Objets infinis Politiques numériques, usages des collections (1) – Le cadre d’ensemble

Pierre Giner, Annick Rivoire et Sophie Pène

14, 15, 16, 17 novembre – Paris Design Lab

Paris Design Lab prépare, avec Pierre Giner et Annick Rivoire (Poptronics), une conférence augmentée d’une semaine, sur le thème de « l’usage des collections numériques ». Participant au Labex CAP, Paris Design Lab s’essaie ainsi à un format contributif. Une table ronde chaque matin sera augmentée par les étudiants, éditorialisée et publiée, au fil de la journée. L’événement est à la marge de la recherche, il lui donne forme, en la confrontant à un public. Certains des designers en formation qui composent ce public sont engagés dans une recherche créative sur les pratiques numériques, pour le Quai Branly.

1. Le Labex CAP 25 laboratoires, 300 chercheurs, 6 musées

Le Labex Création Arts et Patrimoines (CAP), issu du Pôle recherche enseignement supérieur Hésam, réunit 25 laboratoires d’histoire des arts, d’histoire des techniques, d’esthétique, de design, d’anthropologie, d’informatique et d’architecture. Six musées se sont associés, le Centre Pompidou, le musée du Quai Branly, le musée des Arts Décoratifs, le musée Camondo, le musée des Arts et Métiers, la Cité de la Céramique.

Une recherche pour notre époque

Le Labex CAP rapproche des personnes qui n’étaient pas habituées à travailler ensemble, des chercheurs en informatique aux historiens d’art.
Il rapproche des universités et des musées, c’est-à-dire des laboratoires, des lieux d’enseignement et des lieux de ressources.
Il ouvre la porte à la création contemporaine, artistique et industrielle. Des artistes et des designers participent. Le Labex aimerait soutenir des résidences d’artistes, à propos de lieux numériques, tels que Pompidou Virtuel ou des sites d’archives. Il peut tirer parti de résidences de design ouverte dans des lieux de recherche, à Grenoble et Saclay.

Le Labex n’est pas un laboratoire de plus, qui engloberait l’existant avec de nouvelles contraintes. La recherche y reprend souffle. Elle y fait société. Elle invente des pratiques inédites de dialogue, de terrain. Elle se risque aux combinaisons entre disciplines, divers chercheurs se penchant sur des objets du patrimoine regardés comme des réservoirs de création. Etudier les archives, oui, mais l’historien invite l’anthropologue. Observer la médiation muséale, oui, mais proposer à des informaticiens et à des auteurs de créer un serious game transmedia.
Les chercheurs espèrent un esprit de projet, un esprit de laboratoire, où sont possibles les risques et les plaisirs de l’exposition d’idées entre spécialistes de spécialités qui s’ignoraient. Dès la première année de ce labex s’éprouve une façon d’être chercheur qui serait transversale, expérimentale, actuelle, créative, visible.


2. Une semaine de travaux, pour une « conférence augmentée »

A l’occasion d’une étude de design que le musée du Quai Branly a demandée à l’ENSCI-Les Ateliers, Paris Design Lab organise une semaine de conférences, sous le titre « Objets infinis ». Ces objets infinis, quels sont-ils ? Des objets numériques issus des applications mises à la disposition des musées (Web, Smartphones), par lesquels on identifie les tableaux, on organise un parcours, on cherche une information, par essence mouvants, appropriables à différentes situations, transformés et continués par une pratique qui ne saurait être entièrement dessinée et prévue. Ils lient intrinsèquement technique et contenus dans une matérialité qui appelle à réfléchir à leur mode d’existence (ces petits êtres).

Ils sont générés par l’usage que les publics en font. Il s’agit des séries personnelles que les visiteurs constituent quand ils manipulent, agencent des éléments de collections. Mémoire mentale et secrète de la visite, mais aussi photos ponctuant la visite, quand elles sont possibles, et désormais collections concrètes, telles que les permet par exemple CnapN, la dernière création numérique de Pierre Giner.

Raconter des histoires d’architecture, de design, de création, de programmation

En 4 tables rondes, une quinzaine de créateurs, artistes et designers, industriels, architectes, représentants des musées, enseignants chercheurs vont exposer à une trentaine d’étudiants des histoires, des récits d’intervention et de conception, des commentaires d’événements et de pratiques. Il s’agit de réunir des points de vue sur les politiques numériques des lieux de conservation et de création, et dont la visée explicite est l’accessibilité des collections à tous les publics.
Il s’agit aussi par ce biais de débattre du design numérique, c’est-à-dire du design dans l’économie numérique. De cette économie numérique, le musée est un terrain d’élection et un symbole, car ses trois fondements, la collection , la médiation, l’exposition résument les usages des données (telles que, à propos de l’internet, les trois couches que sont les infrastructures, les moteurs, les applications les organisent et les « font remonter »).
Deux applications numériques, CnapN et Decorative, seront racontées, pratiquées, grâce aux collections qu’elles brassent.

Exposer la recherche
Ces exposés et ces discussions illustrent un aspect de la recherche interdisciplinaire qu’est en train de dessiner le labex CAP : un moment de constitution de matériau, une recherche que la conversation aiguise, en faisant surgir les objets sous de nouveaux angles, surprenants, inattendus, heuristiques. D’une certaine façon on pourrait dire que ce moment d’exposition crée une forme de résultats, en général gommés par la suite des travaux académiques dont la seule matérialisation reconnue demeure la publication.
Nous voudrions engager une démarche de conservation de ce moment en lançant un concept de conférence augmentée.

La conférence augmentée
Ces conférences ont un public, des étudiants de design, d’histoire de l’art, de journalisme, de philosophie, d’informatique. Ce public va augmenter la conférence en jouant avec les contenus.
Une bonne part des étudiants sont des designers en formation. Certains élèves présents sont en effet en projet au musée du Quai Branly. Mais des designers viendront aussi d’autres ateliers .D’autres étudiants d’écoles et d’universités extérieures, pour la majorité liées au Labex Cap, travaillent sur des questions de Data journalisme, d’autres encore se forment à la médiation, aux méthodes de l’histoire de l’art, à la conservation patrimoniale, ou encore à la programmation numérique.
Les exposés des différents intervenants et les discussions avec les participants sont enregistrés, livetwetés, transcrits, photographiés.
Après la conférence, les élèves designers passent le reste de la journée en atelier. Ils s’emploient à éditorialiser ces récits et explorations, de façon à concevoir un « lieu numérique d’exposition de la recherche », une recherche socialisée, intéressant des publics nouveaux.
Au travers de cette expérience, nous voudrions témoigner d’une identité du labex, fondé sur une recherche vivante, saisie dans l’événement de la rencontre. En expérimentant la matérialisation de conférences marginales mais fécondes, on donnera forme à des moments intermédiaires, dont la recherche tire son effervescence et ses surprises. Comme les marches d’approche en montagne où se dessinent le relief d’un terrain et la perspective de la course.

3. La publication de la recherche

La recherche en sciences humaines a-t-elle perdu son public ? De nouvelles formes d’édition et de diffusion, comme la plateforme du Cléo, la Vie des idées, le réseau Knowtex, ou Café Sciences montrent des essais réussis pour ouvrir la boîte noire des labos, en publiant des carnets, des notes « à chaud ».
Nous voulons aller dans ce sens, en cherchant un public, un grand public, tel que celui que les musées ont su constituer depuis les années Malraux puis les années Lang. La recherche est une ressource pour l’innovation, c’est un présupposé des Labex. La création a la capacité de transformer l’économie et l’industrie, c’est un présupposé du Labex Cap. Encore faut-il qu’un large public ait accès à un élan de recherche qui ne soit pas simplement la publication scientifique ni les conférences ou livres grand public.
Nous pensons qu’un « lieu numérique » peut exposer la recherche, en tant que conversation, commentaire, interactions, et la rendre jouable , rejouable, par d’autres que les premiers énonciateurs, acteurs des tables rondes et communications.
Cela suppose un site d’un genre nouveau, fondé sur les « archives grises de la recherche », conversations, notes, références, images, et sur les évènements qui mettent en lien documents et individus par le biais de points de vue, de thèses, de débats publics.
Nous faisons même l’hypothèse que le cœur du labex tient dans ca capacité à manifester ces instants collectifs de recherche.
Dans cette mesure, cette semaine à l’ENSCI pourrait préfigurer la dynamique des rencontres de février 2012 qui insuffleront au labex Cap sa vie sociale et redessineront le réseau des recherches en cours, à l’aune des problématiques scientifiques du labex.


SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

More Posts

Publié par

SophiePène

Sophie Pène Directrice de la recherche ENSCI Les Ateliers , au nom de l'ENSCI-Les Ateliers Paris Design Lab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *