How Can Design Research serve Industry? Appel à communication

DPPI 11 – Designing Pleasurable Products and Interfaces
How Can Design Research serve Industry?
Design visions, tools and knowledge for industry

Important dates:
15th September 2010 – Call opens
30th January 2011 – Call closes
22nd June 2011- Conference starts
25th June 2011 – Conference ends
> CALL – In these days a mantra for companies and institutions seems to be, almost mandatorily, the need to become design-oriented, in order to increase their capability to build value, generate innovation and increase market shares as well as profits. This mantra, more often than not, comes with another one: design innovation is putting the user at the center of the project. Research on pleasurable products and interfaces is playing an important role in this debate elaborating and formalizing new knowledge on people (end users, value co-producers, etc.) and their needs, expectations, beliefs, values, desires; and suggesting the possibility to exploit user centered design in sectors and markets that are not commonly thought as being inherent its field of research. This has produced a significant amount of knowledge, mainly through vast experimentation, whereas less has been said on how to integrate this knowledge in industry. Apparently there is a disconnection between research on user centered design and pleasurability, and design practices inside industry, especially in SMEs contexts. Given these premises, it would be very interesting to investigate how this research can be integrated into industry, and to discuss it in relation to other approaches to design innovation.
> TRACKS – Participants are encouraged to submit proposals that focus on (1).Innovative ways to explore, (2). Industries engaging users in design, (3).Modes and aesthetics of interaction, (4).Design culture and thinking in industry, (5).Organizing design in industry, (6).Service Design and interactions.

> DOCTORAL CONSORTIUM – Invites participants to work through aesthetic issues in their on-going doctoral work. Participants are expected to write a short position paper about their research, and prepare a 15-minute presentation, focusing on explaining their research, how aesthetics figures in their thinking and how they plan to work with aesthetics.
> For further information please visit: http://www.dppi11.polimi.it
> Contact Details
> Local Committee DPPI 11
> INDACO Department – Politecnico di Milano
> EMAIL : dppi11@polimi.it
>

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Anthropologie du numérique – Association française des anthropologues

Atelier consacré à l’anthropologie du numérique
Jeudi 18 novembre 2010
Programme
9h30 : Accueil des participants.

9 h45 -10h00 : Ouverture
Nils Aziosmanoff, président du Cube

10h00-10h30 : Introduction à la journée
Sophie Accolas, AFA, AME
Nadine Wanono-Gauthier, CEMAF-CNRS-ParisI, AFA

10h30 -11h15 : L’éclatement de l’article. A nouveaux formats d’écriture, nouveaux usages des résultats de recherche.
Des propositions de « Data Visualization » représentant des informations complexes et dynamiques se développent rapidement. Les applications Web concernent des domaines divers, du marketing aux études de controverse en passant par les observatoires d’activité et l’interprétation des open data. Elles concernent tout le champ de l’organisation de données, de la cognition, des réseaux, des grands graphes. Pourtant, malgré un caractère interdisciplinaire, si l’on regarde les différents acteurs qui s’intéressent à ces représentations, on constate que la recherche n’a guère été affectée encore par ces représentations de l’information.
La transformation par ces outils graphiques des pratiques ordinaires de recherche, l’enquête, la rédaction, la discussion de résultats sera exposée. Ce qui amène à considérer dans l’histoire de l’écriture scientifique maintes tentatives de représenter des dynamiques de recherche et non seulement des résultats. On peut enfin se demander de quels outils d’organisation de données les chercheurs sont preneurs pour leur veille et leur gestion de données.
Sophie Pène, Directrice de la Recherche à l’ENSCI, Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle. Chargée de développer les recherches design et sciences humaines.

11h15-12h00 : « Numérisation des données et publication en ligne »
« Les usages croissants des technologies numériques dans les sciences humaines et sociales, dans le sillage des digital humanities, font naître des questions nouvelles. Si certaines recherches portent sur les profonds renouvellements épistémologiques que cette évolution entraîne (instrumentation sur les corpus numérisés, recherches sur les corpus nativement numériques, nouvelles écritures scientifiques), la question reste globalement posée de l’inscription de ces nouvelles possibilités au sein d’une tradition de recherche et de publication établie antérieurement au numérique. Entre l’invention de formes de recherche complètement nouvelles mais peu identifiables au sein de la tradition académique et la reproduction pure et simple de pratiques héritées de l’imprimé, existe-t-il un espace pour une innovation des pratiques de recherche et de publication ordinaires, c’est-à-dire appropriables par l’ensemble de la communauté académique ? La question est posée concrètement sur deux points précis : la numérisation des sources ou données de la recherche, et la publication des résultats de la recherche. Elle se pose avec encore plus d’acuité sur l’articulation entre ces deux points, et surtout sur la manière dont les sources numériques de la recherche sont appelées, ou non, directement ou indirectement, selon des modalités variables et finalement peu discutées, au sein des publications, elles aussi numériques. C’est donc le problème de l’administration de la preuve scientifique dans ce nouveau contexte qui est posé, dont la résolution repose sur de nombreux paramètres : pérennité, citabilité, accès, ouverture des données en premier lieu. »
Pierre Mounier, directeur adjoint du Cléo, anime avec Marin Dacos un séminaire à l’EHESS sur les Digital Humanities.

Déjeuner

14h00-14h45 : Chaos ,Cybercultures ,Cybersubjectivités : Quels sont ces passages plus ou moins chaotiques qui ont marqué et travaillé les communications et les socialisations humaines de ces 50 dernières années ? Passages de réalités locales globales analogiques et plutôt linéaires à des réalités/antiréalités globales locales numérisées, délinéarisées, interactivables, navigables ? Comment ces mouvements de vies et de pensées sont-ils encadrés théoriquement ?
Christian Bourdin, veilleur multimédia à la prospective du CSA, et intervenant sur la cybersubjectivité à l’Université européenne de la recherche.

14h45-15h30 : Se jouer des situations : ethnographie, virtualité et mondes procurés
Quelles peuvent être les modalités d’une ethnographie des univers numériques ? Ressortent-elles d’une forme de voyage immobile effaçant la présence de l’observateur-usager au profit de flux de connectivités dématérialisés et intangibles ? Comme l’indiquait Christine Hine, il y a plus d’une dizaine d’années dans son ouvrage « Virtual Ethnography », envisager l’exploration d’un monde virtuel nécessite une reprise critique de la dialectique mettant en jeu « virtualité » d’une part et « réalité » de l’autre. Comprise dans ces termes, une ethnographie virtuelle, du virtuel s’effectue par, dans et au travers du dispositif technique. Le virtuel pourrait donc être appréhendé comme une forme de présence de mondes entremêlés, médiés par la machine et expériencés par l’utilisateur. Nous appuyant sur une recherche en cours interrogeant l’usage des Nouvelles Technologies et plus particulièrement des jeux-vidéo en ligne par des personnes en situation de handicap physique, nous reviendrons sur les enjeux et conséquences de ce questionnement.
Axel Guïoux, Maître de Conférences en Anthropologie, Université Lyon 2, CREA
Evelyne Lasserre, Maître de Conférences en Anthropologie, Université Lyon 1, S2SH

15h30-16h30 : Discussion générale

16h30 : Conclusion
Bernard Stiegler, directeur de l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Georges Pompidou, professeur associé à l’Université de Londres (Goldsmiths College) et à l’Université de Technologie de Compiègne. Fondateur de l’association Ars Industrialis

Pot de clôture

18h00 : Assemblée générale de l’Association française des anthropologues

Lieu : Le Cube, centre de création numérique
20 cours Saint-Vincent
92130 Issy Les Moulineaux
http://www.lecube.com/

Le TRAM T2 vous dépose au pied du Cube !
Depuis le métro 12 “Porte de Versailles” ou 1 “La Défense”, prenez le T2 et descendez à la station “Les Moulineaux”. Le Cube se trouve dans la rue en face de la sortie 2.
– RER C : Station “Issy” – sortie « Allée des Carrières », puis à gauche dans l’avenue de Verdun jusqu’au Cours Saint-Vincent

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

« Les écritures urbaines à venir : Projets, Perspectives et Prospective critiques »

Séminaire EHESS-ENSCI
Béatrice Fraenkel et Sophie Pène

Un séminaire bi-mensuel « Prospective des écritures urbaines » se tient cette année à l’EHESS. Lieu de collaboration entre l’équipe « anthropologie de l’écriture » (IIAC-UMR CNRS-EHESS) et l’ENSCI, ce séminaire est co-animé par B. Fraenkel (EHESS) et S. Pène (ENSCI).
Il s’agit de provoquer un échange entre le design et l’anthropologie en donnant une fonction majeure aux créations et aux analyses des designers. De nombreux intervenants, responsables associatifs et politiques, prospectivistes, professionnels de l’architecture et de l’urbanisme, seront invités à contribuer à une réflexion exploratoire sur le statut, le sens et le rôle possibles d’écritures urbaines à venir.
Ces travaux seront l’occasion d’un questionnement parallèle et réflexif sur le tour prospectiviste des sciences sociales.
Ce séminaire s’inscrit dans un programme international portant sur le façonnage des milieux urbains par l’écriture soutenu par la Mairie de Paris (Projet « les écritures urbaines de Paris 2030 » en collaboration avec l‘École Estienne).

1. Paris 2030 – Prospective des écriture urbaines

Nous sommes face à un paradoxe : l’espace urbain n’a jamais été aussi disputé qu’aujourd’hui, mais les débats ont pris un tour sensoriel, écologique et politique où s’affrontent des conceptions opposées de l’espace public. Les uns luttant contre l’appropriation abusive du paysage urbain, les autres revendiquant leur droit de citoyen à s’exprimer dans ce même espace. À une ville nettoyée, exerçant un strict contrôle graphique sur sa voierie, s’oppose une ville chamarrée, exhibant les oeuvres éphémères de tout un chacun. Deux utopies s’affrontent mais aussi deux droits, le droit de l’environnement et le droit de la personne.
On peut comprendre ces nouvelles tensions comme le réveil d’une conscience citadine cherchant à redéfinir un être ensemble dans l’espace urbain qui devrait articuler de nouvelles formes de lisibilité à de nouvelles formes de présence dans la ville.
En effet, si l’on se projette dans le Paris de 2030, le développement d’Internet, souvent qualifié de nouvel espace public, et plus largement d’équipements numériques légers destinés aux personnes, devraient aboutir au déplacement de nombreuses fonctions, actuellement assumées par affichage dans la ville, vers le cyberespace (en matière de signalétique, d’informations, de propagande, de publicité notamment mais aussi de commémoration et de protestation). On peut donc faire le pari que l’espace urbain de 2030 sera un espace libéré d’un certain nombre de contraintes mais aussi soumis à la pression d’un grand nombre d’usagers prenant leurs distances avec le numérique comme avec les charmes nostalgiques d’un Paris à l’ancienne alors disparu.
Ce sont les écritures de ce Paris de 2030 que nous souhaitons imaginer en déployant plusieurs stratégies de recherche.

Trois ensembles de questions organisent la recherche
1. Quels espaces pour les écritures de Paris 2030 ?
Comment se présenteront les supports d’écriture, quels nouveaux dispositifs d’exposition des écritures pouvons-nous imaginer (quelles seront les colonnes Morris d’alors), quelles nouvelles ressources d’inscription nous proposeront les façades de 2030 ?
2. Quelles temporalités pour les écritures de Paris 2030 ?
Quel sera le statut des inscriptions patrimoniales, gravées dans la pierre, et les nouvelles formes d’écritures monumentales ? Comment gèrerons-nous les écritures éphémères ou intermittentes (défilantes , lumineuses) ? Peut-on imaginer des événements d’écriture (type fête des écritures urbaines) ?
3. Quels acteurs, enfin, pour ce Paris futur ?
Quels lecteurs, regardeurs et scripteurs peupleront nos villes ? Peut-on anticiper les conséquences d’une culture graphique partagée par le grand nombre (conséquence prévisible de l’usage des logiciels de traitement de textes) : assisterons-nous à des concours d’écritures urbaines (de types concours d’enseignes), à des inventaires systématiques du patrimoine scriptural ? Quelles seront les relations entre les diverses cultures graphiques de la ville de Paris marquée par le plurilinguisme et le plurigraphisme ?

Ces thèmes abordés dans les séances du séminaire sont évidemment propices à des recherches en design, et à une réflexion sur les relations entre le design et l’anthropologie, la prospective et la description du présent.

2. Les acquis des études 2005-2010

Depuis 2005 l’équipe « Anthropologie de l’écriture » a mené plusieurs opérations de recherche portant sur les écrits dans l’environnement urbain. Deux enquêtes ont été menées dans le cadre d’une ANR (2005-2009) :
– Une enquête collective internationale (Paris, Lyon, Pékin, Lisbonne, Orgosolo, Gölö) incluant des chercheurs, des typographes, graphistes, militants politiques, graffeurs sur le thème des « ambiances graphiques »
– Une approche comparée (Montréal, Mopti, Santiago de Chili, Pékin, Sao Paulo) sur la gouvernance de l’écriture urbaine, au plan local (gestion des écrits urbains par les municipalités de capitales et de petites villes de divers continents, frontière entre écrits licites et illicites, propre à chaque société et histoire juridique et politique, émergence d’une gouvernance urbaine mondiale). La publication des ces travaux est en cours.

Par ailleurs, un séminaire doctoral animé par B. Fraenkel à l‘EHESS a engagé une recherche portant le statut des écritures urbaines dans les théories de l’architecture et de l’urbanisme ( (Choay, 1996) du Re aedificandi d’Alberti (1485) à la Théorie générale de l’urbanisation de Cerda (1867) et les textes instaurateurs du XIXe-XXe.

3. Public attendu : les masters et doctorants de EHESS-ENSCI, les élèves de phase diplôme, les designers, typographes, graphistes et les chercheurs en sciences sociales et en design.

Le séminaire : à chaque séance un invité présente des recherches et des réalisations issues de domaines divers (design, urbanisme, performance, architecture), dans une perspective liant écriture urbaine et transformation des espaces publics.

Les séances ont lieu à l’EHESS, 105 Boulevard Raspail 75006 Paris en salle 1. Tous les 1er, 3e et 5e mardi du mois.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts