Séminaire Villes et Territoires réversibles Cerisy, 20-27 septembre 2010

Villes réversibles
la ville
Le développement urbain est emblématique d’une idée de progrès. Entamant les ressources d’espace, d’énergie, concentrant les intelligences, les cultures, les industries, rassemblant la production et la consommation, la ville est un usage du monde qui domine. Revisiter l’idée du progrès, tout en maintenant la ville comme un fait de modernité et de développement introduit l’idée de réversibilité.
C’est le thème choisi pour le colloque de fin septembre à Cerisy, Villes 2010.
Il intéresse l’ENSCI à plus d’un titre. Le thème de l’Urban Thinking est inscrit dans ses thématiques de recherche en particulier dans le partenariat avec NUS (Singapour). Un séminaire EHESS ENSCI « Prospective des écritures urbaines, Paris 2030 » commence cette année.

Ville inachevable

« L’injonction au développement durable elle-même porte en germe une nouvelle utopie de la ville et du territoire réversible: comment agir de façon équitable sans avoir pour horizon la ville sans cesse inachevée afin de pas obérer les capacités des générations futures à conduire leur propre développement?
La ville réversible au sein de territoires et de réseaux qui le seraient tout autant, les uns comme les autres par leurs acteurs, leurs systèmes d’action, leurs mondes techniques, leurs univers de production matérielle et idéelle? De quoi peut-il bien s’agir? D’où une seconde hypothèse: la réversibilité qualifie, dans les sociétés développées, la relation que l’on construit avec le futur de la même manière que le
patrimoine est devenu le filtre hégémonique de notre relation avec le passé.

Plasticité, créativité distribuée
La réversibilité n’est-elle pas un concept bien adapté au design ? Avec tout ce qu’il porte de plasticité, d’intelligence distribuée, de créativité au long cours ?
François Hartog qualifie de présentiste notre société, qui a du passé une vue mémorielle et patrimoniale et pas de vision du futur.

Prospective du présent
La réversibilité réintroduit l’histoire, l’histoire de la nature, des techniques, des modes de vie, et nous rapproche ainsi d’une disposition à aborder un futur, présent dans le présent. Assez proche de la « prospective du présent », développée par Edith Heurgon.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l’ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts