Conférence d’Antoine Picon CULTURE NUMERIQUE ET MATERIALITE : UNE AFFAIRE D’ORNEMENT ?

ARTS, INVENTION, INDUSTRIE.
Patricia Falguières (EHESS), Daniela Gallo (Université de Grenoble),Odile
Nouvel (Musée des Arts Décoratifs), Sophie Pene (ENSCI) Philippe Sénéchal
(INHA)

Séance exceptionnelle le dernier jeudi de mai :

JEUDI 31 MAI A 18H00
aux Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, 4e étage, salle du séminaire.

ANTOINE PICON

CULTURE NUMERIQUE ET MATERIALITE : UNE AFFAIRE D’ORNEMENT ?

Présentée au départ, tout particulièrement dans le domaine de
l’architecture, comme synonyme d’une dangereuse dématérialisation, la
diffusion des outils numériques a, en fait, contribué à remettre en jeu la
question de la matérialité. Mais il s’agit d’une matérialité
différente, ainsi qu’on essaiera de le démontrer. Dans ce contexte, toute
une série d’oppositions traditionnelles dans le champ de l’architecture,
comme celle de la structure et de l’ornement, perdent de leur pertinence. À
bien des égards, le monde numérique fait figure de monde de l’ornement
généralisé.

Antoine Picon, Ingénieur général des Ponts, des Eaux et des Forêts, est
professeur d’histoire de l’architecture et de la technologie et directeur
des études doctorales à Harvard (Graduate School of Design and Architecture).

Ingénieur, architecte et historien, il travaille sur l’histoire des
technologies architecturales et urbaines depuis le XVIIIe siècle. Parmi ses
publications, Architectes et ingénieurs au Siècle des lumières (1988),
Claude Perrault, 1613-1688, ou La curiosité d’un classique (1988),
L’Ingénieur Artiste : Dessins anciens de l’école des ponts et chaussées
(1989), L’Invention de L’Ingénieur Moderne: l’Ecole des ponts et chaussées,
1747-1851 (1992), La Ville, territoire des cyborgs (1998), De l’espace au
territoire: L’aménagement en France XVIe – XXe siècles (1999), Les
Saint-simoniens : Raison, imaginaire et utopie (2002), Marc Mimram Hybrid :
Architecte – Ingénieur (2007). En 1997, Antoine Picon a dirigé la
publication du monumental catalogue de l’exposition du Centre Pompidou « Art
De L’ingenieur – Constructeur, Entrepreneur, Inventeur ». En 2010 il a
publié Culture numérique et architecture – Une Introduction.

Ouvert au public dans la limite des places disponibles.
Le séminaire ARTS, INVENTION, INDUSTRIE rattaché aux recherches entreprises dans le cadre du Labex CAP Création, Arts, Patrimoine, a lieu le premier jeudi de chaque mois, à 18H, au Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris, 75001.
Contacts:
Inscription à la mailing list : artetindustrie@ehess.fr
Musée des Arts Décoratifs : 01 44 55 57 50

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

ESPACES TEXTILES, INTERIEURS ET EXTERIEURS. CONTRIBUTIONS A UNE ICONOLOGIE DU MEDIUM TEXTILE

EHESS (CESPRA), MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS, ENSCI, INHA.

ARTS, INVENTION, INDUSTRIE.
Patricia Falguières (EHESS), Daniela Gallo (Université de Grenoble),Odile
Nouvel (Musée des Arts Décoratifs), Sophie Pene (ENSCI) Philippe Sénéchal
(INHA)

JEUDI 3 MAI A 18H00
aux Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, 4e étage, salle du séminaire.

TRISTAN WEDDIGEN
Professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à l’université
de Zurich

ESPACES TEXTILES, INTERIEURS ET EXTERIEURS. CONTRIBUTIONS A UNE ICONOLOGIE DU
MEDIUM TEXTILE.

Il s’agit d’explorer les significations historiques du médium textile dans
le cas des tentures et tapisseries qui ont décoré les demeures européennes
du Moyen –Âge jusqu’au XIXe siècle, de décrire les caractéristiques
phénoménologiques des espaces créés et définis par leur décoration
textile. C’est une contribution au projet d’étude du textile dans l’art
et l’architecture lancé dans le cadre de l’université de Zurich.
Tristan Weddigen est professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain à
l’université de Zurich depuis 2009. Ses recherches vont de la Renaissance
italienne (voir son livre sur la « Salle des Perroquets » au Vatican :
Raffaels Papageienzimmer – Ritual, Raumfunktion und Dekoration im Vatikanpalast
der Renaissance, Emsdetten/Berlin, Edition Imorde, 2006) à l’art contemporain,
en passant par l’histoire des collections (son mémoire d’habilitation sur
l’histoire de la galerie de Dresde – « Die Sammlung als sichtbare
Kunstgeschichte. Die Dresdner Gemäldegalerie im 18. und 19. Jahrhundert »,
est en cours de publication). Il a lancé un projet de recherche, initialement
financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique et
désormais soutenu par l’European Science Foundation, intitulé TEXTILE. An
Iconology of the Textile and Architecture. Deux livres sont déjà issus des
journées d’études qu’il a organisées : Metatextile: identity and history of
a contemporary art medium, Emsdetten/Berlin, Edition Imorde, 2011 et Unfolding
the textile medium in early modern art and literature, Emsdetten/Berlin,
Edition Imorde, 2011. Il est également le Second Project Leader d’un projet
financé par la Getty Foundation, « New Art Histories. Connecting Ideas,
Objects and Institutions in Latin America », associant l’institut d’histoire
de l’art de l’université de Zurich et le département d’histoire de l’art de
l’Universidade Federal de São Paulo.

Ouvert au public dans la limite des places disponibles.
Le séminaire ARTS, INVENTION, INDUSTRIE a lieu le premier jeudi de chaque
mois, à 18H, au Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris, 75001.
(Attention : la prochaine séance aura lieu, exceptionnellement le jeudi 31
mai)
Contacts:
Inscription à la mailing list : artetindustrie@ehess.fr
Musée des Arts Décoratifs : 01 44 55 57 50

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

La théorie de l’unité de l’art et le droit d’auteur 1er mars 18h – Musée des arts décoratifs

EHESS (CESPRA), MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS, ENSCI, INHA.

ARTS, INVENTION, INDUSTRIE

Patricia Falguières (EHESS), Daniela Gallo (Université de Grenoble),Odile
Nouvel (Musée des Arts Décoratifs), Sophie Pene (ENSCI) Philippe Sénéchal
(INHA)

JEUDI 1ER MARS A 18H00,
aux Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, 4e étage, salle du séminaire.


LAURENT PFISTER

Professeur à l’université Paris II Panthéon – Assas

LA THEORIE DE L’UNITE DE L’ART ET L’HISTOIRE DU DROIT D’AUTEUR

La théorie de l’unité de l’art veut que la protection du droit d’auteur
soit accordée à une œuvre originale indépendamment de sa destination,
c’est-à-dire que l’œuvre relève de l’art pur ou des arts appliqués.
Cette théorie est inscrite dans l’actuel Code de la propriété
intellectuelle. Elle a été consacrée par une loi du 11 mars 1902 à propos
des sculptures et dessins d’ornement, après bien des hésitations. Le droit
d’auteur protège-t-il uniquement les œuvres des « Beaux-arts » ? Ou
protège-t-il aussi des œuvres destinées à être reproduites par
l’industrie ?

Ouvert au public dans la limite des places disponibles.
Le séminaire ARTS, INVENTION, INDUSTRIE a lieu le premier jeudi de chaque
mois, à 18H, au Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, Paris, 75001.
Contacts:
Inscription à la mailing list : artetindustrie@ehess.fr
Musée des Arts Décoratifs : 01 44 55 57 50

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

La vocation du Labex CAP Création, Arts et Patrimoines

Dans le cadre de sa politique universitaire et des investissements d’avenir liés au Grand
Emprunt, le gouvernement français a lancé en 2010 un appel à projets devant aboutir à la
création de « laboratoires d’excellence » (Labex). Son objectif : soutenir et amplifier le rôle et la visibilité internationale des meilleurs laboratoires de recherche français.
Le jury international a statué sur la candidature de 239 projets de Labex, parmi lesquels 63 ensciences humaines et sociales. Il a retenu 6 projets sur les 11 présentés par le PRES HeSam.

Le projet CAP (Création, Arts et Patrimoines) élaboré sous la coordination de Philippe Dagen,Professeur d’histoire de l’art à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en collaborationavec neuf partenaires du PRES HeSam et six établissements sous tutelle du ministère de la culture fait partie des lauréats.

A la fois observatoire et laboratoire expérimental, le Labex CAP étudiera la création, les arts et le patrimoine et les prendra comme points d’appui pour penser les mutations de la société contemporaine liées à la mondialisation de la vie économique, des communications et des cultures. Il s’agira de mieux comprendre ces mutations qui traversent l’ensemble des activités sociales et de les accompagner.

Émanation du PRES HeSam, le Labex Création, Arts et Patrimoines s’appuiera sur des
compétences scientifiques de premier plan dans les domaines des théories esthétiques et de la philosophie de l’art, du design,de l’histoire de l’art, des études musicales, de la poétique, de l’anthropologie culturelle, de la sociologie de l’art, de l’histoire des techniques, et des techniques de communication. Un point fort du laboratoire CAP réside dans son association avec de grandes institutions patrimoniales extérieures au PRES HeSam et ne relevant pas exclusivement du domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche mais de celui de la culture et de la communication. Ceci offre une ouverture incomparable sur la recherche extra universitaire et fera du laboratoire CAP le lieu d’un décloisonnement de recherches, de compétences et de professions trop longtemps séparées.
Les travaux menés dans le cadre du laboratoire Création, Arts et Patrimoines étudieront la
création comme moteur de toute mutation, qu’elle soit artistique ou non, et comme facteur
d’hybridation des transmissions culturelles.

Il s’agira ce faisant :

– de mener une étude transdisciplinaire de la création et de ses processus, en termes
cognitifs et sociaux;
– de retracer, sur la longue durée, les étapes menant de la création à la
patrimonialisation, et les effets en retour de celle-ci sur la première;
– d’interroger l’histoire de la patrimonialisation et les définitions de la notion de
patrimoine, selon les lieux et les périodes, dans le cadre d’une large réflexion de type
comparatiste;
– de mettre en oeuvre un rapport dynamique entre création, patrimoines, et technologies
de l’information et de la communication (TIC) dans le cadre des transformations de
l’économie mondiale des pratiques culturelles.

Une attention particulière sera portée à l’extension et au transfert de démarches, de pratiques, de méthodes des domaines artistiques sous toutes leurs formes, vers la création et l’innovation en matière scientifique, industrielle et, plus globalement, vers l’ensemble de la société dans un contexte de progrès économique et social.

Le laboratoire Création, Arts et Patrimoines se dotera d’un important volet de formation de niveau master et doctorat. Il ne s’agira pas seulement de renforcer la qualité des formations existantes dans les domaines des musées, des bibliothèques, des industries créatives qui vont bénéficier de l’appui concerté des différentes filières (arts, histoire, esthétique, ingénierie, design, sciences de l’information et de la communication, économie et management), mais aussi de créer des formations nouvelles rendues possibles par la synergie, à ce jour inédite, entre création et patrimoine, art et industrie, recherche fondamentale et recherche appliquée.

Ces formations auront une vocation non seulement nationale mais aussi internationale (et
notamment européenne).

Se proposant comme centre de ressources scientifiques, le laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines mènera une politique de valorisation à destination des décideurs tant privés que publics en interrogeant la façon d’impulser des innovations créatrices d’activité et d’emploi pour les entreprises, les institutions et les organisations au sens large, de nombreux secteurs d’activité se nourrissant aujourd’hui de la création artistique, des sciences sociales ou de la recherche scientifique pour se renouveler et pour innover.

Partenaires du Labex CAP
BnF (Bibliothèque nationale de France), Centre Georges Pompidou, CNAM (Conservatoire
National des Arts et Métiers), EHESS (Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales),
ENSAPLV (École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette), ENSAM (Ecole
Nationale Supérieure des Arts et Métiers), EPHE (École pratique des Hautes Études), ESCP
Europe (Ecole supérieure de commerce de Paris Europe), INHA (Institut national d’histoire
de l’art), IRCAM (Institut de recherche et coordination acoustique/musique), Ensci (École
Nationale Supérieure de Création Industrielle), INP (Institut national du patrimoine), MQB
(Musée du Quai Branly), Musée Les Arts décoratifs, Sèvres – Cité de la céramique, Université
Paris 1 Panthéon-Sorbonne

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Atelier CAP Création Arts et Patrimoines, 10 et 11 février ENSCI

atelier du labex cap
vendredi 10 et samedi 11 février 2012 à l’ENSCI – les ateliers

VENDREDI 10 février 2012
Atelier 1. Créer, inventer, innover
9h00 Accueil, café
9h30 Présentation des posters de l’axe Création
10h00
Présentation générale des quatre programmes en cours de lancement
Tables rondes animées par Jean-Marie Schaeffer
10h15 « Disposifs et processus »
10h40
« Modes opératoires, usages et valeurs »
11h05 « Histoire culturelle et mutations actuelles de la création artistique »
11h30 Wikicreation (ressource numérique commune)
11h45 Discussion
12h30 Pause déjeuner

APRÈS-MIDI
Atelier 2 : Arts, industries, prospective
14h00 Présentations des posters de l’axe Prospective
Tables rondes animées par Sophie Pene
14h30 « Arts, innovation, industries »
15h00 « Anthropologie de la collection »
15h30 « Comment donner forme au futur ? »
16h30 Pause café
17h00 Discussion
18h30 Cocktail
Adresse : ENSCI, 48 rue Saint-Sabin, 75011 Paris Contact : labex.creations.patrimoines@gmail.com

SAMEDI 11 février 2012

MATIN
Atelier 3 : Patrimoine et patrimonialisation

9h00 Accueil, café
9h30 Présentation générale et présentation des posters de l’axe Patrimoine
Tables rondes animées par Jean-Philippe Garric
10h00 « Institutions – narrations »
10h30 « Reproduction – outils »
11h00 « Acculturation – traitement matériel »
12h00 Discussion
13h00 Pause déjeuner

APRÈS-MIDI
Atelier 4 : Création et patrimoines en interaction

14h00 Synthèse des travaux, analyse des journées
Discussion animée par Philippe Dagen et Jean Da Silva
Selon la méthode qui a présidé à l’organisation et à la mise en oeuvre de l’atelier du labex, la séance finale sera consacrée
à l’énoncé et l’examen des convergences qui auront pu être établies au cours des présentations et discussions des trois premières demi-journées. Il serait donc contradictoire de prétendre anticiper sur ce que pourraient être les acquis de ce « work in progress ». L’ordre du jour, flexible, en sera donc
déterminé en fonction des séances précédentes et de ce qui en sera issu.
Cela signifie que chaque participant est appelé à réfléchir en ce sens : les coordinateurs des trois premières demi-
journées, mais aussi toutes celles et tous ceux d’entre nous qui voudront bien se faire les témoins et les observateurs des débats, afin d’en tirer des conclusions à verser dans notre « agenda commun ». Un autre sujet de réflexion sera également à l’ordre du jour, celui de la diffusion de nos recherches.
L’hypothèse de la création d’une revue scientifique a été affirmée. D’autres modes d’enregistrement et d’édition seront testés au cours des séances elles-mêmes. Ce sont là autant de possibilités non exclusives les unes des autres qu’il est essentiel de discuter désormais ensemble.
17h00 Clôture

Adresse : ENSCI, 48 rue Saint-Sabin, 75011 Paris Contact : labex.creations.patrimoines@gmail.com

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

8 post-doctorants retenus par le labex Création, Arts et Patrimoines

Le labex Création, arts, Patrimoines a retenu 8 post-doctorants qui vont contribuer aux différents axes de recherche, avec des projets extrêmement intéressants dont plusieurs enrichiront la recherche menée par Paris Design Lab au sein du Labex.
Nous leur souhaitons la bienvenue.

Anouck Cohen, ethnologie, Fabriquer le Coran au Maroc. Création, innovation et patrimoine en interaction
Raphaëlle Doyon, études théâtrales, Suzanne Bing ou les mémoires amnésiques de Jacques Copeau. De l’influence des metteurs en scène du XXe siècle sur l’historiographie du théâtre
Fanny Drugeon, histoire de l’art, Paris cosmopolite : Artistes étrangers dans la capitale française, 1945-1989
Hélène Fleckinger, histoire du cinéma, Contribution à une histoire de la vidéo des premiers temps en France (1968-1981) : pratiques militantes et expérimentations formelles
Anaïs Leblon, anthropologie, Création, appropriation, circulation autour des stéréotypes culturels peuls
Hadji Malick Ndiaye, histoire de l’art, Mémoires de l’objet dans l’espace muséal : patrimoines de l’esclavage et création artistique contemporaine
Rémi Parcollet, histoire de la photographie, Les expositions, vecteurs de patrimonialisation de l’art contemporain
Michela Passini, histoire de l’art, Les expositions d’arts étrangers au Musée du Jeu de Paume (1923-1939)

Liste complémentaire

1. Aurélie Condevaux, anthropologie sociale et culturelle, Le lakalaka tongien : des processus créatifs à la patrimonialisation
2. Panagnota Anagnostou, sciences politiques, Les enregistrements de Pathé en Grèce (1905-1931) : favoriser la création et sauvegarder la tradition
3. Antonella Fenech, histoire de l’art, La parole de l’artiste à l’époque moderne ( XVe – XVIe)

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Glenn Adamson au Séminaire mensuel Arts, Innovation, Industries

Nous nous retrouvons ce jeudi 5 janvier à 18h00 au 107 rue de Rivoli, 4e
étage pour écouter Glenn Adamson, Deputy Head of Research and Head of
Graduate Studies au Victoria and Albert Museum.
Il nous parlera de l’exposition « Postmodernism: Style and Subversion, 1970 to
1990 » dont il est le commissaire et qui se tient actuellement au V&A.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

« Comment donner forme au futur » Thème 3 (EHESS-IIAC-Anthropologie de l’écriture, ENSCI, GERPHAU)

L’ENSCI, le laboratoire de l’EHESS ( Anthropologie de l’écriture, IIAC), et le GERPHAU coordonnent dans le cadre du Labex CAP le thème « Donner forme au futur ».
Ce thème sera présenté lors des journées des 10 et 11 février. Le texte suivant a vocation à informer d’autres chercheurs .
Contacts
Béatrice Fraenkel fraenkel(at)ehess.fr
Sophie Pène pene(at)ensci.com
Antonella Tufano antonellatufano(at)hotmail.fr

COMMENT DONNER FORME AU FUTUR : CREER, PROJETER, PROSPECTER

Notre projet se rattache à la question sur laquelle se clôt le document scientifique du labex: en quoi les pratiques créatives éclairent-elles la question du futur, telle qu’elle se pose à notre époque, et telle qu’elle se pose aux sciences sociales, invitées de plus en plus expressément à répondre soit à une demande d’innovation, soit à une demande prospective ?

La question de la création a en effet pénétré l’ensemble des sciences sociales, selon des formes diverses qui vont du discours sur la nécessité d’être innovant, à des questions plus inattendues, sur l’invention du futur, et même sur la capacité prospective des sciences sociales. Paradoxalement, c’est parce qu’elles sont des pratiques de la description qu’elles se trouvent investies de capacités prospectives, ce qui n’est pas sans poser d’importantes questions épistémologiques. Il se trouve que les liens créés par le Labex entre des disciplines différentes élargissent considérablement les moyens théoriques et empiriques d’aborder la création comme une question artistique, industrielle et sociale.

L’anthropologie fait partie des disciplines sollicitées aujourd’hui par la réflexion générale sur la transformation et la réinvention de nos sociétés. On voit s’ouvrir le champ de l’anthropologie du futur qui introduit la prospective comme une capacité des sciences sociales (Appadurai, 2007). Dans ce cadre, l’intérêt de l’anthropologie pour la création se manifeste par des recherches sur les archives de la création, sur l’observation de pratiques créatives et des formes de collaboration entre arts en industries, sur l’interprétation de ces données avec une perspective projective :
– les archives de la création (dossiers d’œuvres, carnets de croquis) apportent des éléments formels (dessins, maquettes, prototypes) sur les étapes qui mènent d’objets connus à des objets nouveaux, et donnent accès aux différents régimes qui mêlent présent et futur, certain et potentiel, réel et projeté.
– Des évènements culturels (fondations d’institutions, fondations artistiques, festivals) documentent un discours contemporain sur la prospective (discours d’anticipation, projection sur le monde à venir).
– L’anthropologie elle-même, en tant que discipline saisie par la question de la création, trouve des points de référence dans cette confrontation avec les disciplines créatives.
– Selon le postulat que la possibilité de l’innovation est associée à l’expérience de la matière, nous faisons l’hypothèse que le traitement par les artistes contemporains de certaines matières nouvelles (la matière digitale, les matières issues du biomimétisme, les smarts textiles, ou nanomatériaux) est une ressource pour observer des processus anticipateurs de nouvelles industries, nées dans les Fablabs et Hackerspaces investis par les artistes.

Ces thèmes mettent dans une étonnante actualité la relation entre patrimoines et création, histoire et futur. Ils justifient l’ambition de repenser les relations entre création et conception du futur. C’est-à-dire de penser comment s’articulent aujourd’hui économie, politique et création.
Nous proposons de déployer une série d’opérations de recherche afin de structurer un domaine de recherche encore dans les limbes.

4 Niveaux de Propositions

1 État de l’art (Théories, concepts, acteurs), étude de l’hypothèse selon laquelle un discours de prospective né dans les années 1960-1980 permet de décrire le lien singulier qu’entretiennent arts et prospective
-Séminaire EHESS sur l’Histoire de la prospective en France et aux Etats-Unis (1957-2012) et les rapports entre Création et Prospective (à partir de 2012-2013).

-Contribution au programme d’étude des archives de Sigma à Bordeaux (Avec l’école des beaux-arts de Bordeaux)
-Prospective et Création : Opération « Les nouveaux commanditaires » de la Fondation de France
-Etude des discours de fondation de l’ENSCI-Les Ateliers (textes de Monzat de Saint-Julien, Patrick Bouchain, Claude Mollard) autour du thème de la « formation à la création, par l’expérience de la matière ».
-Arts et Politique , autour de « la reconquête de la ville par la culture » de la Mairie de Paris Étude de « Nuits Blanches » comme d’un démonstrateur des capacités prospectives des arts.

2 – Ateliers enquête (Méthodologie)
Rendez-vous réguliers, université d’été, ateliers étudiants (M1, M2, Doctorants et élèves écoles d’art)
Etudes de corpus, observations d’événements

Création d’un Atelier international « Comment donner forme au futur ? » associant Universités et écoles d’art déjà engagées dans cette réflexion.
Analyse collaborative de dossiers d’archives (dessins, variantes, annotations, maquettes) : apports de la génétique textuelle, des conservateurs et responsables de fonds spécialisés, des praticiens
Travaux autour de projets en cours dans la ville (mobiliers urbains innovants, mobiliers informationnels, mobiliers dits « intelligents », recherche action et projets artistiques)
Travaux sur les écritures urbaines (histoire et ethnographie de projet d’arts politiques; enquêtes sur les écritures du futur et leurs acteurs )
Recherche action sur le « design d’anticipation » (l’insertion du design dans les laboratoires scientifiques)
Séminaire EHESS « discours et pratiques du futur, designers, architectes, graphistes ».
Etudes des nouveaux moyens de projection (prototypage rapide, maquettes numériques, croquis numériques, logiciels 3D) et impact sur le « projet » (représentation du projet, questions d’échelles, dessins, « nuages » d’idées)
Atelier sur le lexique comparé des vocabulaires du projet en design, en architecture, en architecture numérique, en ingénierie de conception, en gamedesign, serious games, transmedia, (prototypage, maquettes, démonstrateurs, scénarios, mapping, graphes, topic maps) :

3 Fonds et Terrains , Opérations de recherche
-enquêtes dans plusieurs fonds d’archives spécialisés : architecture, design, graphisme en particulier . Archives Brongniart, Musée Vitra, MACBA, Fondation Beyeler
Etudes des archives de design du musée des Arts Décoratifs, archives photographiques de l’ENSCI, Fonds Faucheux (IMEC)
-Archives augmentées de la création : les festivals, les expositions, les présentations de projets. (Festivals panafricains, archives Sigma, Nuits Blanches, Expositions universelles)
Nouvelles archives, archives de performances, archives d’évènements.
-Ethnographies d’exposition (par ex. Pompidou mobile, la Triennale) d’évènements (Nuits Blanches), de performances urbaines (City wall)
-Suivi de projets « typiques » arts et industries.

4. Projet interne au labex
Cartographie des recherches au sein du labex liant création et prospective (histoire des arts et des techniques, études d’archives de la création,
Analyse du statut du créateur/concepteur, analyse du croisement des différentes démarches d’exploration du futur et conditions d’un dialogue entre disciplines.
A la lumière des mutations de la société et des attentes futures, comment la co-conception et les pratiques collaboratives modifient-elles le statut du créateur/concepteur en particulier dans le cadre de mutations rapides et de la multiplication de micro-productions, avec la préoccupation des usages justes et soutenables.

Ces différentes propositions font d’ores et déjà l’objet de recherches engagées par des membres du labex (chercheurs, doctorants, conservateurs) et de chercheurs indépendants et parties prenantes (partenaires entreprises, ingénieurs R&D) qui ont décidé d’accompagner le labex avec leurs propres questionnements prospectifs.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

« Arts, innovation, industrie », thème 1 (INHA, EHESS, Musée des Arts Décoratifs,ENSCI)

Patricia Falguières ( EHESS, CESPRA , Philippe Sénéchal (INHA) , Daniela Gallo (UPMF, EHESS, Odile Nouvel le musée des Arts Décoratifs, et Sophie Pène (ENSCI) proposent dans le cadre du Labex CAP (Création, arts et patrimoine) le thème de recherche « Arts, innovation, industries ».
Contact : Patricia Falguières, falguier(at)ehess.fr

ARTS, INNOVATION, INDUSTRIE.
Une réticence française pèse, de longue date, sur les enquêtes qui se donnent pour objet matériaux et procès de production. La technè aristotélicienne a, au fil des siècles, abrité ces thématiques parce qu’elle constituait une voie médiane entre théorie et pratique : la voie du produire. C’était la voie des arts. Plus qu’ailleurs, elle a été, en France, mise au rancart par la science moderne. Cette disqualification pèse lourdement sur notre appréhension des relations de l’art et des arts, de l’art et du design, de l’art et de l’industrie, comme elle obscurcit la dynamique de l’invention.
Repenser la technè à l’heure où l’innovation industrielle impose de nouvelles approches du matériau et des usages, peut être une source de renouvellement pour l’histoire et la théorie de l’art ( le précédent de l’histoire viennoise de l’art au début du XXe siècle en témoigne) autant que pour ceux, ingénieurs, designers, architectes, informaticiens, qui sont engagés dans la dynamique de l’invention.
L’atonie de la recherche dans cette zone indécise située entre histoire des arts, industrie et histoire des sciences, entre philosophie et sciences de l’ingénieur, contraste avec le dynamisme qui se manifeste aujourd’hui à l’échelle internationale : on y voit fleurir des programmes de recherche ambitieux autant qu’interdisciplinaires qui revisitent un ordre de questions suscitées, au milieu du XIXe siècle par l’Exposition Universelle de Crystal Palace (la distinction art /industrie, artisanat / industrie, art / artisanat, etc.) et placent le matériau au centre de leur approche : « An Iconology of the Textile and Architecture » à l’université de Zurich, « Craft », le programme de Graduate Studies du Victoria and Albert Museum (Londres), « The Clever Object » ou « The Material Life of Things », au Courtauld Institute (Londres), « The Maker’s Knowledge Tradition » (Institut Max Planck pour l’histoire des sciences, Berlin) … Dans ce réseau international en cours de constitution il est urgent d’inscrire les problématiques travaillées par un réseau de chercheurs français pour l’heure embryonnaire.

ETAT DE L’ART

Depuis janvier 2011 un séminaire associant chercheurs de l’INHA, de l’EHESS, de l’ENSCI, ingénieurs du CNAM, conservateurs du Musée des Arts Décoratifs et de la Manufacture de Sèvres, designers, juristes et universitaires, se tient le premier jeudi de chaque mois au Musée des Arts Décoratifs. Il a pour enjeu de défricher un territoire de recherche peu fréquenté en France en organisant la convergence de métiers, de démarches et de traditions de recherche jusqu’ici parallèles, de dresser un bilan des recherches menées à l’échelle internationale, d’insérer ses chantiers dans les circuits internationaux.

PROJET

Le séminaire « Arts, invention, industrie » a vocation
• à déployer un programme audacieux d’invitations de chercheurs étrangers, qui jette les bases d’un futur Center for Advanced Studies,
• à mettre au point un programme de publications / traductions, utilisant les ressources du numérique, qui (re)constitue, en France, l’humus d’une culture de la technè,
• à susciter et accueillir doctorants et post –doctorants selon une modalité nouvelle associant, selon les thèmes de recherche, musées, écoles de design, écoles d’ingénieurs et institutions universitaires. Ateliers et universités d’été constitueront la phase préparatoire de ces partenariats inédits.
• A élaborer des thèmes de recherche interdisciplinaires et des programmes d’enquête exploitant les ressources (fonds d’archives, collections, bibliothèques) des institutions partenaires.

ENQUETES

• Les Kunstgewerbemuseen autant que les musées anthropologiques offrent l’exemple de ces musées indexés à l’histoire et à l’anthropologie des techniques, à la logique du matériau, qui ont été éclipsés par le modèle du musée des beaux –arts. L’exploration des archives de ces musées de la « culture matérielle » et la restitution de leurs programmes théoriques (Gottfried Semper, Franz Boas, Alois Riegl, etc.) est l’enjeu d’un programme de recherche.

• Historiens et technologues. La France de la seconde moitié du XIXe siècle a connu la floraison de plusieurs générations d’historiens de la technologie aujourd’hui oubliés (d’Albert de Rochas à Jacques Lafitte) qui constituent la postérité savante, indexée à l’essor de l’industrie française, du saint- simonisme.

• Craft & Maker’s knowledge Tradition. La question du faire comme mode de connaissance coïncide avec un réinvestissement récent de la question du « craft » ou « maker’s knowledge », dans des champs très différents : anthropologie (Ingold, Sennett), sociologie et philosophie des sciences (Shapin & Shaeffer, Latour, Rheinberger, Galison) et des techniques (Akrich, Latour), théorie et histoire du design (Adamson), tandis que le réinvestissement de cette question dans le champ de la théorie de l’art demeure, pour le moment, et malgré des antécédents prestigieux (l’école viennoise d’histoire de l’art au début du XXe siècle, Focillon en France) marginal.

• L’esthétique des juristes. Les juristes ont, depuis le XIXe siècle, au fil des décisions de justice concernant l’art et les arts appliqués / industriels, le droit d’auteur, les brevets et patentes et la propriété intellectuelle, livré un arsenal théorique d’autant plus riche et efficient qu’il est demeuré implicite.

• Matière d’invention / Nouvelles matérialités. Penser les nouvelles matérialités, matérialité numérique comprise, est à l’ordre du jour pour l’architecte autant que pour l’ingénieur. Le corpus théorique classique et les dichotomies qui le soutiennent (matière / forme, art /design …) n’aident guère à penser cette condition de l’innovation. Il s’agit de formuler les ressources théoriques que cette invention matérielle requiert aujourd’hui.

À ces divers projets de recherche, la richesse des fonds d’archives, des collections et des bibliothèques du CNAM, des Arts Décoratifs, de la Manufacture de Sèvres, de l’INPI ou de la BNF, autant que l’observation des Fablabs, des incubateurs d’entreprises, des ateliers et des laboratoires de recherche industrielle offrent un terrain de travail à long terme.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

 » Anthropologie de la collection », thème 2 (Musée des Arts Décoratifs, ENSCI, Anthropologie de l’écriture, CEDRIC)

le musée des Arts Décoratifs, L’EHESS ( Anthropologie de l’écriture, IIAC), le CEDRIC (CNAM), l’ENSCI-Les Ateliers (Les Ateliers-Paris Design Lab) ont proposé trois thèmes de recherche dans le cadre du Labex CAP (Création, arts et patrimoine) : « Arts, innovation, industries », « Anthropologie de la collection », « Donner forme au futur ».
Ces thèmes seront présentés lors des journées des 10 et 11 février.

Thème 2. Anthropologie de la collection.

Contact : Odile Nouvel, conservatrice au musée des Arts Décoratifs et coordinatrice de ce thème. odile.nouvel(at)lesartsdecoratifs.fr

Les musées sont le résultat de multiples choix opérés au cours de processus de décisions successives. La mission de tout musée est de transmettre un savoir à travers des œuvres qui témoignent d’un passé révolu, ou d’une séquence du présent destiné à devenir passé à transmettre à son tour.

Pour parvenir à ce statut de lieu de transmission d’un savoir idéalisé, qui serait le Tout d’une des facettes d’une culture, (beaux-arts, ou arts décoratifs, ou inventions techniques, ou armée, etc…), les conservateurs procèdent à des choix et de ce fait ne transmettent qu’une partie très fragmentaire du savoir dont ils sont dépositaires.

A partir de quoi le discours sur une œuvre est-il élaboré dans sa forme « publique » ?
Le dossier d’œuvre conserve la totalité des traces écrites et photographiées de la vie d’une œuvre – et sa mort éventuelle. Il comporte des originaux tels que courrier, factures, publicités, catalogues de ventes, ainsi que de la documentation sur l’œuvre (bibliographie, comparaisons, argumentaires, choix de restaurations etc.). La fiche d’inventaire, véritable « carte d’identité » de l’œuvre est le résultat écrit, du savoir scientifique qui entoure cette œuvre (dénomination, description analytique, circonstances de création, utilisation de l’œuvre, matières et techniques, mesures, localisation, statut administratif, bibliographie etc.). Mais ce savoir total fait forcément l’objet d’une sélection à l’intention du public : le conservateur décide de ce qui sera publié ou non sur les cartels et fiches de salles. Enfin lors de l’exposition de l’œuvre, une série de choix scénographiques sont autant de décisions qui influent de manière décisive sur sa perception.

Les technologies contemporaines au service du regard critique
Ces tris successifs qui s’opèrent nécessairement dans l’élaboration de la pensée transmise à tous autour d’une œuvre en constituent finalement l’identité « publique ». Au final, le visiteur n’a donc à sa disposition qu’une connaissance fragmentaire, mais jugée essentielle, de cette œuvre. Toutes ces opérations méritent aujourd’hui un regard critique à la faveur des technologies contemporaines qui « augmentent » nos facultés de perception et de découverte de savoirs jugés jusque là trop spécialisés. Le visiteur pourrait construire « son » parcours, s’approprier les informations « rejetées », faire des liens spontanés, créer des lectures nouvelles. Dans quelles conditions ?

Le « tri », une opération clé pour comprendre les coopérations musées / numérique
Les industries des télécommunications considèrent les collections comme des contenus à transmettre et à agencer. Les applications courantes proposent de faciliter la circulation des publics dans les collections, en concevant des parcours profilés. Nos recherches entreprennent d’inverser le point de vue : nous souhaitons partir des pratiques de métier et présenter, à partir de l’idée un peu provocatrice de « tri », un regard autre sur les contenus. La contribution de recherches de terrain apporterait ainsi une vue actuelle sur les métiers et les pratiques, susceptibles d’enrichir les dialogues de conception et les relations avec les partenaires de R&D

Un groupe d’une dizaine de chercheurs issus de différents laboratoires (IIAC, CEDRIC, DICEN, ENSCI ) et musées (Arts Décoratifs, Arts et Métiers, Quai Branly) s’est constitué, réunissant des compétences de conservation, d’anthropologie de l’écriture, de conception de services numériques. Nous souhaitons présenter lors des rencontres de février les différentes situations de recherche autour desquelles des équipes se constituent :
– analyse du dossier d’un objet
– enquête de terrain sur des pratiques de tri situées (préparation d’une exposition)
– retour sur des choix curatoriaux d’expositions récentes par une enquête auprès des protagonistes (Museogames, choix d’œuvres, approche transmedia, rôle des documents, Galerie d’étude du musée des Arts Décoratifs)
– interrogation des pratiques de « curating numérique » (analyse de la conception et des usages de différentes réalisations numériques Décorative, CnapN, applis iPhone et iPad du Musée du Quai Branly )
– analyse des acceptions contemporaines de « curation » dans le champ sémantique du musée et dans celui du numérique
– éventuellement observation participante des pratiques des usagers de Pompidou virtuel (graphes de parcours), groupes « bêta testeurs », étudiants et chercheurs.

Une discussion méthodologique, rapprochant chercheurs et conservateurs a commencé. Lors des ateliers de février, nous souhaitons l’ouvrir à nos collègues d’autres laboratoires et être ainsi en position de privilégier les recherches qui convergeront avec les problématiques centrales des membres du labex.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

PRES HESAM – LABORATORY OF EXCELLENCE « CREATIONS, ARTS AND HERITAGES » Call for applications

PRES HESAM – LABORATORY OF EXCELLENCE « CREATIONS, ARTS AND HERITAGES »
FRENCH ACRONYM : LABEX « CAP »

Call for applications / four to eight postdoctoral agreements – recruitment by competitive examination 2011-2012

The Laboratory of Excellence « Creations, Arts and Heritages » (French acronym « Labex CAP ») of PRES héSam, advertise the recruitment by competitive examination of four to eight researcher worker (postdoctoral level) for one year period, renewable one time.
Personal research projects submitted by the applicants will be in the line of Labex CAP general theme, which concerns contemporary challenges of creation and heritage in a context marked by strong and rapid transformation of societies : on one hand, especially as regards to globalization of economic life, communications and cultures ; and, on an other hand, as regards to digital tools and cultures development. Applicants will have to make allowance for attempts at rapprochement and cooperation wish, between University research and Institutions, which conserve and present to the public, heritage collections ; it is the founding principle of Labex CAP.

Conditions of membership
• Ph.D. graduated after 01/09/2007

Schedule of recruitment
• Closing date of call for applications : 2 January 2012
• Qualifying period : 27 January 2012
• Acceptance period (auditions) : 3 and 4 February 2012

Application file
Complete application file must be sent the 2 January 2012 at 16h00 (4.00 PM) at the latest, at the following address : labex.creations.patrimoines@gmail.com

Dossier shall include :
• a curriculum vitae and a list of publications / realisations
• Ph.D. degree
• report of discussion
• research project : title, accepting research Unit, project outline, drawn up in French (a maximum of 10 000 characters)
• a letter of motivation
• a meaningful publication (PdF)
• two letters of recommendation, drawn up by researchers and prominent personalities from the arts and creation world.

Recruitment period and at what point mentoring should begin (starting date of employment)
• The contracts on offer are contracts for one year period, renewable one time.
• Posts are open in the second half of 2011-2012 University year. However, applicants can submit, together with their dossier, a request for a deferral of the taking office at the beginning of the 2012-2013 academic year.

Services obligations and involvement of the laboratory works
In addition to the research project for which they were selected, researchers will take part in Labex activities. Amounting to 2/5e of their working time, they will especially contribute to organization and realization of “enhancement actions” such as : workshops, meetings, study days. They will also contribute to
enrichment of communication supports (web site, presentation leaflets, presentation documents) and to the unit / laboratory / host department ‘s life. They will take part in Labex seminar sessions, which make it possible for them to present and discuss collectively their research ‘s progress, on a monthly basis.

Payment system
Recruitments are fixed-term contracts. The growth amount of the monthly remuneration is 2361.45 euros. On their request and according to collective projects developed in the Labex, researchers may benefit from specific financial supports, in the context of missions related to their researches and their participations in scientific events.

Selection criteria
Contracts offered aim at young researchers. Applicants must have a Ph.D. degree and be able to present first achievements in the field of research.
Criteria taken into account by the selection committee are :
• Research project quality, originality, adequacy to the Labex themes
• Characteristics and abilities of the candidate (scientific competences, knowledge in the field of research, publications)
• International character of scientific researches (study periods, publications, linguistic skills)

THEMATIC AXES OF LABEX
The general program of Labex CAP has five components, which can be questioned in their cross-cutting :
a) Creation and heritages in their dealings – Interactions between creation and heritage
This axe proposes to examine, with a long term approach, the steps lead from creation to heritage and feedback effects of public appropriation on creation, in different areas relevant to the sponsors culture and to their part in conception of exhibits ; to the formation of heritages identities and to the choice of “purposes of consensus” ; finally, from the point of view of the public space – through the cultural institutions and their “place of definition” of the community.
The issue will be studied, taking into account three questions, which are especially indicative of the present profound changes : the “new face” of the “universal artist” and the “global” logic of loans, exchanges, blends, interactions that induces between arts and their publics ; the global process of items and practices selection or sites of great significance/new (“cultural”) value selection, which are “provided” to the collective and individual identification ; the new dynamics in term of creation and reception of music organs and plastic arts.

b) Creation and creative processes
In the way of a trans-disciplinary study on creation and its social and cognitive processes, the research will involve interaction between processes study (case study and theoretical contemplation) and historical critical thinking on the legacy of the tradition about that issue. Status of artist will be studied, on the long term dynamic, dealing with profession and professionalisation ; the borders continually redrawn between “art” and “craft” ; the question of political and symbolic functions and powers “assigned” to the artist ; the extension, in the Europe of the XIXe century, of the concept of creation, beyond the area of arts (in the traditional sense) to the industrial arts.
Maintaining a constant dialogue with those historical works, the “laboratory” will establish the assumption that, beyond their items, technical procedures and social status diversity, Arts are implementing a specific cognitive, “agentive” and emotive register, which will be studied by the assistance of esthetic works, historic and anthropological vision of art, and, furthermore, by the mental philosophy and with researches on cognition and emotions.

c) Heritage and public appropriation
The history and the definitions of heritage will be studied, according to the location and the period, in the context of a large comparative thinking. Researches will be based on conservation sciences status clarification and their epistemology. By confrontation of the various actors of restoration, by thinking of conservation issues, both technically and symbolically, by considering and appreciate new technologies, the “know-how” will be questioned as well as the validity of inherent practices related to conservation. This research will be assisted by an anthropologic inquiry of archives, conceived as a common denominator for all forms of heritage. The program will also include an important historic axe dedicated to representative sources of History of Art teaching in France in the XIXe century, as well as historical recognition of crafts, knowledge and techniques, with the aim of making a historical cartography of architecture learning spaces in the XIXe and XXe centuries. A detailed study of present faces of heritage will be started too, in the field of contemporary art and architecture.

d) Present issues : creation and heritage
The development of digital technologies and the transformation of global economy and cultural practices give rise to changes, still not well understood but which have nevertheless major consequences. Dynamic connection between creation, heritage and Information/Communication technologies (French acronym : TIC) will be covered in different axes : collaborations between museums and computer science ; development of applications and experiments ; the use of “TIC” for creative and participative conception new methods ; immaterial status, and especially software. At the same time, present mutations of artistic creation in contemporary art, cinema, music, architecture area, and, in the field of narrative creation and literature, will be questioned.

e) Prospective
Situation in France is characterized, for a very long time, by a separation between museums and libraries areas, working in the field of heritage conservation, the research and higher education sphere and creation area. In order to exceed this gap, Labex CAP proposes to introduce new working methods, taking care to support the emergence of a new economic model for the artist and for the subject, thinking about new dissemination knowledge and artistic practices methods, which attract new audiences. Labex CAP proposes to realize an online “encyclopedia of creation” too. More generally, the “way to promote” of job-creating innovations (for businesses, institutions and organizations in the broad sense), will be questioned, because many present sectors of activity are based on artistic creation, social sciences or scientific research.

Contact :

Zinaïda Polimenova, administrative manager of Labex CAP : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr
Alexandra Liarsou, executive project manager of Labex CAP : labex.creations.patrimoines@gmail.com

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

PRES HESAM – LABORATOIRE D’EXCELLENCE CREATIONS, ARTS ET PATRIMOINES (LABEX CAP)

Appel à candidatures / quatre à huit contrats post-doctoraux ouverts au concours 2011-2012

Le laboratoire d’excellence « Créations, Art et Patrimoines » (Labex CAP) du PRES héSam et l’ENSCI-Les Ateliers (Paris Design Lab), l’un de ses partenaires annoncent le recrutement par voie de concours de quatre à huit chercheurs de niveau post doctoral pour une période d’un an renouvelable une fois.
Les projets de recherche personnels présentés par les candidats s’inscriront dans la thématique générale du Labex CAP, qui concerne les enjeux contemporains de la création et du patrimoine dans le contexte d’une mutation accélérée de la société liée notamment à la mondialisation de la vie économique, des communications et des cultures et au développement des outils et des cultures numériques. Ils tiendront compte de la démarche de rapprochement et de collaboration entre la recherche universitaire et les établissements ayant vocation à conserver et à présenter au public les collections patrimoniales, démarche fondatrice du Labex CAP.


Conditions d’admission

→Thèse soutenue après le 01/09/2007


Calendrier de recrutement

→ Date de clôture de l’appel à candidatures : le 2 janvier 2012
→ Phase d’admissibilité : le 27 janvier 2012
→ Phase d’admission (auditions) : le 3 et le 4 février 2012

Dossier de candidature

Le dossier de candidature, complet, devra être envoyé au plus tard le 2 janvier 2012 à 16h00 à l’adresse suivante : labex.creations.patrimoines(at)gmail.com

Le dossier comprend :

→ un curriculum vitae et une liste des publications / des réalisations
→ le diplôme de doctorat
→ le rapport de soutenance (si la thèse est soutenue en France)
→ le projet de recherche : titre, unité de recherche d’accueil, présentation du projet rédigé en langue française (10 000 signes maximum)
→ une lettre de motivation
→ une publication significative (PdF)
→ deux lettres de recommandation au moins rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création


Durée du recrutement et date de prise de fonction

Les contrats proposés sont des contrats d’un an renouvelable une fois.
Les postes sont ouverts à partir du deuxième semestre de l’année universitaire 2011-2012. Toutefois les candidats peuvent soumettre en même temps que leurs dossiers une demande de report de la prise de fonction à la rentrée universitaire 2012-2013.

Obligations de services et participation aux travaux du laboratoire
En plus du projet de recherche sur lequel ils auront été sélectionnés, les chercheurs prendront part aux activités du Labex. A concurrence de deux/cinquièmes de leur temps de travail, ils contribueront notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations organisées telles que ateliers, rencontres, journées d’études, et à l’enrichissement des supports de communication (site web, plaquettes ou documents de présentation) ainsi qu’à la vie du laboratoire / du département d’accueil. Ils prendront part aux séances de séminaire du Labex qui leurs permettront de présenter et de discuter collectivement suivant un rythme mensuel l’avancement de leurs recherches.
Les chercheurs exerceront leur fonction conformément à la charte européenne du chercheur.

Rémunération
Les recrutements se font sous la forme d’un contrat à durée déterminée. Le montant brut de la rémunération mensuelle s’élève à 2361.45 euros. A leur demande et en fonction des projets collectifs développés au sein du Labex, les chercheurs pourront bénéficier de soutiens financiers spécifiques dans le cadre des missions liées à leurs recherches et de leurs participations à des manifestations scientifiques.

Critères de sélection

Les contrats proposés s’adressent à de jeunes chercheurs. Les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de doctorat et pouvoir se prévaloir de premières réalisations dans le domaine de la recherche.
Les critères pris en compte par le comité de sélection sont :
→ La qualité du projet de recherche, son originalité, son adéquation à la thématique du Labex
→ Le profil et les aptitudes du candidat (compétences scientifiques, expériences dans le domaine de la recherche, publications)
→ Le caractère international des recherches (séjours d’étude, publications, compétences linguistiques)
→ La pertinence du rattachement demandé

LES AXES THEMATIQUES DU LABEX

Le programme général du Labex CAP se décline selon 5 grands axes, qui peuvent être compris dans leur transversalité :

a) Création et patrimoines en interaction.

Cet axe se propose d’interroger, sur la longue durée, les étapes menant de la création à la patrimonialisation ainsi que les effets de retour de cette dernière sur la première, sous les différents angles de la culture des commanditaires et de leur part dans la conception des œuvres ; de la formation d’identités patrimoniales et du choix d’« objets de consensus » ; enfin – du point de vue de l’espace public – au travers des institutions culturelles et des lieux de définition de la communauté.
La question sera étudiée en prenant en compte trois questions, particulièrement révélatrices des bouleversements en cours : la nouvelle figure de l’artiste universel et la logique « globalisée » des emprunts, mélanges et interactions qu’elle induit entre les arts et leurs publics ; le processus mondialisé de sélection d’objets, de pratiques ou de sites porteurs d’une valeur nouvelle, dite « culturelle », qui sont offerts à l’identification des collectifs et des individus ; les nouvelles dynamiques dans le champ de la création et de la réception de la musique et des arts plastiques.

b) Création et processus créatifs.
Il s’agit de mener une étude transdisciplinaire de la création et de ses processus, en termes sociaux et cognitifs. La recherche impliquera une interaction entre l’étude des processus (étude de cas et réflexion théorique) et la réflexion historique critique sur ce que la tradition a légué sur ce problème. On étudiera, sur la longue durée, le statut de l’artiste en relation avec la question du métier, de la professionnalisation ; les frontières mouvantes entre « art » et « artisanat », la question des fonctions et des pouvoirs symboliques et politiques de l’artiste ; l’extension, dans l’Europe du XIXe siècle, de la notion de création, au-delà du seul domaine des arts au sens « classique » du terme, vers les arts industriels.
En dialogue constant avec ces travaux historiques, le laboratoire posera l’hypothèse qu’au-delà de la diversité de leurs objets, de leurs procédures techniques et de leurs statuts sociaux, les arts mettent en œuvre un répertoire cognitif, agentif et émotif spécifique, qu’on étudiera en faisant appel aux travaux en esthétique, histoire de l’art et anthropologie de l’art, ainsi qu’à la philosophie de l’esprit et aux recherches sur la cognition et les émotions.

c) Patrimoines et patrimonialisations.

On interrogera l’histoire de la patrimonialisation et les définitions de la notion de patrimoine, selon les lieux et les périodes, dans le cadre d’une large réflexion de type comparatiste. Les recherches prendront appui sur une clarification du statut des sciences de la conservation et de leur épistémologie. Confrontant les différents acteurs de la restauration, réfléchissant aux enjeux de la conservation, tant sur le plan technique que symbolique, prenant toute la mesure des nouvelles technologies, on interrogera non seulement les savoir-faire, mais aussi le bien fondé des pratiques inhérentes à la conservation. Cette recherche sera accompagnée d’un questionnement anthropologique des archives, conçues comme dénominateur commun de toutes les formes de patrimonialisation. Le programme comportera aussi un important axe historique dédié aux sources représentatives de l’enseignement de l’histoire de l’art en France au XIXe siècle ainsi qu’à la reconnaissance historique des métiers, des savoirs et des techniques, aboutissant notamment à une cartographie historique des lieux d’enseignement de l’architecture au XIXe et XXe siècles. On engagera aussi une étude détaillée des figures actuelles de la patrimonialisation dans le champ de l’art contemporain et dans celui de l’architecture.

d) Enjeux actuels de la création et du patrimoine.

Le développement des technologies numériques et les transformations de l’économie mondiale des pratiques culturelles suscitent des bouleversements encore largement incompris, mais dont les conséquences sont pourtant majeures. Le rapport dynamique entre création, patrimoine, et Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) sera abordé selon plusieurs axes : les collaborations entre musées et informatique ; le développement de logiciels et d’expérimentations, l’utilisation des TIC pour de nouvelles méthodes de conception créative et participative ; le statut de l’immatériel, et notamment des logiciels. Parallèlement, on interrogera les mutations actuelles de la création artistique dans l’art contemporain, le cinéma, dans le domaine de la musique, dans le champ de la création narrative et de la littérature, et dans le domaine architectural.

e) Prospectives
La situation française est depuis très longtemps caractérisée par la séparation entre le domaine des musées et des bibliothèques, chargés de la conservation du patrimoine, le domaine de la recherche et de l’enseignement supérieur et celui de la création. Pour dépasser ces césures, le Labex CAP se propose d’instaurer de nouvelles méthodes de travail, avec le souci d’accompagner l’émergence d’un nouveau modèle économique pour l’artiste et pour l’individu par une réflexion sur de nouveaux modes de diffusion des connaissances et des pratiques artistiques vers de nouveaux publics ou encore par la réalisation d’une encyclopédie en ligne de la création. On s’interrogera plus généralement sur la façon d’impulser des innovations créatrices d’activité et d’emploi pour les entreprises, les institutions et les organisations au sens large, de nombreux secteurs d’activité se nourrissant aujourd’hui de la création artistique, des sciences sociales ou de la recherche scientifique pour se renouveler et pour innover.

Contact :

Zinaïda Polimenova, responsable administrative du Labex CAP : zinaida.polimenova(at)univ-paris1.fr
Alexandra Liarsou, gestionnaire du Labex CAP : labex.creations.patrimoines(at)gmail.com

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Séminaire Arts, Innovation, industrie

Textiles intelligents
KOUGLOFABLAB et Black Boxe


Clotilde Fromentin-Félix
Maurin Donneaud
Lorraine Bergeret


Séminaire Arts, Innovation, industrie , Labex CAP Création Arts et Patrimoine

Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, 1 er décembre 2011, 18h-20h

La seconde séance 2011-2012 du séminaire Arts, Innovation, industrie s’appuie sur le domaine dit des « textiles intelligents », c’est-à-dire des étoffes expérimentales que viennent habiter des fibres informatiques, des capteurs, des matériaux. Ces ajouts amplifient les propriétés des tissus. Ils en font des prothèses qui empruntent des qualités au corps, à la matière digitale et à différentes matières artificielles, organiques, biologiques.
Objet d’expériences et d’expérimentation, le tissu est un des « lieux » actuels de la technè et de l’ingenium. Designers, informaticiens, biologistes, chimistes, ingénieurs textiles, artistes (danseurs, musiciens) cherchent ensemble comment faire et que faire de ce que les doigts assemblent. Pour ces objets indécis s’inventent des machines (à imprimer, à coudre, à insérer, à brancher, à commander…).
C’est de ces dialogues de création et de « breaching experiment », et des lieux où ils se pratiquent, laboratoire, atelier, musée, hackerspace, que parleront Clotilde Fromentin-Félix et Maurin Donneaud.
Lorraine Bergeret présentera différents travaux de designers et les laboratoires dont ils sont issus.

Clothilde Fromentin-Félix, Ubi, http://www.ubiloci.fr/index.php?/about-this-site/ est designer, chimiste, biochimiste et chercheur.
Elle présentera une réflexion sur le tissu à partir de son doctorat en cours, « Entre habits et habitacles, le design de l’habiter » (CEAC, Lille 3) au travers de la métaphore du Kugelhof, une enveloppe plissée.

KOUGLOFABLAB

« Le “kouglof” est une petite forme appétissante, une enveloppe surgie au cours de mes expérimentations à partir de la matière textile, qui me sert d’objet d’étude pour une réflexion sur le process industriel à l’âge du numérique et sa capacité à prendre en compte les plis que cette forme présente, matériels et conceptuels, et qui en constituent même sa spécificité en tant que produit textile.
La façon dont l’outil industriel peut être plissé voire chiffonné au travers de cet exemple ouvre, au-delà du numérique, vers des logiques biologiques et les technologies transformationnelles, … voire vers des dimensions humaines et des “techniques ordinaires”.
Sur la base de cette réflexion, Kouglofablab est la projection à partir de cet objet d’un scénario de Fablab particulier. »

Maurin Donneaud, http://maurin.donneaud.free.fr/, est designer . Il expliquera sa façon de travailler à partir de « l’intelligence de la main », quelle que soit la matière en jeu. Il montrera divers projets.

« Spécialisé dans le design d’interaction et la programmation d’objets physiques, je suis impliqué dans plusieurs projets de développements de textiles-électroniques. Installé à la Black-Boxe*, je développe des projets entre l’art, l’artisanat et l’industrie. L’une de mes recherches consiste à réhabiliter le geste dans la manipulation des médias numériques ainsi qu’à valoriser des savoir-faire artisanaux à travers l’utilisation de solutions technologiques astucieuses. C’est notamment pour cela que je collabore avec des techniciens, chercheurs, industriels et artistes, dans le but de mettre au point des textiles-électroniques sensibles au toucher.
Intervenant dans des écoles de design textile (ENSCI Paris, ENSAAMA Paris, CSM London) je partage mes connaissances pour contribuer au développement de projets e-textiles et faire ressortir la richesse et le potentiel créatif de cette pratique ».

Le vendredi 25 novembre, une journée e-textile a réuni des artistes et designers, usagers de la Black Boxe, autour de capteurs textiles DIY. Des usages embarqués comme un vêtement musical, ou des applications fixes comme un tapis de capteurs ont pu être accommodés à différents projets.
Il expliquera aussi l’espace qui accueille ces expérimentations techniques et créatives et les étend à une expérience sociale d’apprentissage volontaire. A cette occasion, il présentera la Black Boxe.

*La Black Boxe est un atelier ouvert, sur le modèle des hackerspaces. Hébergé au Théâtre de Verre, ce lieu met l’accent sur les connexions entre l’art et la technologie en général. La blackboxe dispose d’un atelier d’électronique, d’espaces de travail et toujours quelqu’un est prêt à donner un coup de main. Ces ressources sont mises à disposition des personnes qui souhaitent développer des projets personnels ou participer à des projets collectifs. Des rencontres et présentation de travaux (/dev/art) y sont régulièrement organisées.
http://www.theatredeverre.fr/

Lorraine Bergeret, http://lorrainebergeret.com/_/proje%28c%29ts.html
Designer, elle est docteur de l’ENSAM et a exploré les usages créatifs du béton. Elle a soutenu une thèse sur le design des matériaux en juillet 2011 et est actuellement chargée de projet à l’ENSCI Les Ateliers. Elle fait des recherches sur les matériaux urbains innovants et leur usage social.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Objets infinis c’est fini ça commence

Exposition de nos travaux

Avec tous les participants, invités

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Objets Infinis, on déballe. Venez ce soir, si vous voulez voir

Après 4 jours de tables rondes sur le thème des objets numériques et des musées, les participants du Workshop vous présentent leurs prototypes
ENSCI, Antoine Berr, Ayan Bihi, Paul Couderc, Léonie Ferry, Rémi Nguyen, Kristiina Sandqvist
Ecole d’architecture de la Villette, Émilie Kohler, Doctorante au Gerphau
Ecole d’enseignement supérieur d’art de Bordeaux, Pierre Florence, Pierre Florence, Armelle Polette, Alexandra Valois
(tous les trois du collectif Décalage vers le bleu) et Anne-Cécile Paternoster.
Ecole nationale supérieure d’art de Nancy, Nadine Branellec, Marion Daeldyck

Pierre Giner, Sophie Pène, Annick Rivoire (Poptronics) et Damien Bourniquel expliqueront le projet dans son ensemble et feront un retour critique sur cette première expérience, images à l’appui.

C’est aujourd’hui vendredi, 18h, salle Charlotte Perriand,48 rue saint-sabin 75011 Paris. Avec un pot et du vin de chez Charles Giner, viticulteur.

Nous avons utilisé pour les captations une « lentille 360° » Pano Pro.
Vous pouvez voir un extrait
http://www.gopano.com/video/1991

et si vous voulez naviguer dans l’image (iphone, ipad) voici l’appli à télécharger:
http://itunes.apple.com/us/app/videowarp/id437399543?mt=8/

Notre but : renouveler les captations d’événements scientifiques pour transformer les actuelles banques de ressources podcastables en lieux numériques exposant la recherche et mobilisant un public.
Nous introduisons des moyens de « rejouer » les conférences, de faire sa conférence à soi, en agrégeant des extraits selon divers fils (le temps, les intervenants, les thèmes).
C’est un travail qui va se continuer, avec le développement des prototypes. En février 2012, lors du colloque du Labex CAP (Création Arts et Patrimoines) , la même équipe d’animateurs et de participants s’efforcera de transformer une rencontre académique en un événement scientifique, social, important, utile, agréable et mémorable pour chaque individu. Une petite chose pour redonner souffle aux humains engagés dans la recherche à l’unviersité.

Sur le site Paris Design Lab, sous le titre « objets infinis », une série d’articles et les « minutes » des conférences (produites par un groupe de participants avec coveritlive) http://parisdesignlab.hypotheses.org/506
Sur Strabic.fr (revue recherche en arts et design), un premier compte rendu (Caroline : http://strabic.fr/Immersion-a-l-ENSCI-Objets-infinis.html
Sur Twitter, retrouver les interventions #NuMuse

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts