Impression /imprimerie, papeterie … et béton – Séminaire arts innovation industrie – 18h-20h INHA 23 mai

Ce soir au séminaire Arts Innovation Industrie, une séance d’études de cas et de synthèse.

 

Giulia Boosten (Paris I)  parlera d’impression tridimensionnelle     :                                 

L’impression 3D bouleverse-t-elle la notion traditionnelle d’impression ? En quoi cette technologie peut-elle s’inscrire dans l’aventure de l’imprimerie ? Il s’agira d’interroger la récente notion d’impression tridimensionnelle en cherchant à savoir si cette technique relèverait de fait de l’imprimerie, au-delà de l’affiliation sémantique de son appellation. On se penchera pour cela sur 3 éléments caractéristiques : premièrement, la notion de matrice numérique ; on reviendra dans un second temps sur la distinction conceptuelle entre reproduction/production, pour enfin voir comment l’impression 3D en tant que technologie d’engendrement d’objets uniques (et non en série), ouvre le domaine de la production mécanisée à de nouveaux enjeux, appartenant peut-être au domaine de la création tout court.

 

Sarah Martinetti (EHESS) exposera les pistes  que le mot « impression » lui inspire  pour sa monographie sur Seth Siegelaub

Siegelaub, né en 1941 à New York, connu pour avoir été un des pionniers de l’art conceptuel, a mis en place une économie globale de l’écrit et de l’imprimé: accumuler, collectionner, conserver, stocker, inventorier, archiver, compiler, classer, diffuser, éditer, publier. « impression » (la « papeterie », au sens figuré de Siegelaub) et « tissage » (à partir des textiles que Siegelaub collectionne) seront à cette occasion comparés.

 

Alexandre Simoni (EHESS) parlera lui aussi de l’impression. Mais loin de ces matières tendres il abordera la question de l’impression sur béton, en architecture, imprimé en motifs, couleurs, reliefs. Un matériau qui avait échappé à l’attention du séminaire et ouvre vers d’autres échelles  (le bâti) et d’autres conditions (le grand air, le paysage).