Petite maison dans la prairie… place de la République

Si vous n’avez pas encore vu l’exposition Micro-farms à l’ENSCI, si vous ne savez pas encore comment installer et exploiter une ferme urbaine, rejoignez-nous jeudi soir !

À l’occasion de l’exposition Micro-Farms initié dans le cadre du cycle [Fokus],
l’ENSCI organise une table ronde animée par Sophie PÈNE, directrice de la
recherche à l’ENSCI.
Participeront : Nathalie BLANC, chercheuse au CNRS en géographie urbaine ;
Fabienne Van Steenkiste , Maire-Adjointe de Montreuil ; Corinne Valls , maire de Romainville, Augustin ROSENSTIEHL et Pierre SARTOUX,
architectes, Agence SOA, co-fondateurs du Laboratoire d’Urbanisme Agricole (LUA); Damien CHIVIALLE, designer, MICRO-FARMS ; Armand BEHAR, artiste et
responsable des enseignements du Mastère Spécialisé Création et Technologie Contemporaine de l’ENSCI.
Jeudi 26 avril 2012, à 18h30,
espace Viénot 2.

A signaler aussi, le cycle de la Gaîté Lyrique « Technologies au quotidien » , en partenariat avec le Musée des Arts et métiers.

Si après ça les agriculteurs se sentent délaissés, qu’est-ce qu’on peut faire …

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Programme 5 avril ENSCI Paris Design Lab – Comment le design dévoile de nouveaux objets pour la recherche

5 avril Salle Richard Lenoir – ENSCI Paris Design Lab 48 rue Saint-Sabin 75 011

Cette journée réunit 6 doctorants designers, une post-doctorante, deux designers liés à des équipes de recherche. Ils présenteront un état de leurs recherches. Ils dégageront l’originalité d’une recherche qui fait une part à l’expérience sensible, au geste, au regard, à la forme (maquettes, dessins, prototypes). L’objectif commun est de montrer l’apport du design à une façon créative, expérientielle, de faire de la recherche en sciences humaines. Le design “agrandit”, en quelque sorte, la recherche. Claire Brunet (Philosophe, ENS Cachan) sera avec Sophie Pène (Sociolinguiste, ENSCI et Paris Descartes) discutante de ces communications.

9h-9h30 Café, accueil

9h30-9h40 Claire Brunet et Sophie Pène – La recherche, le design et les autres

Rendre visible
9h40-10h Marine Royer -ENSCI EHESS Design en Clinique. Décrire les objets prothétiques implantés
10h-10h20 Yves Rinato – Intactile – Datavisualisation. Elaboration d’interfaces, collaborations scientifiques.
10h20-11h Iona Ocnarescu – Strate ENSAM – L’expérience esthétique et les concepteurs dans une culture d’innovation

Discussion -Pause
Fabriquer
11h30-11h50 Xavier Flavard – Design, machines, médecine
11h50 12h10 Discussion

12h30 Déjeuner à l’ENSCI

Installer la conversation
13h30-13h50 Clément Gault – Ecole centrale de Nantes, France Telecom – Les activités collectives réunissant designers et chercheurs
et leurs pratiques communicationnelles
13h50-14h10 Estelle Berger – Université de Toulouse Poïétique du design, entre l’expérience et le discours
14h10-14h30 Benoît Millet – ENSCI-EHESS – La “pensée design”, extension ou dilution du design ?

En ville
14h30-14h50 Benoît Viallon – ENSCI-EHESS Design d’hétérotopes. Entre promenades urbaines et cartographies numériques, une prospective de l’architecture cosmétique
14h50-15h10 ENSCI EHESS Francesca Cozzolino Smart City Displays Project, une expérience collective d’observation par des designers
Discussion

16h- 17h Synthèse et Propositions – Coordination Claire Brunet (ENS Cachan) et Sophie Pène (ENSCI)

Avec la participation de François Guern, Matthieu Bourrel, Jean-François Gleyze, Axel Moralès

Les interventions seront enregistrées et disponibles en podcast. Une publication suivra

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Architecture de l’information pour les SHS

Jean-Michel Salaün invite André Gunthert et Sophie Pène à son séminaire IXXI (Institut Rhône-alpin des Systèmes Complexes), ENS Lyon
Architecture de l’information

<a href="http://tinyurl.com/c5rfr2z« >

Séance 6. CONCLUSION – ARCHITECTES ET ARCHITHEQUES

Le prochain séminaire en architecture de l’information se tiendra le vendredi 6 avril de 13h30 à 17h à l’IXXI à Lyon (plan) avec la présentation de deux intervenants disposant d’une expérience forte dans le montage de services sur le Web pour la recherche en SHS.

Culture Visuelle, paradoxes d’une expérimentation en digital humanities

André Gunthert, maître de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), il dirige le Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (Lhivic)

La plate-forme de blogs Culture Visuelle a été créée en 2010, pour mettre à disposition des chercheurs un outil spécialisé dans la gestion de contenus multimédia. Deux ans plus tard, les principaux résultats de cette expérience montrent que les ressources du dispositif, largement sous-employées, ne sont d’aucune utilité en dehors d’un contexte de recherche et d’une communauté fortement soudée. Se heurtant à d’importantes résistances académiques, l’usage scientifique élaboré des outils numériques conserve un caractère d’exception.

Labos digitaux – exposer les données de la recherche

Sophie Pène, directrice de la recherche à l’Ecole nationale supérieure de création industrielle

Deux expériences de création et d’animation rédactionnelle ( 2006, à l’université Paris Descartes, la plateforme René Des Blogs, devenue les Carnets.2, avec10 000 comptes – 2009, sur Hypothèses.org, un blog de recherche, Paris Design Lab) sont le matériau proposé pour une réflexion sur les blogs SHS. Cette fraîche littérature grise est à coup sûr une remarquable activité discursive, qui transforme nos façons de faire de la recherche. Se pose la question de l’architecture de ces “big data”, la cité savante devenant une cité informationnelle, et se devant d’aménager sa visibilité pour un large public. Comment nos communautés SHS pourront-elles aborder le difficile chantier de la visusalisation de données, et passer ainsi d’une communication sur le quotidien de la recherche à une véritable exposition de recherche, comprenant les médias sociaux généraux et dédiés, le curating scientifique et politique ? Un travail en cours avec l’artiste Pierre Giner, pour le Labex Création Arts et Patrimoine, servira d’étude de cas, quant aux liens entre événements de recherche (colloque, conversations), rédaction de carnet et , véritablement, exposition, dans des lieux numériques qui sont aujourd’hui nos véritables laboratoires.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Glenn Adamson au Séminaire mensuel Arts, Innovation, Industries

Nous nous retrouvons ce jeudi 5 janvier à 18h00 au 107 rue de Rivoli, 4e
étage pour écouter Glenn Adamson, Deputy Head of Research and Head of
Graduate Studies au Victoria and Albert Museum.
Il nous parlera de l’exposition « Postmodernism: Style and Subversion, 1970 to
1990 » dont il est le commissaire et qui se tient actuellement au V&A.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Séminaire Arts, Innovation, industrie

Textiles intelligents
KOUGLOFABLAB et Black Boxe


Clotilde Fromentin-Félix
Maurin Donneaud
Lorraine Bergeret


Séminaire Arts, Innovation, industrie , Labex CAP Création Arts et Patrimoine

Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, 1 er décembre 2011, 18h-20h

La seconde séance 2011-2012 du séminaire Arts, Innovation, industrie s’appuie sur le domaine dit des « textiles intelligents », c’est-à-dire des étoffes expérimentales que viennent habiter des fibres informatiques, des capteurs, des matériaux. Ces ajouts amplifient les propriétés des tissus. Ils en font des prothèses qui empruntent des qualités au corps, à la matière digitale et à différentes matières artificielles, organiques, biologiques.
Objet d’expériences et d’expérimentation, le tissu est un des « lieux » actuels de la technè et de l’ingenium. Designers, informaticiens, biologistes, chimistes, ingénieurs textiles, artistes (danseurs, musiciens) cherchent ensemble comment faire et que faire de ce que les doigts assemblent. Pour ces objets indécis s’inventent des machines (à imprimer, à coudre, à insérer, à brancher, à commander…).
C’est de ces dialogues de création et de « breaching experiment », et des lieux où ils se pratiquent, laboratoire, atelier, musée, hackerspace, que parleront Clotilde Fromentin-Félix et Maurin Donneaud.
Lorraine Bergeret présentera différents travaux de designers et les laboratoires dont ils sont issus.

Clothilde Fromentin-Félix, Ubi, http://www.ubiloci.fr/index.php?/about-this-site/ est designer, chimiste, biochimiste et chercheur.
Elle présentera une réflexion sur le tissu à partir de son doctorat en cours, « Entre habits et habitacles, le design de l’habiter » (CEAC, Lille 3) au travers de la métaphore du Kugelhof, une enveloppe plissée.

KOUGLOFABLAB

« Le “kouglof” est une petite forme appétissante, une enveloppe surgie au cours de mes expérimentations à partir de la matière textile, qui me sert d’objet d’étude pour une réflexion sur le process industriel à l’âge du numérique et sa capacité à prendre en compte les plis que cette forme présente, matériels et conceptuels, et qui en constituent même sa spécificité en tant que produit textile.
La façon dont l’outil industriel peut être plissé voire chiffonné au travers de cet exemple ouvre, au-delà du numérique, vers des logiques biologiques et les technologies transformationnelles, … voire vers des dimensions humaines et des “techniques ordinaires”.
Sur la base de cette réflexion, Kouglofablab est la projection à partir de cet objet d’un scénario de Fablab particulier. »

Maurin Donneaud, http://maurin.donneaud.free.fr/, est designer . Il expliquera sa façon de travailler à partir de « l’intelligence de la main », quelle que soit la matière en jeu. Il montrera divers projets.

« Spécialisé dans le design d’interaction et la programmation d’objets physiques, je suis impliqué dans plusieurs projets de développements de textiles-électroniques. Installé à la Black-Boxe*, je développe des projets entre l’art, l’artisanat et l’industrie. L’une de mes recherches consiste à réhabiliter le geste dans la manipulation des médias numériques ainsi qu’à valoriser des savoir-faire artisanaux à travers l’utilisation de solutions technologiques astucieuses. C’est notamment pour cela que je collabore avec des techniciens, chercheurs, industriels et artistes, dans le but de mettre au point des textiles-électroniques sensibles au toucher.
Intervenant dans des écoles de design textile (ENSCI Paris, ENSAAMA Paris, CSM London) je partage mes connaissances pour contribuer au développement de projets e-textiles et faire ressortir la richesse et le potentiel créatif de cette pratique ».

Le vendredi 25 novembre, une journée e-textile a réuni des artistes et designers, usagers de la Black Boxe, autour de capteurs textiles DIY. Des usages embarqués comme un vêtement musical, ou des applications fixes comme un tapis de capteurs ont pu être accommodés à différents projets.
Il expliquera aussi l’espace qui accueille ces expérimentations techniques et créatives et les étend à une expérience sociale d’apprentissage volontaire. A cette occasion, il présentera la Black Boxe.

*La Black Boxe est un atelier ouvert, sur le modèle des hackerspaces. Hébergé au Théâtre de Verre, ce lieu met l’accent sur les connexions entre l’art et la technologie en général. La blackboxe dispose d’un atelier d’électronique, d’espaces de travail et toujours quelqu’un est prêt à donner un coup de main. Ces ressources sont mises à disposition des personnes qui souhaitent développer des projets personnels ou participer à des projets collectifs. Des rencontres et présentation de travaux (/dev/art) y sont régulièrement organisées.
http://www.theatredeverre.fr/

Lorraine Bergeret, http://lorrainebergeret.com/_/proje%28c%29ts.html
Designer, elle est docteur de l’ENSAM et a exploré les usages créatifs du béton. Elle a soutenu une thèse sur le design des matériaux en juillet 2011 et est actuellement chargée de projet à l’ENSCI Les Ateliers. Elle fait des recherches sur les matériaux urbains innovants et leur usage social.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

PARIS 2030 – Les recherches prospectives soutenues par la Ville de Paris

Le colloque Paris 2030 aura lieu le 18 novembre 2011, dans les salons de l’Hôtel de Ville.

http://www.paris2030.com
Quatre variations : Ville cognitive, inclusive, réticulaire, créative.

Seront présents des chercheurs français et étrangers de toutes les disciplines, experts, élus et professionnels de la ville afin de débattre de l’avenir des métropoles.

Béatrice Fraenkel, directrice d’études à l’EHESS, directrice de l’équipe
anthropologie de l’ écriture, CNRS/EHESS présentera les résultats de la recherche « Ecritures urbaines de Paris 2030 » (menée entre 2009 et 2011) vendredi après-midi (18 novembre 14h30-15h40)

Que sera Paris en 2030 ? Comment se positionner face aux autres métropoles mondiales ? Comment améliorer la qualité de vie et gérer le changement climatique ? Autant de questions qui seront abordées pour dessiner les futuribles de la ville.

Le journal Libération est partenaire de Paris 2030.
Un DVD contenant toutes les recherches Paris 2030 sera remis à tous les participants au colloque.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

OBJETS INFINIS (4) Mode d’emploi – les tables rondes – la soirée VJing vendredi 18 novembre

Nous vous invitons à nous rejoindre un matin, une journée ou plus. Voici le mode d’emploi des tables rondes.

1. LA TABLE RONDE

Le format 1h30

o Synthèse introductive et brève présentation des intervenants (10’)
o Chaque intervenant a la parole une dizaine de minutes (10 x 4)
o L’animateur/trice les engage dans un dialogue entre eux puis avec la salle (30’)
(+ 30’ d’échanges informels)

Pour les intervenants :

La note jointe à l’invitation et les questions proposées sont censées suffire à ce que vous abordiez la table ronde sans travail préalable complexe.
Vous pouvez diffuser une (courte) présentation (image et vidéo), il y a une connexion.
Il s’agit de mettre en commun du matériel, avec des images, des situations, des projets, des commentaires, des impressions, des évènements,, des récits, de questions. La synthèse théorique se fera dans l’échange au fil de l’eau et de la semaine.
Pourquoi faire court quand on peut faire long ? Dialogue et participation, plutôt qu’ex cathedra. Votre exposé est un starter, à partir duquel les publics vous interrogeront et chercheront des documents et idées.

Le public : des étudiants de l’ENSCI-Les Ateliers, engagés dans des études et recherches dans les musées, des chercheurs participant au labex Création, Arts, Patrimoine, Master Création et technologies contemporaines, des professionnels des musées (conservateurs, médiateurs, responsables des publics) salariés et free lance.
Les uns n’assitent qu’aux conférences du matin.
Les autres travaillent l’après-midi sur des enregistrements du matin et les augmentent.

2. NOS ATTENTES

Dégager des problématiques originales utiles aux étudiants présents pour leurs travaux en cours (créatifs, de recherche )

Les oeuvres : le numérique rebat-il les cartes de la tension entre collections, médiations, expositions ?
Le musée : un bâtiment, une galerie, un fichier, un évènement ?
Les applications numériques : que prétend-on leur faire transformer, amplifier ou maintenir ? Quel est leur contexte de conception ? A quoi servent-elles, esthétiquement,techniquement, politiquement, économiquement.
La matière numérique : comment conservateurs, architectes, designers, industriels, artistes la pensent et la travaillent ? Quelle expérience, quelle tecknê, quelle création ?
L’objet numérique : le décrire, dans sa dynamique, d’objet plurimatière dans l’économie numérique : « à terminer », « hackable », hybride, multisémiotique, numérique avec l’objet, pour l’objet, en tant qu’objet
La fabrique : que produit le musée mobile ou la collection embarquable sur les gens ? En quoi cela accroit-il – ou réduit-il leurs dispositions et moyens de dire, d’éprouver, de penser, de croire, de faire ?

Tenir salon, aujourd’hui

• Ouvrir les Ateliers
L’ENSCI-Les Ateliers est une friche : espace de production, elle se recompose chaque semestre selon les thématiques investies. Le musée numérique, avec le Musée du Quai Branly, avec le Musée des Arts Décoratifs, avec le labex CAP est une thématique forte, qui ouvre des monde. Des invités importants et variés vont faire événement. Juste avant un travail créatif intense, ces rencontres donnent une énergie et une liberté..

Faire société
Chercheurs, conservateurs, bibliothécaires, médiateurs, artistes, architectes, graphistes, se retrouvent dans un « laboratoire d’excellence » : que vont-ils en faire ? Essai de retrouver souffle, une autre façon de faire de la recherche et de se fréquenter.

Exposer la recherche
La recherche cherche son public, son grand public. Si tant est que ses débats aient des vertus, qu’ils puissent élargir les vues, il nous faut trouver le chemin pour en faire part. D’où cette tentative de « conférence augmentée »
• Livetweet multimodal pendant la conférence
• VJing avec les objets numériques pour la soirée de clôture (vendredi 18, 18h-20h)
• hypercommentaire des interventions, synchrone et post-produit, tant dans le moment vécu de la conférence que dans le lieu numérique qui va la suivre


REVENEZ VENDREDI SOIR !

Après 4 jours de conférences, les élèves, étudiants et chercheurs qui participent à ce workshop travailleront vendredi au rendu final. De 18h à 20h, avec Pierre Giner et Damien Bourniquel, un moment VJing, ils mixeront l’ objet numérique infini qu’ils auront produit.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Objets infinis Politiques numériques, usages des collections (1) – Le cadre d’ensemble

Pierre Giner, Annick Rivoire et Sophie Pène

14, 15, 16, 17 novembre – Paris Design Lab

Paris Design Lab prépare, avec Pierre Giner et Annick Rivoire (Poptronics), une conférence augmentée d’une semaine, sur le thème de « l’usage des collections numériques ». Participant au Labex CAP, Paris Design Lab s’essaie ainsi à un format contributif. Une table ronde chaque matin sera augmentée par les étudiants, éditorialisée et publiée, au fil de la journée. L’événement est à la marge de la recherche, il lui donne forme, en la confrontant à un public. Certains des designers en formation qui composent ce public sont engagés dans une recherche créative sur les pratiques numériques, pour le Quai Branly.

1. Le Labex CAP 25 laboratoires, 300 chercheurs, 6 musées

Le Labex Création Arts et Patrimoines (CAP), issu du Pôle recherche enseignement supérieur Hésam, réunit 25 laboratoires d’histoire des arts, d’histoire des techniques, d’esthétique, de design, d’anthropologie, d’informatique et d’architecture. Six musées se sont associés, le Centre Pompidou, le musée du Quai Branly, le musée des Arts Décoratifs, le musée Camondo, le musée des Arts et Métiers, la Cité de la Céramique.

Une recherche pour notre époque

Le Labex CAP rapproche des personnes qui n’étaient pas habituées à travailler ensemble, des chercheurs en informatique aux historiens d’art.
Il rapproche des universités et des musées, c’est-à-dire des laboratoires, des lieux d’enseignement et des lieux de ressources.
Il ouvre la porte à la création contemporaine, artistique et industrielle. Des artistes et des designers participent. Le Labex aimerait soutenir des résidences d’artistes, à propos de lieux numériques, tels que Pompidou Virtuel ou des sites d’archives. Il peut tirer parti de résidences de design ouverte dans des lieux de recherche, à Grenoble et Saclay.

Le Labex n’est pas un laboratoire de plus, qui engloberait l’existant avec de nouvelles contraintes. La recherche y reprend souffle. Elle y fait société. Elle invente des pratiques inédites de dialogue, de terrain. Elle se risque aux combinaisons entre disciplines, divers chercheurs se penchant sur des objets du patrimoine regardés comme des réservoirs de création. Etudier les archives, oui, mais l’historien invite l’anthropologue. Observer la médiation muséale, oui, mais proposer à des informaticiens et à des auteurs de créer un serious game transmedia.
Les chercheurs espèrent un esprit de projet, un esprit de laboratoire, où sont possibles les risques et les plaisirs de l’exposition d’idées entre spécialistes de spécialités qui s’ignoraient. Dès la première année de ce labex s’éprouve une façon d’être chercheur qui serait transversale, expérimentale, actuelle, créative, visible.


2. Une semaine de travaux, pour une « conférence augmentée »

A l’occasion d’une étude de design que le musée du Quai Branly a demandée à l’ENSCI-Les Ateliers, Paris Design Lab organise une semaine de conférences, sous le titre « Objets infinis ». Ces objets infinis, quels sont-ils ? Des objets numériques issus des applications mises à la disposition des musées (Web, Smartphones), par lesquels on identifie les tableaux, on organise un parcours, on cherche une information, par essence mouvants, appropriables à différentes situations, transformés et continués par une pratique qui ne saurait être entièrement dessinée et prévue. Ils lient intrinsèquement technique et contenus dans une matérialité qui appelle à réfléchir à leur mode d’existence (ces petits êtres).

Ils sont générés par l’usage que les publics en font. Il s’agit des séries personnelles que les visiteurs constituent quand ils manipulent, agencent des éléments de collections. Mémoire mentale et secrète de la visite, mais aussi photos ponctuant la visite, quand elles sont possibles, et désormais collections concrètes, telles que les permet par exemple CnapN, la dernière création numérique de Pierre Giner.

Raconter des histoires d’architecture, de design, de création, de programmation

En 4 tables rondes, une quinzaine de créateurs, artistes et designers, industriels, architectes, représentants des musées, enseignants chercheurs vont exposer à une trentaine d’étudiants des histoires, des récits d’intervention et de conception, des commentaires d’événements et de pratiques. Il s’agit de réunir des points de vue sur les politiques numériques des lieux de conservation et de création, et dont la visée explicite est l’accessibilité des collections à tous les publics.
Il s’agit aussi par ce biais de débattre du design numérique, c’est-à-dire du design dans l’économie numérique. De cette économie numérique, le musée est un terrain d’élection et un symbole, car ses trois fondements, la collection , la médiation, l’exposition résument les usages des données (telles que, à propos de l’internet, les trois couches que sont les infrastructures, les moteurs, les applications les organisent et les « font remonter »).
Deux applications numériques, CnapN et Decorative, seront racontées, pratiquées, grâce aux collections qu’elles brassent.

Exposer la recherche
Ces exposés et ces discussions illustrent un aspect de la recherche interdisciplinaire qu’est en train de dessiner le labex CAP : un moment de constitution de matériau, une recherche que la conversation aiguise, en faisant surgir les objets sous de nouveaux angles, surprenants, inattendus, heuristiques. D’une certaine façon on pourrait dire que ce moment d’exposition crée une forme de résultats, en général gommés par la suite des travaux académiques dont la seule matérialisation reconnue demeure la publication.
Nous voudrions engager une démarche de conservation de ce moment en lançant un concept de conférence augmentée.

La conférence augmentée
Ces conférences ont un public, des étudiants de design, d’histoire de l’art, de journalisme, de philosophie, d’informatique. Ce public va augmenter la conférence en jouant avec les contenus.
Une bonne part des étudiants sont des designers en formation. Certains élèves présents sont en effet en projet au musée du Quai Branly. Mais des designers viendront aussi d’autres ateliers .D’autres étudiants d’écoles et d’universités extérieures, pour la majorité liées au Labex Cap, travaillent sur des questions de Data journalisme, d’autres encore se forment à la médiation, aux méthodes de l’histoire de l’art, à la conservation patrimoniale, ou encore à la programmation numérique.
Les exposés des différents intervenants et les discussions avec les participants sont enregistrés, livetwetés, transcrits, photographiés.
Après la conférence, les élèves designers passent le reste de la journée en atelier. Ils s’emploient à éditorialiser ces récits et explorations, de façon à concevoir un « lieu numérique d’exposition de la recherche », une recherche socialisée, intéressant des publics nouveaux.
Au travers de cette expérience, nous voudrions témoigner d’une identité du labex, fondé sur une recherche vivante, saisie dans l’événement de la rencontre. En expérimentant la matérialisation de conférences marginales mais fécondes, on donnera forme à des moments intermédiaires, dont la recherche tire son effervescence et ses surprises. Comme les marches d’approche en montagne où se dessinent le relief d’un terrain et la perspective de la course.

3. La publication de la recherche

La recherche en sciences humaines a-t-elle perdu son public ? De nouvelles formes d’édition et de diffusion, comme la plateforme du Cléo, la Vie des idées, le réseau Knowtex, ou Café Sciences montrent des essais réussis pour ouvrir la boîte noire des labos, en publiant des carnets, des notes « à chaud ».
Nous voulons aller dans ce sens, en cherchant un public, un grand public, tel que celui que les musées ont su constituer depuis les années Malraux puis les années Lang. La recherche est une ressource pour l’innovation, c’est un présupposé des Labex. La création a la capacité de transformer l’économie et l’industrie, c’est un présupposé du Labex Cap. Encore faut-il qu’un large public ait accès à un élan de recherche qui ne soit pas simplement la publication scientifique ni les conférences ou livres grand public.
Nous pensons qu’un « lieu numérique » peut exposer la recherche, en tant que conversation, commentaire, interactions, et la rendre jouable , rejouable, par d’autres que les premiers énonciateurs, acteurs des tables rondes et communications.
Cela suppose un site d’un genre nouveau, fondé sur les « archives grises de la recherche », conversations, notes, références, images, et sur les évènements qui mettent en lien documents et individus par le biais de points de vue, de thèses, de débats publics.
Nous faisons même l’hypothèse que le cœur du labex tient dans ca capacité à manifester ces instants collectifs de recherche.
Dans cette mesure, cette semaine à l’ENSCI pourrait préfigurer la dynamique des rencontres de février 2012 qui insuffleront au labex Cap sa vie sociale et redessineront le réseau des recherches en cours, à l’aune des problématiques scientifiques du labex.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Séminaire « Designers, architectes, graphistes : discours et pratiques du futur »

ENSCI EHESS – Sophie Pène, directrice de la recherche à l’ENSCI Les Ateliers, Paris Design Lab, chargée de conférence complémentaire à l’EHESS.

2e et 4e mardis du mois de 15 h à 17 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 22 novembre 2011 au 26 juin 2012
Au premier semestres , 2 séances (6 décembre et 3 janvier) auront lieu à l’ENSCI les Ateliers, 48 rue saint Sabin 75 011 Paris

Le design, l’architecture et le graphisme sont trois pratiques d’intervention dans la ville qui fabriquent ce qui n’existe pas encore. Grâce à des rencontres au cours desquelles des représentants de ces trois professions présenteront des réalisations, nous étudierons les techniques (dessin, écriture, maquette, prototype) qui, composant un projet, établissent une relation tangible entre le présent et le futur, par le biais d’une invention de forme.

Il s’agit d’une part de décrire, dans le contexte de la ville, l’exercice de l’invention du futur. Il s’agit d’autre part de différencier ces pratiques créatives d’autres relations au futur, en particulier celle des sciences humaines.
Dans un second temps le séminaire proposera une lecture de différents textes de référence susceptibles de donner un cadre conceptuel à une « anthropologie du futur ». Les participants seront invités à prendre une part active à la lecture préalable des ouvrages et aux discussions en séminaire.

La troisième et dernière partie du séminaire concernera la prospective politique. Elle analysera des projets actuels, associant design, architecture, typographie et sciences humaines autour d’une prospective des politiques publiques régionales, inspirée en France par l’exemple des pays du nord de l’Europe.

Le domaine encore peu investi en France de l’anthropologie du futur sera exploré par ces différentes démarches de conception d’écritures, d’événements ou d’objets urbains. Nous entendons ainsi aborder la prospective comme une création s’appuyant sur des éléments de description et de représentation tangible.

Mots-clés : Anthropologie,

Aires culturelles : Transnational/transfrontières,

Suivi et validation pour le master : Obligatoire sur l’année (bi-mensuel)
Mentions & spécialités :

Ethnologie et anthropologie sociale
(Séminaire de recherche M1S1 M1S2 M2S3 M2S4)

Domaine de l’affiche : Anthropologie

Renseignements : par courriel

Direction de travaux d’étudiants : sur rendez-vous uniquement

Réception : prendre rendez-vous avec Sophie Pène par courriel

Niveau requis : le séminaire s’adresse aux étudiants de sciences humaines et sociales, toutes spécialités confondues, ayant un intérêt pour les questions d’innovation et de prospective urbaine, saisies sous l’aspect des écritures, des mobiliers urbains, de la ville numérique. Il concerne aussi les designers, architectes et graphistes intéressés par une mise au jour comparative de méthodes de représentation des objets et bâtiments à venir.
http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/986/

Adresse(s) électronique(s) de contact : sophie.pene(at)ensci.com, ecriture(at)ehess.fr

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Séminaire Arts, innovation et industrie

SEMINAIRE ART INNOVATION INDUSTRIE
Programme 2011-2012

Jeudi 3 novembre à la Galerie Kréo 18h00
Martin Szekely présentera sa dernière création, Units, exposée à la
Galerie Kréo.
Nous remercions vivement Clémence et Didier Krzentowski qui nous y
accueilleront.
Adresse : 31, rue Dauphine 75006 Paris
Il est indispensable d’avoir visité l’exposition « Ne plus dessiner » de
Martin Szekely qui vient d’ouvrir au Centre Pompidou.
Inscription obligatoire auprès d’Odile Nouvel :
odile.nouvel at lesartsdecoratifs.fr

Jeudi 1er décembre 18h00 aux Arts Décoratifs 18h00
Sophie Pene, directrice de la recherche à l’ENSCI, anime la séance sur le
thème des « Smart Textiles » avec Noémie Lesartre, ingénieure Matériaux
ENSCI, Maurin Donneaud, designer et artiste, Christina Towle, chorégraphe et
danseuse, Lorraine Bergeret, post-doc à l’ENSCI et Clotilde Félix,
professeur à l’Ecole Camondo et doctorante sur les textiles intelligents à
l’université de Lille.
Contact : Sophie.pene at ensci.com

Jeudi 5 janvier aux Arts Décoratifs 18h00
Glenn Adamson, Head of Graduate Studies, Research Department, Victoria and
Albert Museum interviendra sur le theme « The Invention of Craft ».
Contact: Philippe Sénéchal

Jeudi 2 février aux Arts Décoratifs 18h00
Caroline Arscott, Head of Research, Professor of Nineteen-Century Art, the
Courtault Institute of Art a accepté de venir et précisera ultérieurement
l’axe de son intervention.
Contact: Philippe Sénéchal

Jeudi 1er mars aux Arts Décoratifs 18h00
Laurent Pfister, professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas,
interviendra sur « L’Histoire du droit d’auteur.
Contact : Odile Nouvel

Jeudi 3 mai aux Arts Décoratifs 18h00
Tristan Weddigen, professeur à l’université de Zurich, responsable du
projet interdisciplinaire « An Iconology of the Textile and Architecture »,
abordera les interactions qui lient les arts textiles à l’architecture et au
design. Titre à préciser.
Contact : Philippe Sénéchal

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Julien Bayou, le 1er juin à l’ENSCI – design et politique

Quelle place pour le design dans l’activité politique ?
Dans une campagne ?
Dans la définition de politiques publiques ?
Dans la réflexion sur les pratiques démocratiques ?
Venez en discuter avec Julien Bayou, 1er juin, 12h45-14h à l’ENSCI Salle Vienot

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Le constructivisme a besoin de vous !

CENTRE POMPIDOU

Selon Patricia Falguières

Cycle de conférences du 28 avril au 26 mai 2011

Une session particulièrement orientée sur les liens entre design, art et politique

L’histoire de l’art par ses artistes, même

Un auteur ou un artiste partage ses réseaux et ses affinités, donne « le ton » à une série de soirées à la façon d’un catalyseur ou d’un dénominateur furtif. Patricia Falguières est historienne et critique d’art. Elle enseigne à l’EHESS, Paris.

Dernière séance

Le constructivisme a besoin de vous !

Avec Maria Gough, Marjetica Potrc et Patricia Falguières

Le constructivisme est devenu aujourd’hui la référence d’une génération de créateurs engagée dans une réflexion sur l’art comme production, sur le collectif, sur les promesses enfuies de la modernité. Une nouvelle génération d’historiens rouvre les archives de cet âge héroïque où l’art et l’histoire de l’art se confondaient.

Le jeudi 26 mai, 19h, Petite salle, niveau -1

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Maria E. Gough, professeur d’histoire de l’Art Moderne à Harvard (chaire Joseph Pulitzer jr) a publié, en 2005, un ouvrage immédiatement considéré comme crucial par les historiens, les historiens de l’art et par nombre d’artistes, The Artist as Producer. Russian Constructivism in Revolution (University of California Press). Travaillant sur les medias de la révolution russe, sur les projets intermedia de El Lissitzky et Gustav Klucis, elle prépare une exposition sur Gustav Klucis au MOMA.

Le travail de Marjetica Potrč se situe à l’intersection de l’architecture, de la sculpture et des sciences sociales, de l’anthropologie en particulier. Qu’elle travaille dans un barrio de Caracas (2003), une ferme de Murcie (2007), au Rajasthan (2005), à Detroit (2005) ou dans la Nouvelle -Orléans dévastée par Katrina (2008), Potrč élabore un va et vient singulier entre le terrain et l’espace d’exposition, galerie ou musée, entre la sculpture / l’installation et l’architecture, entre l’observation et l’intervention in situ. Son attention s’est portée très tôt sur l’architecture spontanée ou « l’architecture sans architectes », sur les formes et les solutions inattendues proposées par l’inventivité des communautés locales. Ses « Case Studies » ou « études de cas », qui associent architectes, artistes et communautés locales, explorent et développent la richesse potentielle du « design participatif » au fil d’une méditation sur le projet, le modèle et l’invention.

Marjetica Potrč est diplômée en architecture et en sculpture de l’Université de Ljubljana et a reçu de nombreux prix, notamment le Prix Hugo Boss 2000 et le « Vera List Center for Arts and Politics Fellowship » à la New School de New York en 2007. Son travail a été exposé en Europe et en Amérique, à la Biennale de Sao Paolo (1996 et 2006), à Skulptur Projekte de Münster en Allemagne (1997, à la Biennale de Venise 2003. De nombreuses expositions personnelles, entre autres au musée Guggenheim de New York (2001), à Portikus, Francfort (2006), ont jalonné son travail.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Quelle R&D dans les industries créatives ?

L’Atelier Français est heureux de vous convier à :

QUELLE R&D DANS LES INDUSTRIES CRÉATIVES?

Jeudi 19 mai à 19h à la Gaîté Lyrique

3 bis rue Papin, Paris 3e

En dépit de la nécessité de repenser en profondeur la production et la diffusion des contenus culturels pour proposer une offre numérique légale, les industries créatives investissent peu dans la R&D.
On peut invoquer la faible capacité des PME des secteurs du cinéma, du livre ou de la musique à investir dans la recherche ou à porter des partenariats avec des laboratoires publics et privés. Une autre raison réside peut-être dans la difficulté à cibler l’enjeu de la R&D pour les industries créatives : doit-elle viser l’innovation technologique, la compréhension des usages ou le soutien à la création artistique? Où se situent l’innovation et la création de valeur pour les industries dites de contenu? Doivent-elles financer la conception de services technologiques innovants telle une plate-forme de longs-métrages en VOD, ou plutôt soutenir l’émergence de nouveaux talents artistiques ?

Cette conférence de l’Atelier Français se propose de réfléchir à la place de la R&D dans les industries créatives pour poser des questions concrètes : comment se nouent des partenariats de recherches publics/privés? Quel soutien attendre des pôles de compétitivité? Comment passer de la recherche au marché? Comment cibler son investissement R&D pour les industries créatives? Enfin, quelle place donner à la création artistique dans la R&D?

Nous aborderons également le sujet dans une perspective internationale :
Comment le soutien à la R&D constitue un élément favorisant la place de nos industries culturelles françaises à l’étranger, l’attractivité et la reconnaissance de la France en matière d’innovation dans le domaine des industries créatives ?

Intervenants :

Pierre-Jean Benghozi, Directeur de recherche CNRS au Centre de recherche en gestion de l’École polytechnique, président de la section Économie et société du CNRS (sous réserve).

Catherine Lucet, vice présidente de Cap Digital, présidente des éditions Nathan et directrice en charge de l’éducation chez Editis.

Frédérick Rousseau , en charge de la valorisation scientifique et industrielle à l’IRCAM

Pierre Giner , artiste.

Les échanges seront animés par Camille Pène de l’Atelier Français.

Un événement dédié aux professionnels des industries créatives

Personnalités issues du secteur de la musique, du cinéma, de la mode, du design, de la musique, de l’édition et des entreprises du numérique, vous êtes les bienvenues!

L’objectif est de partager les bonnes pratiques, de faciliter les rencontres entre les industries de contenu et les fournisseurs de services numériques et d’inspirer des collaborations transversales.

Informations pratiques

Inscription gratuite (obligatoire):

http://www.atelier-francais.org/event/quelle-rd-dans-les-industries-creatives

Date et heure:

jeudi 19 mai 2011,dès 19h pour la session d’échange. Le cocktail débutera autour de 20h30.

Lieu:

La conférence se tiendra à la Gaîté Lyrique, 3 bis rue Papin 75003 Paris / Metro Réaumur Sébastopol ou Arts et Métiers

Pour toute demande d’information, camille@diversites.org

Les participants sont invités à twitter durant l’évènement avec le hashtag #atfr

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

« Manifestations » – Journée d’étude – Anthropologie de l’écriture

Le 6 mai 2011 une journée d’étude EHESS (Anthropologie de l’écriture) est consacrée aux écrits de la contestation.
La matinée sera consacrée aux photos des pancartes de la place Tahrir. L’après-midi rendra compte des premiers résultats d’une enquête sur les manifestations féministes.

Journée d’étude EHESS
« Manifester avec l’écrit »
Présentation et discussion de deux enquêtes en cours

Vendredi 6 mai 2011 de 9 h 30 à 17 h
Maison Suger (FMSH), 16-18 rue Suger, 75006 Paris, Salle de conférence

9h30-12h : Comment lire les écrits de la Place Tahrir ?
Présentation des documents
Premières analyses: Béatrice FRAENKEL, Ehess, « Evénements d’écritures » ; Luc BARBULESCO, Paris 3 : « Ecritures verticales » ; Sophie PENE, ENSCI : « Encres et craies, Twitter et Facebook » Questions nouvelles : atelier collectif réunissant chercheurs et étudiants

13h30-17h : les écrits des manifestations féministes, une enquête collective réalisée à Paris en 2011

Isabelle BRETTHAUER, Université Paris 7 et Valentina TOMASINI, Ehess : « Structurer et déstructurer la manifestation par le biais des écrits »
Nora LABO, Ehess : « La temporalité dans les écrits des manifestations féministes »

Arnaud DUBOIS, Ehess : « Les couleurs de la manifestation féministe »
Diana MESA, Ehess : « Identités graphiques de la marche du 8 mars 2011 »

Maud VALEGEAS, Ehess : « Conception d’un tract féministe et unitaire pour la manifestation du droit des femmes »
Fanny DELBREILH, Ehess : « Tracts et tracter dans deux manifestations féministes »

Cette journée d’études est commune au séminaire «Actes d’écriture dans la ville : les écritures urbaines à venir » animé par B. Fraenkel et S. Pène et à l’atelier méthodologique « Les écrits de la manifestation féministe » animé par C. Bustarret et B. Fraenkel.

Séminaire « Arts de la Renaissance: Fabrique & Discours » 28 avril 2012

Séminaire « Arts de la Renaissance: Fabrique & Discours »
ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES
(CESPRA)
ARTS DE LA RENAISSANCE : LA FABRIQUE ET LE DISCOURS.
Patricia Falguières (EHESS), Daniela Gallo (Université de Grenoble), Philippe
Sénéchal (INHA).

Jeudi 28 AVRIL 2011 à 18H

Francesco Lucchini
Leverhulme Early Career Fellow au Departement d’Histoire de l’Art de
l’Université de Warwick
Visiting Lecturer au Courtauld Institute of Art, Londres (co -responsable des
projets “The Clever Object” and “The Material Life of Things”)
http://www.courtauld.ac.uk/people/lucchini-francesco.shtml

La Matérialité de l’art, une enquête théorique:
Le Medium et la Merveille: Matérialité du verre incassable

Arts de la Renaissance : la Fabrique et le Discours.
4eme jeudi de chaque mois
de 18H à 20H à l’INHA, salle Vasari / Pereisc, 2 rue Vivienne, 75002, Paris.
Ouvert au public.
Contacts:
Patricia Falguières, falguier@ehess.fr
Nicolette Delanne, delanne@ehess.fr
CESPRA, 105 bd Raspail, 75006, Paris
tél: (0)01 53 63 51 38

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts