POST-DIPLÔME DESIGN & RECHERCHE École Supérieure d’Art et Design de Saint-Étienne (ESADSE)

Session de septembre

Lieu d’expérimentation et d’élaboration de projets fondé sur une vision large et diversifiée du design, le Post-diplôme Design & Recherche de l’ESADSE fonctionne à la fois comme un laboratoire de création et un incubateur de projets. Quel que soit le champ du design dans lequel elle se développe (design d’objet, de produit ou de service, design graphique, numérique ou sonore), la recherche y est comprise comme un outil d’action, de déformation, et de transformation du monde réel ; et le designer considéré comme un vecteur de questionnement de nos modes de vie et de notre relation aux objets, aux signes et aux environnements contemporains – à la fois révélateur des mutations d’aujourd’hui et acteur de ces évolutions.
Les étudiants-chercheurs sont conduits à développer un projet de recherche jusqu’à un niveau de formalisation leur permettant d’en assurer la production, la diffusion et la communication dans les meilleures conditions, ainsi qu’à participer à l’élaboration et à la mise en forme de la revue Azimuts.
Pouvant à elle seule faire l’objet d’un projet de recherche, la revue Azimuts constitue à la fois un terrain d’élaboration d’une revue, un lieu de réflexion, de recherche et un support de communication pour les projets. La construction de la revue s’inscrit dans un cahier des charges lui permettant de se construire dans la durée. Le nom de la revue suggère une approche large et diversifiée du design. Elle s’intéresse non seulement à tous les champs du design sous ses aspects historiques et théoriques mais aussi à toutes les étapes du processus design : recherche et conception, production, diffusion. Son objectif n’est pas de commenter l’actualité mais de révéler les enjeux essentiels du design et d’ouvrir le débat. Bi-annuelle, tirée à 2.000 exemplaires et internationalement diffusée, elle occupe une place unique dans le paysage des revues de design actuelles.
Le post-diplôme accueille chaque année une dizaine d’étudiants-chercheurs, titulaires d’un DNSEP ou d’un diplôme de master 2, designers professionnels ou doctorants, qui bénéficient pendant un an d’un encadrement de haut niveau, d’une salle de travail dédiée, d’une bourse de recherche et, pour cinq d’entre eux, d’une résidence. Ils ont également accès à toutes les ressources, tant humaines que matérielles, de l’école. La valorisation et la diffusion des projets est assurée par la revue Azimuts et par diverses opérations élaborées en fonction de la spécificité des projets. D’une durée d’un an, le Post-Diplôme Design et Recherche constitue un cycle d’excellence ouvert aux diplômés et aux jeunes designers et chercheurs tant nationaux qu’internationaux, issus de tous les champs du design et de la recherche en/sur le design.
www..esadse.fr/postdiplome/

Modalités de candidature
Les candidats doivent :
– être titulaire du D.N.S.E.P (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique)
– ou diplôme Bac +5 équivalent de la CEE
– ou pouvoir justifier d’une expérience professionnelle dans le domaine du design
La sélection des candidats se détermine en fonction du parcours, de la motivation et de la pertinence de la recherche proposée.
Les candidats doivent adresser début avant le vendredi 10 septembre 2010 à l’ESADSE un dossier comportant les pièces suivantes :
– Photocopies des diplômes ;
– Curriculum Vitae mentionnant les cursus d’enseignement supérieur et les activités éventuelles en relation avec le secteur professionnel ;
– Un dossier de travaux personnels (photos, dessins, maquettes, textes, publications…) ;
– Une lettre de motivation détaillée ;
– Une note d’intention de projet exposant le thème de la recherche.

Le recrutement se fait sur le plan international après examen du dossier de candidature en commission d’admissibilité, puis en entretien avec le candidat en commission d’admission. Les différentes commissions se tiennent à l’Ecole Supérieure d’Art et Design de Saint-Etienne.
Pour les étudiants étrangers, une connaissance du français est indispensable et la maîtrise de l’anglais est souhaitée.

Calendrier
Réception des dossiers de candidature avant le vendredi 10 septembre 2010.
Passage devant la commission d’admission le jeudi 23 septembre 2010.
Rentrée en octobre 2010.

Contacts
Justine Duchateau
Relations extérieures et suivi post-diplôme
04 77 47 88 05
justine.duchateau@esadse.fr
www.esadse.fr/postdiplome

Ecole supérieure d’art et design
3, rue Javelin Pagnon
42048 – Saint-Etienne cedex 1

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

RaDart, Art et technologie, un format pour explorer l’esthétique

Silicon Sentier continue à expérimenter des façons créatives de coopérer. Transposant à différents domaines un coworking né dans les start up , elle s’exerce à rapprocher des intuitions, des techniques, des expériences utilisateurs. RaDart est une variation inspirée du Carrefour des Possibles – présenter en quelques minutes un projet mêlant TIC et usages sociaux- qui approfondit le travail réaliste sur le projet même.
Que le porteur du projet soit un artiste ou un technicien , ou les 2 – car les TIC renouent le lien perdu dans l’industrialisation de la fin du XIXe entre artistes et ingénieurs, un bref exposé met en relief l’idée et la recherche en cours. Sur le vif, les propositions sont formulées. C’est une exploration in vivo, qui montre à l’oeuvre une dynamique créative collective, fondée sur l’entraide et le désir d’aller jusqu’au bout. Elan que l’autre retrouve aussi sur les plateformes de recherche compétitives comme InnoCentive ou Hypios.

Mais RaDart a l’originalité de proposer des combinaisons audacieuses entre technologie et art qui ont aussi une visée esthétique : interroger la perception, l’émotion, le jugement, au travers des forme techno-sensibles que les artistes ingénieurs proposent.
Une sorte de prototypage à partir desquels les designers peuvent explorer des démarches et des intuitions d’usages plus industriels. Cet articulation est aussi un angle de la recherche en design, sur son versant épistémologique.

Quelques projets, dans la livraison du 23 septembre, qui devraient intéresser les designers :
Fenêtres augmentées, Thierry Fournier
A la fois dispositif interactif d’exploration du paysage et support d’exposition, le projet « Fenêtres augmentées » propose, à travers une fenêtre physique, plusieurs niveaux d’interprétation d’un même point de vue. Questionnant l’objectivité présumée de la réalité augmentée, le projet interroge la vision qu’une communauté élabore sur un espace qu’elle regarde et donne à voir. Dans la perspective de la présentation d’un prototype à Futur en Seine 2011, Thierry Fournier présentera le projet, son équipe et ses recherches en matière d’expertises et de technologies.

T, Pascal Bauer

« T » est un tapis constitué de leds formant un écran vidéo. Recouvert d’un élastomère et occasionnellement d’une pilosité conduisant la lumière, il place le corps en contact avec l’image, en contact avec le pixel. Muni de capteurs, il reconnaît la présence de ces corps. Ainsi on peut piloter les images diffusées sur le tapis, de façon interactive à cette présence.
On obtient alors une nouvelle forme d’interface qui au lieu d’être à l’échelle de la main, est à celle du corps, voir de l’architecture.


Tableaux interactifs, Nicolas Clauss

Chaque tableau de Nicolas Clauss constitue pour le spectateur une expérience sensorielle fondée sur un processus d’interactivité. Préalablement structurés par un code, images, sons, formes et couleurs sont directement animés au gré des déplacements du curseur du spectateur, dont l’intervention dans le processus de création se révèle quelque peu ambiguë. Car s’il n’est pas le créateur de l’œuvre proprement dit, il en devient du moins, par l’intermédiaire de la machine, l’opérateur, donc quelque part, le co-créateur. Le rapport du « spectateur » à l’œuvre d’art « traditionnelle » est ici bouleversé. L’œuvre ne se donne pas à voir sous une apparence finie et immuable mais sous une infinité de manifestations visuelles possibles dont chaque actualisation est unique.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Séminaire Villes et Territoires réversibles Cerisy, 20-27 septembre 2010

Villes réversibles
la ville
Le développement urbain est emblématique d’une idée de progrès. Entamant les ressources d’espace, d’énergie, concentrant les intelligences, les cultures, les industries, rassemblant la production et la consommation, la ville est un usage du monde qui domine. Revisiter l’idée du progrès, tout en maintenant la ville comme un fait de modernité et de développement introduit l’idée de réversibilité.
C’est le thème choisi pour le colloque de fin septembre à Cerisy, Villes 2010.
Il intéresse l’ENSCI à plus d’un titre. Le thème de l’Urban Thinking est inscrit dans ses thématiques de recherche en particulier dans le partenariat avec NUS (Singapour). Un séminaire EHESS ENSCI « Prospective des écritures urbaines, Paris 2030 » commence cette année.

Ville inachevable

« L’injonction au développement durable elle-même porte en germe une nouvelle utopie de la ville et du territoire réversible: comment agir de façon équitable sans avoir pour horizon la ville sans cesse inachevée afin de pas obérer les capacités des générations futures à conduire leur propre développement?
La ville réversible au sein de territoires et de réseaux qui le seraient tout autant, les uns comme les autres par leurs acteurs, leurs systèmes d’action, leurs mondes techniques, leurs univers de production matérielle et idéelle? De quoi peut-il bien s’agir? D’où une seconde hypothèse: la réversibilité qualifie, dans les sociétés développées, la relation que l’on construit avec le futur de la même manière que le
patrimoine est devenu le filtre hégémonique de notre relation avec le passé.

Plasticité, créativité distribuée
La réversibilité n’est-elle pas un concept bien adapté au design ? Avec tout ce qu’il porte de plasticité, d’intelligence distribuée, de créativité au long cours ?
François Hartog qualifie de présentiste notre société, qui a du passé une vue mémorielle et patrimoniale et pas de vision du futur.

Prospective du présent
La réversibilité réintroduit l’histoire, l’histoire de la nature, des techniques, des modes de vie, et nous rapproche ainsi d’une disposition à aborder un futur, présent dans le présent. Assez proche de la « prospective du présent », développée par Edith Heurgon.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts