Déambulation urbaine et services mobiles

Voici le début d’un D-Lab, Design Lab, de l’ENSCI Les Ateliers. Il n’est bien sûr pas question de communiquer en détail sur les attentes de notre partenaire industriel de recherche, notre commanditaire. En revanche l’enjeu pour la recherche des « Ateliers » est de suivre un groupe dans sa conception créative et de faire « grandir le design », comme le propose Jean-Louis Frechin en documentant une élaboration collective d’un point de vue ethnographique.
Le thème global est la convergence entre réseaux sociaux, mobilité et internet des objets.
Notre groupe ENSCI est coordonné par Jean-Louis Frechin. 4 designers constituent l’équipe, Pierre Charrier, Marine Rouit, Flavie Papin, Louis-Eric Maucout. Nous sommes en présence de représentants de plusieurs équipes des Bell Labs. Il y a plusieurs doctorants qui travaillent sur des sujets variés. Deux personnes ont des missions d’observation et de veille sur la créativité technologique.
Jean-Louis Frechin reprend une synthèse d’une étude faite par le premier D-Lab de l’ENSCI il y a quelques mois. Nous sommes installés dans le Creative lab des Bell Labs, un lieu nouveau équipé pour le confort, le débat. Il montre l’importance que les Bell Labs attachent à une réorganisation matérielle pour réunir des conditions favorables à la créativité des ingénieurs.
Les vidéos de représentation d’usages reposent sur une idée de « réseau social » centré sur la personne et son device. La perspective est le croisement d’informations issues du Web (un programme de loisir possible) avec des informations d’espace temps et de personne.
Il s’agit de composer avec ce genre d’agrégat un objet cohérent que l’on peut adresser, proposer, pour organiser une action commune, une information partagée.
Un des participants du premier groupe, Louis-Eric Maucout, reprend place dans ce nouveau thème. Il présente sa proposition de l’année dernière. La mobilité a été pensée comme une élasticité accrue du temps et de l’espace. La référence Twitter a marqué le projet. Cette fois les messages ont été pensés comme des messages publics. Communication géolocalisée dont les traces sont un enrichissement du lieu. Un marquage de « bruit numérique », une ambiance du lieu, reflète la densité des messages. Un signal sensible fait écho à l’expression discursive et crée un stream public, une radio aérienne bruissante qui colorerait la déambulation du promeneur connecté.
Ce n’est pas une conception fondée sur des expressions de besoin ou des scénarios d’usage. Le parti pris est différent. Le groupe a cherché des règles simples de corrélation sensible entre l’activité discursive d’un réseau social et la déambulation urbaine. La réception de certaines catégories de message, un morceau de musique, pourrait être corrélé au passage dans certaines catégories de lieux : un arrêt de bus, une place de mairie. Une certaine plasticité d’échelle est introduite dans le réseau discursif, ouvrant une réflexion sur une gamme d’une sémiotique espace/temps/message, venant ordonner des lieux communs urbains.
Jean-Louis Frechin souligne le lien intrinsèque entre le web des données et le Web des objets. Se dessine une manière de documenter la réalité qui part de l’individu.
On retrouve des remarques de Jean-Louis Frechin : rythmer la ville numérique de balises signifiantes, rôle que jouent dans la ville haussmannienne la fontaine Wallace ou l’accès de métro de Guimard, Avec la sémiotique du son, une grammaire de l’espace, interpénétrant public et privé, se dessine.

Marine esquisse l’idée d’un grand jeu de piste urbain, fondé sur ce genre de méta application, invitant à un nouvel investissement de l’espace commun. On s’éloigne ainsi du réseau fondé sur l’identité. C’est l’espace commun qui vient créer de la relation, et non l’inverse. A un moment où les « commons » reviennent sur le devant du Web, ces réflexions semblent aux participants pleines de perspectives.

« Ce type de design fin sculpte les usages » , une remarque conclusive de Jean-Louis Frechin

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l’ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts