Objets infinis, politiques numériques, usages des collections (3) – Les après-midi : Edition

  • 5 jours de conférence augmentée.
  • 9h-11h VJing durant les tables rondes

    Parole en association

    Quand les intervenants discutent, des liens (images, textes) apparaissent. Ils figurent le travail de l’association d’idées, une présence collective, un réseau d’idées mobilisés par les paroles. Reprenant une application de Pierre Giner, Talk Saver, les tables rondes vont être accompagnées d’étudiants VJ.
    Travail préparatoire : mots clés, liens.

    11h-13h Après les tables rondes, plan éditorial

    Après la table ronde, les étudiants participants du workshop débriefent et décident d’une ligne éditoriale
    Les étudiants dégagent les lignes de force, les questions, les controverses.
    On se met d’accord sur les ateliers de l’après-midi : video, images, textes, fils des tables rondes

    14h30-17h30 On écrit, on scénographie, on scénarise

    Production de contenus

    Les contenus de chaque table ronde sont filmés, annotés, photographiés. Un fil de débat est éditédépu
    L’après-midi, les contenus sont dépouillés et organisés :

    – classement
    – indexation
    – compléments de documents complémentaires
    – annotation
    – rédaction

    Et après ?
    Vers un lieu numérique d’exposition durable de la conférence augmentée

    L’ensemble est mis en ordre pour être publié dans une site « d’exposition de la recherche », un site laboratoire présentant des débats en cours, des archives toutes fraîches et « rejouables ».

    Les objectifs
    Une expérimentation de conférence augmentée
    – mise en abyme du sujet « politiques numériques » : les « objets numériques » infinis sont rejoués, la semaine devient un objet numérique
    – un travail collectif d’étudiants de toutes disciplines qui traduit la pluralité des acteurs du numérique au musée
    – un « modèle » pour une recherche qui « fait salon », et qui va trouver ses nouveaux publics, en montrant sa vitalité, numériquement. Exactement comme le Live répétable du Web.
    – une préfiguration, en tout cas, un essai pour les ATELIERS du LABEX les 3 et 4 février. A partir de cette expérience en comun voulons dessiner un style de conférences qui sera partie intégrante de l’identité du Labex CAP.

    Nous attendons :
    Outre les intervenants, qui représentent la variété des « concepteurs » numériques des musées,
    les élèves de l’ENSCI inscrits à ce Workshop
    des étudiants (INHA, Paris 1, EHESS, CNAM, ESCP, ENSAM…) du Pres Hésam et dont les labos sont liés au Labex CAP
    des invités en tout genre qui ont envie de participer
    des partenaires industriels et éditoriaux pour tester, apprendre et produire avec nous.

    Si vous avez envie de nous aider, manifestez-vous,
    nous avons besoin de vous, pour bidouiller, Vjinguer, bricoler, inventer, rédiger, datavisualiser, entrer dans le COMMANDO de Pierre Giner et Annick Rivoire, vous êtes les bienvenus !

    Renseignements : sophie.pene at ensci.com ou Twitter @Paris_designLab

    Inscrivez-vous impérativement (il faut se compter, jour après jour)

    sur ce Doodle http://www.doodle.com/xri97czve59amznz

    et / ou sur la page Facebook http://tinyurl.com/44e653r de cet événement, numéro 0 d’un style que cherche le Labex CAP Création Arts et Patrimoines

    SophiePène

    Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

    More Posts

    Le labex CAP à l’ENSCI – Objets infinis Politiques numériques, usages des collections (2) – Le programme des matinées


    LUNDI 14 NOVEMBRE- 9h-11h

    Introduction : Présentation du projet par Pierre Giner, de la thématique par Sophie Pène et du principe de communication de la recherche par Annick Rivoire

    Collections mobiles

    Pascale Cassagnau, pour cnap n, présentation virtuelle des collections du Cnap
    Pierre Giner, cnap n, projet artistique
    Emmanuel Mahé (Orange), musées en mobilité
    Patrick Bouchain, architecte, auteur du Pompidou mobile
    François Quintin, directeur de la future Fondation Galeries Lafayette

    Animation Annick Rivoire

    MARDI 15 NOVEMBRE
    Objets 2.0

    Marie-Noéline Viguier, Nod-a, Museomix
    Pierre Giner, artiste, les objets de demain
    Stéphane Distinguin, fondateur & CEO faberNovel / co-fondateur af83, digitick, LaCantine.Président de Futur en Seine et de L’Atelier Français, président d’honneur de SiliconSentier

    Animation Sophie Pène

    MERCREDI 16 NOVEMBRE
    Musée numérique

    Emmanuèle Bermès, Chef de projet multimédia au Centre Georges Pompidou, Pompidou virtuel (sous réserve)
    Catherine Collin , responsable des publics au Musée des Arts Décoratifs, chef de projet « DECORATIVE »
    Albertine Meunier, Artiste

    Patricia Falguières (EHESS) Philosophe et historienne des arts, et Eric Gressier-Soudan, annoncés et empêchés, seront questionnés sur le sujet sous forme d’un entretien post-conférence
    Animation Pierre Giner et Sophie Pène

    JEUDI 17 NOVEMBRE
    Usages des collections

    Patrice Chazottes, responsable du service de la médiation et de l’accueil au musée du Quai Branly (pépinière)
    Maurin Donneaud, Designer d’interaction, programmeur d’objets physiques, traducteur technique pour artistes
    Philippe Dagen (Paris 1, HISCA, INHA), directeur du Labex Cap Création arts et patrimoines
    Odile Nouvel, Conservateur en chef du Musée des Arts Décoratifs. Département I9e siècle.

    Animation Pierre Giner et Sophie Pène

    VENDREDI 18 NOVEMBRE 18h
    Interventions d’ Olivier Bouin et Michel Vieworka (sous réserve)
    Présentation des projets

    Exposé de la démarche

    Annonce d’une suite
    Pierre Giner, Sophie Pène, Damien Bourniquel

    SophiePène

    Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

    More Posts

    Objets infinis Politiques numériques, usages des collections (1) – Le cadre d’ensemble

    Pierre Giner, Annick Rivoire et Sophie Pène

    14, 15, 16, 17 novembre – Paris Design Lab

    Paris Design Lab prépare, avec Pierre Giner et Annick Rivoire (Poptronics), une conférence augmentée d’une semaine, sur le thème de « l’usage des collections numériques ». Participant au Labex CAP, Paris Design Lab s’essaie ainsi à un format contributif. Une table ronde chaque matin sera augmentée par les étudiants, éditorialisée et publiée, au fil de la journée. L’événement est à la marge de la recherche, il lui donne forme, en la confrontant à un public. Certains des designers en formation qui composent ce public sont engagés dans une recherche créative sur les pratiques numériques, pour le Quai Branly.

    1. Le Labex CAP 25 laboratoires, 300 chercheurs, 6 musées

    Le Labex Création Arts et Patrimoines (CAP), issu du Pôle recherche enseignement supérieur Hésam, réunit 25 laboratoires d’histoire des arts, d’histoire des techniques, d’esthétique, de design, d’anthropologie, d’informatique et d’architecture. Six musées se sont associés, le Centre Pompidou, le musée du Quai Branly, le musée des Arts Décoratifs, le musée Camondo, le musée des Arts et Métiers, la Cité de la Céramique.

    Une recherche pour notre époque

    Le Labex CAP rapproche des personnes qui n’étaient pas habituées à travailler ensemble, des chercheurs en informatique aux historiens d’art.
    Il rapproche des universités et des musées, c’est-à-dire des laboratoires, des lieux d’enseignement et des lieux de ressources.
    Il ouvre la porte à la création contemporaine, artistique et industrielle. Des artistes et des designers participent. Le Labex aimerait soutenir des résidences d’artistes, à propos de lieux numériques, tels que Pompidou Virtuel ou des sites d’archives. Il peut tirer parti de résidences de design ouverte dans des lieux de recherche, à Grenoble et Saclay.

    Le Labex n’est pas un laboratoire de plus, qui engloberait l’existant avec de nouvelles contraintes. La recherche y reprend souffle. Elle y fait société. Elle invente des pratiques inédites de dialogue, de terrain. Elle se risque aux combinaisons entre disciplines, divers chercheurs se penchant sur des objets du patrimoine regardés comme des réservoirs de création. Etudier les archives, oui, mais l’historien invite l’anthropologue. Observer la médiation muséale, oui, mais proposer à des informaticiens et à des auteurs de créer un serious game transmedia.
    Les chercheurs espèrent un esprit de projet, un esprit de laboratoire, où sont possibles les risques et les plaisirs de l’exposition d’idées entre spécialistes de spécialités qui s’ignoraient. Dès la première année de ce labex s’éprouve une façon d’être chercheur qui serait transversale, expérimentale, actuelle, créative, visible.


    2. Une semaine de travaux, pour une « conférence augmentée »

    A l’occasion d’une étude de design que le musée du Quai Branly a demandée à l’ENSCI-Les Ateliers, Paris Design Lab organise une semaine de conférences, sous le titre « Objets infinis ». Ces objets infinis, quels sont-ils ? Des objets numériques issus des applications mises à la disposition des musées (Web, Smartphones), par lesquels on identifie les tableaux, on organise un parcours, on cherche une information, par essence mouvants, appropriables à différentes situations, transformés et continués par une pratique qui ne saurait être entièrement dessinée et prévue. Ils lient intrinsèquement technique et contenus dans une matérialité qui appelle à réfléchir à leur mode d’existence (ces petits êtres).

    Ils sont générés par l’usage que les publics en font. Il s’agit des séries personnelles que les visiteurs constituent quand ils manipulent, agencent des éléments de collections. Mémoire mentale et secrète de la visite, mais aussi photos ponctuant la visite, quand elles sont possibles, et désormais collections concrètes, telles que les permet par exemple CnapN, la dernière création numérique de Pierre Giner.

    Raconter des histoires d’architecture, de design, de création, de programmation

    En 4 tables rondes, une quinzaine de créateurs, artistes et designers, industriels, architectes, représentants des musées, enseignants chercheurs vont exposer à une trentaine d’étudiants des histoires, des récits d’intervention et de conception, des commentaires d’événements et de pratiques. Il s’agit de réunir des points de vue sur les politiques numériques des lieux de conservation et de création, et dont la visée explicite est l’accessibilité des collections à tous les publics.
    Il s’agit aussi par ce biais de débattre du design numérique, c’est-à-dire du design dans l’économie numérique. De cette économie numérique, le musée est un terrain d’élection et un symbole, car ses trois fondements, la collection , la médiation, l’exposition résument les usages des données (telles que, à propos de l’internet, les trois couches que sont les infrastructures, les moteurs, les applications les organisent et les « font remonter »).
    Deux applications numériques, CnapN et Decorative, seront racontées, pratiquées, grâce aux collections qu’elles brassent.

    Exposer la recherche
    Ces exposés et ces discussions illustrent un aspect de la recherche interdisciplinaire qu’est en train de dessiner le labex CAP : un moment de constitution de matériau, une recherche que la conversation aiguise, en faisant surgir les objets sous de nouveaux angles, surprenants, inattendus, heuristiques. D’une certaine façon on pourrait dire que ce moment d’exposition crée une forme de résultats, en général gommés par la suite des travaux académiques dont la seule matérialisation reconnue demeure la publication.
    Nous voudrions engager une démarche de conservation de ce moment en lançant un concept de conférence augmentée.

    La conférence augmentée
    Ces conférences ont un public, des étudiants de design, d’histoire de l’art, de journalisme, de philosophie, d’informatique. Ce public va augmenter la conférence en jouant avec les contenus.
    Une bonne part des étudiants sont des designers en formation. Certains élèves présents sont en effet en projet au musée du Quai Branly. Mais des designers viendront aussi d’autres ateliers .D’autres étudiants d’écoles et d’universités extérieures, pour la majorité liées au Labex Cap, travaillent sur des questions de Data journalisme, d’autres encore se forment à la médiation, aux méthodes de l’histoire de l’art, à la conservation patrimoniale, ou encore à la programmation numérique.
    Les exposés des différents intervenants et les discussions avec les participants sont enregistrés, livetwetés, transcrits, photographiés.
    Après la conférence, les élèves designers passent le reste de la journée en atelier. Ils s’emploient à éditorialiser ces récits et explorations, de façon à concevoir un « lieu numérique d’exposition de la recherche », une recherche socialisée, intéressant des publics nouveaux.
    Au travers de cette expérience, nous voudrions témoigner d’une identité du labex, fondé sur une recherche vivante, saisie dans l’événement de la rencontre. En expérimentant la matérialisation de conférences marginales mais fécondes, on donnera forme à des moments intermédiaires, dont la recherche tire son effervescence et ses surprises. Comme les marches d’approche en montagne où se dessinent le relief d’un terrain et la perspective de la course.

    3. La publication de la recherche

    La recherche en sciences humaines a-t-elle perdu son public ? De nouvelles formes d’édition et de diffusion, comme la plateforme du Cléo, la Vie des idées, le réseau Knowtex, ou Café Sciences montrent des essais réussis pour ouvrir la boîte noire des labos, en publiant des carnets, des notes « à chaud ».
    Nous voulons aller dans ce sens, en cherchant un public, un grand public, tel que celui que les musées ont su constituer depuis les années Malraux puis les années Lang. La recherche est une ressource pour l’innovation, c’est un présupposé des Labex. La création a la capacité de transformer l’économie et l’industrie, c’est un présupposé du Labex Cap. Encore faut-il qu’un large public ait accès à un élan de recherche qui ne soit pas simplement la publication scientifique ni les conférences ou livres grand public.
    Nous pensons qu’un « lieu numérique » peut exposer la recherche, en tant que conversation, commentaire, interactions, et la rendre jouable , rejouable, par d’autres que les premiers énonciateurs, acteurs des tables rondes et communications.
    Cela suppose un site d’un genre nouveau, fondé sur les « archives grises de la recherche », conversations, notes, références, images, et sur les évènements qui mettent en lien documents et individus par le biais de points de vue, de thèses, de débats publics.
    Nous faisons même l’hypothèse que le cœur du labex tient dans ca capacité à manifester ces instants collectifs de recherche.
    Dans cette mesure, cette semaine à l’ENSCI pourrait préfigurer la dynamique des rencontres de février 2012 qui insuffleront au labex Cap sa vie sociale et redessineront le réseau des recherches en cours, à l’aune des problématiques scientifiques du labex.

    SophiePène

    Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

    More Posts

    Séminaire OpenData Design Group

    Paris DesignLab (ENSCI- Les ateliers) s’associe à l’Atelier Français pour inaugurer un nouveau programme de recherche-action – ODDG (OpenData Design Group) – sur l’apport du design au « chantier » social, politique, culturel et technique des données libres et ouvertes (Free&OpenData).

    ODDG réunit les parties prenantes de l’Open Data culturel pour exprimer le besoin de design que le traitement actuel du sujet révèle. Le design de l’Open Data rendra sensible au grand nombre l’intérêt de ce nouvel objet, mettra en relief les activités et services, lucratifs et non lucratifs qui peuvent en sortir, imaginera les visualisations qui exprimeront leur sens et leur efficacité pour le grand public.

    Croisant Recherche, Création et Innovation, ce programme entend contribuer au design d’une politique d’ouverture des jeux de données (construction de nouveaux modèles gouvernance de ces biens communs informationnels, etc.), au design d’une nouvelle relation de service (développement d’une nouvelle dynamique servicielle, etc.) ainsi qu’au design des données elles-mêmes (mise en œuvre de nouvelles solutions de représentation-visualisation de grands ensembles de données hétérogènes et mise au point de nouvelles modalités d’accès/de traitement, d’usage/d’emploi, etc.).

    Les institutions et administrations publiques, les entreprises tout autant que les citoyens-usagers, tous sont concernés. Mais comment le leur faire savoir ? Comment accompagner l’invitation à cette créativité collective que signifie le potentiel des Free&OpenData ? Ce programme permettra une sollicitation d’un plus large réseau d’intervenants/d’acteurs (encore absents) pour un plus grand bénéfice commun.

    Par le lancement de ce programme, l’ENSCI et l’Atelier Français entendent contribuer à la construction de données lisibles, visibles et utiles et d’en faire une question « publique », amenant ainsi au dévoilement de ses controverses et ambiguïtés.

    Qui peut s’associer à l’OpenData Design Group?

    Collectivités, institutions culturelles, designers, développeurs,entrepreneurs journalistes et praticiens de la data. Les réunions de l’OpendData Design Group sont ouvertes à tous les acteurs de l’écosystème de l’innovation et des industries culturelles, contactez-nous pour demander à y être associé.

    Qui contacter pour en savoir plus?

    Paris DesignLab (ENSCI) et l’Atelier Français
    Contacter David Bihanic pour Paris DesignLab david.bihanic[a]ensci.com ou l’Atelier Français camille[a]diversites.org

    Quand se réunira l’OpenData Design Group?

    Les 21 octobre, 25 novembre, 16 décembre à 14h30.

    A l’issue de ses travaux, le groupe éditera un programme pour le design de l’open data.
    Un séminaire technique se développera en parallèle, jusqu’à doter Paris Design Lab d’un dispositif effectif de conception de services issus de l’open data.
    Un workshop en février 2012 produira un premier prototype de services culturels.
    Nous espérons pouvoir organiser pour février-juin 2012 le premier atelier de projets Open data design group, avec comme partenaires des musées.
    Cette démarche est complémentaire de différents sujets traités avec les Musées : programme Regards augmentés avec le Musée des Arts Décoratifs (et le soutien du programme Emergences, Ville de Paris), recherches créatives pour le musée du Quai Branly, groupe « politiques numériques » des musées, dans le cadre du Labex CAP, ainsi que le séminaire Arts, innovation, industries, toujours dans le cadre du labex CAP.

    Liens utiles

    – Atelier français, open data, http://www.atelier-francais.org/article/opendata-design-group
    – Design et Opendata,http://www.scoop.it/t/design-et-opendata

    SophiePène

    Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

    More Posts

    Séminaire « Designers, architectes, graphistes : discours et pratiques du futur »

    ENSCI EHESS – Sophie Pène, directrice de la recherche à l’ENSCI Les Ateliers, Paris Design Lab, chargée de conférence complémentaire à l’EHESS.

    2e et 4e mardis du mois de 15 h à 17 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 22 novembre 2011 au 26 juin 2012
    Au premier semestres , 2 séances (6 décembre et 3 janvier) auront lieu à l’ENSCI les Ateliers, 48 rue saint Sabin 75 011 Paris

    Le design, l’architecture et le graphisme sont trois pratiques d’intervention dans la ville qui fabriquent ce qui n’existe pas encore. Grâce à des rencontres au cours desquelles des représentants de ces trois professions présenteront des réalisations, nous étudierons les techniques (dessin, écriture, maquette, prototype) qui, composant un projet, établissent une relation tangible entre le présent et le futur, par le biais d’une invention de forme.

    Il s’agit d’une part de décrire, dans le contexte de la ville, l’exercice de l’invention du futur. Il s’agit d’autre part de différencier ces pratiques créatives d’autres relations au futur, en particulier celle des sciences humaines.
    Dans un second temps le séminaire proposera une lecture de différents textes de référence susceptibles de donner un cadre conceptuel à une « anthropologie du futur ». Les participants seront invités à prendre une part active à la lecture préalable des ouvrages et aux discussions en séminaire.

    La troisième et dernière partie du séminaire concernera la prospective politique. Elle analysera des projets actuels, associant design, architecture, typographie et sciences humaines autour d’une prospective des politiques publiques régionales, inspirée en France par l’exemple des pays du nord de l’Europe.

    Le domaine encore peu investi en France de l’anthropologie du futur sera exploré par ces différentes démarches de conception d’écritures, d’événements ou d’objets urbains. Nous entendons ainsi aborder la prospective comme une création s’appuyant sur des éléments de description et de représentation tangible.

    Mots-clés : Anthropologie,

    Aires culturelles : Transnational/transfrontières,

    Suivi et validation pour le master : Obligatoire sur l’année (bi-mensuel)
    Mentions & spécialités :

    Ethnologie et anthropologie sociale
    (Séminaire de recherche M1S1 M1S2 M2S3 M2S4)

    Domaine de l’affiche : Anthropologie

    Renseignements : par courriel

    Direction de travaux d’étudiants : sur rendez-vous uniquement

    Réception : prendre rendez-vous avec Sophie Pène par courriel

    Niveau requis : le séminaire s’adresse aux étudiants de sciences humaines et sociales, toutes spécialités confondues, ayant un intérêt pour les questions d’innovation et de prospective urbaine, saisies sous l’aspect des écritures, des mobiliers urbains, de la ville numérique. Il concerne aussi les designers, architectes et graphistes intéressés par une mise au jour comparative de méthodes de représentation des objets et bâtiments à venir.
    http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/986/

    Adresse(s) électronique(s) de contact : sophie.pene(at)ensci.com, ecriture(at)ehess.fr

    SophiePène

    Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

    More Posts

    Séminaire Arts, innovation et industrie

    SEMINAIRE ART INNOVATION INDUSTRIE
    Programme 2011-2012

    Jeudi 3 novembre à la Galerie Kréo 18h00
    Martin Szekely présentera sa dernière création, Units, exposée à la
    Galerie Kréo.
    Nous remercions vivement Clémence et Didier Krzentowski qui nous y
    accueilleront.
    Adresse : 31, rue Dauphine 75006 Paris
    Il est indispensable d’avoir visité l’exposition « Ne plus dessiner » de
    Martin Szekely qui vient d’ouvrir au Centre Pompidou.
    Inscription obligatoire auprès d’Odile Nouvel :
    odile.nouvel at lesartsdecoratifs.fr

    Jeudi 1er décembre 18h00 aux Arts Décoratifs 18h00
    Sophie Pene, directrice de la recherche à l’ENSCI, anime la séance sur le
    thème des « Smart Textiles » avec Noémie Lesartre, ingénieure Matériaux
    ENSCI, Maurin Donneaud, designer et artiste, Christina Towle, chorégraphe et
    danseuse, Lorraine Bergeret, post-doc à l’ENSCI et Clotilde Félix,
    professeur à l’Ecole Camondo et doctorante sur les textiles intelligents à
    l’université de Lille.
    Contact : Sophie.pene at ensci.com

    Jeudi 5 janvier aux Arts Décoratifs 18h00
    Glenn Adamson, Head of Graduate Studies, Research Department, Victoria and
    Albert Museum interviendra sur le theme « The Invention of Craft ».
    Contact: Philippe Sénéchal

    Jeudi 2 février aux Arts Décoratifs 18h00
    Caroline Arscott, Head of Research, Professor of Nineteen-Century Art, the
    Courtault Institute of Art a accepté de venir et précisera ultérieurement
    l’axe de son intervention.
    Contact: Philippe Sénéchal

    Jeudi 1er mars aux Arts Décoratifs 18h00
    Laurent Pfister, professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas,
    interviendra sur « L’Histoire du droit d’auteur.
    Contact : Odile Nouvel

    Jeudi 3 mai aux Arts Décoratifs 18h00
    Tristan Weddigen, professeur à l’université de Zurich, responsable du
    projet interdisciplinaire « An Iconology of the Textile and Architecture »,
    abordera les interactions qui lient les arts textiles à l’architecture et au
    design. Titre à préciser.
    Contact : Philippe Sénéchal

    SophiePène

    Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

    More Posts