ESPACES TEXTILES, INTERIEURS ET EXTERIEURS. CONTRIBUTIONS A UNE ICONOLOGIE DU MEDIUM TEXTILE

EHESS (CESPRA), MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS, ENSCI, INHA.

ARTS, INVENTION, INDUSTRIE.
Patricia Falguières (EHESS), Daniela Gallo (Université de Grenoble),Odile
Nouvel (Musée des Arts Décoratifs), Sophie Pene (ENSCI) Philippe Sénéchal
(INHA)

JEUDI 3 MAI A 18H00
aux Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, 4e étage, salle du séminaire.

TRISTAN WEDDIGEN
Professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à l’université
de Zurich

ESPACES TEXTILES, INTERIEURS ET EXTERIEURS. CONTRIBUTIONS A UNE ICONOLOGIE DU
MEDIUM TEXTILE.

Il s’agit d’explorer les significations historiques du médium textile dans
le cas des tentures et tapisseries qui ont décoré les demeures européennes
du Moyen –Âge jusqu’au XIXe siècle, de décrire les caractéristiques
phénoménologiques des espaces créés et définis par leur décoration
textile. C’est une contribution au projet d’étude du textile dans l’art
et l’architecture lancé dans le cadre de l’université de Zurich.
Tristan Weddigen est professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à
l’université de Zurich depuis 2009. Ses recherches vont de la Renaissance
italienne (voir son livre sur la « Salle des Perroquets » au Vatican :
Raffaels Papageienzimmer – Ritual, Raumfunktion und Dekoration im Vatikanpalast
der Renaissance, Emsdetten/Berlin, Edition Imorde, 2006) à l’art contemporain,
en passant par l’histoire des collections (son mémoire d’habilitation sur
l’histoire de la galerie de Dresde – « Die Sammlung als sichtbare
Kunstgeschichte. Die Dresdner Gemäldegalerie im 18. und 19. Jahrhundert »,
est en cours de publication). Il a lancé un projet de recherche, initialement
financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique et
désormais soutenu par l’European Science Foundation, intitulé TEXTILE. An
Iconology of the Textile and Architecture. Deux livres sont déjà issus des
journées d’études qu’il a organisées : Metatextile: identity and history of
a contemporary art medium, Emsdetten/Berlin, Edition Imorde, 2011 et Unfolding
the textile medium in early modern art and literature, Emsdetten/Berlin,
Edition Imorde, 2011. Il est également le Second Project Leader d’un projet
financé par la Getty Foundation, « New Art Histories. Connecting Ideas,
Objects and Institutions in Latin America », associant l’institut d’histoire
de l’art de l’université de Zurich et le département d’histoire de l’art de
l’Universidade Federal de São Paulo.

Ouvert au public dans la limite des places disponibles.
Le séminaire ARTS, INVENTION, INDUSTRIE a lieu le premier jeudi de chaque
mois, à 18H, au Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris, 75001.
(Attention : la prochaine séance aura lieu, exceptionnellement le jeudi 31
mai)
Contacts:
Inscription à la mailing list : artetindustrie@ehess.fr
Musée des Arts Décoratifs : 01 44 55 57 50

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Atelier CAP Création Arts et Patrimoines, 10 et 11 février ENSCI

atelier du labex cap
vendredi 10 et samedi 11 février 2012 à l’ENSCI – les ateliers

VENDREDI 10 février 2012
Atelier 1. Créer, inventer, innover
9h00 Accueil, café
9h30 Présentation des posters de l’axe Création
10h00
Présentation générale des quatre programmes en cours de lancement
Tables rondes animées par Jean-Marie Schaeffer
10h15 « Disposifs et processus »
10h40
« Modes opératoires, usages et valeurs »
11h05 « Histoire culturelle et mutations actuelles de la création artistique »
11h30 Wikicreation (ressource numérique commune)
11h45 Discussion
12h30 Pause déjeuner

APRÈS-MIDI
Atelier 2 : Arts, industries, prospective
14h00 Présentations des posters de l’axe Prospective
Tables rondes animées par Sophie Pene
14h30 « Arts, innovation, industries »
15h00 « Anthropologie de la collection »
15h30 « Comment donner forme au futur ? »
16h30 Pause café
17h00 Discussion
18h30 Cocktail
Adresse : ENSCI, 48 rue Saint-Sabin, 75011 Paris Contact : labex.creations.patrimoines@gmail.com

SAMEDI 11 février 2012

MATIN
Atelier 3 : Patrimoine et patrimonialisation

9h00 Accueil, café
9h30 Présentation générale et présentation des posters de l’axe Patrimoine
Tables rondes animées par Jean-Philippe Garric
10h00 « Institutions – narrations »
10h30 « Reproduction – outils »
11h00 « Acculturation – traitement matériel »
12h00 Discussion
13h00 Pause déjeuner

APRÈS-MIDI
Atelier 4 : Création et patrimoines en interaction

14h00 Synthèse des travaux, analyse des journées
Discussion animée par Philippe Dagen et Jean Da Silva
Selon la méthode qui a présidé à l’organisation et à la mise en oeuvre de l’atelier du labex, la séance finale sera consacrée
à l’énoncé et l’examen des convergences qui auront pu être établies au cours des présentations et discussions des trois premières demi-journées. Il serait donc contradictoire de prétendre anticiper sur ce que pourraient être les acquis de ce « work in progress ». L’ordre du jour, flexible, en sera donc
déterminé en fonction des séances précédentes et de ce qui en sera issu.
Cela signifie que chaque participant est appelé à réfléchir en ce sens : les coordinateurs des trois premières demi-
journées, mais aussi toutes celles et tous ceux d’entre nous qui voudront bien se faire les témoins et les observateurs des débats, afin d’en tirer des conclusions à verser dans notre « agenda commun ». Un autre sujet de réflexion sera également à l’ordre du jour, celui de la diffusion de nos recherches.
L’hypothèse de la création d’une revue scientifique a été affirmée. D’autres modes d’enregistrement et d’édition seront testés au cours des séances elles-mêmes. Ce sont là autant de possibilités non exclusives les unes des autres qu’il est essentiel de discuter désormais ensemble.
17h00 Clôture

Adresse : ENSCI, 48 rue Saint-Sabin, 75011 Paris Contact : labex.creations.patrimoines@gmail.com

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

« Comment donner forme au futur » Thème 3 (EHESS-IIAC-Anthropologie de l’écriture, ENSCI, GERPHAU)

L’ENSCI, le laboratoire de l’EHESS ( Anthropologie de l’écriture, IIAC), et le GERPHAU coordonnent dans le cadre du Labex CAP le thème « Donner forme au futur ».
Ce thème sera présenté lors des journées des 10 et 11 février. Le texte suivant a vocation à informer d’autres chercheurs .
Contacts
Béatrice Fraenkel fraenkel(at)ehess.fr
Sophie Pène pene(at)ensci.com
Antonella Tufano antonellatufano(at)hotmail.fr

COMMENT DONNER FORME AU FUTUR : CREER, PROJETER, PROSPECTER

Notre projet se rattache à la question sur laquelle se clôt le document scientifique du labex: en quoi les pratiques créatives éclairent-elles la question du futur, telle qu’elle se pose à notre époque, et telle qu’elle se pose aux sciences sociales, invitées de plus en plus expressément à répondre soit à une demande d’innovation, soit à une demande prospective ?

La question de la création a en effet pénétré l’ensemble des sciences sociales, selon des formes diverses qui vont du discours sur la nécessité d’être innovant, à des questions plus inattendues, sur l’invention du futur, et même sur la capacité prospective des sciences sociales. Paradoxalement, c’est parce qu’elles sont des pratiques de la description qu’elles se trouvent investies de capacités prospectives, ce qui n’est pas sans poser d’importantes questions épistémologiques. Il se trouve que les liens créés par le Labex entre des disciplines différentes élargissent considérablement les moyens théoriques et empiriques d’aborder la création comme une question artistique, industrielle et sociale.

L’anthropologie fait partie des disciplines sollicitées aujourd’hui par la réflexion générale sur la transformation et la réinvention de nos sociétés. On voit s’ouvrir le champ de l’anthropologie du futur qui introduit la prospective comme une capacité des sciences sociales (Appadurai, 2007). Dans ce cadre, l’intérêt de l’anthropologie pour la création se manifeste par des recherches sur les archives de la création, sur l’observation de pratiques créatives et des formes de collaboration entre arts en industries, sur l’interprétation de ces données avec une perspective projective :
– les archives de la création (dossiers d’œuvres, carnets de croquis) apportent des éléments formels (dessins, maquettes, prototypes) sur les étapes qui mènent d’objets connus à des objets nouveaux, et donnent accès aux différents régimes qui mêlent présent et futur, certain et potentiel, réel et projeté.
– Des évènements culturels (fondations d’institutions, fondations artistiques, festivals) documentent un discours contemporain sur la prospective (discours d’anticipation, projection sur le monde à venir).
– L’anthropologie elle-même, en tant que discipline saisie par la question de la création, trouve des points de référence dans cette confrontation avec les disciplines créatives.
– Selon le postulat que la possibilité de l’innovation est associée à l’expérience de la matière, nous faisons l’hypothèse que le traitement par les artistes contemporains de certaines matières nouvelles (la matière digitale, les matières issues du biomimétisme, les smarts textiles, ou nanomatériaux) est une ressource pour observer des processus anticipateurs de nouvelles industries, nées dans les Fablabs et Hackerspaces investis par les artistes.

Ces thèmes mettent dans une étonnante actualité la relation entre patrimoines et création, histoire et futur. Ils justifient l’ambition de repenser les relations entre création et conception du futur. C’est-à-dire de penser comment s’articulent aujourd’hui économie, politique et création.
Nous proposons de déployer une série d’opérations de recherche afin de structurer un domaine de recherche encore dans les limbes.

4 Niveaux de Propositions

1 État de l’art (Théories, concepts, acteurs), étude de l’hypothèse selon laquelle un discours de prospective né dans les années 1960-1980 permet de décrire le lien singulier qu’entretiennent arts et prospective
-Séminaire EHESS sur l’Histoire de la prospective en France et aux Etats-Unis (1957-2012) et les rapports entre Création et Prospective (à partir de 2012-2013).

-Contribution au programme d’étude des archives de Sigma à Bordeaux (Avec l’école des beaux-arts de Bordeaux)
-Prospective et Création : Opération « Les nouveaux commanditaires » de la Fondation de France
-Etude des discours de fondation de l’ENSCI-Les Ateliers (textes de Monzat de Saint-Julien, Patrick Bouchain, Claude Mollard) autour du thème de la « formation à la création, par l’expérience de la matière ».
-Arts et Politique , autour de « la reconquête de la ville par la culture » de la Mairie de Paris Étude de « Nuits Blanches » comme d’un démonstrateur des capacités prospectives des arts.

2 – Ateliers enquête (Méthodologie)
Rendez-vous réguliers, université d’été, ateliers étudiants (M1, M2, Doctorants et élèves écoles d’art)
Etudes de corpus, observations d’événements

Création d’un Atelier international « Comment donner forme au futur ? » associant Universités et écoles d’art déjà engagées dans cette réflexion.
Analyse collaborative de dossiers d’archives (dessins, variantes, annotations, maquettes) : apports de la génétique textuelle, des conservateurs et responsables de fonds spécialisés, des praticiens
Travaux autour de projets en cours dans la ville (mobiliers urbains innovants, mobiliers informationnels, mobiliers dits « intelligents », recherche action et projets artistiques)
Travaux sur les écritures urbaines (histoire et ethnographie de projet d’arts politiques; enquêtes sur les écritures du futur et leurs acteurs )
Recherche action sur le « design d’anticipation » (l’insertion du design dans les laboratoires scientifiques)
Séminaire EHESS « discours et pratiques du futur, designers, architectes, graphistes ».
Etudes des nouveaux moyens de projection (prototypage rapide, maquettes numériques, croquis numériques, logiciels 3D) et impact sur le « projet » (représentation du projet, questions d’échelles, dessins, « nuages » d’idées)
Atelier sur le lexique comparé des vocabulaires du projet en design, en architecture, en architecture numérique, en ingénierie de conception, en gamedesign, serious games, transmedia, (prototypage, maquettes, démonstrateurs, scénarios, mapping, graphes, topic maps) :

3 Fonds et Terrains , Opérations de recherche
-enquêtes dans plusieurs fonds d’archives spécialisés : architecture, design, graphisme en particulier . Archives Brongniart, Musée Vitra, MACBA, Fondation Beyeler
Etudes des archives de design du musée des Arts Décoratifs, archives photographiques de l’ENSCI, Fonds Faucheux (IMEC)
-Archives augmentées de la création : les festivals, les expositions, les présentations de projets. (Festivals panafricains, archives Sigma, Nuits Blanches, Expositions universelles)
Nouvelles archives, archives de performances, archives d’évènements.
-Ethnographies d’exposition (par ex. Pompidou mobile, la Triennale) d’évènements (Nuits Blanches), de performances urbaines (City wall)
-Suivi de projets « typiques » arts et industries.

4. Projet interne au labex
Cartographie des recherches au sein du labex liant création et prospective (histoire des arts et des techniques, études d’archives de la création,
Analyse du statut du créateur/concepteur, analyse du croisement des différentes démarches d’exploration du futur et conditions d’un dialogue entre disciplines.
A la lumière des mutations de la société et des attentes futures, comment la co-conception et les pratiques collaboratives modifient-elles le statut du créateur/concepteur en particulier dans le cadre de mutations rapides et de la multiplication de micro-productions, avec la préoccupation des usages justes et soutenables.

Ces différentes propositions font d’ores et déjà l’objet de recherches engagées par des membres du labex (chercheurs, doctorants, conservateurs) et de chercheurs indépendants et parties prenantes (partenaires entreprises, ingénieurs R&D) qui ont décidé d’accompagner le labex avec leurs propres questionnements prospectifs.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

PRES HESAM – LABORATOIRE D’EXCELLENCE CREATIONS, ARTS ET PATRIMOINES (LABEX CAP)

Appel à candidatures / quatre à huit contrats post-doctoraux ouverts au concours 2011-2012

Le laboratoire d’excellence « Créations, Art et Patrimoines » (Labex CAP) du PRES héSam et l’ENSCI-Les Ateliers (Paris Design Lab), l’un de ses partenaires annoncent le recrutement par voie de concours de quatre à huit chercheurs de niveau post doctoral pour une période d’un an renouvelable une fois.
Les projets de recherche personnels présentés par les candidats s’inscriront dans la thématique générale du Labex CAP, qui concerne les enjeux contemporains de la création et du patrimoine dans le contexte d’une mutation accélérée de la société liée notamment à la mondialisation de la vie économique, des communications et des cultures et au développement des outils et des cultures numériques. Ils tiendront compte de la démarche de rapprochement et de collaboration entre la recherche universitaire et les établissements ayant vocation à conserver et à présenter au public les collections patrimoniales, démarche fondatrice du Labex CAP.


Conditions d’admission

→Thèse soutenue après le 01/09/2007


Calendrier de recrutement

→ Date de clôture de l’appel à candidatures : le 2 janvier 2012
→ Phase d’admissibilité : le 27 janvier 2012
→ Phase d’admission (auditions) : le 3 et le 4 février 2012

Dossier de candidature

Le dossier de candidature, complet, devra être envoyé au plus tard le 2 janvier 2012 à 16h00 à l’adresse suivante : labex.creations.patrimoines(at)gmail.com

Le dossier comprend :

→ un curriculum vitae et une liste des publications / des réalisations
→ le diplôme de doctorat
→ le rapport de soutenance (si la thèse est soutenue en France)
→ le projet de recherche : titre, unité de recherche d’accueil, présentation du projet rédigé en langue française (10 000 signes maximum)
→ une lettre de motivation
→ une publication significative (PdF)
→ deux lettres de recommandation au moins rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création


Durée du recrutement et date de prise de fonction

Les contrats proposés sont des contrats d’un an renouvelable une fois.
Les postes sont ouverts à partir du deuxième semestre de l’année universitaire 2011-2012. Toutefois les candidats peuvent soumettre en même temps que leurs dossiers une demande de report de la prise de fonction à la rentrée universitaire 2012-2013.

Obligations de services et participation aux travaux du laboratoire
En plus du projet de recherche sur lequel ils auront été sélectionnés, les chercheurs prendront part aux activités du Labex. A concurrence de deux/cinquièmes de leur temps de travail, ils contribueront notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations organisées telles que ateliers, rencontres, journées d’études, et à l’enrichissement des supports de communication (site web, plaquettes ou documents de présentation) ainsi qu’à la vie du laboratoire / du département d’accueil. Ils prendront part aux séances de séminaire du Labex qui leurs permettront de présenter et de discuter collectivement suivant un rythme mensuel l’avancement de leurs recherches.
Les chercheurs exerceront leur fonction conformément à la charte européenne du chercheur.

Rémunération
Les recrutements se font sous la forme d’un contrat à durée déterminée. Le montant brut de la rémunération mensuelle s’élève à 2361.45 euros. A leur demande et en fonction des projets collectifs développés au sein du Labex, les chercheurs pourront bénéficier de soutiens financiers spécifiques dans le cadre des missions liées à leurs recherches et de leurs participations à des manifestations scientifiques.

Critères de sélection

Les contrats proposés s’adressent à de jeunes chercheurs. Les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de doctorat et pouvoir se prévaloir de premières réalisations dans le domaine de la recherche.
Les critères pris en compte par le comité de sélection sont :
→ La qualité du projet de recherche, son originalité, son adéquation à la thématique du Labex
→ Le profil et les aptitudes du candidat (compétences scientifiques, expériences dans le domaine de la recherche, publications)
→ Le caractère international des recherches (séjours d’étude, publications, compétences linguistiques)
→ La pertinence du rattachement demandé

LES AXES THEMATIQUES DU LABEX

Le programme général du Labex CAP se décline selon 5 grands axes, qui peuvent être compris dans leur transversalité :

a) Création et patrimoines en interaction.

Cet axe se propose d’interroger, sur la longue durée, les étapes menant de la création à la patrimonialisation ainsi que les effets de retour de cette dernière sur la première, sous les différents angles de la culture des commanditaires et de leur part dans la conception des œuvres ; de la formation d’identités patrimoniales et du choix d’« objets de consensus » ; enfin – du point de vue de l’espace public – au travers des institutions culturelles et des lieux de définition de la communauté.
La question sera étudiée en prenant en compte trois questions, particulièrement révélatrices des bouleversements en cours : la nouvelle figure de l’artiste universel et la logique « globalisée » des emprunts, mélanges et interactions qu’elle induit entre les arts et leurs publics ; le processus mondialisé de sélection d’objets, de pratiques ou de sites porteurs d’une valeur nouvelle, dite « culturelle », qui sont offerts à l’identification des collectifs et des individus ; les nouvelles dynamiques dans le champ de la création et de la réception de la musique et des arts plastiques.

b) Création et processus créatifs.
Il s’agit de mener une étude transdisciplinaire de la création et de ses processus, en termes sociaux et cognitifs. La recherche impliquera une interaction entre l’étude des processus (étude de cas et réflexion théorique) et la réflexion historique critique sur ce que la tradition a légué sur ce problème. On étudiera, sur la longue durée, le statut de l’artiste en relation avec la question du métier, de la professionnalisation ; les frontières mouvantes entre « art » et « artisanat », la question des fonctions et des pouvoirs symboliques et politiques de l’artiste ; l’extension, dans l’Europe du XIXe siècle, de la notion de création, au-delà du seul domaine des arts au sens « classique » du terme, vers les arts industriels.
En dialogue constant avec ces travaux historiques, le laboratoire posera l’hypothèse qu’au-delà de la diversité de leurs objets, de leurs procédures techniques et de leurs statuts sociaux, les arts mettent en œuvre un répertoire cognitif, agentif et émotif spécifique, qu’on étudiera en faisant appel aux travaux en esthétique, histoire de l’art et anthropologie de l’art, ainsi qu’à la philosophie de l’esprit et aux recherches sur la cognition et les émotions.

c) Patrimoines et patrimonialisations.

On interrogera l’histoire de la patrimonialisation et les définitions de la notion de patrimoine, selon les lieux et les périodes, dans le cadre d’une large réflexion de type comparatiste. Les recherches prendront appui sur une clarification du statut des sciences de la conservation et de leur épistémologie. Confrontant les différents acteurs de la restauration, réfléchissant aux enjeux de la conservation, tant sur le plan technique que symbolique, prenant toute la mesure des nouvelles technologies, on interrogera non seulement les savoir-faire, mais aussi le bien fondé des pratiques inhérentes à la conservation. Cette recherche sera accompagnée d’un questionnement anthropologique des archives, conçues comme dénominateur commun de toutes les formes de patrimonialisation. Le programme comportera aussi un important axe historique dédié aux sources représentatives de l’enseignement de l’histoire de l’art en France au XIXe siècle ainsi qu’à la reconnaissance historique des métiers, des savoirs et des techniques, aboutissant notamment à une cartographie historique des lieux d’enseignement de l’architecture au XIXe et XXe siècles. On engagera aussi une étude détaillée des figures actuelles de la patrimonialisation dans le champ de l’art contemporain et dans celui de l’architecture.

d) Enjeux actuels de la création et du patrimoine.

Le développement des technologies numériques et les transformations de l’économie mondiale des pratiques culturelles suscitent des bouleversements encore largement incompris, mais dont les conséquences sont pourtant majeures. Le rapport dynamique entre création, patrimoine, et Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) sera abordé selon plusieurs axes : les collaborations entre musées et informatique ; le développement de logiciels et d’expérimentations, l’utilisation des TIC pour de nouvelles méthodes de conception créative et participative ; le statut de l’immatériel, et notamment des logiciels. Parallèlement, on interrogera les mutations actuelles de la création artistique dans l’art contemporain, le cinéma, dans le domaine de la musique, dans le champ de la création narrative et de la littérature, et dans le domaine architectural.

e) Prospectives
La situation française est depuis très longtemps caractérisée par la séparation entre le domaine des musées et des bibliothèques, chargés de la conservation du patrimoine, le domaine de la recherche et de l’enseignement supérieur et celui de la création. Pour dépasser ces césures, le Labex CAP se propose d’instaurer de nouvelles méthodes de travail, avec le souci d’accompagner l’émergence d’un nouveau modèle économique pour l’artiste et pour l’individu par une réflexion sur de nouveaux modes de diffusion des connaissances et des pratiques artistiques vers de nouveaux publics ou encore par la réalisation d’une encyclopédie en ligne de la création. On s’interrogera plus généralement sur la façon d’impulser des innovations créatrices d’activité et d’emploi pour les entreprises, les institutions et les organisations au sens large, de nombreux secteurs d’activité se nourrissant aujourd’hui de la création artistique, des sciences sociales ou de la recherche scientifique pour se renouveler et pour innover.

Contact :

Zinaïda Polimenova, responsable administrative du Labex CAP : zinaida.polimenova(at)univ-paris1.fr
Alexandra Liarsou, gestionnaire du Labex CAP : labex.creations.patrimoines(at)gmail.com

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Séminaire Arts, Innovation, industrie

Textiles intelligents
KOUGLOFABLAB et Black Boxe


Clotilde Fromentin-Félix
Maurin Donneaud
Lorraine Bergeret


Séminaire Arts, Innovation, industrie , Labex CAP Création Arts et Patrimoine

Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, 1 er décembre 2011, 18h-20h

La seconde séance 2011-2012 du séminaire Arts, Innovation, industrie s’appuie sur le domaine dit des « textiles intelligents », c’est-à-dire des étoffes expérimentales que viennent habiter des fibres informatiques, des capteurs, des matériaux. Ces ajouts amplifient les propriétés des tissus. Ils en font des prothèses qui empruntent des qualités au corps, à la matière digitale et à différentes matières artificielles, organiques, biologiques.
Objet d’expériences et d’expérimentation, le tissu est un des « lieux » actuels de la technè et de l’ingenium. Designers, informaticiens, biologistes, chimistes, ingénieurs textiles, artistes (danseurs, musiciens) cherchent ensemble comment faire et que faire de ce que les doigts assemblent. Pour ces objets indécis s’inventent des machines (à imprimer, à coudre, à insérer, à brancher, à commander…).
C’est de ces dialogues de création et de « breaching experiment », et des lieux où ils se pratiquent, laboratoire, atelier, musée, hackerspace, que parleront Clotilde Fromentin-Félix et Maurin Donneaud.
Lorraine Bergeret présentera différents travaux de designers et les laboratoires dont ils sont issus.

Clothilde Fromentin-Félix, Ubi, http://www.ubiloci.fr/index.php?/about-this-site/ est designer, chimiste, biochimiste et chercheur.
Elle présentera une réflexion sur le tissu à partir de son doctorat en cours, « Entre habits et habitacles, le design de l’habiter » (CEAC, Lille 3) au travers de la métaphore du Kugelhof, une enveloppe plissée.

KOUGLOFABLAB

« Le “kouglof” est une petite forme appétissante, une enveloppe surgie au cours de mes expérimentations à partir de la matière textile, qui me sert d’objet d’étude pour une réflexion sur le process industriel à l’âge du numérique et sa capacité à prendre en compte les plis que cette forme présente, matériels et conceptuels, et qui en constituent même sa spécificité en tant que produit textile.
La façon dont l’outil industriel peut être plissé voire chiffonné au travers de cet exemple ouvre, au-delà du numérique, vers des logiques biologiques et les technologies transformationnelles, … voire vers des dimensions humaines et des “techniques ordinaires”.
Sur la base de cette réflexion, Kouglofablab est la projection à partir de cet objet d’un scénario de Fablab particulier. »

Maurin Donneaud, http://maurin.donneaud.free.fr/, est designer . Il expliquera sa façon de travailler à partir de « l’intelligence de la main », quelle que soit la matière en jeu. Il montrera divers projets.

« Spécialisé dans le design d’interaction et la programmation d’objets physiques, je suis impliqué dans plusieurs projets de développements de textiles-électroniques. Installé à la Black-Boxe*, je développe des projets entre l’art, l’artisanat et l’industrie. L’une de mes recherches consiste à réhabiliter le geste dans la manipulation des médias numériques ainsi qu’à valoriser des savoir-faire artisanaux à travers l’utilisation de solutions technologiques astucieuses. C’est notamment pour cela que je collabore avec des techniciens, chercheurs, industriels et artistes, dans le but de mettre au point des textiles-électroniques sensibles au toucher.
Intervenant dans des écoles de design textile (ENSCI Paris, ENSAAMA Paris, CSM London) je partage mes connaissances pour contribuer au développement de projets e-textiles et faire ressortir la richesse et le potentiel créatif de cette pratique ».

Le vendredi 25 novembre, une journée e-textile a réuni des artistes et designers, usagers de la Black Boxe, autour de capteurs textiles DIY. Des usages embarqués comme un vêtement musical, ou des applications fixes comme un tapis de capteurs ont pu être accommodés à différents projets.
Il expliquera aussi l’espace qui accueille ces expérimentations techniques et créatives et les étend à une expérience sociale d’apprentissage volontaire. A cette occasion, il présentera la Black Boxe.

*La Black Boxe est un atelier ouvert, sur le modèle des hackerspaces. Hébergé au Théâtre de Verre, ce lieu met l’accent sur les connexions entre l’art et la technologie en général. La blackboxe dispose d’un atelier d’électronique, d’espaces de travail et toujours quelqu’un est prêt à donner un coup de main. Ces ressources sont mises à disposition des personnes qui souhaitent développer des projets personnels ou participer à des projets collectifs. Des rencontres et présentation de travaux (/dev/art) y sont régulièrement organisées.
http://www.theatredeverre.fr/

Lorraine Bergeret, http://lorrainebergeret.com/_/proje%28c%29ts.html
Designer, elle est docteur de l’ENSAM et a exploré les usages créatifs du béton. Elle a soutenu une thèse sur le design des matériaux en juillet 2011 et est actuellement chargée de projet à l’ENSCI Les Ateliers. Elle fait des recherches sur les matériaux urbains innovants et leur usage social.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

L’ENSCI-Les Ateliers et les investissements d’avenir…

L’ENSCI-Les Ateliers partie prenante du Labex CAP (Création Arts et Patrimoines) est aussi membre de la SATT Lutech
Les résultats du concours concernant les IRT sont attendus aujourd’hui. L’ENSCI fait partie du consortium portant les projets des IRT Vie numérique et SystemX.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts