Journée d’étude 5 avril 2012 -ENSCI-Paris Design Lab

« Comment le design dévoile de nouveaux objets pour la recherche « 

Le bilan de deux ans
Depuis 2009 une quarantaine de designers ont participé à des recherches à l’ENSCI. Des contrats avec l’industrie privée, des contrats sur appels à projets publics (ANR, DGCIS, Région, Mairie de Paris) ont permis de poser des questions qui combinaient une recherche par la pratique créative et une recherche analytique, précisant les contextes, évaluant l’état de l’art scientifique, précisant la place du design dans la recherche scientifique.

Des partenaires durables
Ces D-Labs (Design Lab) ont représenté une expérience de décentrement de la pratique. Ils ont aussi constitué une base à partir de laquelle différents partenariats durables se sont dessinés. Nous les avons pour la plupart retrouvés dans le réseau du Labex CAP, Création, Arts et Patrimoine. Ils seront à nouveau nos compagnons lors de nos prochains dépôts de dossiers à l’ANR.

Des interactions de recherche

Les designers chercheurs qui ont expérimenté les D-Labs en ont retiré une certain regard sur leur pratique. Trois doctorants accueillis dans l’équipe Paris Design Lab et inscrits à l’EHESS (IIAC/CNRS – Anthropologie de l’écriture) ont ouvert la voie à des recherches de plus long terme. Nous accueillons également des post-doctorants qui approfondissent par des observations et des études bibliographiques des sujets magistralement traités dans les Ateliers, sous forme de prototype ou maquettes.

Dessiner ensemble la politique de recherche de l’ENSCI-Paris Design Lab

Nous passons maintenant à une seconde phase, que marque notre engagement dans le Labex CAP, avec notre participation très active au réseau Arts, Industrie, Prospective.
Pour s’y préparer et centrer les forces de recherche autour de quelques axes, nous vous invitons à nous rejoindre lors d’une journée d’étude le 5 avril 2012, 9h-18h à l’ENSCI-Les Ateliers. Nous espérons ainsi dégager différentes façons d’expérimenter une pratique de designer-chercheur, mais aussi de poser dans la discussion les thèmes sur lesquels l’ENSCI-Paris Design Lab a l’intention de se positionner prioritairement dans les années à venir. Avec l’analyse de ces expériences, nous allons co-construire des lignes de programme.

Design et dévoilement

Ces recherches en petits groupes ont donné lieu à des expériences frappantes : en travaillant en R&D, dans des FabLabs ou Hackerspaces, dans des hôpitaux, avec des médecins, des ingénieurs, des entrepreneurs, les designers rendent présents des objets que nul n’avait vus. Car le designer dessine et rend visibles des objets de médiation ou de débat. Plus fondamentalement il participe à la matérialisation de « choses » que le regard ne saisit pas : trop petites, trop grosses, trop nouvelles, sans nom, sans forme, cachées dans le cours d’action, variables, expérimentales, instables.

Un design qui performe la recherche
L’hypothèse que cette journée d’étude examine est la suivante : le design (ce qu’il produit) transforme les façons de faire de la recherche, pour d’autres disciplines. Il se constitue en pratique qui redonne souffle à des discours, des méthodes, qui renouvelle les cadres de l’expérience de recherche.

Nous voudrions travailler cette hypothèse par rapport à des milieux familiers du designer (l’Atelier, la fabrique, le musée) ou des milieux où la présence du designer est moins bien définie (l’hôpital, l’école, la ville, le laboratoire, le fablab, le hackerspace)

4 thèmes vous sont proposés, qui devraient permettre de montrer le design à l’oeuvre dans des situations d’expérimentation, de projection prospective, d’agent facilitant des émergences.

1. Collaborations étonnantes, designers, physiciens, cliniciens, mathématiciens,anthropologues
2. Expérimentation de la matière, écriture numérique, objets singuliers
3. Le design de l’existence et du quotidien, prospective du présent
4 . Comment le design écrit – ou pas -l’histoire d’un projet et l’analyse de notions. Rendre compte d’une pratique en dessin et en discours.

Chaque proposition de 3000 signes au plus est à envoyer à Sophie Pène sophie.pene(at) ensci.com avant le 15 mars 2012.
Le programme sera publié le 25 mars.
A l’issue de la journée, certains intervenants se verront proposer l’édition de leur communication. Un livre collectif avec les contributions rédigées de 15 à 20 000 signes sera édité pour décembre 2012.

Comité scientifique : Pierre Damien Huyghe, Claire Brunet, Pierre Giner, Patricia Falguières, Laurent Massaloux, Jean-Louis Fréchin, Sophie Pène

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

La vocation du Labex CAP Création, Arts et Patrimoines

Dans le cadre de sa politique universitaire et des investissements d’avenir liés au Grand
Emprunt, le gouvernement français a lancé en 2010 un appel à projets devant aboutir à la
création de « laboratoires d’excellence » (Labex). Son objectif : soutenir et amplifier le rôle et la visibilité internationale des meilleurs laboratoires de recherche français.
Le jury international a statué sur la candidature de 239 projets de Labex, parmi lesquels 63 ensciences humaines et sociales. Il a retenu 6 projets sur les 11 présentés par le PRES HeSam.

Le projet CAP (Création, Arts et Patrimoines) élaboré sous la coordination de Philippe Dagen,Professeur d’histoire de l’art à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en collaborationavec neuf partenaires du PRES HeSam et six établissements sous tutelle du ministère de la culture fait partie des lauréats.

A la fois observatoire et laboratoire expérimental, le Labex CAP étudiera la création, les arts et le patrimoine et les prendra comme points d’appui pour penser les mutations de la société contemporaine liées à la mondialisation de la vie économique, des communications et des cultures. Il s’agira de mieux comprendre ces mutations qui traversent l’ensemble des activités sociales et de les accompagner.

Émanation du PRES HeSam, le Labex Création, Arts et Patrimoines s’appuiera sur des
compétences scientifiques de premier plan dans les domaines des théories esthétiques et de la philosophie de l’art, du design,de l’histoire de l’art, des études musicales, de la poétique, de l’anthropologie culturelle, de la sociologie de l’art, de l’histoire des techniques, et des techniques de communication. Un point fort du laboratoire CAP réside dans son association avec de grandes institutions patrimoniales extérieures au PRES HeSam et ne relevant pas exclusivement du domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche mais de celui de la culture et de la communication. Ceci offre une ouverture incomparable sur la recherche extra universitaire et fera du laboratoire CAP le lieu d’un décloisonnement de recherches, de compétences et de professions trop longtemps séparées.
Les travaux menés dans le cadre du laboratoire Création, Arts et Patrimoines étudieront la
création comme moteur de toute mutation, qu’elle soit artistique ou non, et comme facteur
d’hybridation des transmissions culturelles.

Il s’agira ce faisant :

– de mener une étude transdisciplinaire de la création et de ses processus, en termes
cognitifs et sociaux;
– de retracer, sur la longue durée, les étapes menant de la création à la
patrimonialisation, et les effets en retour de celle-ci sur la première;
– d’interroger l’histoire de la patrimonialisation et les définitions de la notion de
patrimoine, selon les lieux et les périodes, dans le cadre d’une large réflexion de type
comparatiste;
– de mettre en oeuvre un rapport dynamique entre création, patrimoines, et technologies
de l’information et de la communication (TIC) dans le cadre des transformations de
l’économie mondiale des pratiques culturelles.

Une attention particulière sera portée à l’extension et au transfert de démarches, de pratiques, de méthodes des domaines artistiques sous toutes leurs formes, vers la création et l’innovation en matière scientifique, industrielle et, plus globalement, vers l’ensemble de la société dans un contexte de progrès économique et social.

Le laboratoire Création, Arts et Patrimoines se dotera d’un important volet de formation de niveau master et doctorat. Il ne s’agira pas seulement de renforcer la qualité des formations existantes dans les domaines des musées, des bibliothèques, des industries créatives qui vont bénéficier de l’appui concerté des différentes filières (arts, histoire, esthétique, ingénierie, design, sciences de l’information et de la communication, économie et management), mais aussi de créer des formations nouvelles rendues possibles par la synergie, à ce jour inédite, entre création et patrimoine, art et industrie, recherche fondamentale et recherche appliquée.

Ces formations auront une vocation non seulement nationale mais aussi internationale (et
notamment européenne).

Se proposant comme centre de ressources scientifiques, le laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines mènera une politique de valorisation à destination des décideurs tant privés que publics en interrogeant la façon d’impulser des innovations créatrices d’activité et d’emploi pour les entreprises, les institutions et les organisations au sens large, de nombreux secteurs d’activité se nourrissant aujourd’hui de la création artistique, des sciences sociales ou de la recherche scientifique pour se renouveler et pour innover.

Partenaires du Labex CAP
BnF (Bibliothèque nationale de France), Centre Georges Pompidou, CNAM (Conservatoire
National des Arts et Métiers), EHESS (Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales),
ENSAPLV (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette), ENSAM (Ecole
Nationale Supérieure des Arts et Métiers), EPHE (École pratique des Hautes Études), ESCP
Europe (Ecole supérieure de commerce de Paris Europe), INHA (Institut national d’histoire
de l’art), IRCAM (Institut de recherche et coordination acoustique/musique), Ensci (École
Nationale Supérieure de Création Industrielle), INP (Institut national du patrimoine), MQB
(Musée du Quai Branly), Musée Les Arts décoratifs, Sèvres – Cité de la céramique, Université
Paris 1 Panthéon-Sorbonne

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Séminaire OpenData Design Group

Paris DesignLab (ENSCI- Les ateliers) s’associe à l’Atelier Français pour inaugurer un nouveau programme de recherche-action – ODDG (OpenData Design Group) – sur l’apport du design au « chantier » social, politique, culturel et technique des données libres et ouvertes (Free&OpenData).

ODDG réunit les parties prenantes de l’Open Data culturel pour exprimer le besoin de design que le traitement actuel du sujet révèle. Le design de l’Open Data rendra sensible au grand nombre l’intérêt de ce nouvel objet, mettra en relief les activités et services, lucratifs et non lucratifs qui peuvent en sortir, imaginera les visualisations qui exprimeront leur sens et leur efficacité pour le grand public.

Croisant Recherche, Création et Innovation, ce programme entend contribuer au design d’une politique d’ouverture des jeux de données (construction de nouveaux modèles gouvernance de ces biens communs informationnels, etc.), au design d’une nouvelle relation de service (développement d’une nouvelle dynamique servicielle, etc.) ainsi qu’au design des données elles-mêmes (mise en œuvre de nouvelles solutions de représentation-visualisation de grands ensembles de données hétérogènes et mise au point de nouvelles modalités d’accès/de traitement, d’usage/d’emploi, etc.).

Les institutions et administrations publiques, les entreprises tout autant que les citoyens-usagers, tous sont concernés. Mais comment le leur faire savoir ? Comment accompagner l’invitation à cette créativité collective que signifie le potentiel des Free&OpenData ? Ce programme permettra une sollicitation d’un plus large réseau d’intervenants/d’acteurs (encore absents) pour un plus grand bénéfice commun.

Par le lancement de ce programme, l’ENSCI et l’Atelier Français entendent contribuer à la construction de données lisibles, visibles et utiles et d’en faire une question « publique », amenant ainsi au dévoilement de ses controverses et ambiguïtés.

Qui peut s’associer à l’OpenData Design Group?

Collectivités, institutions culturelles, designers, développeurs,entrepreneurs journalistes et praticiens de la data. Les réunions de l’OpendData Design Group sont ouvertes à tous les acteurs de l’écosystème de l’innovation et des industries culturelles, contactez-nous pour demander à y être associé.

Qui contacter pour en savoir plus?

Paris DesignLab (ENSCI) et l’Atelier Français
Contacter David Bihanic pour Paris DesignLab david.bihanic[a]ensci.com ou l’Atelier Français camille[a]diversites.org

Quand se réunira l’OpenData Design Group?

Les 21 octobre, 25 novembre, 16 décembre à 14h30.

A l’issue de ses travaux, le groupe éditera un programme pour le design de l’open data.
Un séminaire technique se développera en parallèle, jusqu’à doter Paris Design Lab d’un dispositif effectif de conception de services issus de l’open data.
Un workshop en février 2012 produira un premier prototype de services culturels.
Nous espérons pouvoir organiser pour février-juin 2012 le premier atelier de projets Open data design group, avec comme partenaires des musées.
Cette démarche est complémentaire de différents sujets traités avec les Musées : programme Regards augmentés avec le Musée des Arts Décoratifs (et le soutien du programme Emergences, Ville de Paris), recherches créatives pour le musée du Quai Branly, groupe « politiques numériques » des musées, dans le cadre du Labex CAP, ainsi que le séminaire Arts, innovation, industries, toujours dans le cadre du labex CAP.

Liens utiles

– Atelier français, open data, http://www.atelier-francais.org/article/opendata-design-group
– Design et Opendata,http://www.scoop.it/t/design-et-opendata

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Recherche en design – Journée Cumulus le 18 mai. Poster Doctorants et post doctorants

———————————————————————————————
Brought to you by Cumulus Association www.cumulusassociation.org

*********************************************************

Call for Poster Session
Purpose of the present Call is building a visual map (and visual database) of the current design researches (PhD, post-Doctorate, research oriented postgraduate education etc.) in the different design areas developed within schools, universities and institutions related to DRS or members of the Cumulus Association.
It is a first important step towards a real, young, creative active networking among different research teams of different institutions and different countries.
Even though the Poster Session takes place during the 1st International Symposium for Design Education Researchers in Paris organised by DRS, it is not necessary for participants to link the content of the poster to education in Design. Nevertheless it will be useful where relevant to underline how your research is fundamental for the future of education in design, for design education.
This mapping will enable the design community to understand the present “panorama” of the youngest researches in various design fields. A starting point for meshing, entangling or entwining ideas, curiosities, and questionings .
To support design research is one of the main goals of DRS; to facilitate the dialogue is one of the primary activities of Cumulus. An active intensive seminar in form of poster session with the involvement of researchers and experts of different countries, will try to offer a first joint contribution to these two important goals.
The Poster has to be developed following the format provided (see the template on symposium’s website).

Deadline for submitting the posters: 8th of April
Review: 11th-15th of April including selection (max. 25 A3 format posters will be accepted) and/or suggestion The review of posters will be carried out by the Milano Design PhD Board, prof. Luisa Collina, POLIMI on behalf of Cumulus Association, and a member of DRS SIG on Design Pedagogy
Poster Session: 18th of May 9.00-18.00 The activity will be coordinated by Luisa Collina and Alessandro Biamonti, Anne Schoonbrodt (Politecnico di Milano) and it will be organized in the following 3 steps:
Poster preview_Before the start of the Seminar all the accepted posters will be available on the web. All the participants are invited to read the posters before taking part to the two days seminar in order to give feedbacks and comments.
PhD Walking _ Posters would be hanged on the walls, as a kind of colourful landscape or path crossing the different design thematic areas recognisable by colours. All participants will be asked to use post-it in order to add notes, info, suggestions, questions to the participants.
Poster2Poster Review_ Discussions, organized by Thematic Areas. Participants are invited, in Thematic corners, for presenting and discussing Posters Proposals. Thematic corner will be organized according with the spaces. The idea is to assure to each thematic area a “facilitator” of exchange of opinions able to facilitate a sort of “peer to peer” review by the participants.
9.00 – 9.30 poster session kick-off, morning round 16.10 – 17.00 poster session discussion, afternoon round – Plus the posters will be available during the day.
General comment:
The idea is to try to combine an academic mechanism of review with a more open and social mechanism of networking activity and informal discussion.

Contact Anne SCHOONBRODT – rele@polimi.it – +390223997261

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Design sensoriel – sciences et design ou métamorphose du marketing ?

Le design sensoriel, développé dans le laboratoire LPCI des Arts et métiers Paris Tech, a pour objectif de comprendre les mécanismes de perception sensorielle et ses impacts sur l’homme, de définir les moyens d’évaluation de ces perceptions (le toucher, la vue, l’ouïe, l’odorat et le goût)
Il a l’ambition de s’appliquer à la maîtrise de de tous les aspects perçus d’un produit. C’est un centre d’intérêt du pôle de Compétitivité COSMETIC VALLEY. Ce pôle souhaite placer la « démarche sensorielle » au coeur d’une réflexion sur la relation entre un produit et un client. Ces projets intéressent la filière cosmétique, mais ont des applications dans toutes les filières. Un groupe d’ industriels, de laboratoires universitaires, d’organismes d’enseignement supérieur (écoles, universités) et d’experts qualifiés va s’efforcer d’identifier des projets conduisant à valoriser les technologies sensorielles et à mettre en oeuvre des moyens d’appui aux entreprises (matériauthèques, dispositifs de métrologie sensorielle, centres de recherche et de formation). Les Collectivités Territoriales d’Indre et Loire et de la Région Centre, l’Europe (financement FEDER) et l’Université François Rabelais, avec l’appui du Pôle de Compétitivité Cosmetic Valley, soutiennent une démarche de structuration du design sensoriel et des technologies associées. Cela s’inscrit dans une stratégie d’innovation, de marketing et de développement industriel.
C’est certes une ouverture pour la relation entre sciences cognitives et design. Mais l’orientation marketing laisse craindre que les aspects scientifiques passent après une urgence commerciale, rendre les produits plus séduisants, plus adaptables, plus désirables, sous l’irrépressible poussée des nanosciences. Le design sensoriel prendrait alors le relais d’autres manipulations des clients, alors qu’il a toute sa place dans une perspective de conversion écologique et sociale.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Design et politique, un texte simple et beau de Paola Antonelli

http://seedmagazine.com/content/print/on_governing_by_design/
On Governing by Design

Global Reset Series by Paola Antonelli / February 1, 2011

« We have only begun to tap into design’s real potential to serve as a tool for policymaking, governance, and social agendas. When used correctly, it can integrate innovation into people’s lives. »

« Tackling today’s global challenges will require radical thinking, creative solutions, and collaborative action.” This design approach would be: transparent (complex problems require simple, clear, and honest solutions); inspiring (successful solutions will move people by satisfying their needs, giving meaning to their lives, and raising their hopes and expectations); transformational (exceptional problems demand exceptional solutions that may be radical and even disruptive); participatory (effective solutions will be collaborative, inclusive, and developed with the people who will use them); contextual (no solution should be developed or delivered in isolation but should instead recognize the social, physical, and information systems it is part of); and sustainable (every solution needs to be robust, responsible, and designed with regard to its long-term impact on the environment and society). »

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Programme du prochain séminaire Ecritures à venir

Pierre Di Sciullo, le prochain invité du séminaire Ecritures à venir – EHESS ENSCI, Mardi 18 janvier 15h-17h

« Qui ? Résiste », publication expérimentale où il écrit, dessine et s’initie à la typographie. Se basant sur les expériences de lecture développées dans sa publication, il crée des polices de caractères – le Quantange, le Minimum, le Gararond, l’Amanar qui permet aux Touaregs d’accéder pleinement à l’imprimé et à l’écran, le Durmou, le Sonia, le Maximum, etc. Dès 1987 il intervient dans les écoles d’art en France et à l’étranger, en particulier à l’Esad de Strasbourg où il enseigne de 1997 à 2010. En 2010 Il enseigne à la HEAD (haute école d’art et de design) de Genève dans le master espace et communication, à propos du graphisme dans l’espace public. Il a développé depuis une dizaine d’années ses projets dans l’espace urbain avec des scénographes et des architectes. Sculptures typographiques, dessin de façades, signalétique ludiques et sensuelles sont des cristallisations de l’écriture dans l’architecture, dans le musée, dans la ville : le mot Danse au Centre national de la danse à Pantin, le T du tramway de Nice, la façade du musée Champollion à Figeac, les enseignes du Forum des images à Paris, etc. Ses recherches sur l’incarnation de la voix dans l’écriture et sur le poids des slogans ont été présentées au centre d’art de la Ferme du Buisson à Noisiel, pour la biennale Art Grandeur Nature en Seine-Saint-Denis, lors de Nuit Blanche 2007 à Paris, à Chaumont en 2008 et à Lorient en 2009. Ses œuvres prennent place dans l’environnement comme autant d’incitations et d’interpellations à redécouvrir l’acte de lire, l’ambivalence des mots et la poésie urbaine. La composition en céramique de verre de La façade du Serpentin à Pantin lui permet de poursuivre cette recherche à une échelle monumentale.

réalisation en cours

• façade du Serpentin, composition de 30 000 m2 en céramique de verre sur cet ensemble de 550 logements sociaux dans le parc des Courtillières à Pantin

consultation en cours

• générateur d’anagrammes pour le quartier de Recouvrance, accompagnement artistique du tramway de Brest

réalisations récentes

• Signalétique pour la Bibliothèque Nationale de France site Richelieu, accompagnant la première phase des travaux de 5 ans, 2010

• conception du graphisme de l’exposition « Le siècle du jazz » au Musée du Quai Branly, 2009, scénographes Projectiles

• signalétique du Forum des images et de la Bibliothèque du Cinéma au Forum des Halles, Paris, X’tu architectes, 2009.

• « jeux de mots » dans le groupe scolaire des Chartreux à Issy-les-Moulineaux, Bernard Ropa architectes, 2008

• conception du catalogue « Art Grandeur Nature 2008 », biennale d’art contemporain en Seine-Saint-Denis, 2006 et 2008

• couvertures pour les Editions du Panama et pour Verdier Poche

• Edition du numéro 12 de « Qui ? Résiste », 2008

• auteur et réalisateur d’une séquence du film d’animation collectif « Peur(s) du Noir », Prima Linea productions, 2008

• « N’importenawak à Chaumont » au festival international de l’affiche et des arts graphiques de Chaumont, mai-juillet 2008

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

l’ENSBA de Paris recrute un docteur qualifié MCF 17e 18e

L’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris recrute pour son département des enseignements théoriques un(e) enseignant(e) de philosophie de l’art.
Cet(te) enseignant(e) sera chargé(e) de cours pour les étudiants du premier cycle, en coordination avec les cours déjà assurés dans cette discipline. Il (elle) assurera également la direction de mémoires de recherche des étudiants du 2nd cycle.
Les candidats sont invités à consulter le régime des études et le programme des enseignements de l’Ecole dans le livret de l’étudiant en ligne sur www.beauxartsparis.fr/pédagogie/enseignements.
Les candidats devront être titulaires d’ un doctorat, être inscrits sur la liste d’aptitude de maître de conférence en 17e et en 18e sections ; avoir une expérience diversifiée de l’enseignement supérieur et bien connaître les enjeux de la création artistique contemporaine.
Charge d’enseignement : 6 heures de cours par semaine, plus direction de mémoires, obligations de jurys et de comités.
Poste : sur contrat d’établissement, pouvant être pourvu par voie de détachement.
Prise de fonction : septembre 2011
Adresser une lettre de candidature, un curriculum vitae détaillé dactylographié mentionnant l’expérience pédagogique et les publications, ainsi qu’un projet pédagogique à :
Beaux-arts de Paris, Gaïta Leboissetier, directrice adjointe, chargée des études/14, rue Bonaparte – 75272 Paris Cedex 06
Les candidatures doivent parvenir au plus tard le 7 mars 2011.
Renseignements : tél. : 01 47 03 54 76 / fax : 01 47 03 54 54

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

prospective de l’espace public – points de vue de 3 designers

Engagés dans le programme Emergences de la Ville de Paris, nous allons répondre à l’appel à projet « Mobilier Intelligent« , qui consiste à imaginer des interconnexions entre éléments du paysage urbain pour faciliter ou transformer les usages de la ville.
Cette question nous passionne, elle est alimentée par les projets des élèves de l’ENSCI et par le séminaire ENSCI EHESS, « les écritures urbaines à venir ».
Demain au Lieu du Design, une conférence importante va alimenter notre réflexion : « l’espace public de demain : le point de vue des designers restitution des projets de Matali Crasset, Jean-Louis Fréchin et Olivier Peyricot

A retrouver sur le site du Lieu du Design
A l’initiative du Lieu du Design, et en partenariat avec le Centre Francilien de l’Innovation, a été initié, au début de l’année 2010, une consultation auprès de plusieurs designers pour connaître leurs points de vue sur l’espace public de demain.

Parce que cohabitent ici une diversité d’usages et d’usagers, et que l’espace public doit aujourd’hui répondre à de nouveaux défis – le développement durable, le développement des technologies du numérique ou les nouvelles formes de gouvernance qui intègrent les habitants dans le processus de décision – il nous a semblé plus que nécessaire de convoquer les designers aux réflexions en cours.

Il a donc été proposé à Matali Crasset, Jean-Louis Fréchin et Olivier Peyricot de constituer des équipes pluridisciplinaires dans l’objectif de présenter la pertinence de l’intervention des designers en amont des projets aux côtés des acteurs traditionnels et d’inviter les collectivités et les gestionnaires urbains à ouvrir leurs espaces publics aux designers.
Dans cet objectif, les trois équipes ont travaillé sur les problématiques suivantes : « Pratiques d’appropriation et outils d’expérimentation dans l’espace public » (Matali Crasset – Agence Matali Crasset productions avec l’expertise de Emmanuelle Lallement, Ethnologue) ; « Regiovox, la région numérique » (Jean-Louis Fréchin – Agence NoDesign avec l’expertise de Nicolas Nova de Liftlab et le programme Ville 2.0) ; « Design, énergie et subsistances dans l’espace public » (Olivier Peyricot avec l’expertise de François-Xavier Ferrari & Anthony Boule de la Société Coopérative Mu).

La restitution des projets proposée au Lieu du Design mercredi 12 janvier à 9h00 témoigne de la pertinence de l’intervention des designers en amont de projets aux côtés des acteurs traditionnels et est le point de départ de deux ambitieux projets qui seront menés dans les prochains mois (appel à projet et exposition).

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

4ème cycle annuel des Journées d’étude PraTIC – SPATIALITES ET TEMPORALITES DU WEB

Le lundi 24 janvier 2011, à Gobelins, l’école de l’image, salle de conférence 318

Accès gratuit sur inscription obligatoire en ligne : http://www.doodle.com/g6y496g4i77gd3ka

(150 places disponibles)

PROGRAMME :

Matinée

9h-9h15 : Accueil et présentation des attendus

9h30-10h10 : Conférence d’ouverture

>> Distance informationnelle et proximité algorithmique par Bernhard Rieder, Maître de conférences à l’Université Paris 8, Laboratoire Paragraphe, Département Hypermédia.

Sur le Web, la question de la distance peut être pensée comme la probabilité qu’un internaute arrive sur un site, un contenu particulier, un profil d’utilisateur, etc. Ces distances sont aujourd’hui modulées par de nombreux facteurs, dont la médiation algorithmique qui filtre et hiérarchise les informations, organise et suggère des chemins de navigation.

10h10-10h50 >> La cartographie du Web : entre démocratisation et maturité par Mathieu Jacomy, ingénieur-chercheur, Médialab de Sciences Po Paris.

A partir d’analyses et de mises en œuvre réalisées par les étudiants de Sciences Po, la cartographie des controverses scientifiques ou techniques sur le Web a pu être expérimentée. Les outils, méthodes et résultats seront présentés afin de comprendre leurs avantages et limites, en tenant compte des variables qualitatives ou quantitatives. Ces travaux éclairent en retour les singularités des espaces et des temps du Web.

10h50-11h10 : Pause

11h10-11h50 >> Exploration et cartographie des diasporas sur les réseaux numériques par Mehdi Bourgeois Chargé de recherche, TIC-Migrations, FMSH.

Les changements majeurs intervenus depuis les années 80 concernant les diasporas se sont conjugués à de nouvelles formes de regroupement, d’action et d’occupation sur le Web, nouveau moyen de rassemblement. Le projet « e-Diaspora Atlas » vise à analyser et à visualiser la dynamique des systèmes migratoires et leurs évolutions sur les territoires numériques.

11h50-12h30 >> « La ressource Web : dialectique du changement et de la permanence et émergence de nouveaux espaces sur le Web. » par Alexandre Monnin, doctorant en philosophie à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, résident à l’IRI (Institut de Recherche et d’Innovation), associé au CNAM et membre de l’O.M.N.S.H.

Les transformations induites par le numérique sont surtout vues sous l’angle documentaire. Pour autant, à la question « Qu’est ce qui existe sur le Web ? », la réponse, du point de vue des standards, n’est ni « des objets », ni « des documents » mais « des ressources ». Cette notion gagne à ce que l’on articule ses dimensions spatiales et temporelles pour bien comprendre l’architecture du Web, ses dynamiques et son archivage.

12h30-14h00 : Pause-déjeuner

Après-midi

14h-14h40 >> Visions anoptique et temporelle du Web par Olivier Auber, Artiste et chercheur associé à la Chaire « modélisations des imaginaires », Télécom ParisTech, Fondateur du Laboratoire Culturel A+H.

L’intervenant montrera en quoi la conjecture dite des « perspectives anoptiques » permet de penser le rapport entre la structure du réseau et sa pratique en termes de compétences cognitives. Au coeur de ce rapport se trouve l’ « inattendu » qui rythme le temps subjectif émergeant des échanges.

14h40-15h20 >> Visualisations interactives de données : nouveaux outils et nouvelles mécaniques cognitives pour raconter le Web par Caroline Goulard, co-fondatrice Dataveyes.

Face au deluge informationnel, les techniques de visualisation de données du Web améliorent notre appréhension de notre univers numérique. Conduisant à inventer de nouvelles grammaires visuelles, interactives et narratives, elles vont irriguer tous les secteurs de l’information : du datajournalisme à l’intelligence économique, en passant par l’art numérique.

15h20-15h40 : Pause

15h40-16h20 >> Morphodynamique du web : retour sur 6 années d’ingénierie par Guilhem Fouetillou, co-fondateur et directeur technique, Linkfluence.

L’ingénierie appliquée à la modélisation des grands réseaux d’interactions Web et à leurs dynamiques a permis d’expérimenter des concepts et méthodes nourris par les avancées technologiques, tels que les « scale free networks », la structure bipartite du graphe du web, les formes communautaires homophiles ou encore le « Web temps réel ». Ils ont révélé des nouveaux pans de l’implicite des dynamiques du web qui imposent une révision continuelle des théories mobilisées.

16H20-17h >> Quelle diffusion sociale de l’actualité sur Twitter ? par Martin Pasquier, directeur des études et chercheur (CIFRE) à la Netscouade, membre de l’équipe de recherche IPRI (Université Paris 3).

La circulation de l’information depuis les sites d’actualités en direction des réseaux sociaux, notamment Twitter, autorise à comparer ces deux espaces aux règles et usages spécifiques. A partir des données récoltées par l’équipe de recherche de l’ANR IPRI, dirigée par Franck Rebillard, nous proposerons une méthodologie d’analyse et les premières pistes de différenciation de ces deux espaces info-communicationnels.

17h-17h40 : Conférence de clôture

>> La cybergéographie dynamique : enjeux, défis et perspectives ? par Boris Beaude, docteur en géographie et chercheur au laboratoire Chôros de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne.

17h40-18h : Discussion et bilan de la journée d’étude

4ème cycle annuel des Journées d’étude PraTIC :

SPATIALITES ET TEMPORALITES DU WEB

(suivie le lundi 21 février 2011 de la seconde journée d’étude PraTIC du cycle : Stratégies et pratiques alternatives des réseaux )

Accès gratuit sur inscription en ligne :

http://www.doodle.com/g6y496g4i77gd3ka
(150 places disponibles)

Initiative conçue et organisée par Etienne PERENY et Etienne Armand AMATO

avec le conseil thématique de Jean-Cristophe PLANTIN au titre de l’OMNSH

Ancrage scientifique : Laboratoire Paragraphe de l’Université Paris 8

Partenaire institutionnel et pédagogique : Gobelins, Ecole de l’image

Partenaire associatif : Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines

Thématique :

Dès sa création, le Web a été présenté comme un espace informationnel, sorte de bibliothèque universelle quelque peu éthérée où nous pouvions circuler de documents en documents. Les métaphores courantes le comparent à un océan sur lequel « surfer » à l’aide d’un « navigateur » donnant accès à des « sites ». Mais comprendre ses territoires, frontières et dynamiques demeure une entreprise difficile, tant ses dimensions sont variées et ses contenus hétérogènes. Diverses tentatives de représentations 2 et 3D, voire de « cybergéographie », s’efforcent de visualiser les structures relationnelles caractéristiques de la Toile mondiale, tout en essayant de mieux intégrer leurs variables temporelles.

En effet, la circulation des flux de communication augmente en raison de l’interconnexion croissante des machines et des sites, comme des contributions des internautes, alors que les réseaux dits sociaux favorisent des rythmes de diffusion rapides, interprétés en termes de propagation et viralité.

Dans ce contexte, il s’agira d’identifier et de qualifier la ou les spatialités et temporalités du Web en examinant leurs propriétés et logiques. Nous pourrons alors étudier la façon dont se configurent de nouveaux objets, situations, rapports et effets, dont rendent compte des théories et expérimentations pertinentes, ainsi que les instruments qui permettent de les ausculter ou d’en restituer les singularités.

Positionnement :

Les journées d’étude PraTIC (Pratiques des Technologies de l’Information et de la Communication) questionnent les dispositifs numériques et interactifs.

Leur originalité est de croiser les regards des acteurs de la recherche et de la profession, ainsi que leurs retours d’expériences, analyses et visions, afin creuser le débat sur une thématique de pointe et de dresser ses perspectives. Elles sont organisées par l’Atelier de Vidéomatique du Laboratoire Paragraphe (UP8), en partenariat avec Gobelins, école de l’image (CCIP), et avec le soutien de l’O.M.N.S.H et de www.canali-medias.net.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Ethique et politique de la coexistence dans la société de l’information. Eléments pour une écologie sociale.

Séminaire organisé par le groupe de recherche interdisciplinaire « Ethique, Technologies, Organisations, Société » (ETOS) de l’Institut TELECOM en collaboration avec le Centre de recherche Sens, Ethique, Société (CERSES), UMR 8137, CNRS-Université de Paris Descartes
Responsables scientifiques :
Pierre-Antoine Chardel (ETOS-CERSES)
Johanna Etner (CERSES)
Cédric Gossart (ETOS)
Bernard Reber (CERSES)

Présentation du séminaire

La puissance des technologies appelle des formes de responsabilité qui concernent la signification que nous souhaitons attribuer au développement de nos sociétés modernes. De nombreux travaux dans le champ de la philosophie des techniques ou de l’éthique des technologies ont, à cet égard, clairement montré que la responsabilité morale vis-à-vis des innovations technologiques doit être appréhendée comme l’aspect complémentaire de la puissance technicienne, comme sa seule véritable réponse eu égard au souci de penser le monde tel qu’il sera pour les générations à venir. Toutefois, cette réponse n’est pas sans entraîner un certain nombre de questions, en particulier pour des sociétés qui sont confrontées à des risques majeurs sur le plan environnemental et qui sont, en même temps, encore largement soumises à des modes de représentation qui imposent une manière relativement univoque d’être au monde, un mode d’être essentiellement centré sur des logiques de consommation. Ce qui induit un mode d’être dans le temps qui s’avère en tout cas contradictoire avec notre capacité de nous projeter dans un temps long, pour le bien des générations futures.
Lire la suite

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

L’amateur- Juger, participer et consommer

Parution d’un ouvrage collectif aux éditions IFM/Regard :

L’amateur, Juger, participer et consommer

Sous la direction d’Olivier Assouly

Amoureux de certains objets – œuvres d’art, musique, vin, informatique, mode, gastronomie, antiquités –, l’amateur déploie des expériences et des compétences, s’attachant à exercer et perfectionner son jugement comme sa jouissance. La puissance actuelle de la figure de l’amateur – qui désignait au XVIIe siècle un membre de l’Académie de peinture oeuvrant à la promotion des peintres en s’exerçant lui-même à cette pratique – repose notamment sur l’essor des technologies qui facilitent l’accès aux œuvres, tout comme leur production et leur reproduction. Ces médiations, tout particulièrement Internet, sont propices à une transformation de l’équilibre entre les producteurs et les consommateurs, c’est-à-dire à une redéfinition des techniques de suggestion du marketing et à l’autorité des experts. Issu des travaux de plusieurs auteurs, cet ouvrage évalue un nouveau type de production économique et de participation sociale. Impliquant de prendre part – sous des formes variables et hétérogènes – à la production, l’amateur désigne-t-il une espèce sophistiquée de la consommation ou porte-t-il plus radicalement l’émergence d’un modèle inédit ?

Sommaire

Introduction
Olivier Assouly

Pratiques d’amateurs
Du goût au connoisseurship, la grandeur de Rembrandt au XVIIIe siècle
Charlotte Guichard

L’amateur, le consommateur et les métamorphoses du capitalisme
Olivier Assouly

Le consamateur ou l’ami bricoleur
Benoît Heilbrunn

L’émergence d’un marché d’amateur. Le cas du parfum
Anne-Sophie Trebuchet-Breitwiller

À qui se fier quand on choisit son lave-vaisselle ? Capacités et limites des aides à la consommation en matière de véridicité
Philippe Gauthier

Les communautés de goûts sur Internet. Le cas du luxe
Yann Moulier Boutang et Michaël Vicente

L’amateur et le producteur : une proposition de graduation de leur relation
Thierry Maillet

L’amateur du futur
Catherine Perret

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

DESIS : design for social innovation and sustainability.

Sur le blog vide-poches, une interview d’Ezio Manzini :

« More precisely, DESIS supports social innovation using design skills to:

  • give promising cases more visibility;
  • make them more effective;
  • facilitate their replicability;
  • help companies and institutions to understand the promising cases potentialities in terms of enabling services, products and business ideas.

At the same time, DESIS reinforces the design community’s role in the social innovation processes both within our community (developing dedicated design knowledge) and outside it (redefining the perceived design role and capabilities). »

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

70 scientifiques étrangers, de toutes disciplines, accueillis dans les équipes de recherche parisiennes

La mairie de Paris publie une invitation aux chercheurs étrangers . Les candidatures sont à déposer sur le site de la mairie jusqu’au 8 mars 2010.

« L’accueil des chercheurs étrangers est l’une des priorités de la politique municipale en faveur de la recherche. Stimuler les échanges internationaux et la mobilité des chercheurs est essentiel pour le dynamisme et le rayonnement de la recherche parisienne.  Depuis 2003, la Ville de Paris propose un programme sélectif d’accueil de chercheurs étrangers – post-doctorants et seniors – dans des laboratoires publics de recherche parisiens (Paris intra muros) pour une période limitée. L’objectif de ce programme est de faciliter de nouvelles coopérations durables et de renforcer les coopérations existantes entre les centres de recherche de grandes villes étrangères et Paris.

Jean-Louis MISSIKA, Adjoint au Maire chargé de l’Innovation, de la Recherche et des Universités a renforcé ce programme d’invitations de chercheurs pour que soient accueillis désormais chaque année près de 70 scientifiques de toutes disciplines, afin de mieux répondre aux besoins des équipes de recherche de la capitale.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Appel à projets de recherche de l’ex-DAP/DERI

Le ministère de la culture et de la communication rappelle l’appel à projets de recherche en cours de l’ex-DAP/DERI (Direction générale de la création
artistique – Département des écoles supérieures d’art et de la recherche).

Trois thématiques sont ouvertes à l’ensemble de la communauté scientifique :

– la thématique dite « libre ». Elle a pour objectif principal de contribuer à la
structuration de la recherche dans les écoles d’art.

– « Commande et création / les appels d’offres comme levier de la création. »

– « Pratiques ou usages des objets : un dilemme de la création industrielle. »

la réponse est à adresser à la Délégation aux arts plastiques au plus tard le 1er mars prochain.

Voici un extrait de l’axe 3 : Pratiques ou usages des objets: un dilemme de la création industrielle

(Proposition de Claude Eveno)

Une cruche, un verre d’eau, trois oignons, posés sur une table en bois et cadrés en gros plan. C’est un tableau de Chardin qui exalte des choses modestes grâce à une lumière qui semble les transfigurer mais ne fait en réalité que les présenter, les exposer dans la profondeur qu’elles possèdent. Des choses et non des objets, dans un monde où ce que l’on fabrique, pour la vie ordinaire et les besoins les plus simples, rejoint les dons de la nature dans une essence commune. La main de l’homme, celle du potier, du souffleur de verre et du jardinier, a su façonner, amener à la présence ce qu’il fallait pour donner forme et des formes à l’habiter. Une pratique, celle de l’artisan, s’est inscrite avec justesse dans l’ensemble des pratiques d’un temps, pour y répondre et les permettre à la fois. Nul dessin cependant, nulle conception assistée par le crayon ou l’ordinateur, développée dans la durée d’un processus qui fait passer de l’abstraction à la figure en terminant par la réalisation sans autant d’évidence et de certitude. Et l’on peut trouver là matière à mélancolie, à la manière de Ruskin et tant d’autres, en éprouvant la nostalgie d’un ajustement perdu des contours et des êtres, des choses et des jours. Mais on peut également saisir ce paysage enfui comme question, question contemporaine, la plus contemporaine peut-être.

Dans l’un des numéros de la revue Azimuts, le philosophe Bernard Stiegler oppose ainsi pratiques et usages : « L’objet, qui posait des questions de pratiques, devient de plus en plus un objet qui pose des questions d’usage. On ne va plus parler de pratiques des objets, c’est-à-dire de savoir-faire instrumentaux, mais d’usage des objets et d’utilisateurs ou d’usagers, en particulier pour les appareils et pour les services. Or, un objet que l’on pratique ouvre un champ de savoir-faire par lequel le praticien est lui-même transformé : ses savoir-faire, eux-mêmes ouverts de manière indéterminée et singulière, explorent des possibles (…) De nos jours, l’industrie produit de plus en plus d’appareils qui appelleraient des pratiques : ce ne sont pas seulement des outils ou des objets, ce sont presque des instruments, dont on réduit pourtant, et bien à tort, la socialisation à des usages. C’est particulièrement vrai pour ce que j’appelle les technologies spirituelles, qui rassemblent technologies cognitives et technologies culturelles. »

Appel à projets de recherche DAP 2010-1

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts