Un mobilier urbain d’interfaces locales A l’ère de la Sharing Economy[1]

 

A la suite des études prospectives à propos du mobilier urbain dit intelligent  (Atelier de projet de Jean-François Dingjian, 2011,  suivi de l’expérimentation Mobiliers intelligents, Ville de Paris, 2012, par Francesca Cozzolino, voici une réflexion prospective (du proche) pour les administrateurs du mobilier urbain , à la lumière de la sharing economy.

Les procédures de conception et de déploiement massif de gammes de mobilier urbain montrent autant leur efficacité que leur essoufflement. La récente expérimentation de mobiliers connectés offre des perspectives quant à l’appropriation de services innovants et à l’apparition d’objets ouverts qui se continuent dans l’usage (prennent du contenu, fertilisent des communautés). Support de prescription d’usages et d’informations essentiellement top down, le mobilier urbain se révèle un vecteur politique de réponse à de nouveaux besoins d’interfaces entre le monde des données et le monde social :

 

  • les mobiliers d’une nouvelle économie du partage et de l’inventivité, impliquant des supports d’information bottom up, pris dans le temps réel de l’activité des réseaux sociaux ;
  • la traduction dans la ville de nouvelles valeurs : le développement durable et la protection des ressources naturelles, l’accountability et la transparence de l’action publique, administrative, politique et citoyenne ;
  • l’affichage d’une marque Paris, portant internationalement des valeurs complexes de ville créative, innovante, accueillante, solidaire, scénographiant son futur tant par une esthétique et une sémiologie que par l’ouverture de l’espace public à la participation citoyenne et à l’expression directe des administrateurs de la Ville.

 

 

 

Un  mobilier générique pour accueillir la singularité

 

Les évolutions du mobilier parisien semblent répondre aux transformations des usages de l’espace public, et tenter d’en épouser le caractère polymorphe. Ces transformations émanent en effet de populations fort diverses, des habitants, des touristes nationaux et internationaux, des banlieusards ou provinciaux qui travaillent à Paris, des migrants. Bref, une population si variée par les âges et les motifs d’être là que chaque initiative peut paraître agressive aux usagers qui tous se pensent propriétaires symboliques du territoire urbain que chacun traverse.

Il est donc important de s’appuyer sur des constats transversaux pour mettre au jour des points qui aideront élus et administrateurs à arbitrer et à anticiper. Comment traiter des besoins d’équipement qui concernent aussi bien les enfants des bacs à sable que les personnes âgées ou les habitants des rues mêmes ? Comment analyser des fonctionnalités qui servent la mobilité (Vélib, parkings), l’hygiène (poubelles), la résidence temporaire dans les rues (bancs publics, abribus) ou plus durable et contestée  (tentes sur des parterres discrets, sur les pentes du périphérique, couchages de fortune sur des balcons, des bouches de chaleur, des vitrines), la sécurité comme la fête (l’éclairage) ? Ces fonctions et ces services mobilisent des métiers multiples. Elles expriment pour le récepteur final des valeurs morales, des projets politiques, une gestion des flux et des actions des populations, des disciplines et des dispersions. Tout cela composant une image des rues de Paris visible mondialement, via Google Earth, via les films de tourisme, de reportage, de fiction. En somme une histoire actuelle embarquant les vocabulaire patrimoniaux hyper-présents, dessinant une ville projetée vers le futur, et esquissant pour cela une nouvelle grammaire esthétique et relationnelle.

 

 

Design d’objets, design de situation

 

La notion de mobilier se révèle assez confuse : le design des objets pré-designe des situations sociales, des interactions, des partages, souvent difficiles, d’espaces et d’objets. Des objets non identifiés en tant que mobilier urbain, échafaudages, barrières, seront annexés pour l’assise ou l’accrochage de vêtements (tournevis transformés fichés entre les pierres par les boulistes des Arènes de Lutèce[2]). Des pratiques de partage (de journaux, de nourriture, de livres, de musique, de savoirs, d’informations) se trouvent privées des mobiliers qui les inscriraient dans la ville. Pourquoi pas des cabines téléphoniques[3] reconverties en consignes pour des Amap, des booksprinters, des annonces de services ultra locaux ? L’équipement de la générosité et de l’ingéniosité citoyenne s’appuie sur le détournement des lieux (Restos du cœur sur les places publiques et les squares). Il demeure précaire, sans signalétique, et comme clandestin. Le re-design des équipements de la ville par ses usagers reste marginal. La mise à disposition du mobilier demeure un pouvoir absolument top down quand de nombreux signes montrent que les politiques urbaines cherchent à capter la créativité bottom up.

 

Poids des normes et puissance sémiotique

 

Le choix des mobiliers est-il un privilège régalien ? Pas si sûr. Si les systèmes traditionnels de catalogues de mobilier semblent avoir fait leur temps, il est difficile aujourd’hui de renouveler la procédure car elle implique une vue systémique qui saisirait ensemble la conception, la réalisation, la mise en service, le suivi d’usage, jusqu’à l’obsolescence et au remplacement, tout cela à partir d’une analyse de besoins tant ciblés qu’universels …. Le poids des normes de sécurité et de robustesse fait que peu d’aménageurs ont les épaules assez larges pour aborder de tels marchés, créant d’évidents effets monopolistiques et annexant à la publicité les espaces disputés de l’affichage urbain.

Paris affirme une volonté d’innovation par la recherche, la culture, le dynamisme économique. Ces valeurs de ville du savoir et de ville créative s’expriment, ou pourraient s’exprimer, dans les mobiliers, au même titre que les valeurs d’accueil, de lien, de solidarité.

Par rapport à la lourdeur et aux enjeux de la mécanique décisionnelle, il semble hasardeux de lier fortement le mobilier urbain à l’image politique, sociale et économique d’une mégapole. Si cela peut se faire, c’est-à-coup sûr en dépassant la simple question des objets pour l’étendre en amont à des modalités de conception qui concerneraient les citoyens et en aval à des objets qui s’enrichissent dans l’usage, tout simplement parce qu’ils sont des interfaces de données top down (transparence  de l’action publique) et bottom up ( données travaillées par les citoyens) ou des datavisualisations de nouveaux indicateurs qui traitent des commons, l’eau, l’air, les énergies ( présence dans la ville d’une symbolique du ménagement des énergies).

 

 

Du catalogue à l’expérimentation

 

Passant de l’âge du catalogue à celui des expérimentations, la Ville de Paris a exposé  divers mobiliers urbains aux pratiques et commentaires des Parisiens, offrant ainsi aux observateurs l’occasion d’une synthèse. Beaucoup de ces mobiliers sont informationnels : le mobilier devient une interface entre un système de gestion et des usages. Cela est vrai du porte-sac Rossignol : y jeter une canette suggère la fonction de ramassage et de tri. La main, la logistique et le système d’information, la norme et le bien commun, sont symboliquement liés. Les data sont présentes dans les objets ordinaires, même sans numérique apparent.

Ces mobiliers ordinaires sont des interfaces qui montrent leur orientation vers la préservation des biens communs. Si les smart grids se révèlent à moyen terme une façon de prendre soin collectivement de l’énergie, et ce à partir de systèmes qui reposent sur l’analyse de big data de consommation multimodale,  de nouveaux objets ( écrans de datavisualisation, dans la rue, dans les commerces ou les écoles) vont prendre place dans nos villes et afficher les bons effets d’usages optimisés, incitant ainsi à des comportements soigneux.

Les traditionnels panneaux d’information affichent des bribes de l’agenda urbain. Or l’information à distance l’emportant désormais sur le guichet, il faut trouver des moyens de mieux valoriser l’action administrative, en lui donnant sa dimension politique et humanisée, en l’inscrivant positivement dans la sémiologie urbaine.

 

 

Open Data et Sharing Economy

 

Ce numérique urbain peut rendre beaucoup plus tangible et positive l’action administrative. Il deviendra nécessaire avec les demandes d’accountability et d’open gov qui présentent un intérêt égal pour les citoyens et les politiques. Les panneaux tactiles vus dans nombre de mobiliers expérimentaux annoncent une information démultipliée et dispersive. Entre la brève et la page web, un régime de communication numérique plus chaleureux et plus engagé reste à inventer.

Par ailleurs ces panneaux ne se sont pas encore ouverts à leur évidente destinée : matérialiser et stabiliser, en grande dimension, le travail de l’information effectué  sur les  smartphones, en mobilité, et destiné au partage. Ce sera peut-être le devenir des colonnes Morris et des kiosques à journaux. La Sharing Economy qui prend forme repose sur le crowdfunding, les inventions de services ultralocaux ou mondialisés, l’exploitation par les citoyens de l’open data ( géographie, infrastructures de services). Créer un service de signalement collectif de l’état de propreté des sanisettes, organiser un tri citoyen ou une redistribution de compost, réunir une Amap ou une expérience d’agriculture urbaine, voilà des initiatives microscopiques, mais elles expriment un empowerment citoyen dont l’effet est la responsabilisation et le développement de capacités. Le Vélib est un vélo, mais son système de prêt et de restitution en font bien autre chose qu’une bicyclette : un bien numérique  partagé et co-géré entre la ville et ses habitants grâce à de la gestion de données, un système d’engagement des usagers.

Matthieu Lehanneur installe de la végétation sur son Escale numérique, il affiche l’usage du bambou comme matériau de mobilier urbain : il propose une nouvelle sémiologie de la nature en ville, instituant des symboles de l’équitable et du durable. Il en va de même des fontaines qui représentent l’eau disponible à profusion. En les laquant de rouge on fait passer le message de leur importance phare. Mais à quand des fontaines signifiant la rareté de l’eau, et nous préparant à des règles de partage ?
Répondre aux besoins présents et généraux tout en instillant l’énergie d’un futur commun, c’est tout le défi des administrateurs urbains. Les expérimentations récentes ont concrétisé pour les citoyens cette tension, essentiellement autour la controverse de l’utilité des dispositifs numériques urbains. Elles ont aussi vulgarisé l’idée que ces expérimentations rompaient avec la simple consultation et que de nouvelles voies se dessinaient pour formuler des besoins ultra locaux, concernant un quartier, un square, et pouvaient donner lieu au design d’un objet unique situé, aussi bien qu’à des gammes standard. Les exemples choisis ici se limitent aux  knowledge technologies urbaines, dans le contexte de menaces et d’impasses lié aux transitions économiques, écologiques et démographiques. C’est une vue contrastée, dont le but est d’apporter des éléments de réflexion prospectifs et respectueux de l’hyper-présent, un présent avancé qui fait la jonction avec l’avenir.

 Sophie Pène

 


[1] Sharing economy, ou économie de partage : sur le modèle de Airbnb une économie de particulier à particulier se développe, bénéficiant de coût de transaction diminués par les réseaux numériques, et de la multitude de données disponibles sur les « gens et les choses ». Elle permet de traiter des choses très concrètes comme des objets numériques évaluables à distance. Dans de nombreuses villes américaines elle se développe de façon fulgurante, se substituant à des services publics à faible budget. Comme le commerce en ligne il y a quinze ans,  l’économie de partage se dessine comme un phénomène majeur d’activité économique , de transformation des modes de rencontre et d’échange.  Voir « The Rise of The Sharing Economy« , The Economist, 9 mars 2013

[2] Voir le projet Hacktion http://www.fabrique-hacktion.com/manifest.php « Fabrique / Hacktion engage une ré-appropriation des espaces publics et collectifs en installant des greffes, compléments d’objets, qui favorisent un usage, augmentent ou questionnent le mobilier urbain et les dispositifs existants ».

Fabrique / Hacktion engage une ré-appropriation des espaces publics et collectifs en installant des greffes, compléments d’objets, qui favorisent un usage, augmentent ou questionnent le mobilier urbain et les dispositifs existants.

 

[3] « Une nouvelle vie pour les cabines téléphoniques » , un projet du designer Pierre Charrié http://blog.la27eregion.fr/Une-nouvelle-vie-pour-les-cabines

L’industrie de l’impression 3D, expériences et promesses.

ARTS, INVENTION, INDUSTRIE

EHESS (CESPRA), LES ARTS DÉCORATIFS, ENSCI, INHA.
Patricia Falguières (EHESS), Odile Nouvel (Musée des Arts Décoratifs),
Sophie Pene (ENSCI) Philippe Sénéchal (INHA)

JEUDI 4 AVRIL  A 18H00
INHA, 6 rue des Petits- Champs ou 2 rue Vivienne, 75002, salle Fabbri de
Pereisc.

SOPHIE PENE

L’industrie de l’impression 3D, expériences et promesses.
En explorant cette année la notion d’impression, nous voulions éclairer
l’impression 3D et questionner ses liens éventuels avec le vaste domaine de
l’impression artistique, artisanale, industrielle, tel que de multiples
traditions manufacturières permettent de l’étudier.
C’est ainsi que des historiens et des praticiens, Bernard Jaque, Colette
Martin, Odile Nouvel, Jérémie Cerman, Constance Guisset et Tamara Préaud,
ont exposé au fil de 4 séances les  process d’impression concernant les
tissus, les papiers peints, la porcelaine.
Au-delà des process, ce sont des mondes industriels, des habiletés manuelles
et des arts mécaniques, des modes de réception des innovations, qui se sont
découverts à nous.
Mieux équipés, nous revenons vers l’impression 3D pour préciser ses usages
actuels, l’organisation industrielle et les expérimentations scientifiques
et artistiques dont elle est l’objet.  Au long de ce parcours nous avons en
effet compris que les liens étaient bien plus importants que prévu entre les
diverses formes de l’impression. Avec cette grammaire descriptive enrichie,
Sophie Pène revient vers l’analyse des productions disponibles. A partir
d’un corpus d’articles de presse professionnelle et de comptes rendus de
terrain, elle examinera au cours de la séance du 5 avril  les organisations
industrielles et les nouveaux produits dont l’impression 3D est l’objet,
comme discours et comme pratique.

Séminaire Visions Urbaines

Ce séminaire Visions Urbaines, séminaire de recherche du département de géographie, est intéressant pour des étudiants en design/
Il débute le  mercredi 30 janvier 2013 de 10h à 12h30 (salle info 2, NIR, 45 rue d’Ulm).
La participation au séminaire est libre.
(merci de bien vouloir vous inscrire pour prendre part aux séances en envoyant un mail à visionsurbaines@gmail.com)
Jérémie FERRER-BARTOMEU, ENS (Ulm), Paris-Sorbonne

Saena SADIGHIYAN, CSI Mines-Paris Tech, Sciences Po, LSE

Objet du séminaire 

L’urbanité est, certainement aujourd’hui, l’objet d’étude culturel le plus universel. Saisir le phénomène ville, c’est comprendre son émergence, sa création – qui suppose la destruction d’autres formes de mise en société – son évolution et son éclatement, au fil des temps et des espaces mondiaux. Les réalités antiques, médiévales, modernes et contemporaines seront associées et mises en perspective parallèlement, afin de soulever les enjeux convergents et divergents de ces phénomènes urbains complexes et transversaux, et proposer un dialogue fructueux entre les traces originelles de l’espace urbain et les derniers plans locaux d’occupation des sols en vigueur, qui s’attachent à s’approprier un espace paradigmatique, simultanément utopique et hétérotopique, en devenir constant.

 

Calendrier des cycles de recherche

Cycle 1 : Villes conflictuelles : théâtres d’affrontement, enjeux des pouvoirs.

La Ville absolue : de quelques mutations sociopolitiques aux XVIe-XVIIe s. et de leur historiographie.
30 Janvier 2013, salle info 2, 10h00-12h30, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005

La régulation problématique du commun. Institutions de contrôle, de police et de discipline sociale dans
l’espace urbain, XVIe-XVIIIe s, France, Espagne et Angleterre.
6 Février 2013, salle info 1, 10h00-12h30, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005

Ville imaginée, ville stratifiée : les rapports fonctionnels de l’espace urbain aux lieux de la Majesté, les jeux
de l’idéologie urbaine au prisme des stratégies d’acteurs (France, Espagne, XVIIe s).
20 Février 2013, salle info 2, 10h00-12h30, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005

Cycle 2 : Identité(s) et controverses patrimoniales : la condition culturelle en ville.

Aux sources polémiques de la fabrique contemporaine des mémoires dans la ville. Etat des lieux des ruines
et des inventaires patrimoniaux.
06 Mars 2013, salle info 2, 10h00-12h30, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005

Le format patrimonial : architecture, authenticité fictive et projets de restauration/réhabilitation
monumentaux.
27 Mars 2013, salle info 2, 10h00-12h30, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005

Densités urbaines, sédimentations archéologiques et impératifs économiques : hiérarchies et arbitrages des
politiques patrimoniales in situ.
17 Avril 2013, salle info 2, 10h00-12h30, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005

Cycle 3 : Nouveaux paradigmes urbains : aménagements, résistances et régulations dans la ville 2.0

Ville malade, citoyens pollués : l’ère numérique de la fange urbaine. Marges anxiogènes, nuisances digitales.
24 Avril 2013, salle info 2, 10h00-12h30, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005

Smart Cities, technologies numériques et aménagement : du contrôle vertical, des usages horizontaux et de
l’appropriation transversale des territoires.
15 Mai 2013, salle info 2, 10h00-12h30, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005

Traces et signe des réseaux et des infrastructures techniques. Marqueurs identitaires des territoires urbains,
les usages augmentés du territoire.
22 Mai 2013, salle info 2, 10h00-12h30, Nouvel immeuble Rataud, 45 rue d’Ulm, 75005

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Séminaire Arts, innovation, industrie – 2012-2013

Le projet scientifique de ce séminaire est lié au Labex CAP, Création, Arts et Patrimoines

 

8 novembre

Cette séance d’ouverture sera consacrée à la présentation du thème
« Impression » qui nous occupera toute l’année. Sophie Pène, Directrice de la
Recherche à l’Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle, Patricia
Falguières, professeur agrégé à l’École des Hautes Études en Sciences
Sociales, et Odile Nouvel, Conservateur honoraire des collections XIXe au

Musée des Arts décoratifs, tisseront un dialogue sur la problématique
contemporaine de l’Impression: pourquoi avoir choisi ce thème peu traité et
pourtant fondamental, quels en sont les enjeux, les perspectives, les mutations
profondes en regard avec la conception traditionnelle que nous avons de l’idée
d’imprimer. Vous êtes invités à participer à ce brain-storming ouvert.

Les dates des séances de l’année sont les suivantes: 6 décembre, 10 janvier,
7 février, 7 mars, 4 avril, 23 mai, 6 juin.

 

jeudi 6 décembre, à l’Institut
National d’Histoire de l’Art, 2 rue Vivienne,salle Fabbri de Pereisc à 18h00.

Cette séance sera consacrée à l’Impression textile.
Elle se déroulera en deux temps:

Bernard JACQUE viendra nous parler des « Technique traditionnelles de
l’impression sur tissu ». Agrégé d’Histoire, Conservateur honoraire du musée
du Papier Peint de Rixheim, il est membre du CRESAT (Centre de Recherche sur
les Economies, les Sociétés, les Arts et les Techniques) de l’université de
Haute-Alsace à Mulhouse, où il a enseigné durant de nombreuses années.

Colette MARTIN interviendra sur « L’ennoblissement textile aujourd’hui ». Après
avoir été Concepteur Textile pour les Galeries Lafayette, Colette Martin a
créé et dirigé de 1974 à 2009 l’Atelier d’impression textile à l’Ecole
Nationale Supérieure des Arts Décoratifs.

 

JEUDI 10 JANVIER  A 18H00
INHA, 6 rue des Petits- Champs ou 2 rue Vivienne, 75002, salle Fabbri de
Pereisc.

•       ODILE NOUVEL
Conservateur honoraire des collections XIXe siècle au musée des arts
décoratifs.

PROBLEMATIQUE AUTOUR DE L’IMPRESSION DES PAPIERS PEINTS AU XIXe SIECLE : LE
GESTE OUVRIER DANS LE PASSAGE DE L’IMPRESSION MAIN A LA MECANISATION.
Comment les savoir-faire ouvriers, précieux et secrets, mettent en lumière
aussi bien les risques des « défauts » de fabrication, que des jugements
ambivalents sur la valeur de la production. Ou comment le corps subjectif de
l’ouvrier fait face à l’objectivité mécanique.

•       JEREMIE CERMAN
Auteur d’une thèse sur le papier peint Art nouveau, soutenue en 2009,
lauréate en 2010 du Prix Richelieu de la Chancellerie des Université de Paris
et publiée en 2012 aux éditions Mare & Martin, Jérémie Cerman est Maître
de conférences en histoire de l’art à l’Université Paris-Sorbonne.

AUTOUR DE L’IMPRESSION DES PAPIERS PEINTS : DE LA CONCEPTION AU DEVENIR DES
MODELES.
À partir des recherches qu’il a menées pour la Belle Époque, Jérémie
Cerman proposera d’étendre sa réflexion au-delà de la question du processus
technique, en évoquant les étapes qui précèdent et succèdent à
l’impression des papiers peints. Ainsi reviendra t-il notamment sur le statut
des dessinateurs industriels, qui demeurent la plupart du temps anonymes mais
que les archives permettent parfois de faire sortir de l’ombre, tout comme sur
la question de la survivance des modèles

•       CONSTANCE GUISSET
Constance Guisset est designer. Elle a fondé son studio aussitôt diplômée
de l’ENSCI – Les Ateliers en 2007.
Son travail s’articule autour d’une réflexion sur l’illusion visuelle et
la surprise, comme en témoignent ses réalisations : Mezzanine (2008,
cage-aquarium), Tri3 (2008, poubelle de tri verticale, Vertigo (2010,
lampe-cabane éditée par Petite Friture), Duplex (2010, cage surmontée d’un
aquarium), le miroir Francis (2011, édité par Petite Friture, Dessus-Dessous
et Dessous-dessus (2012, objets lumineux), Sol (2012, chaise à bascule
éditée par Molteni) et Capes (2012, lampes).Elle a réalisé plusieurs
scénographies et films. En mai 2012 a lieu sa première exposition personnelle
à la Chapelle des Calvairiennes, Centre d’Art Contemporain du Pays de
Mayenne.

 

A venir :

7 février – Impression sur porcelaine

7 mars -Une séance « ouverte » d’inventaire et d’analyse avec les participants

4 avril – Claire Brunet, « l’impression philosophique » (titre à préciser)

 

23 mai Synthèse Technê et innovation

 

6 juin Bernard Cache (à confirmer)

7 février, 7 mars, 4 avril, 23 mai, 6 juin

Le design dans le secteur humanitaire

Table Ronde – le rôle du design dans le secteur humanitaire

jeudi 31 mai 2012 de 17h à 19h

Exposition
du 31 mai au 4 juin 2012 de 10h à 20h

Parc de la Villette, 11 rue Edgar Varèse – 75019 Paris
Galerie de la Villette, Pelouse Villette Enchantée,
face accueil Grand Halle, Métro Porte de Pantin, ligne 5
En partant d’un état des lieux de l’humanitaire et des grandes orientations stratégiques de ses acteurs pour la décennie à venir, les participants à la table ronde proposeront une définition du design humanitaire, ses moyens, son rôle et des contradictions qu’il doit intégrer.
Exposition au Parc de la Villette

Dessiner d’autres armes : imaginer les outils les mieux adaptés à ce design que Viktor Papanek voulait voir naître il y a 40 ans, dans le cadre de ce qu’il a nommé une “troisième voie”. Humanitarian Design Bureau veut envisager l’intervention du designer sur les terrains de la nécessité et de l’urgence, de l’économie radicale et de l’efficacité sans faille.

Philippe Ryfman

Professeur et chercheur associé
Responsable du Pôle ONG et
Humanitaire – Université Paris I
Panthéon, Sorbonne
Dominique Weizman

Responsable de la communication du Comité de Paris de l’Unicef
Blanche Renaudin

Chargée de recherche environnement
et crise Groupe URD
Laura Le Bastard

Coordinatrice des Opérations
Chargée de développement Asie
Nutriset

Antoine Choumoff
Président
Humanitarian Design Bureau

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Micro-Farm – Ferme urbaine – les Urbaniculteurs sont parmi nous

A l’ENSCI- les Ateliers, depuis quelques semaines, cette serre, qui rapproche végétation et pisciculture.
Il y a cet objet à la fois explicite mais quand même énigmatique. Que vient-il faire dans cette salle ? Où est-il destiné à s’implanter ? Qui s’en occuperait ? Qui en vivrait ? A qui servirait-il ?
Mais aussi qui l’a fait, pourquoi, ça coûte combien, ça intéresse qui ? Qui paye pour ça, qu’est-ce que cela pourrait devenir ? Quel genre d’entreprise et d’emploi ?

Un objet qui vient donner forme à un thème, la culture dans la ville. Les jardins partagés, les plantes comestibles dans nos rues. Afin de nourrir, dans le futur, 8 milliards d’humains à 80% urbains. Là où nous avions des géraniums, nous pourrions mettre des choux. Notez qu’il est interdit dans les règlements de copropriété de planter des carottes dans les « jardins privatifs »
Se nourrir, peut-être et pas seulement. Une certaine façon, au moment de la troisième révolution industrielle, de refaire lien avec la nature, de se réunir pour faire pousser et regarder pousser, de symboliser aussi, comme la fontaine Wallace a pu symboliser la ville haussmannienne, un regard respectueux sur le vivant, un vivant non humain, ce que les Grecs nommaient la Phusis, le principe dynamique d’expansion.

Chacun de nos invités va présenter le lien qu’il entretient avec la ferme urbaine.
D’abord Damien Chivialle, l’auteur de MicroFarm, un designer qui aime travailler le container, un objet industriel devenu un cheval de Troie posté dans la ville, qui la regarde, qui y introduit des expériences.
Pierre Sartoux et Augustin Rosenstiehl, deux architectes de l’agence SOA qui partis d’une architecture critique et d’objets manifestes, s’avancent vers des objets concrets , simples. Ils ont fait une tour végétale, ils font des jardins urbains.
Ils ont fondé le Laboratoire d’Urbanisme Agricole.
A leur présentation, Corinne Valls, Maire de Romainville, réagira, quand et comme elle le voudra, puisque le jardin sur les toits de la Cité Marcel Cachin est à la fois une innovation sociale et une innovation architecturale, qui préfigure des écoquartiers auxquels l’on s’attache, que l’on soigne, par des liens qui dépassent le strict « service urbain »
Fabienne Van Steenkiste Maire Adjoint de Montreuil parlera de la relation nouvelle avec l’espace public qu’introduisent les semailles dans la ville.
Nathalie Blanc, géographe, directrice de recherche au CNRS, parlera de la nature en ville et de l’esthétique environnementale.
Enfin, Armand Behar, plasticien et responsable du mastère Création et technologie contemporaine, questionnera le sens de ces formes nouvelles dans la ville. Il dira en quoi uen école de design et de création industrielle se sent concernée par ces expérimentations.

PixCité, design et espace public

L’ENSCI a répondu avec une PME, Plasmasoft, à l’appel à projet « L’espace public de demain avec le point de vue des designers » . Cet appel proposé par la Région Île-de-France fait suite aux études de trois designers, Jean-Louis Fréchin, Matali Crasset et Olivier Peyricot.
Sur le point de terminer un programme précédent, Regards augmentés, soutenu par le ministère de la Culture et de la Communication, notre équipe (Pierre Giner, Musée des Arts Décoratifs, ENSCI-Les Ateliers, Plasmasoft, Xedix, Trafik) accueille Ville Hybride .
Le projet va être évalué, et nous espérons pouvoir le réaliser, mais d’ores et déjà en voici le résumé.
PixCité est une action de design dans l’espace public qui consiste en une appropriation par les citoyens (passants, écoliers, retraités, visiteurs de musée, touristes, travailleurs…) des biens communs que sont les patrimoines artistiques, archéologiques et techniques.
Elle repose sur une application, décorative, déjà utilisée par le musée des Arts Décoratifs et réalisée par le même regroupement de compétences (design, informatique, politique des publics) à partir d’un concept créatif de l’artiste Pierre Giner.
Chacun, par l’acte devenu quotidien du « cliché » pris par un téléphone ou smartphone, contribue à une vaste composition d’images (promenade dans les collections numérisées, contribution à des collections, projections intimes, partagées dans un petit cercle ou publiques). Il reçoit en retour une planche de motifs comparables, lui présentant des œuvres (assorties de leurs notices et localisations) qu’il peut choisir d’aller visiter. PixCité reprend et élargit ce concept à d’autres patrimoines, regardés dans la déambulation urbaine. Cette façon naturelle d’entrer de plain-pied dans une culture de la ville change le rapport sensible aux détails de l’environnement.
Initiée dans deux terrains principaux, les musées (Arts Décoratifs, Arts et Métiers) et la ville de Saint-Denis, cette action est destinée à des transferts et des extensions à d’autres villes et institutions. Elle illustre une démarche de « sur-design », une intervention légère qui remodèle sans effacer. Dans le cas précis, PixCité est un filtre qui permet à chacun « voir à travers les murs et le sol » en accédant à la réalité patrimoniale des villes, par le jeu combiné des photos personnelles et des bases numérisées. Une ouverture vers l’histoire des lieux qui donne sens au présent et aide à se projeter dans un monde commun à venir.
PixCité conduit ainsi une intervention concrète de valorisation des territoires et des collections, avec des effets certains sur les relations sociales et l’innovation technologique. C’est aussi un manifeste pour un design d’intervention dans l’espace public dont l’enjeu est la capacité collective à faire face aux conversions écologiques et démographiques en sachant concevoir et investir de nouvelles solidarités créatives dont les biens culturels sont un symbole essentiel en Île-de-France.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Appel à projets pour l’identification des Domaines d’intérêt majeur DIM de la Région Île-de-France

Lancé le 11 février et clos le 30 mai 2011, cet appel entend questionner la liste des DIM, domaines de recherches soutenus par l’Île-de-France. Actuellement 14 DIM sont labellisés et soutenus par la Région, à-à hauteur de 295M€ entre 2005 et 2010.

Aujourd’hui les chercheurs sont consultés pour déterminer le périmètre et les objectifs scientifiques des nouveaux réseaux thématiques pluridisciplinaires.

Les priorités politiques de l’exécutif régional sont le cadre souhaité :

La conversion écologique et sociale

la santé

la mondalisation

l’évaluation des politiques publiques

les inégalités femmes/hommes et le genre

le travail et la souffrance aut ravail

les discriminations

émancipation, science et progrès.

Des réponses en 10 pages dont certaines contribueront à labelliser 16 DIM au plus pour la période 2012-2015. Une chance pour le design de s’affirmer comme un domaine de recherche au coeur de l’innovation sociale et technique ?

La conversion écologique et sociale, l’évaluation des politiques publiques, deux champs au moins où le design a beaucoup à dire.

Les chercheurs des  écoles de design franciliennes pourraient aisément réfléchir ensemble et faire des propositions communes.

Binôme au Palais de la découverte

Binôme LE CONCEPT

5 scientifiques : Valia Voliotis, François Vannucci, Romain Nattier, Arthur Leblois, Ronan James*

… ont rencontré…
5 auteurs* : David Lescot, Emmanuel Bourdieu, Elizabeth Mazev, Sonia Chiambretto, Christian Siméon

… qui ont écrit…

5 pièces originales :

*Jeudi 21 oct à 19 h 30* : Moi, j’utilise la lumière comme source d’excitation de la matière
*Vendredi 22 oct à 19 h 30 *: La lumière bleue
*Samedi 23 oct à 16 h *: Sympatrie
*Samedi 23 oct à 19 h 30* : Parking song
*Dimanche 24 oct à 16 h* : Tropopause

… mises en lecture par …

5 metteurs en scène et comédiens *: Camille Chamoux, Sandrine Lanno, Florian Sitbon, Thibault Rossigneux, Elizabeth Mazev

Réservation : Bettina.FRADCOURT@universcience.fr

Pour plus d’informations:

– binôme sur le site du Palais : http://www.palais-decouverte.fr/index.php?id=1985

– le teaser https://www.dailymotion.com/video/xds0ae_binome_creation

– l’émission de 5′ sur France Info consacrée au projet: http://www.france-info.com/chroniques-info-sciences-2010-10-18-le-theatre-est-au-rendez-vous-de-la-fete-de-la-science-492041-29-32.html

– binôme 1 sur la web tv : http://www.universcience.tv/media/1943/binome–1.html

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

RaDart, Art et technologie, un format pour explorer l’esthétique

Silicon Sentier continue à expérimenter des façons créatives de coopérer. Transposant à différents domaines un coworking né dans les start up , elle s’exerce à rapprocher des intuitions, des techniques, des expériences utilisateurs. RaDart est une variation inspirée du Carrefour des Possibles – présenter en quelques minutes un projet mêlant TIC et usages sociaux- qui approfondit le travail réaliste sur le projet même.
Que le porteur du projet soit un artiste ou un technicien , ou les 2 – car les TIC renouent le lien perdu dans l’industrialisation de la fin du XIXe entre artistes et ingénieurs, un bref exposé met en relief l’idée et la recherche en cours. Sur le vif, les propositions sont formulées. C’est une exploration in vivo, qui montre à l’oeuvre une dynamique créative collective, fondée sur l’entraide et le désir d’aller jusqu’au bout. Elan que l’autre retrouve aussi sur les plateformes de recherche compétitives comme InnoCentive ou Hypios.

Mais RaDart a l’originalité de proposer des combinaisons audacieuses entre technologie et art qui ont aussi une visée esthétique : interroger la perception, l’émotion, le jugement, au travers des forme techno-sensibles que les artistes ingénieurs proposent.
Une sorte de prototypage à partir desquels les designers peuvent explorer des démarches et des intuitions d’usages plus industriels. Cet articulation est aussi un angle de la recherche en design, sur son versant épistémologique.

Quelques projets, dans la livraison du 23 septembre, qui devraient intéresser les designers :
Fenêtres augmentées, Thierry Fournier
A la fois dispositif interactif d’exploration du paysage et support d’exposition, le projet « Fenêtres augmentées » propose, à travers une fenêtre physique, plusieurs niveaux d’interprétation d’un même point de vue. Questionnant l’objectivité présumée de la réalité augmentée, le projet interroge la vision qu’une communauté élabore sur un espace qu’elle regarde et donne à voir. Dans la perspective de la présentation d’un prototype à Futur en Seine 2011, Thierry Fournier présentera le projet, son équipe et ses recherches en matière d’expertises et de technologies.

T, Pascal Bauer

« T » est un tapis constitué de leds formant un écran vidéo. Recouvert d’un élastomère et occasionnellement d’une pilosité conduisant la lumière, il place le corps en contact avec l’image, en contact avec le pixel. Muni de capteurs, il reconnaît la présence de ces corps. Ainsi on peut piloter les images diffusées sur le tapis, de façon interactive à cette présence.
On obtient alors une nouvelle forme d’interface qui au lieu d’être à l’échelle de la main, est à celle du corps, voir de l’architecture.


Tableaux interactifs, Nicolas Clauss

Chaque tableau de Nicolas Clauss constitue pour le spectateur une expérience sensorielle fondée sur un processus d’interactivité. Préalablement structurés par un code, images, sons, formes et couleurs sont directement animés au gré des déplacements du curseur du spectateur, dont l’intervention dans le processus de création se révèle quelque peu ambiguë. Car s’il n’est pas le créateur de l’œuvre proprement dit, il en devient du moins, par l’intermédiaire de la machine, l’opérateur, donc quelque part, le co-créateur. Le rapport du « spectateur » à l’œuvre d’art « traditionnelle » est ici bouleversé. L’œuvre ne se donne pas à voir sous une apparence finie et immuable mais sous une infinité de manifestations visuelles possibles dont chaque actualisation est unique.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Séminaire Villes et Territoires réversibles Cerisy, 20-27 septembre 2010

Villes réversibles
la ville
Le développement urbain est emblématique d’une idée de progrès. Entamant les ressources d’espace, d’énergie, concentrant les intelligences, les cultures, les industries, rassemblant la production et la consommation, la ville est un usage du monde qui domine. Revisiter l’idée du progrès, tout en maintenant la ville comme un fait de modernité et de développement introduit l’idée de réversibilité.
C’est le thème choisi pour le colloque de fin septembre à Cerisy, Villes 2010.
Il intéresse l’ENSCI à plus d’un titre. Le thème de l’Urban Thinking est inscrit dans ses thématiques de recherche en particulier dans le partenariat avec NUS (Singapour). Un séminaire EHESS ENSCI « Prospective des écritures urbaines, Paris 2030 » commence cette année.

Ville inachevable

« L’injonction au développement durable elle-même porte en germe une nouvelle utopie de la ville et du territoire réversible: comment agir de façon équitable sans avoir pour horizon la ville sans cesse inachevée afin de pas obérer les capacités des générations futures à conduire leur propre développement?
La ville réversible au sein de territoires et de réseaux qui le seraient tout autant, les uns comme les autres par leurs acteurs, leurs systèmes d’action, leurs mondes techniques, leurs univers de production matérielle et idéelle? De quoi peut-il bien s’agir? D’où une seconde hypothèse: la réversibilité qualifie, dans les sociétés développées, la relation que l’on construit avec le futur de la même manière que le
patrimoine est devenu le filtre hégémonique de notre relation avec le passé.

Plasticité, créativité distribuée
La réversibilité n’est-elle pas un concept bien adapté au design ? Avec tout ce qu’il porte de plasticité, d’intelligence distribuée, de créativité au long cours ?
François Hartog qualifie de présentiste notre société, qui a du passé une vue mémorielle et patrimoniale et pas de vision du futur.

Prospective du présent
La réversibilité réintroduit l’histoire, l’histoire de la nature, des techniques, des modes de vie, et nous rapproche ainsi d’une disposition à aborder un futur, présent dans le présent. Assez proche de la « prospective du présent », développée par Edith Heurgon.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Design et anthropologie – Design de la formation (3)

Recherche Action – Recrutement d’un/une anthropologue

En master 2 ou doctorat, la/l’anthropologue sera chargé de :
– participer activement aux résidences
– organiser le travail de collecte, en particulier entretiens, notes, analyses
– mener les entretiens et les observations, mettre en ordre et analyser les données (transcriptions, analyses)
– tenir un carnet de recherche

décrire l’environnement
– synthétiser des documents et des entretiens de façon à poser le cadre et les enjeux
– organiser une campagne d’entretiens, les analyser, les investir dans la démarche créative, en relation avec les designers.
– construire une veille sur le sujet

enrichir les vues des designers par la transdisciplinarité
– nouer le dialogue interdisciplinaire
– aider à l’expression des concepts
– réaliser les synthèses des résidences
– participer à la démarche prospective

qualités et compétences recherchées

– méthode, expérience de terrain
– engagement, responsabilité
– goût pour le travail interdisciplinaire
– intérêt pour le domaine de la formation

Des expériences de terrain dans un ou plusieurs de ces domaines sont attendues
espaces publics, ville, éducation, travail, technologies de l’information, Internet, anthropologie des réseaux sociaux, interactions
Contrat de 4 mois . Niveau de salaire de type contrat doctoral

envoyer lettre, cv, articles et liens vers travaux, à sophie.pene@ensci.fr pour le lundi 6 septembre.
Les entretiens auront lieu le vendredi 10 septembre après-midi.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Design et anthropologie – Design de la formation (2)

Recherche action – Recrutement d’un designer

Diplômé depuis 3 ans au plus, le/la designer sera chargé de :
– participer activement aux résidences
– organiser le travail de collecte, en particulier photos et vidéos, dessins des espaces
– participer aux entretiens et aux observations, contribuer à la mise en ordre des données (transcriptions, indexation des images et des vidéos, chapitrage,
– tenir un carnet de recherche

comprendre l’environnement
– lire les documents sur la formation, l’histoire de l’association, les enjeux stratégiques
– enquêter, questionner divers experts et dirigeants
– construire une veille sur le sujet

participer à la réalisation des trois démonstrateurs et des notes d’enquête
– restitutions des résidences, bilan de l’existant et diagnostic
– analyses des représentations de la formation (histoire, présent, futur)
– réalisations prospective.

qualités et compétences recherchées

– créativité, attention, précision, curiosité
– engagement, responsabilité
– goût pour le travail interdisciplinaire
– intérêt pour le domaine
– bonnes capacités de lecture et d’écriture
– autonomie pour utiliser les logiciels de création graphique, de traitement d’image, de mapping
– traitement du son, de l’image et de la vidéo

des expériences dans un ou plusieurs de ces domaines sont attendues
design d’espace, architecture, innovation sociale, coopération, théories de l’apprentissage, théorie de la créativité, réseaux sociaux, pratique de formation, engagement associatif,
Un designer porteur à court ou moyen terme d’un projet de thèse sera apprécié.
Contrat de 4 mois, niveau de rémunération comparable à un contrat doctoral.

envoyer lettre, cv, lien vers book à sophie.pene@ensci.fr pour le lundi 6 septembre.
Les entretiens auront lieu le jeudi 9 septembre après-midi.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Design et anthropologie – Design de la formation (1)

Une recherche action interdisciplinaire

L’ENSCI –Les Ateliers (Ecole Nationale de Création Industrielle) entreprend une recherche action impliquant des designers, anthropologues, architectes. Cette recherche de terrain concerne une association de formation professionnelle. Elle se déroulera de mi-septembre 2010 à mi-janvier 2011. Une vingtaine de journées en résidence sur deux campus de formation sont prévues. Par ailleurs, des entretiens au siège de l’association, un travail créatif, d’analyse et de prospective et trois livrables sont prévus.
1. Restituer, en images, le sens du campus : les cheminements et les événements du quotidien, les invitations et sollicitations diverses, qui s’appuient sur le dispositif espace/temps du campus et soutiennent le concept actuel de formation. Ils sont le fonds commun de l’association au présent, le socle de l’innovation.
2. Traduire l’état d’une pensée sur la formation, et d’une vision du futur (carte d’arguments et d’acteurs, histoire du lieu et traces au présent d’épisodes fondateurs, fondements des accords, éléments de discordance, préoccupations et représentations du devenir).
3. Préfigurer un campus 2030

La méthode
Observer : les résidences – une expérience d’immersion et d’observation participante. Entretiens, présence, dialogue. Recueil de matériaux (photos, dessins, carnet)
Traduire : cartographie de controverses, démonstrateurs
Projeter : scénarios prospectifs, imagination des relations et des systèmes de production (services, objets et usages), synthèse créative, préfiguration, invitation à l’innovation.

L’équipe Paris Design Lab®- Les Ateliers
Une équipe de recherche – 4 designers et chercheurs en sciences humaines et sociales seront sur le terrain et passeront une vingtaine de journées en observation participante avec les formateurs et stagiaires de deux campus. Une dizaine d’autres intervenants ponctuels sont sollicités (designers, assistants techniques, consultants).
– 2 pilotes :
Bernard Moïse, designer engagé dans la conception d’objets et de services (La Poste, Renault, Bouygues, le CEA), responsable d’atelier à l’ENSCI, alliant les deux aspects de la création industriel, le design d’objet et d’espace, le design prospectif se portant sur des aspects de transformation sociale.
Sophie Pène, Professeure des universités, directrice de la recherche à l’ENSCI-Les Ateliers, Sociolinguiste et chercheure en science de l’information et de la communication. Etude de la coopération en situation de travail, des écrits contemporains, en particulier professionnels et des pratiques de communication sur les réseaux sociaux.

un comité scientifique, composée de chercheurs, de professionnels de la formation et de designers.

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Arts et sciences à la Gaîté Lyrique (hors les murs)

A la Gaîté Lyrique, ou plutôt au Musée des Arts et métiers….

Après HeHe en avril et le /tmp/lab en juin dernier, le duo japonais multimédia Exonemo, Yae
Akaiwa et Kensuke Sembo, présente du 9 au 19 septembre au Musée des arts et métiers leurs
cérémonies Do It Yourself de désenvoûtement technologique en temps réel et leurs oeuvres interactives.


1. E x o n e m o : présentation du duo, Yae Akaiwa & Kensuke Sembo www.exonemo.com

Exonemo invite depuis 1996, dans leurs recherches artistiques et sémantiques à prendre
une revanche ludique sur les technologies en les pratiquant hors du mode d’emploi habituel,
laissant libre cours à l’imaginaire de chacun. Via un usage intensif d’Internet et des
outils d’information et de communication mobile, Yae Akaiwa & Kensuke Sembo exploitent
leurs failles, leurs potentiels et joue avec leurs contenus. Exonemo prône la « créativité
quotidienne » et la joyeuse interaction entre média, technologie et usagers.

Conférence et regards croisés entre artistes et scientifiques

Jeudi 9 septembre 2010 de 18h30 à 20h : Culture mobile et formes artistiques d’innovation
Avec le développement des usages de la téléphonie mobile et de l’Internet, les outils d’information
et de communication tiennent une place de plus en plus décisive dans nos sociétés. Loin de
constituer des supports neutres et transparents de communication, ils sont les vecteurs de pratiques
sociales et artistiques inédites, redéfinissant les univers d’expression personnelle, familiaux,
professionnels et économiques dans lesquels ils se sont insérés. Si ces « engins » mobiles
simples et agréables à utiliser permettent d’imaginer de multiples usages, la technologie qui s’y
cache nécessite de répondre à des exigences bien spécifiques : mémoire limitée, nécessité de
traiter l’information en temps réel, de se localiser ou encore de communiquer avec d’autres appareils…

Les artistes sont-ils des utilisateurs comme les autres ? Nombre d’entre eux, comme
Exonemo, utilisent ces technologies pour explorer d’autres voies créatives, de nouvelles manières
de faire, dont certaines anticipent peut-être des usages de demain. En nous faisant découvrir
des visions différentes, ces pratiques n’enrichissent-elles pas l’imaginaire nécessaire à
toute innovation ?

– Le regard des artistes : Exonemo présente une sélection de projets visant à connecter
l’individu à l’espace physique où il se trouve ainsi qu’à l’espace d’information du Web.

– Le point de vue des chercheurs : Dominique Cardon, sociologue au laboratoire des
usages d’Orange Labs et chercheur associé au Centre d’étude des mouvements sociaux
CEMS/EHESS (École des hautes études en sciences sociales) et Éric Gressier, professeur
au Cnam, laboratoire Cédric, responsable de l’équipe SEMpIA (Systèmes Embarqués
et Mobiles pour l’Intelligence Ambiante)

(extrait du communiqué)

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts