Design et sciences – designers et chercheurs – Postures et projets

Le 19 janvier 2010 l’ENSCI Les Ateliers (Paris Design Lab) a réuni différentes personnalités, designers et/ou chercheurs, pour discuter des questions  susceptibles d’orienter sa politique de recherche.
Des sciences de l’information et de la communication, de la sociologie, de l’anthropologie aux sciences des matériaux en passant par les sciences cognitives, les mathématiques, la biologie ou la chimie, le design dialogue avec les discours de la complexité.

Quel besoin de design ont les sciences ? Quel besoin des sciences a le design ?, telle était la trame proposée.
A la suite des différents échanges – et dans l’attente d’un compte rendu – un débat s’est engagé sur ce billet, que vous êtes chaleureusement invités à nourrie.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Assises des SIC 3-5 décembre. Monde en mutation

Monde en mutation, quels enjeux et quelle stratégie pour les SIC. 3-5 décembre 2009, Paris Cité des sciences et de l’industrie.

La réforme destinée à modifier l’architecture de l’enseignement supérieur et de la recherche se met en oeuvre sur la base d’un nouveau cadre juridique défini par un ensemble de décrets et de circulaires ministérielles. Parallèlement, les bouleversements technologiques ont conduit à de nombreux changements touchant à nos pratiques de recherches et d’enseignement ainsi qu’à leurs objets. Nous assistons à la fois à l’apparition de nouveaux champs disciplinaires, de nouvelles règles et à la reconfiguration des espaces. Ces mutations, en dehors des questions qu’elles posent au fonctionnement de l’enseignement et de la recherche en France, interrogent directement la place des Sciences de l’information et de la communication (Sic) dans ce nouveau cadre d’enseignement et de recherche. Au sein des Sciences humaines et sociales, les Sic doivent affirmer leur particularité scientifique. Comment, dans ces conditions, affirmer l’opérationnalité des Sciences de l’information et de la communication, sans l’y réduire ? Comment maintenir l’exigence de formations de qualité adossées à une recherche fondamentale de haut niveau ? En ce sens, une réflexion sur l’articulation entre formation et recherche s’avère tout à fait nécessaire dans notre discipline dont le champ d’intervention s’est considérablement élargi depuis sa naissance. Les choix à opérer aux différents niveaux institutionnel, pédagogique et recherche doivent être lisibles et en phase avec la réalité vécue au quotidien par les enseignants-chercheurs. Le lancement des Assises a eu lieu à Grenoble, en même temps que les doctorales (27-28 mars 2009).

La deuxième phase, tout en traduisant la volonté de construire ensemble un programme cohérent abordera les différents enjeux des Sic, sur la base d’un questionnement comprenant différentes entrées thématiques : Tic et société, la dimension internationale des Sic, les compétences, le fonctionnement des communautés Sic (Règles et normes). En effet, de nombreuses questions nous préoccupent particulièrement. Elles touchent à l’évolution des formations, à l’avenir des Sic, aux relations avec les autres disciplines, aux relations internationales, au fonctionnement de nos institutions et au rôle de la Sfsic. Ces réflexions seront reprises à Dijon, dans le cadre du congrès Sfsic en juin 2010.

Les Assises se dérouleront du 3 au 5 décembre 2009 dans la salle Painlevé, située dans la bibliothèque de la Cité des sciences et de l’industrie, au niveau -2.

Le programme est téléchargeable ici : icon Assises SIC, 3-5/12/09 Paris Cité des Sciences (473.17 kB)

Consultez également les détails pratiques

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Les entretiens du nouveau monde industriel : un objet qui fait débat

L’ENSCI Les Ateliers est co-organisatrice avec l’IRI et Cap Digital des Entretiens du nouveau monde industriel.

« L’émergence des technologies de capteurs et d’actionneurs, qui se concrétisent comme « internet des objets» (internet of things), et qui enchaînent sur l’immense développement des technologies de traçabilité qui sont déjà au cœur du modèle économique d’internet, reconfigure l’agencement du virtuel et du réel tout en rematérialisant l’information. C’est un nouveau « système des objets » qui se forme ainsi.

Tout objet humain est technique, et tout objet technique est inscrit dans un système technique, comme Jean Baudrillard le rappelait dans Le système des objets en citant Gilbert Simondon. L’objet industriel devenu systématiquement communicant, c’est à dire émetteur et récepteur d’informations souvent à l’insu de son propriétaire, constitue un système d’objets tout à fait nouveau qui dominera à n’en pas douter l’organisation industrielle du XXIè siècle, et transformera les espaces quotidiens publics aussi bien que privés dans leurs couches les plus profondes aussi bien qu’à leurs surfaces mêmes. »

La thématique de cette année, les objets communicants et le nouveau système des objets, a réuni  400 personnes environ, dont de nombreux élèves de l’ENSCI et de l’Ecole Boulle  . Un twitter dédié #ENMI09 a  commenté en live la séance. Nicolas Nova, Julian Bleecker, Jean-Louis Frechin, Daniel Kaplan, Massimo Banzi ont traité le sujet selon des points de vue extrêmement différents mais qui dégagent des lignes de force :  le rôle émancipateur de l’objet « désirable », les nouvelles formes d’implication de la subjectivité dans l’usage, dans la conception, dans le désir d’objet,  la transformation des espaces publics et la reconfiguration du politique.

Pour Henri Verdier, les objets communicants ne sont pas simplement une redistribution des interfaces, qui s’échapperaient des écrans vers tout objet du quotidien et de l’espace public. C’est un système économique et en particulier une économie des médias tout à fait nouvelle qui se profile. A la bataille du search – qui succédait à la bataille de la distribution-  marquée par le quasi monopole de Google et  par son extension constante vers des activités connexes à la recherche sémantique, succède une variété d’acteurs : des dizaines de formes de télécommunication, des dizaines de réseaux, des dizaines de manière d’accéder à l’information, rouvrent le jeu.

Pour le moment l’objet communicant est perçu  comme une extension de l’ordinateur, une dispersion des connexions, souvent ludique ou marchande.

Pour le design, de nombreux chantiers s’ouvrent. Comme l’explique Alain Cadix, le design s’inscrit désormais sur cette scène des objets communicants, au point que le « design des objets ordinaires s’inscrit désormais comme un point particulier du design des objets communicants ».

Quelle conséquence pour les formations ? Quelles conséquences pour les programmes de recherche ? Dans les relations entre design et recherche scientifique, l’objet communicant rapproche les domaines des sciences sociales et des sciences des matériaux. Si les pratiques, ou les désirs de pratiques, ou les impossibilités de pratiques, peuvent être formulés ou étudiés par les SIC, c’est du côté des sciences physiques, des sciences des matériaux, des nanosciences, que nous nous tournons aussi pour commencer à balayer un champ conceptuel et méthodologique très élastique.

Pour le designer en formation, ce sont aussi de nouvelles matières qui sont à travailler. Le bois et le métal ne disparaissent pas. Mais la matière digitale, les nanoparticules, l’information sont autant de nouvelles matières à pratiquer. Au cours de sa formation, un élève de l’ENSCI sera en contact avec au moins deux lieux où ces matières nouvelles sont travaillées. Forme inédite d’enseignement, 12 jeunes élèves de l’ENSCI passent un semestre au CEA, travaillant d’une part avec des physiciens du LETI, d’autre part avec des chercheurs en SIC, sociologie et géographie. Le designer Christophe Chedal- Anglay anime cet atelier.  Ce semestre c’est autour de la thématique de l’éclairage urbain et  de la consommation de lumière dans la ville que cette démarche se poursuit (histoire de l’éclairage urbain, référence à la nature, place de la nuit dans nos villes, thématiques de la sécurité mais aussi de l’espace public urbain). Cet enseignement par un atelier de création peut devenir le noyau d’une recherche interdisciplinaire, avec le design au centre d’une nouvelle dynamique pour les sciences sociales, brutalement questionnées par « l’innovation ».

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts