Ethique et politique de la coexistence dans la société de l’information. Eléments pour une écologie sociale.

Séminaire organisé par le groupe de recherche interdisciplinaire « Ethique, Technologies, Organisations, Société » (ETOS) de l’Institut TELECOM en collaboration avec le Centre de recherche Sens, Ethique, Société (CERSES), UMR 8137, CNRS-Université de Paris Descartes
Responsables scientifiques :
Pierre-Antoine Chardel (ETOS-CERSES)
Johanna Etner (CERSES)
Cédric Gossart (ETOS)
Bernard Reber (CERSES)

Présentation du séminaire

La puissance des technologies appelle des formes de responsabilité qui concernent la signification que nous souhaitons attribuer au développement de nos sociétés modernes. De nombreux travaux dans le champ de la philosophie des techniques ou de l’éthique des technologies ont, à cet égard, clairement montré que la responsabilité morale vis-à-vis des innovations technologiques doit être appréhendée comme l’aspect complémentaire de la puissance technicienne, comme sa seule véritable réponse eu égard au souci de penser le monde tel qu’il sera pour les générations à venir. Toutefois, cette réponse n’est pas sans entraîner un certain nombre de questions, en particulier pour des sociétés qui sont confrontées à des risques majeurs sur le plan environnemental et qui sont, en même temps, encore largement soumises à des modes de représentation qui imposent une manière relativement univoque d’être au monde, un mode d’être essentiellement centré sur des logiques de consommation. Ce qui induit un mode d’être dans le temps qui s’avère en tout cas contradictoire avec notre capacité de nous projeter dans un temps long, pour le bien des générations futures.
Lire la suite

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

L’amateur- Juger, participer et consommer

Parution d’un ouvrage collectif aux éditions IFM/Regard :

L’amateur, Juger, participer et consommer

Sous la direction d’Olivier Assouly

Amoureux de certains objets – œuvres d’art, musique, vin, informatique, mode, gastronomie, antiquités –, l’amateur déploie des expériences et des compétences, s’attachant à exercer et perfectionner son jugement comme sa jouissance. La puissance actuelle de la figure de l’amateur – qui désignait au XVIIe siècle un membre de l’Académie de peinture oeuvrant à la promotion des peintres en s’exerçant lui-même à cette pratique – repose notamment sur l’essor des technologies qui facilitent l’accès aux œuvres, tout comme leur production et leur reproduction. Ces médiations, tout particulièrement Internet, sont propices à une transformation de l’équilibre entre les producteurs et les consommateurs, c’est-à-dire à une redéfinition des techniques de suggestion du marketing et à l’autorité des experts. Issu des travaux de plusieurs auteurs, cet ouvrage évalue un nouveau type de production économique et de participation sociale. Impliquant de prendre part – sous des formes variables et hétérogènes – à la production, l’amateur désigne-t-il une espèce sophistiquée de la consommation ou porte-t-il plus radicalement l’émergence d’un modèle inédit ?

Sommaire

Introduction
Olivier Assouly

Pratiques d’amateurs
Du goût au connoisseurship, la grandeur de Rembrandt au XVIIIe siècle
Charlotte Guichard

L’amateur, le consommateur et les métamorphoses du capitalisme
Olivier Assouly

Le consamateur ou l’ami bricoleur
Benoît Heilbrunn

L’émergence d’un marché d’amateur. Le cas du parfum
Anne-Sophie Trebuchet-Breitwiller

À qui se fier quand on choisit son lave-vaisselle ? Capacités et limites des aides à la consommation en matière de véridicité
Philippe Gauthier

Les communautés de goûts sur Internet. Le cas du luxe
Yann Moulier Boutang et Michaël Vicente

L’amateur et le producteur : une proposition de graduation de leur relation
Thierry Maillet

L’amateur du futur
Catherine Perret

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Appel à contributions : « les petites mains de la société de l’information »

Appel à contribution de la Revue d’Anthropologie des Connaissances

Les petites mains de la société de l’information
Dossier coordonné par Jérôme Denis et David Pontille
Ce dossier de la Revue d’Anthropologie des Connaissances vise à prendre le contre-pied d’une conception de la société de l’information exclusivement focalisée sur les réseaux de télécommunications et la soi-disant “dématérialisation” des échanges. Il propose de rompre avec l’effet de transparence que crée l’image d’une société immatérielle, où les informations émergeraient et circuleraient naturellement. L’enjeu est de mettre en lumière l’épaisseur des infrastructures informationnelles au sein desquelles se fabriquent quotidiennement les données, documents et autres dossiers qui peuplent notre monde. Les articles attendus devront insister à la fois sur le travail que cette fabrication implique en coulisses et sur la matérialité des supports de circulation des informations.

Suite sur le site de la revue : http://www.ird.fr/socanco/article178.html

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Déambulation urbaine et services mobiles

Voici le début d’un D-Lab, Design Lab, de l’ENSCI Les Ateliers. Il n’est bien sûr pas question de communiquer en détail sur les attentes de notre partenaire industriel de recherche, notre commanditaire. En revanche l’enjeu pour la recherche des « Ateliers » est de suivre un groupe dans sa conception créative et de faire « grandir le design », comme le propose Jean-Louis Frechin en documentant une élaboration collective d’un point de vue ethnographique.
Le thème global est la convergence entre réseaux sociaux, mobilité et internet des objets.
Notre groupe ENSCI est coordonné par Jean-Louis Frechin. 4 designers constituent l’équipe, Pierre Charrier, Marine Rouit, Flavie Papin, Louis-Eric Maucout. Nous sommes en présence de représentants de plusieurs équipes des Bell Labs. Il y a plusieurs doctorants qui travaillent sur des sujets variés. Deux personnes ont des missions d’observation et de veille sur la créativité technologique.
Jean-Louis Frechin reprend une synthèse d’une étude faite par le premier D-Lab de l’ENSCI il y a quelques mois. Nous sommes installés dans le Creative lab des Bell Labs, un lieu nouveau équipé pour le confort, le débat. Il montre l’importance que les Bell Labs attachent à une réorganisation matérielle pour réunir des conditions favorables à la créativité des ingénieurs.
Les vidéos de représentation d’usages reposent sur une idée de « réseau social » centré sur la personne et son device. La perspective est le croisement d’informations issues du Web (un programme de loisir possible) avec des informations d’espace temps et de personne.
Il s’agit de composer avec ce genre d’agrégat un objet cohérent que l’on peut adresser, proposer, pour organiser une action commune, une information partagée.
Un des participants du premier groupe, Louis-Eric Maucout, reprend place dans ce nouveau thème. Il présente sa proposition de l’année dernière. La mobilité a été pensée comme une élasticité accrue du temps et de l’espace. La référence Twitter a marqué le projet. Cette fois les messages ont été pensés comme des messages publics. Communication géolocalisée dont les traces sont un enrichissement du lieu. Un marquage de « bruit numérique », une ambiance du lieu, reflète la densité des messages. Un signal sensible fait écho à l’expression discursive et crée un stream public, une radio aérienne bruissante qui colorerait la déambulation du promeneur connecté.
Ce n’est pas une conception fondée sur des expressions de besoin ou des scénarios d’usage. Le parti pris est différent. Le groupe a cherché des règles simples de corrélation sensible entre l’activité discursive d’un réseau social et la déambulation urbaine. La réception de certaines catégories de message, un morceau de musique, pourrait être corrélé au passage dans certaines catégories de lieux : un arrêt de bus, une place de mairie. Une certaine plasticité d’échelle est introduite dans le réseau discursif, ouvrant une réflexion sur une gamme d’une sémiotique espace/temps/message, venant ordonner des lieux communs urbains.
Jean-Louis Frechin souligne le lien intrinsèque entre le web des données et le Web des objets. Se dessine une manière de documenter la réalité qui part de l’individu.
On retrouve des remarques de Jean-Louis Frechin : rythmer la ville numérique de balises signifiantes, rôle que jouent dans la ville haussmannienne la fontaine Wallace ou l’accès de métro de Guimard, Avec la sémiotique du son, une grammaire de l’espace, interpénétrant public et privé, se dessine.

Marine esquisse l’idée d’un grand jeu de piste urbain, fondé sur ce genre de méta application, invitant à un nouvel investissement de l’espace commun. On s’éloigne ainsi du réseau fondé sur l’identité. C’est l’espace commun qui vient créer de la relation, et non l’inverse. A un moment où les « commons » reviennent sur le devant du Web, ces réflexions semblent aux participants pleines de perspectives.

« Ce type de design fin sculpte les usages » , une remarque conclusive de Jean-Louis Frechin

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts