PixCité, design et espace public

L’ENSCI a répondu avec une PME, Plasmasoft, à l’appel à projet « L’espace public de demain avec le point de vue des designers » . Cet appel proposé par la Région Île-de-France fait suite aux études de trois designers, Jean-Louis Fréchin, Matali Crasset et Olivier Peyricot.
Sur le point de terminer un programme précédent, Regards augmentés, soutenu par le ministère de la Culture et de la Communication, notre équipe (Pierre Giner, Musée des Arts Décoratifs, ENSCI-Les Ateliers, Plasmasoft, Xedix, Trafik) accueille Ville Hybride .
Le projet va être évalué, et nous espérons pouvoir le réaliser, mais d’ores et déjà en voici le résumé.
PixCité est une action de design dans l’espace public qui consiste en une appropriation par les citoyens (passants, écoliers, retraités, visiteurs de musée, touristes, travailleurs…) des biens communs que sont les patrimoines artistiques, archéologiques et techniques.
Elle repose sur une application, décorative, déjà utilisée par le musée des Arts Décoratifs et réalisée par le même regroupement de compétences (design, informatique, politique des publics) à partir d’un concept créatif de l’artiste Pierre Giner.
Chacun, par l’acte devenu quotidien du « cliché » pris par un téléphone ou smartphone, contribue à une vaste composition d’images (promenade dans les collections numérisées, contribution à des collections, projections intimes, partagées dans un petit cercle ou publiques). Il reçoit en retour une planche de motifs comparables, lui présentant des œuvres (assorties de leurs notices et localisations) qu’il peut choisir d’aller visiter. PixCité reprend et élargit ce concept à d’autres patrimoines, regardés dans la déambulation urbaine. Cette façon naturelle d’entrer de plain-pied dans une culture de la ville change le rapport sensible aux détails de l’environnement.
Initiée dans deux terrains principaux, les musées (Arts Décoratifs, Arts et Métiers) et la ville de Saint-Denis, cette action est destinée à des transferts et des extensions à d’autres villes et institutions. Elle illustre une démarche de « sur-design », une intervention légère qui remodèle sans effacer. Dans le cas précis, PixCité est un filtre qui permet à chacun « voir à travers les murs et le sol » en accédant à la réalité patrimoniale des villes, par le jeu combiné des photos personnelles et des bases numérisées. Une ouverture vers l’histoire des lieux qui donne sens au présent et aide à se projeter dans un monde commun à venir.
PixCité conduit ainsi une intervention concrète de valorisation des territoires et des collections, avec des effets certains sur les relations sociales et l’innovation technologique. C’est aussi un manifeste pour un design d’intervention dans l’espace public dont l’enjeu est la capacité collective à faire face aux conversions écologiques et démographiques en sachant concevoir et investir de nouvelles solidarités créatives dont les biens culturels sont un symbole essentiel en Île-de-France.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Binôme au Palais de la découverte

Binôme LE CONCEPT

5 scientifiques : Valia Voliotis, François Vannucci, Romain Nattier, Arthur Leblois, Ronan James*

… ont rencontré…
5 auteurs* : David Lescot, Emmanuel Bourdieu, Elizabeth Mazev, Sonia Chiambretto, Christian Siméon

… qui ont écrit…

5 pièces originales :

*Jeudi 21 oct à 19 h 30* : Moi, j’utilise la lumière comme source d’excitation de la matière
*Vendredi 22 oct à 19 h 30 *: La lumière bleue
*Samedi 23 oct à 16 h *: Sympatrie
*Samedi 23 oct à 19 h 30* : Parking song
*Dimanche 24 oct à 16 h* : Tropopause

… mises en lecture par …

5 metteurs en scène et comédiens *: Camille Chamoux, Sandrine Lanno, Florian Sitbon, Thibault Rossigneux, Elizabeth Mazev

Réservation : Bettina.FRADCOURT@universcience.fr

Pour plus d’informations:

– binôme sur le site du Palais : http://www.palais-decouverte.fr/index.php?id=1985

– le teaser https://www.dailymotion.com/video/xds0ae_binome_creation

– l’émission de 5′ sur France Info consacrée au projet: http://www.france-info.com/chroniques-info-sciences-2010-10-18-le-theatre-est-au-rendez-vous-de-la-fete-de-la-science-492041-29-32.html

– binôme 1 sur la web tv : http://www.universcience.tv/media/1943/binome–1.html

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

RaDart, Art et technologie, un format pour explorer l’esthétique

Silicon Sentier continue à expérimenter des façons créatives de coopérer. Transposant à différents domaines un coworking né dans les start up , elle s’exerce à rapprocher des intuitions, des techniques, des expériences utilisateurs. RaDart est une variation inspirée du Carrefour des Possibles – présenter en quelques minutes un projet mêlant TIC et usages sociaux- qui approfondit le travail réaliste sur le projet même.
Que le porteur du projet soit un artiste ou un technicien , ou les 2 – car les TIC renouent le lien perdu dans l’industrialisation de la fin du XIXe entre artistes et ingénieurs, un bref exposé met en relief l’idée et la recherche en cours. Sur le vif, les propositions sont formulées. C’est une exploration in vivo, qui montre à l’oeuvre une dynamique créative collective, fondée sur l’entraide et le désir d’aller jusqu’au bout. Elan que l’autre retrouve aussi sur les plateformes de recherche compétitives comme InnoCentive ou Hypios.

Mais RaDart a l’originalité de proposer des combinaisons audacieuses entre technologie et art qui ont aussi une visée esthétique : interroger la perception, l’émotion, le jugement, au travers des forme techno-sensibles que les artistes ingénieurs proposent.
Une sorte de prototypage à partir desquels les designers peuvent explorer des démarches et des intuitions d’usages plus industriels. Cet articulation est aussi un angle de la recherche en design, sur son versant épistémologique.

Quelques projets, dans la livraison du 23 septembre, qui devraient intéresser les designers :
Fenêtres augmentées, Thierry Fournier
A la fois dispositif interactif d’exploration du paysage et support d’exposition, le projet « Fenêtres augmentées » propose, à travers une fenêtre physique, plusieurs niveaux d’interprétation d’un même point de vue. Questionnant l’objectivité présumée de la réalité augmentée, le projet interroge la vision qu’une communauté élabore sur un espace qu’elle regarde et donne à voir. Dans la perspective de la présentation d’un prototype à Futur en Seine 2011, Thierry Fournier présentera le projet, son équipe et ses recherches en matière d’expertises et de technologies.

T, Pascal Bauer

« T » est un tapis constitué de leds formant un écran vidéo. Recouvert d’un élastomère et occasionnellement d’une pilosité conduisant la lumière, il place le corps en contact avec l’image, en contact avec le pixel. Muni de capteurs, il reconnaît la présence de ces corps. Ainsi on peut piloter les images diffusées sur le tapis, de façon interactive à cette présence.
On obtient alors une nouvelle forme d’interface qui au lieu d’être à l’échelle de la main, est à celle du corps, voir de l’architecture.


Tableaux interactifs, Nicolas Clauss

Chaque tableau de Nicolas Clauss constitue pour le spectateur une expérience sensorielle fondée sur un processus d’interactivité. Préalablement structurés par un code, images, sons, formes et couleurs sont directement animés au gré des déplacements du curseur du spectateur, dont l’intervention dans le processus de création se révèle quelque peu ambiguë. Car s’il n’est pas le créateur de l’œuvre proprement dit, il en devient du moins, par l’intermédiaire de la machine, l’opérateur, donc quelque part, le co-créateur. Le rapport du « spectateur » à l’œuvre d’art « traditionnelle » est ici bouleversé. L’œuvre ne se donne pas à voir sous une apparence finie et immuable mais sous une infinité de manifestations visuelles possibles dont chaque actualisation est unique.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Arts et sciences à la Gaîté Lyrique (hors les murs)

A la Gaîté Lyrique, ou plutôt au Musée des Arts et métiers….

Après HeHe en avril et le /tmp/lab en juin dernier, le duo japonais multimédia Exonemo, Yae
Akaiwa et Kensuke Sembo, présente du 9 au 19 septembre au Musée des arts et métiers leurs
cérémonies Do It Yourself de désenvoûtement technologique en temps réel et leurs oeuvres interactives.


1. E x o n e m o : présentation du duo, Yae Akaiwa & Kensuke Sembo www.exonemo.com

Exonemo invite depuis 1996, dans leurs recherches artistiques et sémantiques à prendre
une revanche ludique sur les technologies en les pratiquant hors du mode d’emploi habituel,
laissant libre cours à l’imaginaire de chacun. Via un usage intensif d’Internet et des
outils d’information et de communication mobile, Yae Akaiwa & Kensuke Sembo exploitent
leurs failles, leurs potentiels et joue avec leurs contenus. Exonemo prône la « créativité
quotidienne » et la joyeuse interaction entre média, technologie et usagers.

Conférence et regards croisés entre artistes et scientifiques

Jeudi 9 septembre 2010 de 18h30 à 20h : Culture mobile et formes artistiques d’innovation
Avec le développement des usages de la téléphonie mobile et de l’Internet, les outils d’information
et de communication tiennent une place de plus en plus décisive dans nos sociétés. Loin de
constituer des supports neutres et transparents de communication, ils sont les vecteurs de pratiques
sociales et artistiques inédites, redéfinissant les univers d’expression personnelle, familiaux,
professionnels et économiques dans lesquels ils se sont insérés. Si ces « engins » mobiles
simples et agréables à utiliser permettent d’imaginer de multiples usages, la technologie qui s’y
cache nécessite de répondre à des exigences bien spécifiques : mémoire limitée, nécessité de
traiter l’information en temps réel, de se localiser ou encore de communiquer avec d’autres appareils…

Les artistes sont-ils des utilisateurs comme les autres ? Nombre d’entre eux, comme
Exonemo, utilisent ces technologies pour explorer d’autres voies créatives, de nouvelles manières
de faire, dont certaines anticipent peut-être des usages de demain. En nous faisant découvrir
des visions différentes, ces pratiques n’enrichissent-elles pas l’imaginaire nécessaire à
toute innovation ?

– Le regard des artistes : Exonemo présente une sélection de projets visant à connecter
l’individu à l’espace physique où il se trouve ainsi qu’à l’espace d’information du Web.

– Le point de vue des chercheurs : Dominique Cardon, sociologue au laboratoire des
usages d’Orange Labs et chercheur associé au Centre d’étude des mouvements sociaux
CEMS/EHESS (École des hautes études en sciences sociales) et Éric Gressier, professeur
au Cnam, laboratoire Cédric, responsable de l’équipe SEMpIA (Systèmes Embarqués
et Mobiles pour l’Intelligence Ambiante)

(extrait du communiqué)

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Le Lab « Regards augmentés » au Musée des Arts décoratifs

Dans le cadre de l’action « Services Culturels Innovants », initiée par le ministère de la Culture et de la Communication, L’ENSCI – Les Ateliers, le Musée des Arts Décoratifs, le CREDE Paris 1 Panthéon Sorbonne, Paris Ouest et l’Institut Télécom ont entrepris un programme, Regards Augmentés, qui consiste à présenter des oeuvres en usant des possibilités apportées par le jeu croisé d’un accueil singulier des publics et d’un dispositif de documentation enrichie.
L’ENSCI – Les Ateliers (équipe Paris Design Lab) prend en charge un « Lab », décrit ci-dessous.

Sites à visiter :
Forbidden Touch and New Media in Museums, Codesign Lab, Institut Télécom, conduisant vers le site pédagogique de l’Institut Télécom . Cours CULT (Création Multimédia, consacré cette année au « toucher interdit ») d’Annie Gentès, et donc le contenu et les réalisations accompagnent la réflexion « Regards Augmentés ».
le blog Lezard
– Les collections, en particulier la collection de verre qui est le premier objet abordé

Prototype d’exposition augmentée
Comment tirer profit des médiations numériques pour offrir au visiteur des Arts Décoratifs un regard inédit, un regard augmenté, sur les œuvres ? Comment exploiter les richesses documentaires disponibles pour créer un contexte d’apprentissage sans didactisme ? Comment ouvrir un espace d’expérimentation, qui ne répète pas des usages déjà normés et décevants (du Web, des technologies de l’information et de la communication)?

Pour penser au mieux les possibilités ouvertes par les technologies de l’information et de la communication au musée, l’Ensci – Les Ateliers propose d’installer dans le musée des Arts Décoratifs un lab de recherche et de conception au sein duquel, avec la participation des visiteurs, une équipe de designers et de chercheurs va élaborer le prototype d’une architecture documentaire innovante mise en scène à travers un dispositif spatial.

Le Lab est une réalisation qui s’inscrit dans le projet « Regards augmentés » porté par le Musée des Arts Décoratifs et l’Ensci, et auquel participent Paris 1 Panthéon Sorbonne, Paris Ouest et l’Institut Télécom. Le projet « Regards Augmentés » s’est construit sur le postulat que la galerie virtuelle n’est pas un simple affichage supplémentaire de la collection, un substitut ou un complément, mais que cette galerie aide le musée à jouer pleinement son rôle en s’orientant vers une transformation des publics contemporains et en leur donnant des moyens étendus de regarder les œuvres.

Le Lab, un entre -deux, l’exposition en train de se faire, au vu des publics, des acteurs du musée, des chercheurs

Le Lab, pensé comme lieu de recherche, de conception et de médiation, va s’installer dans une salle du musée à proximité des espaces d’exposition. Espace tangible et modulaire au sein des Arts Décoratifs, il sera une vitrine sur le projet « Regards augmentés » en train de se faire. Son équipe va s’attacher à produire un dispositif informationnel qui recontextualise les œuvres de façon à provoquer chez le visiteur tant le désir de savoir que la capacité à formuler son émotion esthétique. Ce dernier sera invité à faire un détour hors du parcours de visite pour participer au lab.

Le cabinet des Fables de l'Hôtel Dangé
La boiserie fut réalisée pour l’ancien hôtel de Villemaré, 9 place Vendôme, lors des réaménagements commandés par le fermier général François-Balthazar Dangé, qui en avait fait l’acquisition en 1750

Le Lab se déroulera de mai à décembre 2010. Le projet comprend une phase de recherche et d’édition, une phase de conception plastique du dispositif et une phase de test auprès du public. Elles se superposent en partie dans le temps et se nourrissent les unes les autres.

Le Vase Hippocampes
L’équipe du Lab va dans un premier temps se concentrer sur le Vase Hippocampes d’Emile Gallé. Le dispositif conçu autour de cette œuvre sera transposable à d’autres œuvres sélectionnées par les conservateur, dont le Cabinet aux Fables et le Surtout Napoléon III. Cette période de prototypage correspond à ce qu’on peut appeler le Lab 1. Elle se déroulera de mai à fin juillet 2010. Les temps forts du Lab 1 sont le 20 mai 2010 (compte-rendu de l’état du Lab 1 aux autres partenaires du projet ; invitation à contribuer), le 26 mai 2010 (début de la mise en forme plastique), le 17 juin 2010 (présentation de l’état du Lab 1 aux autres partenaires du projet et éventuelle réorientation) et le 8 juillet 2010 (organisation de la phase « été »).

Vase Hippocampes dédié à Joseph Reinach

A partir des ressources documentaires existantes vont être extraits des segments d’information manipulables et définies des pistes de recherche non explorées encore. Le lab est à l’affut d’informations qui donnent à voir le Vase Hippocampes sous un jour nouveau, dans toute sa beauté et sa singularité. Pourront être inclus dans le dispositif informationnel, outre des informations sur l’œuvre, des éléments qui ouvrent des dimensions poétique, sensorielle, technique, scientifique ou anecdotique : occurrences du motif de l’hippocampe dans des œuvres plastiques, littéraires et cinématographiques, matériologie, exploration sonore et tactile, fictions, points de vue de scientifiques sur l’hippocampe, chorégraphies, cartographies, scénographies …

en 1871, lors de la Commune, le surtout  brûla dans l’incendie du palais des Tuileries. Henri Bouilhet, vice-président de la manufacture Christofle, le sauva des cendres et le donna au musée des Arts décoratifs.
Pièce centrale du surtout de cent couverts, la France distribuant des couronnes de gloire

Dans un deuxième temps, l’ensemble du matériel de recherche rassemblé sera organisé en un réseau arborescent autour du vase aux hippocampes. Devront être définis des cercles d’informations qui sont autant de « mondes » et d’ « horizons » qui traversent le Vase hippocampes. Cet ensemble d’informations sera traduit dans un dispositif physique dont la forme reste à définir. Parcours dans l’espace, cubes manipulables, vitrines, tiroirs…l’essentiel est de mettre le visiteur en posture active et que lui-même produise et manipule l’information et organise son ressenti. Le Lab n’hésitera pas à proposer d’intégrer le Vase Hippocampes dans des scénarios inattendus afin de provoquer le visiteur. On peut imaginer que celui-ci soit virtuellement en mesure de le casser, de le reconstituer, de l’acheter ou de le dupliquer.

Le rôle créateur des visiteurs

Si le Lab investit l’espace du musée, c’est pour être en mesure d’impliquer le visiteur dans sa démarche. C’est un aspect essentiel de son fonctionnement. Le visiteur devra composer son propre agencement en agrégeant des données et en créant un récit qui justifie sa collection de données. Le Lab donnera ainsi accès aux attentes du public tout en incluant ses productions, avec celles des chercheurs, dans les ressources pédagogiques du musée.

Unité modulaire low tech, travaillant initialement avec des matériaux modestes comme la ficelle, le carton et le bois, le lab va peu à peu intégrer des ressources technologiques dans sa structure. Il s’appuiera sur le réseau social en ligne du musée et infiltrera son site internet…avant de réfléchir à l’usage de technologies innovantes de type capteurs et reconstitution 3D.

Le dispositif du Lab figure un espace nouveau qui n’est ni le musée ni son pendant web. Il provoque l’échange et réunit « en plateau » des acteurs dont la réflexion est souvent dissociée. Conservateurs, designers, éducateurs, visiteurs contribuent ensemble et en même temps à la constitution du savoir sur l’œuvre. C’est cette conjonction en un même espace-temps de la recherche et de la conception, de l’expert et de l’amateur, du savoir et du ressenti, qui font la spécificité du Lab Regards augmentés.

Dates jalons du projet Regards Augmentés

20 mai 2010 : Présentation de l’état d’avancement du Lab au reste de l’équipe Regards Augmentés
26 mai 2010 : Début de la réalisation de la maquette du dispositif
9 juin 2010 : Premier test avec le public
17 juin 2010 : Présentation de l’état d’avancement du Lab au reste de l’équipe Regards Augmentés
8 juillet 2010 : Fin de la réalisation du premier prototype conçu autour du vase Hippocampes

L’équipe ENSCI Paris Design Lab , du Lab « Regards augmentés » est pour le moment constituée de :
– Tassiana Costa, designer
– Arthur Schmitt, designer
– Camille Pène, doctorante en histoire de l’art contemporain (Paris IV-Sorbonne)

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts