L’industrie de l’impression 3D, expériences et promesses.

ARTS, INVENTION, INDUSTRIE

EHESS (CESPRA), LES ARTS DÉCORATIFS, ENSCI, INHA.
Patricia Falguières (EHESS), Odile Nouvel (Musée des Arts Décoratifs),
Sophie Pene (ENSCI) Philippe Sénéchal (INHA)

JEUDI 4 AVRIL  A 18H00
INHA, 6 rue des Petits- Champs ou 2 rue Vivienne, 75002, salle Fabbri de
Pereisc.

SOPHIE PENE

L’industrie de l’impression 3D, expériences et promesses.
En explorant cette année la notion d’impression, nous voulions éclairer
l’impression 3D et questionner ses liens éventuels avec le vaste domaine de
l’impression artistique, artisanale, industrielle, tel que de multiples
traditions manufacturières permettent de l’étudier.
C’est ainsi que des historiens et des praticiens, Bernard Jaque, Colette
Martin, Odile Nouvel, Jérémie Cerman, Constance Guisset et Tamara Préaud,
ont exposé au fil de 4 séances les  process d’impression concernant les
tissus, les papiers peints, la porcelaine.
Au-delà des process, ce sont des mondes industriels, des habiletés manuelles
et des arts mécaniques, des modes de réception des innovations, qui se sont
découverts à nous.
Mieux équipés, nous revenons vers l’impression 3D pour préciser ses usages
actuels, l’organisation industrielle et les expérimentations scientifiques
et artistiques dont elle est l’objet.  Au long de ce parcours nous avons en
effet compris que les liens étaient bien plus importants que prévu entre les
diverses formes de l’impression. Avec cette grammaire descriptive enrichie,
Sophie Pène revient vers l’analyse des productions disponibles. A partir
d’un corpus d’articles de presse professionnelle et de comptes rendus de
terrain, elle examinera au cours de la séance du 5 avril  les organisations
industrielles et les nouveaux produits dont l’impression 3D est l’objet,
comme discours et comme pratique.

ESPACES TEXTILES, INTERIEURS ET EXTERIEURS. CONTRIBUTIONS A UNE ICONOLOGIE DU MEDIUM TEXTILE

EHESS (CESPRA), MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS, ENSCI, INHA.

ARTS, INVENTION, INDUSTRIE.
Patricia Falguières (EHESS), Daniela Gallo (Université de Grenoble),Odile
Nouvel (Musée des Arts Décoratifs), Sophie Pene (ENSCI) Philippe Sénéchal
(INHA)

JEUDI 3 MAI A 18H00
aux Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, 4e étage, salle du séminaire.

TRISTAN WEDDIGEN
Professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à l’université
de Zurich

ESPACES TEXTILES, INTERIEURS ET EXTERIEURS. CONTRIBUTIONS A UNE ICONOLOGIE DU
MEDIUM TEXTILE.

Il s’agit d’explorer les significations historiques du médium textile dans
le cas des tentures et tapisseries qui ont décoré les demeures européennes
du Moyen –Âge jusqu’au XIXe siècle, de décrire les caractéristiques
phénoménologiques des espaces créés et définis par leur décoration
textile. C’est une contribution au projet d’étude du textile dans l’art
et l’architecture lancé dans le cadre de l’université de Zurich.
Tristan Weddigen est professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à
l’université de Zurich depuis 2009. Ses recherches vont de la Renaissance
italienne (voir son livre sur la « Salle des Perroquets » au Vatican :
Raffaels Papageienzimmer – Ritual, Raumfunktion und Dekoration im Vatikanpalast
der Renaissance, Emsdetten/Berlin, Edition Imorde, 2006) à l’art contemporain,
en passant par l’histoire des collections (son mémoire d’habilitation sur
l’histoire de la galerie de Dresde – « Die Sammlung als sichtbare
Kunstgeschichte. Die Dresdner Gemäldegalerie im 18. und 19. Jahrhundert »,
est en cours de publication). Il a lancé un projet de recherche, initialement
financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique et
désormais soutenu par l’European Science Foundation, intitulé TEXTILE. An
Iconology of the Textile and Architecture. Deux livres sont déjà issus des
journées d’études qu’il a organisées : Metatextile: identity and history of
a contemporary art medium, Emsdetten/Berlin, Edition Imorde, 2011 et Unfolding
the textile medium in early modern art and literature, Emsdetten/Berlin,
Edition Imorde, 2011. Il est également le Second Project Leader d’un projet
financé par la Getty Foundation, « New Art Histories. Connecting Ideas,
Objects and Institutions in Latin America », associant l’institut d’histoire
de l’art de l’université de Zurich et le département d’histoire de l’art de
l’Universidade Federal de São Paulo.

Ouvert au public dans la limite des places disponibles.
Le séminaire ARTS, INVENTION, INDUSTRIE a lieu le premier jeudi de chaque
mois, à 18H, au Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris, 75001.
(Attention : la prochaine séance aura lieu, exceptionnellement le jeudi 31
mai)
Contacts:
Inscription à la mailing list : artetindustrie@ehess.fr
Musée des Arts Décoratifs : 01 44 55 57 50

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Atelier CAP Création Arts et Patrimoines, 10 et 11 février ENSCI

atelier du labex cap
vendredi 10 et samedi 11 février 2012 à l’ENSCI – les ateliers

VENDREDI 10 février 2012
Atelier 1. Créer, inventer, innover
9h00 Accueil, café
9h30 Présentation des posters de l’axe Création
10h00
Présentation générale des quatre programmes en cours de lancement
Tables rondes animées par Jean-Marie Schaeffer
10h15 « Disposifs et processus »
10h40
« Modes opératoires, usages et valeurs »
11h05 « Histoire culturelle et mutations actuelles de la création artistique »
11h30 Wikicreation (ressource numérique commune)
11h45 Discussion
12h30 Pause déjeuner

APRÈS-MIDI
Atelier 2 : Arts, industries, prospective
14h00 Présentations des posters de l’axe Prospective
Tables rondes animées par Sophie Pene
14h30 « Arts, innovation, industries »
15h00 « Anthropologie de la collection »
15h30 « Comment donner forme au futur ? »
16h30 Pause café
17h00 Discussion
18h30 Cocktail
Adresse : ENSCI, 48 rue Saint-Sabin, 75011 Paris Contact : labex.creations.patrimoines@gmail.com

SAMEDI 11 février 2012

MATIN
Atelier 3 : Patrimoine et patrimonialisation

9h00 Accueil, café
9h30 Présentation générale et présentation des posters de l’axe Patrimoine
Tables rondes animées par Jean-Philippe Garric
10h00 « Institutions – narrations »
10h30 « Reproduction – outils »
11h00 « Acculturation – traitement matériel »
12h00 Discussion
13h00 Pause déjeuner

APRÈS-MIDI
Atelier 4 : Création et patrimoines en interaction

14h00 Synthèse des travaux, analyse des journées
Discussion animée par Philippe Dagen et Jean Da Silva
Selon la méthode qui a présidé à l’organisation et à la mise en oeuvre de l’atelier du labex, la séance finale sera consacrée
à l’énoncé et l’examen des convergences qui auront pu être établies au cours des présentations et discussions des trois premières demi-journées. Il serait donc contradictoire de prétendre anticiper sur ce que pourraient être les acquis de ce « work in progress ». L’ordre du jour, flexible, en sera donc
déterminé en fonction des séances précédentes et de ce qui en sera issu.
Cela signifie que chaque participant est appelé à réfléchir en ce sens : les coordinateurs des trois premières demi-
journées, mais aussi toutes celles et tous ceux d’entre nous qui voudront bien se faire les témoins et les observateurs des débats, afin d’en tirer des conclusions à verser dans notre « agenda commun ». Un autre sujet de réflexion sera également à l’ordre du jour, celui de la diffusion de nos recherches.
L’hypothèse de la création d’une revue scientifique a été affirmée. D’autres modes d’enregistrement et d’édition seront testés au cours des séances elles-mêmes. Ce sont là autant de possibilités non exclusives les unes des autres qu’il est essentiel de discuter désormais ensemble.
17h00 Clôture

Adresse : ENSCI, 48 rue Saint-Sabin, 75011 Paris Contact : labex.creations.patrimoines@gmail.com

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

 » Anthropologie de la collection », thème 2 (Musée des Arts Décoratifs, ENSCI, Anthropologie de l’écriture, CEDRIC)

le musée des Arts Décoratifs, L’EHESS ( Anthropologie de l’écriture, IIAC), le CEDRIC (CNAM), l’ENSCI-Les Ateliers (Les Ateliers-Paris Design Lab) ont proposé trois thèmes de recherche dans le cadre du Labex CAP (Création, arts et patrimoine) : « Arts, innovation, industries », « Anthropologie de la collection », « Donner forme au futur ».
Ces thèmes seront présentés lors des journées des 10 et 11 février.

Thème 2. Anthropologie de la collection.

Contact : Odile Nouvel, conservatrice au musée des Arts Décoratifs et coordinatrice de ce thème. odile.nouvel(at)lesartsdecoratifs.fr

Les musées sont le résultat de multiples choix opérés au cours de processus de décisions successives. La mission de tout musée est de transmettre un savoir à travers des œuvres qui témoignent d’un passé révolu, ou d’une séquence du présent destiné à devenir passé à transmettre à son tour.

Pour parvenir à ce statut de lieu de transmission d’un savoir idéalisé, qui serait le Tout d’une des facettes d’une culture, (beaux-arts, ou arts décoratifs, ou inventions techniques, ou armée, etc…), les conservateurs procèdent à des choix et de ce fait ne transmettent qu’une partie très fragmentaire du savoir dont ils sont dépositaires.

A partir de quoi le discours sur une œuvre est-il élaboré dans sa forme « publique » ?
Le dossier d’œuvre conserve la totalité des traces écrites et photographiées de la vie d’une œuvre – et sa mort éventuelle. Il comporte des originaux tels que courrier, factures, publicités, catalogues de ventes, ainsi que de la documentation sur l’œuvre (bibliographie, comparaisons, argumentaires, choix de restaurations etc.). La fiche d’inventaire, véritable « carte d’identité » de l’œuvre est le résultat écrit, du savoir scientifique qui entoure cette œuvre (dénomination, description analytique, circonstances de création, utilisation de l’œuvre, matières et techniques, mesures, localisation, statut administratif, bibliographie etc.). Mais ce savoir total fait forcément l’objet d’une sélection à l’intention du public : le conservateur décide de ce qui sera publié ou non sur les cartels et fiches de salles. Enfin lors de l’exposition de l’œuvre, une série de choix scénographiques sont autant de décisions qui influent de manière décisive sur sa perception.

Les technologies contemporaines au service du regard critique
Ces tris successifs qui s’opèrent nécessairement dans l’élaboration de la pensée transmise à tous autour d’une œuvre en constituent finalement l’identité « publique ». Au final, le visiteur n’a donc à sa disposition qu’une connaissance fragmentaire, mais jugée essentielle, de cette œuvre. Toutes ces opérations méritent aujourd’hui un regard critique à la faveur des technologies contemporaines qui « augmentent » nos facultés de perception et de découverte de savoirs jugés jusque là trop spécialisés. Le visiteur pourrait construire « son » parcours, s’approprier les informations « rejetées », faire des liens spontanés, créer des lectures nouvelles. Dans quelles conditions ?

Le « tri », une opération clé pour comprendre les coopérations musées / numérique
Les industries des télécommunications considèrent les collections comme des contenus à transmettre et à agencer. Les applications courantes proposent de faciliter la circulation des publics dans les collections, en concevant des parcours profilés. Nos recherches entreprennent d’inverser le point de vue : nous souhaitons partir des pratiques de métier et présenter, à partir de l’idée un peu provocatrice de « tri », un regard autre sur les contenus. La contribution de recherches de terrain apporterait ainsi une vue actuelle sur les métiers et les pratiques, susceptibles d’enrichir les dialogues de conception et les relations avec les partenaires de R&D

Un groupe d’une dizaine de chercheurs issus de différents laboratoires (IIAC, CEDRIC, DICEN, ENSCI ) et musées (Arts Décoratifs, Arts et Métiers, Quai Branly) s’est constitué, réunissant des compétences de conservation, d’anthropologie de l’écriture, de conception de services numériques. Nous souhaitons présenter lors des rencontres de février les différentes situations de recherche autour desquelles des équipes se constituent :
– analyse du dossier d’un objet
– enquête de terrain sur des pratiques de tri situées (préparation d’une exposition)
– retour sur des choix curatoriaux d’expositions récentes par une enquête auprès des protagonistes (Museogames, choix d’œuvres, approche transmedia, rôle des documents, Galerie d’étude du musée des Arts Décoratifs)
– interrogation des pratiques de « curating numérique » (analyse de la conception et des usages de différentes réalisations numériques Décorative, CnapN, applis iPhone et iPad du Musée du Quai Branly )
– analyse des acceptions contemporaines de « curation » dans le champ sémantique du musée et dans celui du numérique
– éventuellement observation participante des pratiques des usagers de Pompidou virtuel (graphes de parcours), groupes « bêta testeurs », étudiants et chercheurs.

Une discussion méthodologique, rapprochant chercheurs et conservateurs a commencé. Lors des ateliers de février, nous souhaitons l’ouvrir à nos collègues d’autres laboratoires et être ainsi en position de privilégier les recherches qui convergeront avec les problématiques centrales des membres du labex.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

PRES HESAM – LABORATORY OF EXCELLENCE « CREATIONS, ARTS AND HERITAGES » Call for applications

PRES HESAM – LABORATORY OF EXCELLENCE « CREATIONS, ARTS AND HERITAGES »
FRENCH ACRONYM : LABEX « CAP »

Call for applications / four to eight postdoctoral agreements – recruitment by competitive examination 2011-2012

The Laboratory of Excellence « Creations, Arts and Heritages » (French acronym « Labex CAP ») of PRES héSam, advertise the recruitment by competitive examination of four to eight researcher worker (postdoctoral level) for one year period, renewable one time.
Personal research projects submitted by the applicants will be in the line of Labex CAP general theme, which concerns contemporary challenges of creation and heritage in a context marked by strong and rapid transformation of societies : on one hand, especially as regards to globalization of economic life, communications and cultures ; and, on an other hand, as regards to digital tools and cultures development. Applicants will have to make allowance for attempts at rapprochement and cooperation wish, between University research and Institutions, which conserve and present to the public, heritage collections ; it is the founding principle of Labex CAP.

Conditions of membership
• Ph.D. graduated after 01/09/2007

Schedule of recruitment
• Closing date of call for applications : 2 January 2012
• Qualifying period : 27 January 2012
• Acceptance period (auditions) : 3 and 4 February 2012

Application file
Complete application file must be sent the 2 January 2012 at 16h00 (4.00 PM) at the latest, at the following address : labex.creations.patrimoines@gmail.com

Dossier shall include :
• a curriculum vitae and a list of publications / realisations
• Ph.D. degree
• report of discussion
• research project : title, accepting research Unit, project outline, drawn up in French (a maximum of 10 000 characters)
• a letter of motivation
• a meaningful publication (PdF)
• two letters of recommendation, drawn up by researchers and prominent personalities from the arts and creation world.

Recruitment period and at what point mentoring should begin (starting date of employment)
• The contracts on offer are contracts for one year period, renewable one time.
• Posts are open in the second half of 2011-2012 University year. However, applicants can submit, together with their dossier, a request for a deferral of the taking office at the beginning of the 2012-2013 academic year.

Services obligations and involvement of the laboratory works
In addition to the research project for which they were selected, researchers will take part in Labex activities. Amounting to 2/5e of their working time, they will especially contribute to organization and realization of “enhancement actions” such as : workshops, meetings, study days. They will also contribute to
enrichment of communication supports (web site, presentation leaflets, presentation documents) and to the unit / laboratory / host department ‘s life. They will take part in Labex seminar sessions, which make it possible for them to present and discuss collectively their research ‘s progress, on a monthly basis.

Payment system
Recruitments are fixed-term contracts. The growth amount of the monthly remuneration is 2361.45 euros. On their request and according to collective projects developed in the Labex, researchers may benefit from specific financial supports, in the context of missions related to their researches and their participations in scientific events.

Selection criteria
Contracts offered aim at young researchers. Applicants must have a Ph.D. degree and be able to present first achievements in the field of research.
Criteria taken into account by the selection committee are :
• Research project quality, originality, adequacy to the Labex themes
• Characteristics and abilities of the candidate (scientific competences, knowledge in the field of research, publications)
• International character of scientific researches (study periods, publications, linguistic skills)

THEMATIC AXES OF LABEX
The general program of Labex CAP has five components, which can be questioned in their cross-cutting :
a) Creation and heritages in their dealings – Interactions between creation and heritage
This axe proposes to examine, with a long term approach, the steps lead from creation to heritage and feedback effects of public appropriation on creation, in different areas relevant to the sponsors culture and to their part in conception of exhibits ; to the formation of heritages identities and to the choice of “purposes of consensus” ; finally, from the point of view of the public space – through the cultural institutions and their “place of definition” of the community.
The issue will be studied, taking into account three questions, which are especially indicative of the present profound changes : the “new face” of the “universal artist” and the “global” logic of loans, exchanges, blends, interactions that induces between arts and their publics ; the global process of items and practices selection or sites of great significance/new (“cultural”) value selection, which are “provided” to the collective and individual identification ; the new dynamics in term of creation and reception of music organs and plastic arts.

b) Creation and creative processes
In the way of a trans-disciplinary study on creation and its social and cognitive processes, the research will involve interaction between processes study (case study and theoretical contemplation) and historical critical thinking on the legacy of the tradition about that issue. Status of artist will be studied, on the long term dynamic, dealing with profession and professionalisation ; the borders continually redrawn between “art” and “craft” ; the question of political and symbolic functions and powers “assigned” to the artist ; the extension, in the Europe of the XIXe century, of the concept of creation, beyond the area of arts (in the traditional sense) to the industrial arts.
Maintaining a constant dialogue with those historical works, the “laboratory” will establish the assumption that, beyond their items, technical procedures and social status diversity, Arts are implementing a specific cognitive, “agentive” and emotive register, which will be studied by the assistance of esthetic works, historic and anthropological vision of art, and, furthermore, by the mental philosophy and with researches on cognition and emotions.

c) Heritage and public appropriation
The history and the definitions of heritage will be studied, according to the location and the period, in the context of a large comparative thinking. Researches will be based on conservation sciences status clarification and their epistemology. By confrontation of the various actors of restoration, by thinking of conservation issues, both technically and symbolically, by considering and appreciate new technologies, the “know-how” will be questioned as well as the validity of inherent practices related to conservation. This research will be assisted by an anthropologic inquiry of archives, conceived as a common denominator for all forms of heritage. The program will also include an important historic axe dedicated to representative sources of History of Art teaching in France in the XIXe century, as well as historical recognition of crafts, knowledge and techniques, with the aim of making a historical cartography of architecture learning spaces in the XIXe and XXe centuries. A detailed study of present faces of heritage will be started too, in the field of contemporary art and architecture.

d) Present issues : creation and heritage
The development of digital technologies and the transformation of global economy and cultural practices give rise to changes, still not well understood but which have nevertheless major consequences. Dynamic connection between creation, heritage and Information/Communication technologies (French acronym : TIC) will be covered in different axes : collaborations between museums and computer science ; development of applications and experiments ; the use of “TIC” for creative and participative conception new methods ; immaterial status, and especially software. At the same time, present mutations of artistic creation in contemporary art, cinema, music, architecture area, and, in the field of narrative creation and literature, will be questioned.

e) Prospective
Situation in France is characterized, for a very long time, by a separation between museums and libraries areas, working in the field of heritage conservation, the research and higher education sphere and creation area. In order to exceed this gap, Labex CAP proposes to introduce new working methods, taking care to support the emergence of a new economic model for the artist and for the subject, thinking about new dissemination knowledge and artistic practices methods, which attract new audiences. Labex CAP proposes to realize an online “encyclopedia of creation” too. More generally, the “way to promote” of job-creating innovations (for businesses, institutions and organizations in the broad sense), will be questioned, because many present sectors of activity are based on artistic creation, social sciences or scientific research.

Contact :

Zinaïda Polimenova, administrative manager of Labex CAP : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr
Alexandra Liarsou, executive project manager of Labex CAP : labex.creations.patrimoines@gmail.com

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

PRES HESAM – LABORATOIRE D’EXCELLENCE CREATIONS, ARTS ET PATRIMOINES (LABEX CAP)

Appel à candidatures / quatre à huit contrats post-doctoraux ouverts au concours 2011-2012

Le laboratoire d’excellence « Créations, Art et Patrimoines » (Labex CAP) du PRES héSam et l’ENSCI-Les Ateliers (Paris Design Lab), l’un de ses partenaires annoncent le recrutement par voie de concours de quatre à huit chercheurs de niveau post doctoral pour une période d’un an renouvelable une fois.
Les projets de recherche personnels présentés par les candidats s’inscriront dans la thématique générale du Labex CAP, qui concerne les enjeux contemporains de la création et du patrimoine dans le contexte d’une mutation accélérée de la société liée notamment à la mondialisation de la vie économique, des communications et des cultures et au développement des outils et des cultures numériques. Ils tiendront compte de la démarche de rapprochement et de collaboration entre la recherche universitaire et les établissements ayant vocation à conserver et à présenter au public les collections patrimoniales, démarche fondatrice du Labex CAP.


Conditions d’admission

→Thèse soutenue après le 01/09/2007


Calendrier de recrutement

→ Date de clôture de l’appel à candidatures : le 2 janvier 2012
→ Phase d’admissibilité : le 27 janvier 2012
→ Phase d’admission (auditions) : le 3 et le 4 février 2012

Dossier de candidature

Le dossier de candidature, complet, devra être envoyé au plus tard le 2 janvier 2012 à 16h00 à l’adresse suivante : labex.creations.patrimoines(at)gmail.com

Le dossier comprend :

→ un curriculum vitae et une liste des publications / des réalisations
→ le diplôme de doctorat
→ le rapport de soutenance (si la thèse est soutenue en France)
→ le projet de recherche : titre, unité de recherche d’accueil, présentation du projet rédigé en langue française (10 000 signes maximum)
→ une lettre de motivation
→ une publication significative (PdF)
→ deux lettres de recommandation au moins rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création


Durée du recrutement et date de prise de fonction

Les contrats proposés sont des contrats d’un an renouvelable une fois.
Les postes sont ouverts à partir du deuxième semestre de l’année universitaire 2011-2012. Toutefois les candidats peuvent soumettre en même temps que leurs dossiers une demande de report de la prise de fonction à la rentrée universitaire 2012-2013.

Obligations de services et participation aux travaux du laboratoire
En plus du projet de recherche sur lequel ils auront été sélectionnés, les chercheurs prendront part aux activités du Labex. A concurrence de deux/cinquièmes de leur temps de travail, ils contribueront notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations organisées telles que ateliers, rencontres, journées d’études, et à l’enrichissement des supports de communication (site web, plaquettes ou documents de présentation) ainsi qu’à la vie du laboratoire / du département d’accueil. Ils prendront part aux séances de séminaire du Labex qui leurs permettront de présenter et de discuter collectivement suivant un rythme mensuel l’avancement de leurs recherches.
Les chercheurs exerceront leur fonction conformément à la charte européenne du chercheur.

Rémunération
Les recrutements se font sous la forme d’un contrat à durée déterminée. Le montant brut de la rémunération mensuelle s’élève à 2361.45 euros. A leur demande et en fonction des projets collectifs développés au sein du Labex, les chercheurs pourront bénéficier de soutiens financiers spécifiques dans le cadre des missions liées à leurs recherches et de leurs participations à des manifestations scientifiques.

Critères de sélection

Les contrats proposés s’adressent à de jeunes chercheurs. Les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de doctorat et pouvoir se prévaloir de premières réalisations dans le domaine de la recherche.
Les critères pris en compte par le comité de sélection sont :
→ La qualité du projet de recherche, son originalité, son adéquation à la thématique du Labex
→ Le profil et les aptitudes du candidat (compétences scientifiques, expériences dans le domaine de la recherche, publications)
→ Le caractère international des recherches (séjours d’étude, publications, compétences linguistiques)
→ La pertinence du rattachement demandé

LES AXES THEMATIQUES DU LABEX

Le programme général du Labex CAP se décline selon 5 grands axes, qui peuvent être compris dans leur transversalité :

a) Création et patrimoines en interaction.

Cet axe se propose d’interroger, sur la longue durée, les étapes menant de la création à la patrimonialisation ainsi que les effets de retour de cette dernière sur la première, sous les différents angles de la culture des commanditaires et de leur part dans la conception des œuvres ; de la formation d’identités patrimoniales et du choix d’« objets de consensus » ; enfin – du point de vue de l’espace public – au travers des institutions culturelles et des lieux de définition de la communauté.
La question sera étudiée en prenant en compte trois questions, particulièrement révélatrices des bouleversements en cours : la nouvelle figure de l’artiste universel et la logique « globalisée » des emprunts, mélanges et interactions qu’elle induit entre les arts et leurs publics ; le processus mondialisé de sélection d’objets, de pratiques ou de sites porteurs d’une valeur nouvelle, dite « culturelle », qui sont offerts à l’identification des collectifs et des individus ; les nouvelles dynamiques dans le champ de la création et de la réception de la musique et des arts plastiques.

b) Création et processus créatifs.
Il s’agit de mener une étude transdisciplinaire de la création et de ses processus, en termes sociaux et cognitifs. La recherche impliquera une interaction entre l’étude des processus (étude de cas et réflexion théorique) et la réflexion historique critique sur ce que la tradition a légué sur ce problème. On étudiera, sur la longue durée, le statut de l’artiste en relation avec la question du métier, de la professionnalisation ; les frontières mouvantes entre « art » et « artisanat », la question des fonctions et des pouvoirs symboliques et politiques de l’artiste ; l’extension, dans l’Europe du XIXe siècle, de la notion de création, au-delà du seul domaine des arts au sens « classique » du terme, vers les arts industriels.
En dialogue constant avec ces travaux historiques, le laboratoire posera l’hypothèse qu’au-delà de la diversité de leurs objets, de leurs procédures techniques et de leurs statuts sociaux, les arts mettent en œuvre un répertoire cognitif, agentif et émotif spécifique, qu’on étudiera en faisant appel aux travaux en esthétique, histoire de l’art et anthropologie de l’art, ainsi qu’à la philosophie de l’esprit et aux recherches sur la cognition et les émotions.

c) Patrimoines et patrimonialisations.

On interrogera l’histoire de la patrimonialisation et les définitions de la notion de patrimoine, selon les lieux et les périodes, dans le cadre d’une large réflexion de type comparatiste. Les recherches prendront appui sur une clarification du statut des sciences de la conservation et de leur épistémologie. Confrontant les différents acteurs de la restauration, réfléchissant aux enjeux de la conservation, tant sur le plan technique que symbolique, prenant toute la mesure des nouvelles technologies, on interrogera non seulement les savoir-faire, mais aussi le bien fondé des pratiques inhérentes à la conservation. Cette recherche sera accompagnée d’un questionnement anthropologique des archives, conçues comme dénominateur commun de toutes les formes de patrimonialisation. Le programme comportera aussi un important axe historique dédié aux sources représentatives de l’enseignement de l’histoire de l’art en France au XIXe siècle ainsi qu’à la reconnaissance historique des métiers, des savoirs et des techniques, aboutissant notamment à une cartographie historique des lieux d’enseignement de l’architecture au XIXe et XXe siècles. On engagera aussi une étude détaillée des figures actuelles de la patrimonialisation dans le champ de l’art contemporain et dans celui de l’architecture.

d) Enjeux actuels de la création et du patrimoine.

Le développement des technologies numériques et les transformations de l’économie mondiale des pratiques culturelles suscitent des bouleversements encore largement incompris, mais dont les conséquences sont pourtant majeures. Le rapport dynamique entre création, patrimoine, et Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) sera abordé selon plusieurs axes : les collaborations entre musées et informatique ; le développement de logiciels et d’expérimentations, l’utilisation des TIC pour de nouvelles méthodes de conception créative et participative ; le statut de l’immatériel, et notamment des logiciels. Parallèlement, on interrogera les mutations actuelles de la création artistique dans l’art contemporain, le cinéma, dans le domaine de la musique, dans le champ de la création narrative et de la littérature, et dans le domaine architectural.

e) Prospectives
La situation française est depuis très longtemps caractérisée par la séparation entre le domaine des musées et des bibliothèques, chargés de la conservation du patrimoine, le domaine de la recherche et de l’enseignement supérieur et celui de la création. Pour dépasser ces césures, le Labex CAP se propose d’instaurer de nouvelles méthodes de travail, avec le souci d’accompagner l’émergence d’un nouveau modèle économique pour l’artiste et pour l’individu par une réflexion sur de nouveaux modes de diffusion des connaissances et des pratiques artistiques vers de nouveaux publics ou encore par la réalisation d’une encyclopédie en ligne de la création. On s’interrogera plus généralement sur la façon d’impulser des innovations créatrices d’activité et d’emploi pour les entreprises, les institutions et les organisations au sens large, de nombreux secteurs d’activité se nourrissant aujourd’hui de la création artistique, des sciences sociales ou de la recherche scientifique pour se renouveler et pour innover.

Contact :

Zinaïda Polimenova, responsable administrative du Labex CAP : zinaida.polimenova(at)univ-paris1.fr
Alexandra Liarsou, gestionnaire du Labex CAP : labex.creations.patrimoines(at)gmail.com

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Séminaire Arts, Innovation, industrie

Textiles intelligents
KOUGLOFABLAB et Black Boxe


Clotilde Fromentin-Félix
Maurin Donneaud
Lorraine Bergeret


Séminaire Arts, Innovation, industrie , Labex CAP Création Arts et Patrimoine

Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, 1 er décembre 2011, 18h-20h

La seconde séance 2011-2012 du séminaire Arts, Innovation, industrie s’appuie sur le domaine dit des « textiles intelligents », c’est-à-dire des étoffes expérimentales que viennent habiter des fibres informatiques, des capteurs, des matériaux. Ces ajouts amplifient les propriétés des tissus. Ils en font des prothèses qui empruntent des qualités au corps, à la matière digitale et à différentes matières artificielles, organiques, biologiques.
Objet d’expériences et d’expérimentation, le tissu est un des « lieux » actuels de la technè et de l’ingenium. Designers, informaticiens, biologistes, chimistes, ingénieurs textiles, artistes (danseurs, musiciens) cherchent ensemble comment faire et que faire de ce que les doigts assemblent. Pour ces objets indécis s’inventent des machines (à imprimer, à coudre, à insérer, à brancher, à commander…).
C’est de ces dialogues de création et de « breaching experiment », et des lieux où ils se pratiquent, laboratoire, atelier, musée, hackerspace, que parleront Clotilde Fromentin-Félix et Maurin Donneaud.
Lorraine Bergeret présentera différents travaux de designers et les laboratoires dont ils sont issus.

Clothilde Fromentin-Félix, Ubi, http://www.ubiloci.fr/index.php?/about-this-site/ est designer, chimiste, biochimiste et chercheur.
Elle présentera une réflexion sur le tissu à partir de son doctorat en cours, « Entre habits et habitacles, le design de l’habiter » (CEAC, Lille 3) au travers de la métaphore du Kugelhof, une enveloppe plissée.

KOUGLOFABLAB

« Le “kouglof” est une petite forme appétissante, une enveloppe surgie au cours de mes expérimentations à partir de la matière textile, qui me sert d’objet d’étude pour une réflexion sur le process industriel à l’âge du numérique et sa capacité à prendre en compte les plis que cette forme présente, matériels et conceptuels, et qui en constituent même sa spécificité en tant que produit textile.
La façon dont l’outil industriel peut être plissé voire chiffonné au travers de cet exemple ouvre, au-delà du numérique, vers des logiques biologiques et les technologies transformationnelles, … voire vers des dimensions humaines et des “techniques ordinaires”.
Sur la base de cette réflexion, Kouglofablab est la projection à partir de cet objet d’un scénario de Fablab particulier. »

Maurin Donneaud, http://maurin.donneaud.free.fr/, est designer . Il expliquera sa façon de travailler à partir de « l’intelligence de la main », quelle que soit la matière en jeu. Il montrera divers projets.

« Spécialisé dans le design d’interaction et la programmation d’objets physiques, je suis impliqué dans plusieurs projets de développements de textiles-électroniques. Installé à la Black-Boxe*, je développe des projets entre l’art, l’artisanat et l’industrie. L’une de mes recherches consiste à réhabiliter le geste dans la manipulation des médias numériques ainsi qu’à valoriser des savoir-faire artisanaux à travers l’utilisation de solutions technologiques astucieuses. C’est notamment pour cela que je collabore avec des techniciens, chercheurs, industriels et artistes, dans le but de mettre au point des textiles-électroniques sensibles au toucher.
Intervenant dans des écoles de design textile (ENSCI Paris, ENSAAMA Paris, CSM London) je partage mes connaissances pour contribuer au développement de projets e-textiles et faire ressortir la richesse et le potentiel créatif de cette pratique ».

Le vendredi 25 novembre, une journée e-textile a réuni des artistes et designers, usagers de la Black Boxe, autour de capteurs textiles DIY. Des usages embarqués comme un vêtement musical, ou des applications fixes comme un tapis de capteurs ont pu être accommodés à différents projets.
Il expliquera aussi l’espace qui accueille ces expérimentations techniques et créatives et les étend à une expérience sociale d’apprentissage volontaire. A cette occasion, il présentera la Black Boxe.

*La Black Boxe est un atelier ouvert, sur le modèle des hackerspaces. Hébergé au Théâtre de Verre, ce lieu met l’accent sur les connexions entre l’art et la technologie en général. La blackboxe dispose d’un atelier d’électronique, d’espaces de travail et toujours quelqu’un est prêt à donner un coup de main. Ces ressources sont mises à disposition des personnes qui souhaitent développer des projets personnels ou participer à des projets collectifs. Des rencontres et présentation de travaux (/dev/art) y sont régulièrement organisées.
http://www.theatredeverre.fr/

Lorraine Bergeret, http://lorrainebergeret.com/_/proje%28c%29ts.html
Designer, elle est docteur de l’ENSAM et a exploré les usages créatifs du béton. Elle a soutenu une thèse sur le design des matériaux en juillet 2011 et est actuellement chargée de projet à l’ENSCI Les Ateliers. Elle fait des recherches sur les matériaux urbains innovants et leur usage social.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

la recherche à l’ENSCI – les liens avec l’enseignement de formation initiale

Les Ateliers – Paris Design Lab ® est l’équipe de recherche de l’ENSCI. Elle conduit différents programmes (appels à projets, contrats R&D) qui prennent la forme de D-labs (voir ci-dessous). Deux objectifs inspirent cette nouvelle activité, capitale pour l’ENSCI et ses diplômés :
– l’inscription du design développé à l’ENSCI dans le champ académique et dans les débats scientifiques internationaux, et sa contribution originale aux « sciences du design » ;
– le développement des interfaces avec d’autres disciplines, qui apportent des connaissances nécessaires à la pratique actuelle du design.
Qu’il s’agisse d’utiliser des matières nouvelles, ou de concevoir des services souvent issus d’une « innovation ascendante » (venue des usagers et non des initiatives de décideurs, acteurs publics ou marketeurs), le designer ne peut se fier à ses seules intuitions et explorations formelles. Il a besoin de partenariats avec la recherche, en train de se faire dans les laboratoires. C’est aujourd’hui une nécessité, liée à la rapidité de la diffusion des résultats scientifiques, au besoin de se repérer dans la masse des connaissances utiles, liée aussi à l’organisation réelle des activités de conception industrielle, qui se fait en R&D plus encore qu’en atelier ou bureau d’étude. Cette remontée du design vers la recherche est donc au service de la profession, de sa crédibilité et de l’actualisation des compétences des diplômés.
Les designers formés à l’ENSCI auront dans leur cursus des contacts réguliers avec la recherche. Selon leurs intérêts et leurs projets ;
– ils bénéficieront tous d’une sensibilisation aux problématiques (studio d’expérimentation, conférences, ateliers, cours), qui impactera néanmoins leur façon de concevoir le design ;
– certains participeront, en général en phase diplôme, à des programmes de recherche ;
– quelques-uns s’engageront après leur diplôme dans un post-diplôme de recherche , au cours duquel ils recevront une formation aux méthodes de recherche, à l’écriture d’articles, à l’art des communications scientifiques.
– un très petit nombre deviendra designer chercheur, en entreprenant un cursus doctoral de design.

Participer à un D-Lab
Les D-Lab sont des équipes temporaires de recherche associant des designers en post-diplôme et des chercheurs (de différentes disciplines) de R&D publiques ou privées, d’universités et de centres de recherche. Des élèves en phase diplôme peuvent être intégrés, à leur demande, dans un D-Lab quand le thème de leur mémoire ou de leur projet de diplôme est en résonance avec la thématique du D-Lab. Des élèves en phase 2 peuvent être associés à un D-Lab pour des raisons similaires, compte tenu de l’orientation de leur projet personnel. Sous des conditions de durée, d’assiduité et de qualité de la contribution, définies et actées au cas par cas avec le responsable du D-Lab en relation avec le service de la scolarité, des crédits ECTS (3 au maximum) peuvent être accordés dans ce cadre à un élève en phase 2.

La création, dans la société, les arts et les industries
Les Ateliers – Paris Design Lab ® est engagé dans l’axe de recherche « Création, Patrimoines, Usages » du PRES HESAM (Pôle Recherche Enseignement Supérieur). Le design et la création industrielle sont au cœur d’une réflexion scientifique interdisciplinaire sur la création, dans ses différentes acceptions : invention de forme et d’usage, création artistique, processus, conception, ingénierie et innovation. L’anthropologie, la sociologie, la philosophie (en particulier l’esthétique), l’histoire de l’art, l’histoire des techniques et des matériaux, les arts plastiques ont des interfaces avec le design. La mécanique, la physique des matériaux, l’informatique, les nanosciences, les sciences de l’ingénieur et les sciences cognitives dans leur ensemble apportent également des savoirs utiles aux avancées du design. Ce dialogue interdisciplinaire fait progresser les connaissances concernant le design et apporte les fondements (théoriques, technologiques, de méthode, d’histoire des concepts, des formes et des matières, de connaissance de la société) pour aborder les nouveaux espaces du design.

Vos interlocuteurs
Sophie Pène, directrice de la recherche 33 (0) 1 49 23 12 97, sophie.pene@ensci.com
Claire Fernier, assistante de la recherche33 (0) 1 49 23 12 73, fernier@ensci.com
La page recherche sur le site de l’ENSCI : http://www.ensci.com/recherche-et-editions/recherche/objectifs/

Suivez notre actualité sur Twitter : Paris_DesignLab

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts