Micro-Farm – Ferme urbaine – les Urbaniculteurs sont parmi nous

A l’ENSCI- les Ateliers, depuis quelques semaines, cette serre, qui rapproche végétation et pisciculture.
Il y a cet objet à la fois explicite mais quand même énigmatique. Que vient-il faire dans cette salle ? Où est-il destiné à s’implanter ? Qui s’en occuperait ? Qui en vivrait ? A qui servirait-il ?
Mais aussi qui l’a fait, pourquoi, ça coûte combien, ça intéresse qui ? Qui paye pour ça, qu’est-ce que cela pourrait devenir ? Quel genre d’entreprise et d’emploi ?

Un objet qui vient donner forme à un thème, la culture dans la ville. Les jardins partagés, les plantes comestibles dans nos rues. Afin de nourrir, dans le futur, 8 milliards d’humains à 80% urbains. Là où nous avions des géraniums, nous pourrions mettre des choux. Notez qu’il est interdit dans les règlements de copropriété de planter des carottes dans les « jardins privatifs »
Se nourrir, peut-être et pas seulement. Une certaine façon, au moment de la troisième révolution industrielle, de refaire lien avec la nature, de se réunir pour faire pousser et regarder pousser, de symboliser aussi, comme la fontaine Wallace a pu symboliser la ville haussmannienne, un regard respectueux sur le vivant, un vivant non humain, ce que les Grecs nommaient la Phusis, le principe dynamique d’expansion.

Chacun de nos invités va présenter le lien qu’il entretient avec la ferme urbaine.
D’abord Damien Chivialle, l’auteur de MicroFarm, un designer qui aime travailler le container, un objet industriel devenu un cheval de Troie posté dans la ville, qui la regarde, qui y introduit des expériences.
Pierre Sartoux et Augustin Rosenstiehl, deux architectes de l’agence SOA qui partis d’une architecture critique et d’objets manifestes, s’avancent vers des objets concrets , simples. Ils ont fait une tour végétale, ils font des jardins urbains.
Ils ont fondé le Laboratoire d’Urbanisme Agricole.
A leur présentation, Corinne Valls, Maire de Romainville, réagira, quand et comme elle le voudra, puisque le jardin sur les toits de la Cité Marcel Cachin est à la fois une innovation sociale et une innovation architecturale, qui préfigure des écoquartiers auxquels l’on s’attache, que l’on soigne, par des liens qui dépassent le strict « service urbain »
Fabienne Van Steenkiste Maire Adjoint de Montreuil parlera de la relation nouvelle avec l’espace public qu’introduisent les semailles dans la ville.
Nathalie Blanc, géographe, directrice de recherche au CNRS, parlera de la nature en ville et de l’esthétique environnementale.
Enfin, Armand Behar, plasticien et responsable du mastère Création et technologie contemporaine, questionnera le sens de ces formes nouvelles dans la ville. Il dira en quoi uen école de design et de création industrielle se sent concernée par ces expérimentations.

Petite maison dans la prairie… place de la République

Si vous n’avez pas encore vu l’exposition Micro-farms à l’ENSCI, si vous ne savez pas encore comment installer et exploiter une ferme urbaine, rejoignez-nous jeudi soir !

À l’occasion de l’exposition Micro-Farms initié dans le cadre du cycle [Fokus],
l’ENSCI organise une table ronde animée par Sophie PÈNE, directrice de la
recherche à l’ENSCI.
Participeront : Nathalie BLANC, chercheuse au CNRS en géographie urbaine ;
Fabienne Van Steenkiste , Maire-Adjointe de Montreuil ; Corinne Valls , maire de Romainville, Augustin ROSENSTIEHL et Pierre SARTOUX,
architectes, Agence SOA, co-fondateurs du Laboratoire d’Urbanisme Agricole (LUA); Damien CHIVIALLE, designer, MICRO-FARMS ; Armand BEHAR, artiste et
responsable des enseignements du Mastère Spécialisé Création et Technologie Contemporaine de l’ENSCI.
Jeudi 26 avril 2012, à 18h30,
espace Viénot 2.

A signaler aussi, le cycle de la Gaîté Lyrique « Technologies au quotidien » , en partenariat avec le Musée des Arts et métiers.

Si après ça les agriculteurs se sentent délaissés, qu’est-ce qu’on peut faire …

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Atelier CAP Création Arts et Patrimoines, 10 et 11 février ENSCI

atelier du labex cap
vendredi 10 et samedi 11 février 2012 à l’ENSCI – les ateliers

VENDREDI 10 février 2012
Atelier 1. Créer, inventer, innover
9h00 Accueil, café
9h30 Présentation des posters de l’axe Création
10h00
Présentation générale des quatre programmes en cours de lancement
Tables rondes animées par Jean-Marie Schaeffer
10h15 « Disposifs et processus »
10h40
« Modes opératoires, usages et valeurs »
11h05 « Histoire culturelle et mutations actuelles de la création artistique »
11h30 Wikicreation (ressource numérique commune)
11h45 Discussion
12h30 Pause déjeuner

APRÈS-MIDI
Atelier 2 : Arts, industries, prospective
14h00 Présentations des posters de l’axe Prospective
Tables rondes animées par Sophie Pene
14h30 « Arts, innovation, industries »
15h00 « Anthropologie de la collection »
15h30 « Comment donner forme au futur ? »
16h30 Pause café
17h00 Discussion
18h30 Cocktail
Adresse : ENSCI, 48 rue Saint-Sabin, 75011 Paris Contact : labex.creations.patrimoines@gmail.com

SAMEDI 11 février 2012

MATIN
Atelier 3 : Patrimoine et patrimonialisation

9h00 Accueil, café
9h30 Présentation générale et présentation des posters de l’axe Patrimoine
Tables rondes animées par Jean-Philippe Garric
10h00 « Institutions – narrations »
10h30 « Reproduction – outils »
11h00 « Acculturation – traitement matériel »
12h00 Discussion
13h00 Pause déjeuner

APRÈS-MIDI
Atelier 4 : Création et patrimoines en interaction

14h00 Synthèse des travaux, analyse des journées
Discussion animée par Philippe Dagen et Jean Da Silva
Selon la méthode qui a présidé à l’organisation et à la mise en oeuvre de l’atelier du labex, la séance finale sera consacrée
à l’énoncé et l’examen des convergences qui auront pu être établies au cours des présentations et discussions des trois premières demi-journées. Il serait donc contradictoire de prétendre anticiper sur ce que pourraient être les acquis de ce « work in progress ». L’ordre du jour, flexible, en sera donc
déterminé en fonction des séances précédentes et de ce qui en sera issu.
Cela signifie que chaque participant est appelé à réfléchir en ce sens : les coordinateurs des trois premières demi-
journées, mais aussi toutes celles et tous ceux d’entre nous qui voudront bien se faire les témoins et les observateurs des débats, afin d’en tirer des conclusions à verser dans notre « agenda commun ». Un autre sujet de réflexion sera également à l’ordre du jour, celui de la diffusion de nos recherches.
L’hypothèse de la création d’une revue scientifique a été affirmée. D’autres modes d’enregistrement et d’édition seront testés au cours des séances elles-mêmes. Ce sont là autant de possibilités non exclusives les unes des autres qu’il est essentiel de discuter désormais ensemble.
17h00 Clôture

Adresse : ENSCI, 48 rue Saint-Sabin, 75011 Paris Contact : labex.creations.patrimoines@gmail.com

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

« Comment donner forme au futur » Thème 3 (EHESS-IIAC-Anthropologie de l’écriture, ENSCI, GERPHAU)

L’ENSCI, le laboratoire de l’EHESS ( Anthropologie de l’écriture, IIAC), et le GERPHAU coordonnent dans le cadre du Labex CAP le thème « Donner forme au futur ».
Ce thème sera présenté lors des journées des 10 et 11 février. Le texte suivant a vocation à informer d’autres chercheurs .
Contacts
Béatrice Fraenkel fraenkel(at)ehess.fr
Sophie Pène pene(at)ensci.com
Antonella Tufano antonellatufano(at)hotmail.fr

COMMENT DONNER FORME AU FUTUR : CREER, PROJETER, PROSPECTER

Notre projet se rattache à la question sur laquelle se clôt le document scientifique du labex: en quoi les pratiques créatives éclairent-elles la question du futur, telle qu’elle se pose à notre époque, et telle qu’elle se pose aux sciences sociales, invitées de plus en plus expressément à répondre soit à une demande d’innovation, soit à une demande prospective ?

La question de la création a en effet pénétré l’ensemble des sciences sociales, selon des formes diverses qui vont du discours sur la nécessité d’être innovant, à des questions plus inattendues, sur l’invention du futur, et même sur la capacité prospective des sciences sociales. Paradoxalement, c’est parce qu’elles sont des pratiques de la description qu’elles se trouvent investies de capacités prospectives, ce qui n’est pas sans poser d’importantes questions épistémologiques. Il se trouve que les liens créés par le Labex entre des disciplines différentes élargissent considérablement les moyens théoriques et empiriques d’aborder la création comme une question artistique, industrielle et sociale.

L’anthropologie fait partie des disciplines sollicitées aujourd’hui par la réflexion générale sur la transformation et la réinvention de nos sociétés. On voit s’ouvrir le champ de l’anthropologie du futur qui introduit la prospective comme une capacité des sciences sociales (Appadurai, 2007). Dans ce cadre, l’intérêt de l’anthropologie pour la création se manifeste par des recherches sur les archives de la création, sur l’observation de pratiques créatives et des formes de collaboration entre arts en industries, sur l’interprétation de ces données avec une perspective projective :
– les archives de la création (dossiers d’œuvres, carnets de croquis) apportent des éléments formels (dessins, maquettes, prototypes) sur les étapes qui mènent d’objets connus à des objets nouveaux, et donnent accès aux différents régimes qui mêlent présent et futur, certain et potentiel, réel et projeté.
– Des évènements culturels (fondations d’institutions, fondations artistiques, festivals) documentent un discours contemporain sur la prospective (discours d’anticipation, projection sur le monde à venir).
– L’anthropologie elle-même, en tant que discipline saisie par la question de la création, trouve des points de référence dans cette confrontation avec les disciplines créatives.
– Selon le postulat que la possibilité de l’innovation est associée à l’expérience de la matière, nous faisons l’hypothèse que le traitement par les artistes contemporains de certaines matières nouvelles (la matière digitale, les matières issues du biomimétisme, les smarts textiles, ou nanomatériaux) est une ressource pour observer des processus anticipateurs de nouvelles industries, nées dans les Fablabs et Hackerspaces investis par les artistes.

Ces thèmes mettent dans une étonnante actualité la relation entre patrimoines et création, histoire et futur. Ils justifient l’ambition de repenser les relations entre création et conception du futur. C’est-à-dire de penser comment s’articulent aujourd’hui économie, politique et création.
Nous proposons de déployer une série d’opérations de recherche afin de structurer un domaine de recherche encore dans les limbes.

4 Niveaux de Propositions

1 État de l’art (Théories, concepts, acteurs), étude de l’hypothèse selon laquelle un discours de prospective né dans les années 1960-1980 permet de décrire le lien singulier qu’entretiennent arts et prospective
-Séminaire EHESS sur l’Histoire de la prospective en France et aux Etats-Unis (1957-2012) et les rapports entre Création et Prospective (à partir de 2012-2013).

-Contribution au programme d’étude des archives de Sigma à Bordeaux (Avec l’école des beaux-arts de Bordeaux)
-Prospective et Création : Opération « Les nouveaux commanditaires » de la Fondation de France
-Etude des discours de fondation de l’ENSCI-Les Ateliers (textes de Monzat de Saint-Julien, Patrick Bouchain, Claude Mollard) autour du thème de la « formation à la création, par l’expérience de la matière ».
-Arts et Politique , autour de « la reconquête de la ville par la culture » de la Mairie de Paris Étude de « Nuits Blanches » comme d’un démonstrateur des capacités prospectives des arts.

2 – Ateliers enquête (Méthodologie)
Rendez-vous réguliers, université d’été, ateliers étudiants (M1, M2, Doctorants et élèves écoles d’art)
Etudes de corpus, observations d’événements

Création d’un Atelier international « Comment donner forme au futur ? » associant Universités et écoles d’art déjà engagées dans cette réflexion.
Analyse collaborative de dossiers d’archives (dessins, variantes, annotations, maquettes) : apports de la génétique textuelle, des conservateurs et responsables de fonds spécialisés, des praticiens
Travaux autour de projets en cours dans la ville (mobiliers urbains innovants, mobiliers informationnels, mobiliers dits « intelligents », recherche action et projets artistiques)
Travaux sur les écritures urbaines (histoire et ethnographie de projet d’arts politiques; enquêtes sur les écritures du futur et leurs acteurs )
Recherche action sur le « design d’anticipation » (l’insertion du design dans les laboratoires scientifiques)
Séminaire EHESS « discours et pratiques du futur, designers, architectes, graphistes ».
Etudes des nouveaux moyens de projection (prototypage rapide, maquettes numériques, croquis numériques, logiciels 3D) et impact sur le « projet » (représentation du projet, questions d’échelles, dessins, « nuages » d’idées)
Atelier sur le lexique comparé des vocabulaires du projet en design, en architecture, en architecture numérique, en ingénierie de conception, en gamedesign, serious games, transmedia, (prototypage, maquettes, démonstrateurs, scénarios, mapping, graphes, topic maps) :

3 Fonds et Terrains , Opérations de recherche
-enquêtes dans plusieurs fonds d’archives spécialisés : architecture, design, graphisme en particulier . Archives Brongniart, Musée Vitra, MACBA, Fondation Beyeler
Etudes des archives de design du musée des Arts Décoratifs, archives photographiques de l’ENSCI, Fonds Faucheux (IMEC)
-Archives augmentées de la création : les festivals, les expositions, les présentations de projets. (Festivals panafricains, archives Sigma, Nuits Blanches, Expositions universelles)
Nouvelles archives, archives de performances, archives d’évènements.
-Ethnographies d’exposition (par ex. Pompidou mobile, la Triennale) d’évènements (Nuits Blanches), de performances urbaines (City wall)
-Suivi de projets « typiques » arts et industries.

4. Projet interne au labex
Cartographie des recherches au sein du labex liant création et prospective (histoire des arts et des techniques, études d’archives de la création,
Analyse du statut du créateur/concepteur, analyse du croisement des différentes démarches d’exploration du futur et conditions d’un dialogue entre disciplines.
A la lumière des mutations de la société et des attentes futures, comment la co-conception et les pratiques collaboratives modifient-elles le statut du créateur/concepteur en particulier dans le cadre de mutations rapides et de la multiplication de micro-productions, avec la préoccupation des usages justes et soutenables.

Ces différentes propositions font d’ores et déjà l’objet de recherches engagées par des membres du labex (chercheurs, doctorants, conservateurs) et de chercheurs indépendants et parties prenantes (partenaires entreprises, ingénieurs R&D) qui ont décidé d’accompagner le labex avec leurs propres questionnements prospectifs.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts