Micro-Farm – Ferme urbaine – les Urbaniculteurs sont parmi nous

A l’ENSCI- les Ateliers, depuis quelques semaines, cette serre, qui rapproche végétation et pisciculture.
Il y a cet objet à la fois explicite mais quand même énigmatique. Que vient-il faire dans cette salle ? Où est-il destiné à s’implanter ? Qui s’en occuperait ? Qui en vivrait ? A qui servirait-il ?
Mais aussi qui l’a fait, pourquoi, ça coûte combien, ça intéresse qui ? Qui paye pour ça, qu’est-ce que cela pourrait devenir ? Quel genre d’entreprise et d’emploi ?

Un objet qui vient donner forme à un thème, la culture dans la ville. Les jardins partagés, les plantes comestibles dans nos rues. Afin de nourrir, dans le futur, 8 milliards d’humains à 80% urbains. Là où nous avions des géraniums, nous pourrions mettre des choux. Notez qu’il est interdit dans les règlements de copropriété de planter des carottes dans les « jardins privatifs »
Se nourrir, peut-être et pas seulement. Une certaine façon, au moment de la troisième révolution industrielle, de refaire lien avec la nature, de se réunir pour faire pousser et regarder pousser, de symboliser aussi, comme la fontaine Wallace a pu symboliser la ville haussmannienne, un regard respectueux sur le vivant, un vivant non humain, ce que les Grecs nommaient la Phusis, le principe dynamique d’expansion.

Chacun de nos invités va présenter le lien qu’il entretient avec la ferme urbaine.
D’abord Damien Chivialle, l’auteur de MicroFarm, un designer qui aime travailler le container, un objet industriel devenu un cheval de Troie posté dans la ville, qui la regarde, qui y introduit des expériences.
Pierre Sartoux et Augustin Rosenstiehl, deux architectes de l’agence SOA qui partis d’une architecture critique et d’objets manifestes, s’avancent vers des objets concrets , simples. Ils ont fait une tour végétale, ils font des jardins urbains.
Ils ont fondé le Laboratoire d’Urbanisme Agricole.
A leur présentation, Corinne Valls, Maire de Romainville, réagira, quand et comme elle le voudra, puisque le jardin sur les toits de la Cité Marcel Cachin est à la fois une innovation sociale et une innovation architecturale, qui préfigure des écoquartiers auxquels l’on s’attache, que l’on soigne, par des liens qui dépassent le strict « service urbain »
Fabienne Van Steenkiste Maire Adjoint de Montreuil parlera de la relation nouvelle avec l’espace public qu’introduisent les semailles dans la ville.
Nathalie Blanc, géographe, directrice de recherche au CNRS, parlera de la nature en ville et de l’esthétique environnementale.
Enfin, Armand Behar, plasticien et responsable du mastère Création et technologie contemporaine, questionnera le sens de ces formes nouvelles dans la ville. Il dira en quoi uen école de design et de création industrielle se sent concernée par ces expérimentations.

PixCité, design et espace public

L’ENSCI a répondu avec une PME, Plasmasoft, à l’appel à projet « L’espace public de demain avec le point de vue des designers » . Cet appel proposé par la Région Île-de-France fait suite aux études de trois designers, Jean-Louis Fréchin, Matali Crasset et Olivier Peyricot.
Sur le point de terminer un programme précédent, Regards augmentés, soutenu par le ministère de la Culture et de la Communication, notre équipe (Pierre Giner, Musée des Arts Décoratifs, ENSCI-Les Ateliers, Plasmasoft, Xedix, Trafik) accueille Ville Hybride .
Le projet va être évalué, et nous espérons pouvoir le réaliser, mais d’ores et déjà en voici le résumé.
PixCité est une action de design dans l’espace public qui consiste en une appropriation par les citoyens (passants, écoliers, retraités, visiteurs de musée, touristes, travailleurs…) des biens communs que sont les patrimoines artistiques, archéologiques et techniques.
Elle repose sur une application, décorative, déjà utilisée par le musée des Arts Décoratifs et réalisée par le même regroupement de compétences (design, informatique, politique des publics) à partir d’un concept créatif de l’artiste Pierre Giner.
Chacun, par l’acte devenu quotidien du « cliché » pris par un téléphone ou smartphone, contribue à une vaste composition d’images (promenade dans les collections numérisées, contribution à des collections, projections intimes, partagées dans un petit cercle ou publiques). Il reçoit en retour une planche de motifs comparables, lui présentant des œuvres (assorties de leurs notices et localisations) qu’il peut choisir d’aller visiter. PixCité reprend et élargit ce concept à d’autres patrimoines, regardés dans la déambulation urbaine. Cette façon naturelle d’entrer de plain-pied dans une culture de la ville change le rapport sensible aux détails de l’environnement.
Initiée dans deux terrains principaux, les musées (Arts Décoratifs, Arts et Métiers) et la ville de Saint-Denis, cette action est destinée à des transferts et des extensions à d’autres villes et institutions. Elle illustre une démarche de « sur-design », une intervention légère qui remodèle sans effacer. Dans le cas précis, PixCité est un filtre qui permet à chacun « voir à travers les murs et le sol » en accédant à la réalité patrimoniale des villes, par le jeu combiné des photos personnelles et des bases numérisées. Une ouverture vers l’histoire des lieux qui donne sens au présent et aide à se projeter dans un monde commun à venir.
PixCité conduit ainsi une intervention concrète de valorisation des territoires et des collections, avec des effets certains sur les relations sociales et l’innovation technologique. C’est aussi un manifeste pour un design d’intervention dans l’espace public dont l’enjeu est la capacité collective à faire face aux conversions écologiques et démographiques en sachant concevoir et investir de nouvelles solidarités créatives dont les biens culturels sont un symbole essentiel en Île-de-France.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Extended Brain : assistant cognitif et exploitation créative de données Web

Retenu dans la cadre de l’appel à projet « Web Innovant » (secrétariat d’Etat à l’économie numérique), Extended Brain réunit Plasmasoft, l’ENSCI Les Ateliers et Proxem sur un projet de deux ans, qui vise à mettre à la disposition du grand public une plate-forme d’apprentissage créatif.

Extended Brain est une application de traitement participatif de la documentation numérique. La profusion documentaire apportée par le Web est aujourd’hui plutôt un problème qu’une solution, en particulier pour le jeunes utilisateur en situation explicite ou implicite d’apprentissage : télécharger, bookmarker, s’abonner sont des actions qui offrent de nouvelles ressources. Mais celles-ci ne prouvent pas pour le moment que le Web a changé les façons d’apprendre. Il y a aujourd’hui plus de perte et de rupture dans la chaîne d’acquisition de l’information que de nouveaux pouvoirs d’apprendre. Or selon une expression de François Taddei, notre époque attend des knowledge builders, capables de jouer avec « un lego dont les pièces changeraient sans cesse de forme et de fonction ».Ce lego de toute évidence le Web en est le medium et le support mais des aménagements de l’objet sont attendus pour rendre le jeu de construction possible.

Extended Brain appartient à une nouvelle génération d’éditeurs de contenus, tournés vers l’appropriation, l’agencement, la création, la coopération. L’interface transforme la façon de prélever des ressources, de les qualifier  extrêmement rapidement, grâce à un moteur sémantique; il les organise, quels que soient leur source et leur format,  en une page de travail, ouverte à la participation d’une communauté impliquée.

La conception d’Extended Brain repose sur un design d’usage : comment les étudiants, les salariés d’entreprise, les retraités se servent-ils du web pour apprendre ? Comment s’ajustent la prise de notes, l’écoute, la lecture avec la ressource Web ? Quelles actions cognitives, créatives est-on actuellement capable de faire et que désire-t-on pouvoir faire ?

Quatre opérations sont assistées  par Extended Brain :

  • la collecte individuelle et aléatoire d’informations
  • l’organisation documentaire  (prélever, qualifier et classer en 5 secondes).
  • l’agrégation progressive en une seule page (sur une sorte de tableau blanc thématique) de données multi-sources (extraits d’emails, de presse en ligne, de blogs ou tweets, de sites scientifiques, de glossaires, de bases de diaporamas…) et multiformats (textes, audio et vidéo) avec une fonctionnalité d’écriture directe sur la page : annoter, critiquer, synthétiser, interpréter, discuter  (seul, à plusieurs, synchrone, asynchrone)
  • exploitation coopérative par un réseau hyperlocal (quartier, association, école, entreprise) : compréhension, formation,  construction collective des idées et des volontés, action collective.

Il est centré sur l’individu et ses mondes personnels et sur les réseaux sociaux, qu’il équipe d’outils d’analyse coopérative des documents.

Extended Brain peut être utilisée en mobilité (netbook, téléphone), en classe, chez soi et au bureau (ordinateur portable et fixe).

Cette application répond à un besoin : après 10 ans de course à la création de contenu, la polarité s’inverse. L’enjeu d’aujourd’hui : agir sur les contenus,  apprendre, constamment, créativement, efficacement grâce aux documents numériques et aux réseaux sociaux.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts