Le Lab « Regards augmentés » au Musée des Arts décoratifs

Dans le cadre de l’action « Services Culturels Innovants », initiée par le ministère de la Culture et de la Communication, L’ENSCI – Les Ateliers, le Musée des Arts Décoratifs, le CREDE Paris 1 Panthéon Sorbonne, Paris Ouest et l’Institut Télécom ont entrepris un programme, Regards Augmentés, qui consiste à présenter des oeuvres en usant des possibilités apportées par le jeu croisé d’un accueil singulier des publics et d’un dispositif de documentation enrichie.
L’ENSCI – Les Ateliers (équipe Paris Design Lab) prend en charge un « Lab », décrit ci-dessous.

Sites à visiter :
Forbidden Touch and New Media in Museums, Codesign Lab, Institut Télécom, conduisant vers le site pédagogique de l’Institut Télécom . Cours CULT (Création Multimédia, consacré cette année au « toucher interdit ») d’Annie Gentès, et donc le contenu et les réalisations accompagnent la réflexion « Regards Augmentés ».
le blog Lezard
– Les collections, en particulier la collection de verre qui est le premier objet abordé

Prototype d’exposition augmentée
Comment tirer profit des médiations numériques pour offrir au visiteur des Arts Décoratifs un regard inédit, un regard augmenté, sur les œuvres ? Comment exploiter les richesses documentaires disponibles pour créer un contexte d’apprentissage sans didactisme ? Comment ouvrir un espace d’expérimentation, qui ne répète pas des usages déjà normés et décevants (du Web, des technologies de l’information et de la communication)?

Pour penser au mieux les possibilités ouvertes par les technologies de l’information et de la communication au musée, l’Ensci – Les Ateliers propose d’installer dans le musée des Arts Décoratifs un lab de recherche et de conception au sein duquel, avec la participation des visiteurs, une équipe de designers et de chercheurs va élaborer le prototype d’une architecture documentaire innovante mise en scène à travers un dispositif spatial.

Le Lab est une réalisation qui s’inscrit dans le projet « Regards augmentés » porté par le Musée des Arts Décoratifs et l’Ensci, et auquel participent Paris 1 Panthéon Sorbonne, Paris Ouest et l’Institut Télécom. Le projet « Regards Augmentés » s’est construit sur le postulat que la galerie virtuelle n’est pas un simple affichage supplémentaire de la collection, un substitut ou un complément, mais que cette galerie aide le musée à jouer pleinement son rôle en s’orientant vers une transformation des publics contemporains et en leur donnant des moyens étendus de regarder les œuvres.

Le Lab, un entre -deux, l’exposition en train de se faire, au vu des publics, des acteurs du musée, des chercheurs

Le Lab, pensé comme lieu de recherche, de conception et de médiation, va s’installer dans une salle du musée à proximité des espaces d’exposition. Espace tangible et modulaire au sein des Arts Décoratifs, il sera une vitrine sur le projet « Regards augmentés » en train de se faire. Son équipe va s’attacher à produire un dispositif informationnel qui recontextualise les œuvres de façon à provoquer chez le visiteur tant le désir de savoir que la capacité à formuler son émotion esthétique. Ce dernier sera invité à faire un détour hors du parcours de visite pour participer au lab.

Le cabinet des Fables de l'Hôtel Dangé
La boiserie fut réalisée pour l’ancien hôtel de Villemaré, 9 place Vendôme, lors des réaménagements commandés par le fermier général François-Balthazar Dangé, qui en avait fait l’acquisition en 1750

Le Lab se déroulera de mai à décembre 2010. Le projet comprend une phase de recherche et d’édition, une phase de conception plastique du dispositif et une phase de test auprès du public. Elles se superposent en partie dans le temps et se nourrissent les unes les autres.

Le Vase Hippocampes
L’équipe du Lab va dans un premier temps se concentrer sur le Vase Hippocampes d’Emile Gallé. Le dispositif conçu autour de cette œuvre sera transposable à d’autres œuvres sélectionnées par les conservateur, dont le Cabinet aux Fables et le Surtout Napoléon III. Cette période de prototypage correspond à ce qu’on peut appeler le Lab 1. Elle se déroulera de mai à fin juillet 2010. Les temps forts du Lab 1 sont le 20 mai 2010 (compte-rendu de l’état du Lab 1 aux autres partenaires du projet ; invitation à contribuer), le 26 mai 2010 (début de la mise en forme plastique), le 17 juin 2010 (présentation de l’état du Lab 1 aux autres partenaires du projet et éventuelle réorientation) et le 8 juillet 2010 (organisation de la phase « été »).

Vase Hippocampes dédié à Joseph Reinach

A partir des ressources documentaires existantes vont être extraits des segments d’information manipulables et définies des pistes de recherche non explorées encore. Le lab est à l’affut d’informations qui donnent à voir le Vase Hippocampes sous un jour nouveau, dans toute sa beauté et sa singularité. Pourront être inclus dans le dispositif informationnel, outre des informations sur l’œuvre, des éléments qui ouvrent des dimensions poétique, sensorielle, technique, scientifique ou anecdotique : occurrences du motif de l’hippocampe dans des œuvres plastiques, littéraires et cinématographiques, matériologie, exploration sonore et tactile, fictions, points de vue de scientifiques sur l’hippocampe, chorégraphies, cartographies, scénographies …

en 1871, lors de la Commune, le surtout  brûla dans l’incendie du palais des Tuileries. Henri Bouilhet, vice-président de la manufacture Christofle, le sauva des cendres et le donna au musée des Arts décoratifs.
Pièce centrale du surtout de cent couverts, la France distribuant des couronnes de gloire

Dans un deuxième temps, l’ensemble du matériel de recherche rassemblé sera organisé en un réseau arborescent autour du vase aux hippocampes. Devront être définis des cercles d’informations qui sont autant de « mondes » et d’ « horizons » qui traversent le Vase hippocampes. Cet ensemble d’informations sera traduit dans un dispositif physique dont la forme reste à définir. Parcours dans l’espace, cubes manipulables, vitrines, tiroirs…l’essentiel est de mettre le visiteur en posture active et que lui-même produise et manipule l’information et organise son ressenti. Le Lab n’hésitera pas à proposer d’intégrer le Vase Hippocampes dans des scénarios inattendus afin de provoquer le visiteur. On peut imaginer que celui-ci soit virtuellement en mesure de le casser, de le reconstituer, de l’acheter ou de le dupliquer.

Le rôle créateur des visiteurs

Si le Lab investit l’espace du musée, c’est pour être en mesure d’impliquer le visiteur dans sa démarche. C’est un aspect essentiel de son fonctionnement. Le visiteur devra composer son propre agencement en agrégeant des données et en créant un récit qui justifie sa collection de données. Le Lab donnera ainsi accès aux attentes du public tout en incluant ses productions, avec celles des chercheurs, dans les ressources pédagogiques du musée.

Unité modulaire low tech, travaillant initialement avec des matériaux modestes comme la ficelle, le carton et le bois, le lab va peu à peu intégrer des ressources technologiques dans sa structure. Il s’appuiera sur le réseau social en ligne du musée et infiltrera son site internet…avant de réfléchir à l’usage de technologies innovantes de type capteurs et reconstitution 3D.

Le dispositif du Lab figure un espace nouveau qui n’est ni le musée ni son pendant web. Il provoque l’échange et réunit « en plateau » des acteurs dont la réflexion est souvent dissociée. Conservateurs, designers, éducateurs, visiteurs contribuent ensemble et en même temps à la constitution du savoir sur l’œuvre. C’est cette conjonction en un même espace-temps de la recherche et de la conception, de l’expert et de l’amateur, du savoir et du ressenti, qui font la spécificité du Lab Regards augmentés.

Dates jalons du projet Regards Augmentés

20 mai 2010 : Présentation de l’état d’avancement du Lab au reste de l’équipe Regards Augmentés
26 mai 2010 : Début de la réalisation de la maquette du dispositif
9 juin 2010 : Premier test avec le public
17 juin 2010 : Présentation de l’état d’avancement du Lab au reste de l’équipe Regards Augmentés
8 juillet 2010 : Fin de la réalisation du premier prototype conçu autour du vase Hippocampes

L’équipe ENSCI Paris Design Lab , du Lab « Regards augmentés » est pour le moment constituée de :
– Tassiana Costa, designer
– Arthur Schmitt, designer
– Camille Pène, doctorante en histoire de l’art contemporain (Paris IV-Sorbonne)

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts