idée de l’innovation : « La mort de l’innovation est liée à notre obsession de la mesure et à une demande sans cesse croissante de prévisions dans un monde imprévisible, estime Bruce Nussbaum. Or l’innovation ne sait pas nous guider dans un avenir incertain et tourmenté. L’innovation s’est révélée faible à la fois comme tactique et comme stratégie face à la tourmente économique et sociale de ces derniers mois[2]».

Le design social concerne les transformations profondes et durables de posture culturelle et cognitive, d’usages des techniques, de comportements personnels, affectifs ou moraux, que notre société attend. Notre économie se développe dans des écosystèmes informationnels non finis. Le cas rapporté par Cathy Dubois montre une énergie créative qui s’emploie à maîtriser cette profusion, à en supporter les contradictions.  Il décrit l’inventivité et la solidarité que cette situation confuse et sans référence suscite. Les médias sociaux, ou les réseaux socio-documentaires, sont à la fois des symptômes d’une certaine panique – les groupes s’auto-organisent pour décrypter leurs expériences sociales et politiques à l’extérieur des entreprises ou des institutions-, et la voie vers des modèles de cognition et d’action à explorer : ils vont peut-être se fonder sur l’open innovation[3], les fab labs[4], l’économie du don.

Avec le double fil du réseau documentaire et du réseau social, c’est cela que la série ouverte par Cathy Dubois et Bernard Lassus va s’efforcer de suivre, en analysant des dispositifs de circulation documentaire. Nous souhaitons une belle trajectoire à ce premier ouvrage Transformation. Œuvre en cours, que nous présentons à ses lecteurs avec fierté.


[1] Nicolas Bourriaud, Post-production, Dijon, Presses du réel, 2002.

[2] « L’innovation est morte, vive la transformation ! ». Blog de Jean-Louis Frechin, nodesign.net/blog ,  8 janvier 2009.

[3] L’open innovation est une innovation fondée sur la maîtrise des réseaux de savoir publics ou rendus accessibles par des alliances, par des stratégies de diffusion : on livre « le code source » des objets pour accélérer leur évolution. On ne s’appuie pas que sur la recherche « interne ».

[4] Un fab lab, autrement dit fabrication laboratory, est un atelier disposant de machines-outils génériques, adaptées à la fabrication d’objets peu coûteux et spécifiques. Il désigne par extension l’attitude transformatrice, impliquée et créative, de communautés qui font le design de leurs modes de vie, en fonction de leurs ressources, et du style qu’elles veulent trouver.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Extended Brain : assistant cognitif et exploitation créative de données Web

Retenu dans la cadre de l’appel à projet « Web Innovant » (secrétariat d’Etat à l’économie numérique), Extended Brain réunit Plasmasoft, l’ENSCI Les Ateliers et Proxem sur un projet de deux ans, qui vise à mettre à la disposition du grand public une plate-forme d’apprentissage créatif.

Extended Brain est une application de traitement participatif de la documentation numérique. La profusion documentaire apportée par le Web est aujourd’hui plutôt un problème qu’une solution, en particulier pour le jeunes utilisateur en situation explicite ou implicite d’apprentissage : télécharger, bookmarker, s’abonner sont des actions qui offrent de nouvelles ressources. Mais celles-ci ne prouvent pas pour le moment que le Web a changé les façons d’apprendre. Il y a aujourd’hui plus de perte et de rupture dans la chaîne d’acquisition de l’information que de nouveaux pouvoirs d’apprendre. Or selon une expression de François Taddei, notre époque attend des knowledge builders, capables de jouer avec « un lego dont les pièces changeraient sans cesse de forme et de fonction ».Ce lego de toute évidence le Web en est le medium et le support mais des aménagements de l’objet sont attendus pour rendre le jeu de construction possible.

Extended Brain appartient à une nouvelle génération d’éditeurs de contenus, tournés vers l’appropriation, l’agencement, la création, la coopération. L’interface transforme la façon de prélever des ressources, de les qualifier  extrêmement rapidement, grâce à un moteur sémantique; il les organise, quels que soient leur source et leur format,  en une page de travail, ouverte à la participation d’une communauté impliquée.

La conception d’Extended Brain repose sur un design d’usage : comment les étudiants, les salariés d’entreprise, les retraités se servent-ils du web pour apprendre ? Comment s’ajustent la prise de notes, l’écoute, la lecture avec la ressource Web ? Quelles actions cognitives, créatives est-on actuellement capable de faire et que désire-t-on pouvoir faire ?

Quatre opérations sont assistées  par Extended Brain :

  • la collecte individuelle et aléatoire d’informations
  • l’organisation documentaire  (prélever, qualifier et classer en 5 secondes).
  • l’agrégation progressive en une seule page (sur une sorte de tableau blanc thématique) de données multi-sources (extraits d’emails, de presse en ligne, de blogs ou tweets, de sites scientifiques, de glossaires, de bases de diaporamas…) et multiformats (textes, audio et vidéo) avec une fonctionnalité d’écriture directe sur la page : annoter, critiquer, synthétiser, interpréter, discuter  (seul, à plusieurs, synchrone, asynchrone)
  • exploitation coopérative par un réseau hyperlocal (quartier, association, école, entreprise) : compréhension, formation,  construction collective des idées et des volontés, action collective.

Il est centré sur l’individu et ses mondes personnels et sur les réseaux sociaux, qu’il équipe d’outils d’analyse coopérative des documents.

Extended Brain peut être utilisée en mobilité (netbook, téléphone), en classe, chez soi et au bureau (ordinateur portable et fixe).

Cette application répond à un besoin : après 10 ans de course à la création de contenu, la polarité s’inverse. L’enjeu d’aujourd’hui : agir sur les contenus,  apprendre, constamment, créativement, efficacement grâce aux documents numériques et aux réseaux sociaux.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts